RELIGIONS ET CROYANCES

L'ÉGLISE CATHOLIQUE À LA CROISÉE DES CHEMINS


Dans la même rubrique:
< >


Oscar Fortin
Dimanche 27 Octobre 2013

L'ÉGLISE CATHOLIQUE À LA CROISÉE DES CHEMINS
D'ABORD UNE ÉGLISE ENRACINÉE DANS LE POUVOIR POUR DIRIGER

Ce titre eut pu coiffer bien des articles tout au long de l’histoire de l’Église à travers le temps. Ce n’est donc pas d’aujourd’hui qu’elle est à la croisée des chemins.  Toutefois, cette fois-ci, les choix sont plus radicaux, ils touchent plus profondément la doctrine et la foi. Sur la photo qui coiffe le présent article, on y voit le prêtre poète, Ernesto Cardenal, que le pape Jean-Paul II avait sermonné à son arrivée à l’aéroport de Managua, Nicaragua. La seconde photo est celle du cardinal Canizarés. Deux églises, deux mondes.
 
L’Église institution en est arrivé à un point tel, dans sa doctrine et l’exercice de ses cultes,  que sa crédibilité n’y est plus. Cette Église institution telle qu’elle se présente à travers ses cardinaux, ses nonces apostoliques, ses évêques, tous enveloppés de rouge ecclésiastique, bien empressé, ne répond plus aux aspirations et aux attentes d’une humanité dont le rouge qui la couvre est plus souvent celui du sang. Cette Église, quoi qu’on en dise, résiste toujours aux changements, pour ne pas dire à la conversion qui s’impose. Elle n’est pas prête à troquer ses habits impériaux pour ceux d’une humanité en quête de justice et de respect. Toutefois, des vents forts soufflent pour les en dépouiller. Jusqu’à temps pourront-ils leur résister?
 
 
 
 
OU UNE ÉGLISE ENRACINÉE DANS LE PEUPLE POUR SERVIR ET TÉMOIGNER

L’autre Église, celle dont on parle peu, est déjà à l’œuvre dans plusieurs milieux de vie, à travers le monde, mais de façon particulière en Amérique latine.
 
Dans les derniers jours du Concile, le 16 novembre 1965, quarante évêques, en majorité latino-américains, se sont réunis dans une catacombe de Rome sous l’impulsion de dom Helder Camara et ils ont signé ce qui s’est appelé le « Pacte des catacombes » . Un geste profondément prophétique qui indique la direction à prendre pour que l’Église institution retrouve son âme. Je vous invite à lire au complet le contenu de ce pacte dont je me permets d’en relever quelques extraits.
 
1. Nous essaierons de vivre selon le mode ordinaire de notre population en ce qui concerne l’habitation, la nourriture, les moyens de locomotion et tout ce qui s’ensuit. Cf. Mt, 5, 3 ; Mt, 6, 33s ; Mt, 8, 20.
2. Nous renonçons pour toujours à l’apparence et à la réalité de richesse spécialement dans les habits (étoffes riches, couleurs voyantes), les insignes en matière précieuse (ces signes doivent être en effet évangéliques). Cf. Mc, 6, 9 ; Mt, 10, 9s ; Actes, 3, 6. Ni or ni argent.
3. Nous ne posséderons ni immeubles, ni meubles, ni comptes en banque, etc., en notre propre nom ; et s’il faut posséder, nous mettrons tout au nom du diocèse, ou des œuvres sociales ou caritatives. Cf. Mt, 6, 19-21, Lc, 12, 33s.
5. Nous refusons d’être appelés oralement ou par écrit par des noms et des titres signifiant la grandeur et la puissance (Éminence, Excellence, Monseigneur). Nous préférerons être appelés du nom évangélique de Père.
6. Nous éviterons, dans notre comportement, nos relations sociales, ce qui peut sembler donner des privilèges, des priorités ou même une préférence quelconque aux riches et aux puissants (par exemple par des banquets offerts ou acceptés, par des services religieux). Cf. Lc, 13, 12-14 ; 1 Cor, 9, 14-19).
9. Conscients des exigences de la justice et de la charité et de leurs rapports mutuels, nous essaierons de transformer les œuvres de « bienfaisance » en œuvres sociales basées sur la charité et la justice qui tiennent compte de tous et de toutes les exigences, comme un humble service des organismes publics compétents. Cf. Mt, 25, 31-46 ; Lc 13, 12-14, et 33s.
10. Nous mettrons tout en œuvre pour que les responsables de notre gouvernement et de nos services publics décident et mettent en application les lois, les structures et les institutions sociales nécessaires à la justice, à l’égalité et au développement harmonisé et total de tout l’homme chez tous les hommes et par là à l’avènement d’un autre ordre social, nouveau, digne des fils de l’homme et des fils de Dieu. Cf. Actes, 2, 44s ; Actes, 4, 32-35 ; Actes, 5, 4 ; 2 Cor, 8 et 9 ; 1 Tim, 5, 16.
11. La collégialité des évêques trouvant sa plus évangélique réalisation dans la prise en charge commune des masses humaines en état de misère physique, culturelle et morale – deux tiers de l’humanité – nous nous engageons :
<>•<>•
 
Après 48 ans de ce pacte, la figure visible de l’Église institution n’a guère changée. Il faut retourner dans les pays du tiers-monde pour y retrouver de ces témoins d’Église des pauvres pour les pauvres. Déjà nous connaissons le témoignage de Mgr Oscar Romero. Moins connus sont ces nombreux prêtres religieux et laïcs engagés, sous l’inspiration de la théologie de libération, dans les milieux les plus défavorisés. Ils sont ceux-là mêmes que le pape Jean-Paul II  a voulu bâillonner avec l’aide de Joseph Ratzinger, devenu par la suite pape Benoît XVI, puis pape émérite. Sur cette photo nous voyons le pape J.P. II sermonner le père Ernesto Cardenal, alors ministre de la culture. Il vaut la peine d’aller au lien plus haut donné sur ce prêtre pour y lire ce qu’il raconte de cette visite du pape.
 
 
 
Un nouveau pacte des catacombes?
 
 
 
Dom Pedro Casaldàliga, évêque émérite de la Prélature de São Félix de Araguaia (Mato Grosso) a publié, en mars 2009, un article pouvant être lu comme un second pacte des catacombes. En voici quelques extraits :
 
(…) La grande crise économique actuelle est une crise globale de l’humanité qui ne peut être résolue par aucune forme de capitalisme, car un capitalisme humain n’existe pas. Le capitalisme en lui-même reste toujours homicide, antiécologiste et suicidaire. On ne peut servir en même temps le dieu des banques et le Dieu de la Vie, ni conjuguer ensemble la toute-puissance et l’usure avec la convivialité fraternelle. La question centrale est la suivante : s’agit-il de sauver le système ou s’agit-il de sauver l’humanité? C’est dans les grandes crises que se trouvent les grandes opportunités. En chinois, le mot « crise » a deux sens : la crise comme danger et la crise comme opportunité.
 
Avec l’Église, nous voulons vivre, à la lumière de l’Évangile, la forte passion de Jésus pour le Royaume. Nous voulons être l’Église de l’option pour les pauvres et devenir communauté œcuménique, mais aussi macro œcuménique. (…)Le Dieu dans lequel nous croyons, celui que Jésus appelait Père, ne peut être en aucune façon celui des fondamentalismes, de l’exclusion, des inclusions absorbantes et de l’orgueil prosélyte. Faire de notre Dieu le seul Dieu véritable, cela a assez duré. « Mon Dieu me laisse-t-il rencontrer Dieu? ». (…) L’Eglise sera prophétique dans ses annonces, ses dénonciations et sa façon de consoler. Comme le disait Pie XI, la politique vécue par tous les chrétiens et toutes les chrétiennes sera « l’expression la plus élevée de l’amour fraternel ».
 
On peut lire l’ensemble de l’article en suivant le lien donné plus haut.
 
QU’EN EST-IL DU PAPE FRANÇOIS?
 
Il ne fait aucun doute dans mon esprit que le pape François appartient, quant à son mode de vie et à sa proximité avec les plus marginalisés, au second groupe, celui des catacombes.
 
Toutefois, à regarder de près ceux qu’il nomme pour le conseiller et pour diriger les différents dicastères de l’Église, il donne plutôt l’impression de quelqu’un qui veut garder l’Église institutionnelle là où elle est.  
 
L’Opus Dei qui n’a pas la réputation d’être pauvre avec les pauvres se voit confier de nombreuses responsabilités à travers plusieurs de ses membres. C’est le cas pour les comités visant la transformation de la banque du Vatican. C’est le cas pour le comité visant la transformation de la gouvernance de l’État du Vatican. C’est également le cas avec son comité du G-8 pour le conseiller sur la réforme de la Curie.
 
 
Avec le cardinal MARADIAGA comme coordonnateur, les conservateurs et les adeptes du statu quo peuvent dormir tranquilles. Il est là pour veiller au grain.
 
Il ne faut pas oublier qu’il est le cardinal qui a participé directement au coup d’État militaire au Honduras, en juin 2009, et qui considère, sans plus de nuance, le socialisme du XXIe siècle comme étant le marxisme qui a caractérisé, au siècle dernier, les États de l ‘Union soviétique. 
 
Pour moi, il est l’ombre qui plane sur le Vatican et qui sait utiliser toutes les opportunités que lui donnent ses fonctions de coordonnateur pour se faire voir et se positionner pour une éventuelle élection à la papauté. Comme pilote, il sait voler, comme musicien, il sait jouer les notes pour ses compositions, et comme politicien, il sait utiliser les moyens qu’il faut pour être toujours du côté des solutions plutôt que du côté des problèmes.
 
Enfin, la nomination, comme secrétaire d’État, de Pietro Parolin, également lié à l’Opus Dei, n’augure rien de bon pour les grands changements, tant dans les politiques du Vatican à l’endroit des puissances de l’Occident  que dans ceux relatifs au système des nonciatures apostoliques, véritables contre signe d’une Église pauvre avec les pauvres.
 
Il revient tout juste de Caracas où il agissait, depuis 2008,  comme chef de la  Nonciature apostolique.  Sa pensée idéologique rejoint parfaitement celle du cardinal MARADIAGA, bon ami de Washington et des oligarchies nationales. Sur ces deux personnages, je vous invite à lire les quelques articles écrits sur le sujet.
 
 
Faut-il voir dans ces nominations un pape « rusé » qui « sait manœuvrer » ou un pape « naïf et pécheur »  comme il l'a lui-même signalé dans son entrevue avec les jésuites.
 
On ne peut certes pas reprocher au pape François son engagement personnel et le témoignage de simplicité qui rayonne de sa personne. Mais pour le reste, faudra-t-il attendre une seconde « Pentecôte » ou un « tsunami » au sein même du Vatican?
 
Oscar Fortin
Québec, le 26 octobre 2013
http://humanisme.blogspot.com


Dimanche 27 Octobre 2013


Commentaires

1.Posté par Michel le 28/10/2013 08:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Article intéressant.
Contenu volontier polémique.
Pourquoi pas ?
N'avons-nous pas tous intérêts à interroger nos pratiques et nos croyances.
Je vous suggère le lire le récent interview du pape François aux revues jésuites.
Vous vous rendrez compte par vous-même de ce que vit cet homme.
http://www.jesuites.com/v3/wp-content/uploads/2013/09/Interview-Pape-François_long.pdf?9d7bd4

2.Posté par oscar fortin le 28/10/2013 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Michel : Merci pour votre commentaire. J'ai lu, dès sa publication, cette longue entrevue du pape François à laquelle vous nous référez. C'est évidemment un défi énorme qu'est le sien. Dans cette entrevue, il dit de lui qu'il est « rusé », qu'il sait « manoeuvrer », mais aussi qu'il est « naïf » et surtout « pécheur ». La pratique nous dira lesquels de ces traits dominent dans son action et les décisions qu'il prend. Je ne doute pas que l'Esprit saint l'accompagne et saura lui donner les lumières qui lui permettront de mener à terme sa mission.

bonne journée à vous et aux vôtres

3.Posté par ange le 30/10/2013 08:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le capital n'est pas un problème car la propriété, c'est aussi la liberté. Le problème, c'est la trop grande place qu'il a pris dans le monde, qu'il en vient à le remodeler jusqu'à le perdre (crise écologique, crise humanitaire, guerres, transformation du vivant, commerce de tout sans âme ni conscience, disparition des autres formes de vie sociétales traditionnelles etc).

4.Posté par oscar fortin le 30/10/2013 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ange: Si tout se vivait dans le respect du bien commun de tous et de toutes, il n'y aurait pas de problèmes dans le partage des richesses et les solidarités humaines nécessaires au bien-être de toute l'humanité entière. Mais tel n'est pas le cas. En Amérique latine, les tenants du socialisme du XXIe siècle ont une expression qui encadre bien le rôle de l'État et du privé. Ils disent « l'État autant que nécessaire et le privé autant que possible ». Le seul fait de proclamer cela, ils sont aussitôt qualifiés de communistes et de marxistes, entre autres par des gens d'Église. C'est dire tout le chemin qu'il reste à parcourir pour trouver la voie d'une humanité faite pour la justice, la vérité et la solidarité.

Avec tout mon respect et bonne journée à vous et aux vôtres

5.Posté par ange le 30/10/2013 09:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oscar Fontin, cela ne sert à rien de critiquer tout le temps le catholicisme : pourquoi? Vous êtes chrétien d'Europe ?
Parce que le futur, quand on l'étudie, nous apprend que l'Europe sera à majorité musulmane en 2060 sauf dans quelques pays qui resteront ancrés au catholicisme. Les allemands deviendront des turcs-allemands, les populations des pays déstabilisés du Moyen-Orient continueront leur migration même quand ces pays retrouveront un semblant de stabilité. Leur taux de fécondité sera important et mélangera les populations précédentes. Ce seront des musulmans, un peu comme ceux des forums : dans une perspective mondialiste et technologique.
Sinon, voyez que l'on détruit les églises en France , cela ne vous suffit-il pas ? Le catholicisme sera majoritaire en Amérique (continent). Mais le futur est-il déjà écrit ou à écrire ?

6.Posté par Michel le 30/10/2013 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'accord avec vous, Ange.
La question n'est pas de posséder mais de ce que nous faisons avec ce que nous possédons.
Un pauvre tout comme un riche peut être obnubilé par l'argent.
J'aime le diction : "L'argent est un bon serviteur et un mauvais maître".
La lecture du récit du Jeune homme riche dans l'évangile de Luc (18,18-34) l'illustre bien.

7.Posté par Michel le 30/10/2013 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Concernant vos échanges sur le futur de notre continent, je vous conseille la lecture de l'article de la revue Projet sur "Migrations : quelle autre politique pour l'Europe ?"
http://www.revue-projet.com/articles/2013-07-accueillir-plus-pour-gagner-plus/

8.Posté par oscar fortin le 30/10/2013 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Ange: Avec tout mon respect, je ne pense pas que l'objectif soit de sauver le christianisme que nous connaissons présentement, mais de sauver l'humanité dans laquelle nous vivons. C'est ce qu'est venu réaliser Jésus de Nazareth: sauver l'humanité, le monde. À ses disciples qui veulent le suivre, il leur a dit qu'ils devaient tout laisser et aller de par le monde annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu sur terre, comme nous le proclamons chaque fois que nous disons le Notre Père. Il les a assurés qu'il serait avec eux jusqu'à la fin des temps.

Bonne journéee

9.Posté par oscar fortin le 30/10/2013 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Ange: Avec tout mon respect, je ne pense pas que l'objectif soit de sauver le christianisme que nous connaissons présentement, mais de sauver l'humanité dans laquelle nous vivons. C'est ce qu'est venu réaliser Jésus de Nazareth: sauver l'humanité, le monde. À ceux veulent le suivre, il leur a dit tout laisser et d'aller de par le monde annoncer la bonne nouvelle du royaume de Dieu sur terre, comme nous le proclamons chaque fois que nous disons le Notre Père. Il les a assurés qu'il serait avec eux jusqu'à la fin des temps.

Bonne journéee

10.Posté par ange le 30/10/2013 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Non, Oscar Fortin, il faut maintenir le socle chrétien de l'Europe. cela n'empêche pas d'écouter, d'entendre, de comprendre, de partager avec les autres religions, les autres pensées, les autres groupes sociaux, religieux ou politiques (de les aider à mieux vivre) mais il ne faut surtout pas que le socle tombe (destruction d'églises, destruction du message chrétien, destruction des fêtes chrétiennes dans le calendrier, des jours de repos correspondant à ces fêtes, disparition par la perte ou la dilution du sens, perte de la mémoire historique) etc .Bien à vous.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires