insolite, humour, conspiration...

L'Imbecilité Economique De BHL : "Sans Le Libre Marché Nous Sommes Simplement Des Fascistes"


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 26 Août 2018 - 12:15 France : violation irresponsable d’un tabou …


Le dandy pseudo philosophe touche à tout Bernard Henry Levy répond à la question de savoir si le Libre Marché corrompt moralement. Sa réponse est un chef d'oeuvre d'imbécilité grossièrement manipulatrice : "sans le Libre Marché nous sommes simplement des fascistes".


Lundi 15 Décembre 2008

L'Imbecilité Economique De BHL : "Sans Le Libre Marché Nous Sommes Simplement Des Fascistes"
Quand je reflechis à la question de savoir si le Libre Marché corrompt moralement, je suis obligé de réfléchir prudemment. C'est clair que la compétion féroce des interêts et des passions, la domination folle de l'argent, et le matérialisme comme mesure de toute chose - en bref le libre marché - dégagé de toute règle et gouverné seulement par l'avidité de la toute puissance - corrompt fatalement nos âmes. C'est ce que le grand Aleksandr Solzhenitsyn pensait à la fin de sa vie.

Ce point de vue a été partagé par la famille des penseurs français des années 30 appelés les "non conformistes" dont Charles Peguy et quelques autres. Ils voyaient dans les échanges de biens de consommation comme une source de dépersonalisation et c'était aussi la thèse de tout un groupe de penseurs chrétiens (ou simplement des Spiritualistes) qui voyait dans l'idée du "Libre Marché" la mort des valeurs morales et la fin de la foi de l'homme et de son aspiration vers l'absolu.

C'était aussi - et cela devrait nous alerter - l'un des principaux thèmes du Fascisme et l'une des raisons pour laquelle les masses ont été séduites. "Stop au matérialisme " proclamait-on. "Mettez fin à l'individualisme déstructeur et l'atomisation sociale, auxquels le Fascisme opposait ses "bonnes communautés sécurisées écologiques et naturelles".

En bref, attention aux règles d'"équivalence générale" au sein des valeurs humaines (autre terme employé pour le "Marché") ce que les Fascistes à toute époque ont considéré comme anathème.

En fait, le problème est plus complexe qu'il n'y paraît. Nous ne pouvons pas - nous ne devons pas - déclarer, comme si c'était une vérité absolue, que le Marché corrompt simplement et définitivement. Trois corollaires doivent être ajoutés à cette assertion de bon sens semble-t-il. Premièrement, si le Marché corrompt, les différentes négations du Marché corromptent également. Regardez le Fascisme. Et contemplez l'autre haine du Marché qui l'a précédé et suivi : le Communisme. Je doute que quiconque avancerait que le Communisme est l'accomplissement de la personnalité et de l'âme pour ses victimes et agents.

Deuxièmement, si ces corruptions doivent être classées, c'est parfaitement évident que la corruption communiste ou fasciste par la négation du Marché est significativement plus profonde, mortelle et moins réparable que la première. Pour le Fascisme c'était évident depuis le début, et c'est effectivement devenu évident pour le Communisme aussi. Je repense au long voyage que j'ai fait à travers l'Europe Centrale et de l'Est, juste après la chute du mur de Berlin. Je peux encore entendre mes amis tchéques, polonais, bulgares, hongrois et d'Allemagne de l'Est m'expliquer que l'époque communiste, ces longues décennies dans une société pas du tout gouvernée par la Loi du Marché, avait développé dans leurs coeurs et leurs âmes un certain nombre de vices, voire même de défauts - et qu'eux-mêmes ne savaient même pas combien de temps cela prendrait pour s'en débarrasser.

Considérez, par exemple, l'habitude d'agir de façon irresponsable - c'est à dire cette incapacité à prendre des risques, même de prendre des décisions. Je me souviens trés nettement d'une ingénieur d'Allemagne de l'Est qui semblait parfaitement normale, une démocrate dans l'âme et une dissidente pendant des années, qui a éclaté en sanglots le jour où je lui ai demandé de choisir l'itinéraire pour la journée que nous allions passer ensemble. " Ils m'ont appris à ne pas décidé" a-t-elle dit, entre deux sanglots. " C'est comme une amputation, une excision, comme s'ils m'avaient physiquement pénétrée et avaient corrompu une partie de mon cerveau". Imaginez un égoïsme profond sans nuance ni recours, encore plus radical que l'intérêt personnel des sociétés de Marché. Du point de vue de ceux qui ont survécu, c'est là le véritable bilan du Communisme. Ce sont les preuves de la corruption, de la la corrosion du caractère qui surviennent en l'absence de Libre Marché.

Finalement, un troisième corollaire. Parce que le Libre Marché développe des qualités telles que prendre des initiatives et des décisions, parce qu'il met les individus en relation les uns avec les autres, parce que c'est un système qui a du sens seulement si ses sujets se lient les uns aux autres, le Libre Marché reste un facteur de promotion de la socialisation, un moyen de connecter des êtres humains, même de créer de la fraternité, ou, en tout cas, une reconnaissance mutuelle. Par conséquent c'est l'opposé de la corruption. Nous devrions lire Emanuel Levinas sur la question de l'argent. Il affirme que loin d'isoler et d'atomiser les individus, l'argent est, en fait, le medium utilisé pour leurs échanges. Et donc il est nécessaire de conclure qu'il y a de bons usages du Marché, car c'est un des moyens que les êtres humains ont trouvé pour résister à la guerre totale des uns contre les autres, diagnostiqué par Hobbes et puis par Freud.

Le Libre Marché corrompt-il le caractère moral ? Bon, sans aucun doute, non. Il renforce même nos défenses morales, nous donnant la capacité de dire non et de ne pas être d'accord. Naturellement, c'est à condition que nous nous soummettions volontairement aux règles et que nous refusions la tentation de la loi de la jungle et du Capitalisme sauvage. Le Marché, pour emprunter une phrase fameuse de Winston Churchill sur la Démocratie, c'est la pire solution, exceptées toutes les autres.

Cet essai a été selectionné dans la collection de réponses faite à la John Templeton Foundation à la question : " est ce que le Libre Marché corrompt le caractère moral ?" www.templeton.org/market . Traduit en anglais par Sara Sugihara.

Paru sur le Times On Line le 07/12/08 www.timesonline.co.uk

Traduction Mireille Delamarre pourwww.planetenonviolence.org

Après la lecture de telles âneries nous vous conseillons de lire :

Survivre au Capitalisme de Kropotkine


Lundi 15 Décembre 2008


Commentaires

1.Posté par Ram3ghz le 15/12/2008 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je voulais répondre point par point à ce mille-feuille d'âneries. Finalement, las, je dirais ceci en conclusion :

--------
| |
| ()
|
|
--

2.Posté par Marie- Th鲨se le 15/12/2008 12:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


comment peut s'arrêter aux divaguations de cet homme qui a un tiroir caisse a la place du cerveau ?

C'est pas l'homme qui me gêne ,c'est ce qu'il dit ,ce qu'il pense qui me gêne au plus au point

tout n'importe quoi ,pourvu qu'il fasse la une avec ses conneries immondes

3.Posté par zimir le 15/12/2008 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Même si BHL à lu Clouscard, ça demeure quand même étrange comme pensée.
Les échanges c'est une choses le capitalisme une autre nous l'apprenons d'Aristote.
Ce qui est un peut gênant dans le capitalisme, comme nous le dit Karl Marx c'est qu'il débouche toujours sur une crise et que cette crise peut faucher les 3/4 de l'humanité vite fait bien fait.
Déjà faudrait séparer le capitalisme de production et le capitalisme financier.
Au lieu de répandre d'infâmes ragots sur des personnes ayant vécu dans les pays communistes, le résultat est mitigé en vérité sur le terrain et bcp regrette l'ancien système socialiste.
Mais le problème qui nous tarabuste pour l'heure ce n'est pas les anciens de la nomenclatura.
mais les limites et les ravages de la mondialisation libérale.
Enfin BHL peut écrire ce qu'il veut et ce qu'il pense, qui achète ce genre de littérature ?
Va dire à Lévinas sur la question de l'argent, de jeter un oeil sur les cabanes des SDFdu bois de boulogne.
Là aussi c'est des choses vues enfin entendue et comme dit la chanson, si au royaume des aveugles les borgnes sont rois, c'est les sourds qui font la loi.
C'est clair que le libéralisme vu du côté de BHL c'est bien.

4.Posté par souad le 15/12/2008 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faut toujours écouter ses ennemis. Et le droit à l'expression alors ! Suis pas dac avec lui, mais l'entendre est toujours édifiant et prouve qu'il n'est pas du tout ce qu ' il prétend.
Si laisser faire des escrocs banksters n'est pas du fascisme, c'est quoi d'autre ?

5.Posté par zimir le 15/12/2008 13:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ou comme l'a dit un type à cigare, la démocratie est "le moins mauvais des systèmes"
Donc pour BHL le libéralisme est le moins mauvais des systèmes.
Vous noterez cependant dans les deux cas que le tout est de se trouver du bon côté de la barrière.

6.Posté par samy le 15/12/2008 14:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce n est pas une chaussures qu il faut jetter a cet ...je ne sais pas qui il est dejà??on va dire ecrivain pour lui faire plaisir,je disais ce b 'est pas une chaussure qu il faut lui jetter à la tranche ,mais un chameau ou un ronoseross ou un elephant,tiens un elephant dans la geule aà BHL CPOURRAIS ETRE COOL .franchement.

7.Posté par Pacalvotan le 15/12/2008 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sa coiffure faussement négligée alors qu'il doit mettre plombes pour se fabriquer cette espèce d'épi ridicule, sa femme niaise au possible, ainsi que ses prises de décision ultra bien-pensantes ne m'inspirent que du mépris. On peut juste tirer de cet article que BHL est incapable d'imaginer une alternative au capitalisme sauvage qui use le monde. Et de suite l'amalgame : si on est anti-capitaliste on est forcément fasciste ou communiste. Honteux. Quel penseur de pacotille. Ce mec est dénué d'intérêt. L'héritage des Lumières est depuis longtemps éteint.

8.Posté par Aigle le 15/12/2008 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce GENRE DE FAUSSAIRES A POLLUE LA CULTURE FRANCAISE EN USANT ET ABUSANT DE L'HOSPITALITE DES MEDIAS SIONISES FRANCAIS ....Depuis un bon moment on ne voyait , on n'entendait que lui et ses complices faussaires ( qui se presentant comme philosophe , qui comme historien qui comme expert islamologue et autres stupidités ....)
A lui ce n'est pas une paire de chaussure qu'il faut lui foutre sur la gueule ( elle refuserait d'entrer en contact avec l'Insanité ambulante ) mais un jet de javel parfumé pour nettoyer l'air qu'il brasse a tout bout de champ

9.Posté par MARTIN GUERRE. le 15/12/2008 18:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

.@AIGLE /
" Ce GENRE DE FAUSSAIRES A POLLUE LA CULTURE FRANCAISE EN USANT ET ABUSANT DE L'HOSPITALITE DES MEDIAS SIONISES FRANCAIS ....Depuis un bon moment on ne voyait , on n'entendait que lui et ses complices faussaires ( qui se presentant comme philosophe , qui comme historien qui comme expert islamologue et autres stupidités ....)".

Note :Quand le BHL " talmudise" à tout va. Quelques autres aspects de ce personnage , sûr de lui et dominateur :
**** Le paon de Beni-Saf incarne la république hexagonale dans toute son imposture et son abjection. Lévy, c’est la morale à sens unique, c’est le mal au nom de la démocratie, c’est le racisme talmudique le plus primaire.
****Il n’a jamais travaillé pour vivre car son père est un magnat du bois qui le finance.
****il nous joue la rengaine de « la voix de SA France » (est-ce que je soliloque sur la voix d’Israël moi ?! ).
****La voix de SA France (pas de la nôtre), c’est le Pathé Marconi (casher, le Pathé ?) du pauvre : la voix de son Maître. Ariel Sharon, le roi de la lessive suractivée qui « nettoie » les tâches palestiniennes aussi bien devant que derrière, de face comme dans le dos…
****BHL ne supporte pas « l’antiaméricanisme ». Et pour cause, les USA sont devenus une province israélienne : « Nous contrôlons les Etats-Unis et les Américains le savent » disait Sharon à Peres.
Quand M. Bernard-Henri Lévy écrit que la culture « terroir-bourrée-binious » l’ « écœure », comme il le dit si bien, il faut lui infliger une très forte amende, proportionnelle à ses revenus colossaux. Je pense en effet qu’il ne devrait pas être permis de nous laisser insulter chez nous, dans NOTRE pays, la France !

10.Posté par Fadge le 15/12/2008 18:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Ce qui est toujours sympa avec BHL c'est que :
QUAND IL PRONE QUELQUE CHOSE, ON EST SUR QUE C'EST L'INVERSE LA VERITE

Donc, oui, il faut :
* arreter le libre marché
* arreter les gouvernances supra nationales
* reprendre la creation monetaire publique

En tout cas, on a découvert un nouveau talent de BHL, celui d'economiste.
Que de talents dans un corps aussi ridicule, c'est impressionnant quand même.
La communauté juive a de quoi être fière de son porte parole officiel


11.Posté par kalix le 15/12/2008 20:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les menteurs ont la cote, les véridiques sont fustigé...
Bienvenue dans le nouveau millénaire de la négativité !
(zimir en est un exemple, a moins qu'il s'améliore...)

12.Posté par diapason le 16/12/2008 00:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aria fritta ! De l'air frit ! C'est tout ce que produit cet abruti imbu de lui-même...
Sans intérêt !

13.Posté par Mouhamed le 16/12/2008 07:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A KALIX sur l'opium du peuple en réponse à ta critique indigente.
Un poème du temps jadis d'Arthur Raimbaud
Les pauvres à l'église kalix c'est ça ???

Parqués entre des bancs de chêne, aux coins d'église
Qu'attiédit puamment leur souffle, tous leurs yeux
Vers le choeur ruisselant d'orrie et la maîtrise
Aux vingt gueules gueulant les cantiques pieux ;

Comme un parfum de pain humant l'odeur de cire,
Heureux, humiliés comme des chiens battus,
Les Pauvres au bon Dieu, les patrons et le sire,
Tendent leurs oremus risibles et têtus.

Aux femmes, c'est bien bon de faire des bancs lisses,
Après les six jours noirs où Dieu les fait souffrir !
Elles bercent, tordus dans d'étranges pelisses,
Des espèces d'enfants qui pleurent à mourir.

Leurs seins crasseux dehors, ces mangeuses de soupe,
Une prière aux yeux et ne priant jamais,
Regardent parader mauvaisement un groupe
De gamines avec leurs chapeaux déformés.

Dehors, le froid, la faim, l'homme en ribote :
C'est bon. Encore une heure ; après, les maux sans noms !
- Cependant, alentour, geint, nasille, chuchote
Une collection de vieilles à fanons :

Ces effarés y sont et ces épileptiques
Dont on se détournait hier aux carrefours ;
Et, fringalant du nez dans des missels antiques,
Ces aveugles qu'un chien introduit dans les cours.

Et tous, bavant la foi mendiante et stupide,
Récitent la complainte infinie à Jésus
Qui rêve en haut, jauni par le vitrail livide,
Loin des maigres mauvais et des méchants pansus,

Loin des senteurs de viande et d'étoffes moisies,
Farce prostrée et sombre aux gestes repoussants ;
- Et l'oraison fleurit d'expressions choisies,
Et les mysticités prennent des tons pressants,

Quand, des nefs où périt le soleil, plis de soie
Banals, sourires verts, les Dames des quartiers
Distingués, - ô Jésus ! - les malades du foie
Font baiser leur longs doigts jaunes aux bénitiers.

14.Posté par zimir le 16/12/2008 08:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à KALIX

Saint Augustin inspire fortement la pensée des Réformateurs protestants. Pour Luther et Calvin, qui soulignent la toute-puissance, absolue et irrésistible, de Dieu, la liberté de l'homme n'a pas de place dans l'histoire du salut. La justification ne dépend pas des œuvres mais de la seule foi. Calvin élabore une doctrine très précise de la prédestination, qui durcit les positions augustiniennes.

L'essentiel des débats ayant abouti au jansénisme porte sur les relations entre grâce divine (que Dieu accorde aux Hommes) et liberté humaine dans le processus du Salut. Au Ve siècle, l'évêque africain Augustin d'Hippone s'était opposé à ce sujet au moine britannique Pélage. Ce dernier soutenait que l'Homme a en lui la force de vouloir le bien et de pratiquer la vertu, une position relativisant l'importance de la grâce divine. Augustin refuse cette vision et déclare que Dieu est le seul à décider à qui il accorde (ou non) sa grâce. Les bonnes ou mauvaises actions de l'Homme (sa volonté et sa vertu, donc) n'entrent pas en ligne de compte, puisque le libre-arbitre de l'Homme est réduit par la faute originelle d'Adam. Dieu agit sur l'Homme par l'intermédiaire de la grâce efficace, donnée de telle manière qu'elle atteint infailliblement son but, sans pour autant détruire la liberté humaine[5]. L'Homme a donc un attrait irrésistible et dominant pour le bien, qui lui est insufflé par l'action de la grâce efficace.
Enfin,
Le Pari de Pascal est le nom donné à un passage des Pensées de Blaise Pascal où il met à plat le gain que l'on peut avoir en croyant en Dieu. Le but de son exercice est probablement de convaincre ceux de ses contemporains qui prisent beaucoup le milieu du jeu, et seront plus accessibles à ce genre d'argument qu'à des considérations de théologie pure.

Bonne lecture à KALIX si tu as compris quelque chose ce dont je doute grandement
Affectueusement,

Zimir l’Apostat

15.Posté par Bogdan le 16/12/2008 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Meme si il est clair aujourd'hui qu'Alterinfo est un outil de la propagande chinoise en france, merci de casser BHL et ses conneries !!!

16.Posté par kalix le 16/12/2008 21:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zimir, pauvre apostat ! tu n'est finalement pas mieux que BHL...

"...si au royaume des aveugles les borgnes sont rois, c'est les sourds qui font la loi.
C'est clair que le libéralisme vu du côté de BHL c'est bien."


Si au royaume des athées les apostats sont rois, c'est les agnostiques qui font la loi. Les croyants sont au dessus de tout ça, ils sont rois des rois et appliquent la loi intangible de Dieu...

C'est clair, des apostats tel que toi ne voyaient dans le libéralisme démocratique, qu'une alternative de la religion qu'ils ont lâchement abandonné, jusqu’a ce qu'ils prennent conscience de la carotte (ils sont très peu, et toi, tu viens tout juste de réaliser, du moins t’essaye encore de comprendre).

Alors, stp, vas nous cracher ta salive hypocrite ailleurs ! (tu devrais essayer les forums msn, cela t’irait mieux)


Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires