MONDE

L’Assemblée générale de l’ONU examinera le Traité sur le commerce d’armes


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Konstantin Garibov
Lundi 30 Juillet 2012

L’Assemblée générale de l’ONU examinera le Traité sur le commerce d’armes

Une tentative d’élaborer les mesures unies en vue de prévenir le commerce illégal d’armes est pratiquement impossible, ce secteur ayant en premier lieu rapport à la grande politique, ont indiqué les experts russes en commentant l’absence de résultat à la Conférence de l’ONU sur l’élaboration d’un Traité international sur le commerce d’armes.

Les pourparlers exténuants sur la régulation du marché global des armements ont duré quatre semaines. Les délégations de 193 pays y ont pris part. Le document doit être adopté à l’unanimité, les Etats-Unis insistent sur ce point. Au micro le vice-directeur de l’Institut d’analyse politique et militaire Alexandre Khramtchikhine :

« Les principaux pays intéressés à disséminer les armes ne soutiendront pas ces documents. Le Traité sur la réduction des bombes à cassettes ratifié par plus d’une centaine de pays n’est pas en vigueur parce qu’il n’est pas ratifié par les pays essentiels. Cela concerne également le Traité global sur le commerce d’armes, les joueurs principaux n’en ayant pas besoin ».

Les Etats-Unis ont exigé à la conférence que le futur Traité soit mis en rapport avec le droit garanti des Américains de porter les armes. Les Etats-Unis, la Chine, la Syrie, l’Iran et l’Egypte ont demandé d’exclure du document toute mention de l’interdiction de vendre les munitions de combat.

La Russie a insisté dès le début sur la régulation des ventes d’armes légères et d’armes à feu. La Russie a proposé de réserver le droit de conclure les contrats de livraisons d’armes exclusivement aux structures d’Etat. Les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux estiment cette clause inadmissible. Ils ont défendu leurs intérêts en Syrie, a déclaré le directeur du Centre d’études socio-politiques Vladimir Evseev :

« Si le commerce d’armes par le biais des structures non étatiques est interdit, il sera très difficile d’aider l’opposition syrienne. Ce sont pour une large part des mercenaires : près de six mille hommes. Comment les armer en cas de l’embargo aux livraisons par le biais des structures non gouvernementales ? D’où l’intention de bloquer cette initiative ».
Le projet de Traité international sur le commerce d’armes est soumis à l’examen de l’Assemblée générale qui décidera des démarches en vue de l’adopter.

french.ruvr.ru/



Lundi 30 Juillet 2012


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires