MONDE

L’ONU au service du NOE (Nouvel Ordre Mondial) ?


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 31 Octobre 2018 - 02:26 Le discours enflammé de Kadhafi (Vidéo 08.02.1988)



Louis Denghien
Vendredi 19 Août 2011

L’ONU au service du NOE (Nouvel Ordre Mondial) ?
Une « mission d’évaluation » des Nations-Unies sera en Syrie ce week-end a annoncé jeudi 18 août Valérie Amos, coordinatrice des affaires humanitaires de l’ONU. Cette visite, accepté par le gouvernement syrien, s’inscrit dans la suite logique de la conversation téléphonique entre Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU, et Bachar al-Assad, mercredi soir 17 août. Ban Ki-moon avait alors exprimé sa vive inquiétude sur la poursuite de la répression en Syrie, et Bachar avait affirmé que les opérations de l’armée et de la police contre les opposants violents venaient de prendre fin.
Ce même jeudi 18 août, le haut-commissariat aux droits de l’homme de l’ONU avait publié un rapport sur la « répression en Syrie« , assurant que celle-ci avait conduit à de « graves violations des droits de l’homme » pouvant « relever de crimes contre l’humanité« . Ce rapport s’appuyait sur le résultats d’une mission d’enquête ayant recueilli « aux confins de la Syrie« , entre le 15 mars et le 15 juillet, des témoignages sur les exactions éventuelles des forces de l’ordre. Cette « commission d’enquête » avait reçu mandat d’une résolution votée lors d’une session « spéciale Syrie » du conseil des droits de l’homme de l’ONU, le 29 avril dernier.
Les gens de l’ONU ont donc collecté des éléments prouvant selon eux « une apparente volonté de tirer pour tuer, la plupart des blessures par balles ayant été localisées dans la tête, la poitrine et généralement la partie supérieure du corps« . Bien sûr, le rapport onusien parle de manifestations forcément « pacifiques » sur lesquelles les forces de l’ordre syriennes « ouvrent le feu sans discernement sur des civils, sans sommation et à courte portée« . Bref, pour les enquêteurs, on constate en Syrie depuis 4 mois « un ensemble de violations des droits de l’homme constituant une attaque généralisée ou systématique contre la population civile« , ce qui justifierait que le conseil de sécurité « envisage de saisir la Cour pénale internationale sur la situation en Syrie« .
Un rapport malhonnête car partial et partiel
A suivre. Mais disons déjà, ou plutôt répétons que ce rapport pèche par un manichéisme et un simplisme qui hypothèquent gravement son impartialité proclamée. D’abord, une grande partie des témoignages collectés, pendant 4 mois, « aux confins de la Syrie » – c’est-à-dire on suppose dans les camps de réfugiés encadrés par les Turcs, ou parmi les milieux, libanais ou syriens, acquis à l’opposition – relèvent de la propagande ou du lyrisme consubstantiel à la rhétorique islamiste ou aux slogans politiquement corrects des branchés Facebook.
Loin de nous, une fois encore, de nier les morts, les bavures et les brutalités. Mais celles-ci découlent d’un schéma « provocation-répression » institué par des émeutiers armés, prenant pour cible, à Hama, Homs, Lattaquié, Deir Ezzor, Idleb, les forces de l’ordre, et poussant celles-ci à tirer dans le tas ou à l’aveuglette, ce dans un contexte de guérilla urbaine où les snipers de l’opposition radicale peuvent être partout. La « nervosité » des soldats et policiers syriens s’expliquant aussi par le souvenir du massacre de leurs camarades survenu à Jisr al-Choughour à la mi-juin. Ne pas tenir compte de ces circonstances, occulter l’action des groupes armés attestée pourtant par plusieurs vidéos, ne rien dire des pertes de l’armée et de la police, qui ne peuvent s’expliquer que par l’action de ces groupes armés, taire les inquiétudes des minorités religieuses ou des très nombreux partisans du régime, c’est ne nous raconter, au mieux, que la moitié du film, et c’est, pour les Nations-Unies, s’abaisser au niveau des chancelleries euro-américaines ! Mais l’ONU ne s’est-elle pas déconsidérée depuis longtemps par son incapacité à s’opposer aux « justes guerres » de l’Amérique – de l’Irak à la Yougoslavie – et d’Israël – du Sud-Liban à Gaza. Encore devrait-on se demander si le mot « incapacité » était bien celui qui convenait dans ces circonstances…
Nous avons, à Infosyrie.fr, visionné depuis le mois de mai pas mal de vidéos de manifestations de rue : souvent nous avons vu des manifestants fuir sous des tirs. Oui, « sous des tirs », car si les forces de l’ordre avaient tiré à hauteur d’homme, avec les moyens dont elles disposent on aurait eu droit à un carnage à chaque démonstration de l’opposition. Or même les estimations maximalistes et invérifiables de nos cyber-statisticiens de l’opposition fixent à 1 900 ou 2 000 morts en 5 mois le bilan de la « sanglante répression » bachariste. Mais, compte tenu des pratiques militaires que dénonce le rapport de l’ONU, ce bilan devrait être au moins dix fois supérieur ! Une seule intervention brutale, à tir tendu et à bout portant, des soldats et blindés contre une manifestation de 50 000 personnes à Hama, par exemple, aurait pu atteindre en 10 minutes à peine ce chiffre de 2 000 victimes !
Non, les forces de l’ordre syrienne, dans un contexte pour le moins difficile, nous paraissent avoir fait preuve d’une retenue certaine. Rappelons que même les propagandistes de l’OSDH reconnaissent qu’au moins 20% – soit 500 personnes – des victimes du « printemps syrien » appartiennent à la police et à l’armée. Et parmi les victimes civiles, combien de partisans du régime, de membres de minorités religieuses, victimes des activistes islamistes ?
Dans ce contexte, l’ONU et son « haut-commissariat aux droits de l’homme » nous paraissent travailler pour le Département d’Etat et pour l’Union européenne, beaucoup plus que pour la justice et la vérité. Quant à la Cour pénale internationale, que ces messieurs songent à saisir – et dont, curieusement, les Américains ont refusé de ratifier l’existence et les compétences -, disons ou redisons simplement qu’elle a suffisamment fait preuve, ces dernières années, de sa partialité pour que nous – et éventuellement les Syriens – la récusent à l’avance.

http://www.infosyrie.fr/


Vendredi 19 Août 2011


Commentaires

1.Posté par abdelkader le 19/08/2011 23:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les arabes qui ne comprennent pas l´onu sont des esclaves?, liens est ce que les arabes comprennent que l´onu est une organisation des impérialistes et les néo-colonialistes unifier dont les droits de l´homme et l´enseignement religieux leur impose les ruinent les cerveaux,car le monde arabe n´a pas le droit de liberté et c´est les pays arabes et africains de vol aisé par le pouvoir des occidentaux. en amerique latine et en asie la grande majorité de population avait compris l´impérialisme et le néo-colonialisme, c´est pourquoi elles se sont liberées vite et evoluent dans la souvérainté, a l´exception de certains pays du golf persique (les feodaux) que les impérialistes vont s´emparer de leur pétrole pour toujours avec une intervention militaire sur les désordres qu´ils vont créer dans ces royaumes des tyrans féodaux.

2.Posté par kololo le 26/08/2011 16:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'o.n.u c'est juste une invention des pays impérialiste comme l"Amérique et israel le monde arabe tout entier ne doit pas reconnaître cette entité qui sert que leur intérêts et non ceux des pays musulmans.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires