Lobbying et conséquences

L’ILGA, lobby homosexuel européen!


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante



JB
Mardi 15 Janvier 2013

L’ILGA, lobby homosexuel européen!
Un avocat spécialisé en droit européen des droits de l’homme, J.C. von Krempach, s’est penché sur le mode de financement de l’Association Internationale des Gay et Lesbiens en Europe (IGLA) et en a conclut que la majorité des financements provient des gouvernements nationaux.

Dans le blog politique Turtle Bay and Beyond, Von Kremach affirme que la plus grande partie de ces fonds provient de deux institutions : la Commission Européenne et le gouvernement des Pays-Bas.

IGLA est une organisation militante vouée à la promotion des droits homosexuels. Elle s’est, pendant des années, vue refuser le statut officiel d’ONG auprès des Nations Unies à cause de ses relations à des groupes faisant la promotion de la pédophilie. Le comité des ONG du Conseil Économique et Social de l’ONU a plusieurs fois rejeté la demande d’accréditation de l’ILGA, jusqu’à ce que récemment le Comité Économique et Social, dominé par les États Européens, infirme cette décision.

Un des critères à remplir pour pouvoir prétendre à l’accréditation de l’ONU consiste à ce que «la majeure partie des financements de l’organisation provienne de contributions d’entreprises nationales, de personnes privées, ou d’autres institutions non gouvernementales» (notre traduction).

Les organisations non gouvernementales (ONGs) accréditées aux Nations Unies doivent prouver qu’elles sont financées par des personnes privées ou organisations à but non lucratif. Selon l’ONU, si les financements sont majoritairement gouvernementaux, les organisations peuvent être assimilées à des organisations gouvernementales.

L’ONU a voulu inclure la consultation de la «société civile» afin que les peuples soient représentés sans intrusion gouvernementale ; afin que celle-ci ne soit ni un bras des gouvernements ni une façade trompeuse pour les gouvernants officiels. La « société civile » est comprise de relations sociales ayant une base volontaire, et d’organisations civiles et d’institutions qui se distinguent de l’Etat et du marché.

Me Von Krempach a découvert que durant l’année qui vient de s’achever, la Commission européenne, entité intergouvernementale, avait financé l’organisation à hauteur de 68% de son budget. Le gouvernement des Pays Bas aurait ajouté 50 000€ de financements gouvernementaux, les deux financements cumulés atteignant plus de 71% du budget de l’organisation. Le reste des financements proviendrait des donateurs de gauche George Soros, Sigrid Rausing et d’un donateur anonyme.

Me Von Krempach a aussi examiné le budget de l’organisation pour 2012, et en a conclu sur plus de 1,95 millions d’Euros, un million proviendrait de la Commission Européenne, et 334 000 € du gouvernement néerlandais. Il déclare : «Cela remet en question le bien fondé de l’accréditation de ILGA Europe auprès du Conseil Économique et Social de l’ONU».

Von Krempach souligne par ailleurs le fait le paradoxe de la situation : la commission européenne serait la source majoritaire des financements d’une organisation créée pour influencer la Commission elle-même ainsi que le Parlement Européen. Il affirme que cela équivaut à voir des institutions européennes s’influencer elles-mêmes.

A la lumière de ces nouvelles informations, on attend du Comité des ONG de l’ONU qu’il se saisisse du dossier de l’accréditation de l’ILGA une fois de plus. Beaucoup de mauvaises choses se trament à l’ONU ayant un rapport avec l’agenda politique homosexuel. Les nations européennes tentent de forcer comité des ONG de l’ONU à permettre l’entrée de groupes homosexuels extrémistes à l’ONU. D’autres gouvernements ont commencé à travailler afin de faire des activités homosexuelles un droit de l’homme qui devienne applicable en droit international.

Un document appelé les Principes de Yogyakarta, rédigé en partie par des bureaucrates de l’ONU, affirme que «l’orientation sexuelle et l’identité de genre» font déjà partie du droit international. Un bloc solide de 80 nations continue à faire obstacle à une telle réinterprétation des traités de l’ONU.

Il y a quelques semaines, le gouvernement des États-Unis a annoncé qu’une de ses premières priorités de politique étrangère serait la progression de l’agenda politique homosexuel, et a demandé aux représentations diplomatiques du pays à l’étranger d’en faire leur dossier prioritaire.

A.Ruse


Mardi 15 Janvier 2013


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 15/01/2013 11:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est très curieux cette volonté d'imposer l'homosexualité au niveau de l'ONU !

Qui y a t-il là derrière ? En quoi l'homosexualité est-elle une donnée fondamentale de l'humanité , au point qu'il faille qu'elle ait une représentativité à l'ONU ? Elle existe depuis très longtemps dans l'humanité sans que pourtant elle ait dépassé le stade d'un phénomène marginal et en tout cas d'ordre privé. Alors pourquoi cette mise en avant brutale aujourd'hui ?

Comment ne pas y voir une volonté de destruction de la cellule familiale normale et naturelle ? Et dans quel but ?

Il semble que l'on peut y voir deux objectifs. Le premier, la volonté de l'oligarchie mondiale de réduire le nombre d'habitants humains sur Terre, et je n'en veut pour preuve que cette volonté de réduction de l'humanité est affichée clairement par cette oligarchie et que, coïncidence, certains oligarques financent les lobbies homosexuels, (Soros, entre autres).

Le deuxième mobile renvoie à cette volonté aussi de l'oligarchie mondiale de subvertir totalement l'humanité dans ses valeurs essentielles qui élèvent l'humain dans l'humain. En mettant en exergue par une propagande insidieuse l'homosexualité comme étant une simple inclinaison sexuelle et non comme une déviation contre nature, ce qu'elle est réellement, on vise à faire perdre les repères fondamentaux de l'humanité.

Ce n'est certes pas le seul moyen utilisé, mais c'est un de ceux qui parait assez facile à mettre en place, sauf si une résistance notoire se fait vis à vis de ce projet. Mais cette résistance se devrait tenir compte de ce qui est derrière cette mise en avant de cette déviation et ne pas s'arrêter aux apparences.

2.Posté par Louigure le 28/01/2013 18:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"D’autres gouvernements ont commencé à travailler afin de faire des activités homosexuelles un droit de l’homme qui devienne applicable en droit international. " : donc en ce moment des milliers d'employés des gouvernements de la planète travaillent sur le "droit d'enc.... et de se faire enc...." comme étant un droit fondamental des sociétés humaines ... et si ce droit n'est pas respecté il faudra une police et une justice au service des homosexuels !

Plus concrêtement les droits de l'homme sont faits pour être baffoués sans recours autres que politiques , les homos vont devenir des survictimes comme beaucoup d'autres minorités sans envergure mais cela arrange les puissants que l'on s'enc... entre petits , c'est plus facile , à surveiller , à contrôler !

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires