International

L'ONU adopte le premier traité sur le commerce des armes conventionnelles


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 14 Mars 2020 - 00:05 Coronavirus au Maroc



Roman Mamonov
Jeudi 4 Avril 2013

L'ONU adopte le premier traité sur le commerce des armes conventionnelles

L'Assemblée générale de l'ONU a pris une décision historique, en adoptant mardi le Traité international sur le commerce des armes conventionnelles. Le vote a été précédé d’une laborieuse discussion et d’une tentative de l’Iran, de la RDPC et de la Syrie de bloquer le document. Moscou a de même critiqué des lacunes. Notre correspondant a suivi le déroulement du vote au siège de l’ONU.

Il s’agit d’un premier traité sur le commerce des armes conventionnelles. Le traité établit des règles unifiées du trafic des armes au niveau global. L’objectif du Traité est de prévenir un trafic illicite des armes. Le document interdit l’exportation des armes conventionnelles à des régimes qui peuvent les utiliser à des fins de génocide, de crimes contre l’humanité, des crimes de guerre et des attentats.

Le travail au texte du document a pris plusieurs années, mais à chaque fois buttait contre les prises de position par les pays, plus gros exportateurs et importateurs des armes. En mars la conférence finale concernant la discussion du projet de document a commencé à New York. Ses travaux ont été bloqués par l’Iran, la Syrie et la RDPC. Les trois pays, que l’Occident considère comme une menace principale à la sécurité dans le monde, ont appelé le projet de document non-équilibré et exposant leurs intérêts nationaux. Le traité a été au bout du compte soumis au vote à l’Assemblée Générale. 154 pays l’ont soutenu, 3 s’y sont opposés, encore 23 – se sont abstenus.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé l’adoption du Traité international sur le commerce des armes conventionnelles « un acquis historique de la diplomatie » et « culmination de longues années d’efforts de la communauté mondiale ». Son avis a été partagé par le président de l’Assemblée Générale de l’ONU Vuk Jeremić.

« C’est un grand événement pour de nombreuses raisons. L’adoption du Traité signifie que les pays exportateurs devront signaler leurs ventes d’armes conventionnelles et leurs déplacements. Ils devront évalueravant toute transaction, si les armes vendues risquent d'être utilisées pour contourner un embargo international, commettre des violations graves des droits de l'homme, ou être détournées au profit de terroristes ou de criminels ».

Au cours du vote final la Russie s’est abstenue. L'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine a indiqué que le Traité n’atteignait pas les standards appliqués en Russie, mais aussi dans beaucoup d’autres pays. Il a déploré des « lacunes » dans le texte, dont l'absence de contrôle spécifique des livraisons d'armes aux rebellions ou des « critères d'évaluation du risque pas assez clairs ».

Le Traité entrera en vigueur à partir de sa ratification par le 50e pays, ce qui pourrait prendre deux ans, au regard des experts.

http://french.ruvr.ru



Jeudi 4 Avril 2013


Commentaires

1.Posté par francais le 05/04/2013 22:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel hypocrisie!!
La France a armé des terroristes en Libye et en Syrie, et maintenant ils definissent des règles.

Que la France applique deja ses propres principes avant d'essayer de les etendre! Ou bien c'est comme la CPI (ca s'applique à tout le monde, sauf l'OTAN)

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires