ALTER INFO

L’IFESI : lettre ouverte aux grands hommes de science


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 19 Octobre 2018 - 01:54 Le transhumanisme est-il l'avenir de l'humanité ?

Jeudi 18 Octobre 2018 - 01:30 L’HISTOIRE. L’ESSENTIEL ET LE CONTINGENT.


Aux directeurs et enseignants des différents instituts d’enseignements en sciences islamiques en France.



A toute personne qui pourrait m'expliquer si je suis simplement naïf et devrais arrêter de croire aux belles histoires lues dans les livres.


Écrit par Ilyess Lundi, 13 Juin 2011 01:16
Jeudi 16 Juin 2011

L’IFESI : lettre ouverte aux grands hommes de science
Mesdames, Messieurs,



Je souhaiterais interroger les grands hommes de science que vous êtes sur ma naïveté.



Vous n’êtes pas sans savoir que pendant plusieurs semaines, un institut en Sciences Islamiques était fermé au public pour des raisons de « sécurité » - l’IFESI situé à Boissy-Saint-Léger (94). Cette fermeture avait été décidée au motif d’un problème d'accès pour les personnes à mobilité réduite. Les aménagements avaient pourtant été faits, et il appartenait à la mairie de réunir une commission pour autoriser l'ouverture et permettre à des étudiants de terminer leur année scolaire, mais rien n’en fut. Après des semaines de mobilisation des étudiants, enfin, le jeudi 9 juin 2011, les ifesiens ont obtenu gain de cause, sans qu’aucun d’entre vous ne fasse quelque communiqué de soutien que ce soit.



Je dois l'avouer, je suis d'une nature plutôt naïve. Lorsque l’on a privé mes frères et sœurs de leurs cours, j’ai en effet très vite cru que mes coreligionnaires allaient les soutenir, que les autres instituts, pour le moins allaient produire un communiqué pour les rassurer, pour le plus, appeler à de grands rassemblements avec eux.



Quel naïf je suis, n’est-ce pas ? Quel naïf je suis d’avoir cru que mes frères allaient se manifester pour rassurer et conforter dans leur foi ces frères et sœurs qui se sont battus pendant plusieurs semaines pour récupérer leurs classes, dans cette foi qui m'enseigne que celui qui ne se préoccupe pas des affaires des musulmans n’est pas des miens, que la oumma est comme un seul corps, que lorsque l’un des membres de ce corps est touché, c’est toute la communauté qui est touchée.



Lorsque la décision a été prise de communiquer sur ce qui est apparu au fil des semaines comme étant certainement un dossier politique, beaucoup s’étaient étonnés de votre silence, de l'absence d'échanges entre administrations et enseignants des différents instituts. Une lettre ouverte avait été envoyée aux étudiants, dans laquelle leur silence face à ces événements avait été soulevé. Naïvement beaucoup étaient partis du principe selon lequel ces étudiants étaient forcément au courant de la situation que vivaient leurs frères et sœurs de l’IFESI, puisque leurs enseignants avaient certainement du leur en parler. Les réactions à cette lettre ont été surprenantes. Beaucoup ignoraient tout de cette affaire. Des contacts ont alors été pris entre étudiants des différents instituts. Nombre d’entre eux ont en effet répondu favorablement à ce courrier, et un mouvement collectif semblait devoir se mettre en place pour défendre le droit d'apprendre.



Mais très vite une conclusion allait devoir s’imposer. Vos colères les uns envers les autres, vos haines ont même dit certains étaient plus forts que l’intérêt général qui devait prévaloir ici. Nous allions apprendre que des délégations, issues des rangs des étudiants de l'IFESI, s’étaient présentées dans vos différents instituts afin de vous demander l'autorisation de parler à vos élèves des problèmes que connaissaient leurs coreligionnaires de Boissy-Saint-Léger, mais nous allions aussi apprendre que des administrations avaient refusé à ces délégations de s'adresser aux étudiants. La déception n’allait pas s’arrêter là. Des étudiants qui avaient consulté leurs maîtres sur le soutien qu'ils s'apprêtaient à apporter à leurs coreligionnaires, furent découragés dans leur envie d'être présents pour leurs frères et sœurs, découragement alimenté par des repas de chaire humaine. Nous ne vous relatons ici que les versions les moins choquantes de ce que nous avons appris. Certains prétendaient même connaître le dossier au point d’estimer que l’Ifesi ne pourrait plus ouvrir ses portes.



Nous avons alors patienté pensant que votre intelligence se manifesterait pour lever ces colères et haines. Aussi, lorsque ordre a été donné de déloger violemment ces jeunes pacifistes parce qu'ils avaient osé faire savoir leur mécontentement calmement, sans excès, nous pensions que vous alliez chercher à savoir ce qui se passait, mais rien n’eut lieu.

Lorsque quatre de ces jeunes gens se sont retrouvés en garde à vue, et que des médias ont classé cet événement dans la rubrique "terrorisme" de leur journal, nous pensions que vous alliez vous indigner d'un tel acte, mais rien et nous avons patienté.

Lorsque des jeunes gens se sont lancés dans une grève de la faim, qu'ils ont été menacés d'être violemment délogés malgré cette action pacifique, nous avons pensé que vous alliez vous manifester, mais rien, et nous avons patienté.

Lorsque des grenades lacrymogènes ont été lancées sur des hommes, femmes et enfants alors qu'ils manifestaient pacifiquement, toujours et encore, nous avons pensé que vous alliez vous indigner, mais toujours rien.



Mais aujourd'hui nous ne pouvons plus patienter, aujourd'hui nous sommes las de vos querelles et de vos haines. Aujourd’hui en France des femmes, des enfants, des hommes qui manifestaient calmement ont été violentés, des jeunes hommes ont entamé des actions pacifiques pour la réouverture d'un institut d'enseignement, et ceux qui devaient être à leur coté ont été aux abonnés absents.



Pourtant nous avons cherché, nous avons fouillé la toile afin de trouver une quelconque réaction de votre part, un mot, un simple encouragement, mais nous avons cherché vainement. Aucune des grandes associations musulmanes ne s'est exprimée, CFCM, CRCM, UOIF, FNMF, silence total, seule l’une d’entre elles a relayé l’information régulièrement, et nous saluons ce geste de l’UAM 93. Nous pouvons trouver une excuse à ces associations, elles semblent se complaire dans leur inaction, leur inutilité, elles semblent se complaire à être qualifiées de « Conseil Français du Couscous et de la Merguez », ou de « Conseils des Représentants en Couscoussières et Merguez », et malgré que nous soyons outrés que nos impôts aient permis de mettre en place des organismes aussi fantoches, nous ne leur en voulons pas, parce que nous avons compris depuis bien longtemps donc que nous ne devions rien attendre d'eux.



Mais vous, chers maîtres, vous et vos enseignements que vous prodiguez chaque semaine depuis tant d'années, vous et ce modèle que vous souhaitez voir vos élèves imiter, où étiez-vous? Qu’avez-vous fait? Que disiez-vous?



Pendant combien de temps allez vous rester des élites du texte qui n’en tirent pas la substance permettant de faire. Comment avez-vous pu continuer dans votre inertie, loi du 15 mars 2004, loi contre le niqab, bientôt une loi pour interdire aux femmes d'accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires, bientôt une loi qui légalise la discrimination à l'embauche des femmes portant un voile, même dans le secteur privé. Où êtes-vous donc?



Suis-je réellement naïf de croire que vous auriez du être là ? Ne suis-je bon qu’à lire des histoires pour enfants dans les livres, car ces histoires n’arriveraient pas dans la vraie vie de tous les jours ? Comment pouvez-vous accepter cela sans réagir ? Votre colère les uns envers les autres, votre haine, encore une fois, vous a-t-elle aveuglé à ce point ? Comment vous sentez-vous lorsque vous devez enseigner le pardon et sa valeur à vos élèves ?



Votre cœur ne tremble-t-il pas lorsque vous arrivez à ce chapitre de la vie de ce grand homme qui, alors qu’il avait tout entre ses mains, alors qu’il aurait pu d’un geste éliminer ceux qui l’ont tant brutalisés, qui lui ont fait tant de mal, alors qu’il aurait pu d’un geste, d’un regard même éliminer cette femme, qui l’a tant insultée, qui a tué son oncle qu’il avait tant aimé, et qui l’avait tant protégé. Mais non, il a pardonné, parce qu’il savait sa cause plus grande que sa vengeance, il savait que ce geste signifiait bien plus que ce qu’il aurait pu demander. Vos gestes d’apaisement, vos pardons respectifs seraient bien plus grands que vos colères encore présentes. Demain, fermer un institut, une mosquée, ou une école pourrait être tellement facile. Qu'est-ce qui peut empêcher n'importe quel maire de décider que telle école ou mosquée doit fermer du jour au lendemain? Plus de 200 de vos frères et sœurs se sont retrouvés à la rue et ils vous ont demandé votre soutien pour avoir le droit d’apprendre, et vous n’avez pas considérez cela comme important ? Et vous n’avez pas jugé important d’être là ?



Qu’avez-vous dans le cœur lorsque vous relatez la vie de cet homme pour qui le pardon était hygiène de vie. Ne savez-vous pas pardonner ? Ne savez-vous pas oublier ? Ne savez-vous pas qu’un jour vous aussi rendrez des comptes ? Combien de temps allez-vous continuer ainsi ? Quand allez-vous comprendre que la multiplication des écoles musulmanes en France est une richesse ? Quand allez-vous cesser de réagir en fonction de vos colères passées lorsque vous collaboriez dans un même but? Six millions de musulmans en France, et vous ne pensez pas qu'il y a assez d'enfants à éduquer?



La déception au vu de ce qui s'est passé ces dernières semaines est telle que nous ne vous demandons même pas si vous allez féliciter ces jeunes gens pour leur persévérance et l'exemplarité de leur mouvement. La réponse nous est déjà connue. En fait pour conclure, ces quelques lignes peuvent se résumer par quelques mots qui nous ont été soufflé au cours de différentes conversations : il ne s'agissait pas ici de sciences islamiques, de savoir, de cheikh, mais de logique humaine tout simplement.



Répondez moi chers Maitres, suis-je naïf ? Dois-je aller étudier comme vous dans de grandes universités islamiques pour revenir enseigner que ces histoires ne sont bonnes que dans les livres ?

Votre élève respectueux de la science qu'IL vous a permis d'avoir


Ils ont su ce qu'ils voulaient, une fois qu'ils l'ont su, ils ont eu le courage de le dire. une fois qu'ils l'ont dit, ils ont eu le courage de le faire.
N'y a t-il pas plus grands Hommes que ceux qui prônent des idéaux, qui affirment leurs convictions, et qui les mettent en pratique?
__________________________________________________________________________________________________________

Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire" (Georges Clemenceau)
N’y a-t-il pas pire hypocrisie que de prôner des idéaux, d’affirmer ses convictions, sans les mettre en pratique ?
__________________________________________________________________________________________________________
Nous ne sommes les représentants d'aucun institut. Nous nous mobiliserons demain pour d'autres instituts si cela devait leur arriver.


Jeudi 16 Juin 2011


Commentaires

1.Posté par Saber le 17/06/2011 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Rang - Al-Saff
Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément.
[61:1]
Ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre glorifie Dieu. Il est le Tout-Puissant, le Sage.

[61:2]
O vous qui croyez, pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ?

[61:3]
C'est une grande félonie, auprès de Dieu, que de parler et de ne pas agir.

[61:4]
En vérité, Dieu aime ceux qui combattent dans Son chemin en rangs serrés, comme s'ils formaient un édifice bien scellé.


Al-A'râf
Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le Clément.
[7:194]
Ceux que vous implorez en dehors de Dieu sont des serviteurs semblables à vous. Implorez-les donc, et qu'ils vous répondent si vous êtes véridiques !

[7:195]
Ont-ils des pieds qui leur permettent de marcher ? Ont-ils des mains qui leur permettent de saisir ? Ont-ils des yeux qui leur permettent de voir ? Ont-ils des oreilles qui leur permettent d'entendre ? Dis : " Implorez vos associés ! Et puis usez de ruses contre moi, mais ne me faites pas attendre !

[7:196]
Oui, mon Protecteur est Dieu, Celui qui a fait descendre le Livre. C'est Lui qui protège les vertueux.

[7:197]
Ceux que vous implorez en dehors de Lui ne peuvent ni vous aider ni s'aider eux- mêmes ".

[7:198]
Si tu les appelles à la vraie Direction, ils n'entendent pas. Tu les vois qui te regardent, mais ils ne sont pas clairvoyants.

[7:199]
Tiens-toi à la mansuétude, ordonne la bonne conduite et écarte-toi des ignorants.

[7:200]
Chaque fois qu'une suggestion maligne te vient de Satan, cherche refuge auprès de Dieu. Certes, Il entend tout et Il sait tout.

[7:201]
Ceux qui craignent Dieu, lorsqu'une tentation satanique s'empare d'eux, ils se souviennent [du Rappel] et deviennent aussitôt clairvoyants.

[7:202]
Quant à leurs frères, ils sont maintenus dans l'égarement et ne peuvent plus s'en échapper.

[7:203]
Quand tu ne viens pas vers eux avec un signe, ils disent : " Comment ? Ne l'as-tu pas trouvé ? " Dis : " Je ne fais que suivre ce qui m'est révélé par mon Seigneur ". Ce sont là, de la part de votre Seigneur, des appels à la clairvoyance, une Guidance et une Miséricorde pour ceux qui croient.

[7:204]
Lorsque le Coran est récité, écoutez-le attentivement et faites silence. Peut-être vous sera-t-il fait miséricorde...

[7:205]
Invoque ton Seigneur en toi-même avec humilité et crainte, sans que la voix résonne, le matin et le soir. Ne sois pas au nombre des négligents.

[7:206]
Ceux qui se tiennent auprès de ton Seigneur ne renoncent pas, par orgueil, à l'adorer. Ils Le glorifient et ils se prosternent devant Lui.

2.Posté par peetch Rif le 17/06/2011 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Salam alikoum....

Un ENORME baraka'Allah U Fik à l'auteur de cette lettre ouverte ! En effet, je suis à 100% d'accord avec vous.

J'ai également chercher à "comprendre" le pourquoi du comment se fait-il que des instituts comme le CERSI, IESH, Al Ghazali de Paris n'ont pas soutenu les actions de l'IFESI.

Pour certains, JE SAIS que c'est volontaire car il existe une gueguerre entre institut... cette volonté de NE PAS VENIR EN AIDE est venu de la direction même de ces instituts et je le tiens de la plume même d'un membre de l'association des étudiants de l'institut Al Ghazali.
Certes il ne s'agit peut-être pas des personnes de sciences, mais il s'agit tout de même des personnes qui oeuvrent pour l'Islam !!

En tout cas, je tiens à vous remerciez pour cette lettre ouverte, j'ai l'impression que vous avez lu dans mes pensées...

Qu'Allah Soubhana wa taala nous permettent de faire partis des justes... Amine...

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires