Economie et pouvoir financier

L'Allemagne, un "Quatrième Reich" économique?


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 1 Septembre 2018 - 01:06 ‘Science économique’ – Imposture diabolique

Dimanche 12 Août 2018 - 08:00 Dette mondiale : où en est-on ?



Samedi 28 Mars 2015

L'Allemagne, un "Quatrième Reich" économique?
Après la Seconde Guerre mondiale, le rétablissement de l'hégémonie allemande en Europe paraissait impossible. Cependant, la crise actuelle de l'euro en a de nouveau fait la première puissance du Vieux Continent.
 
Si, auparavant, le passé nazi du pays n'était une idée fixe que pour les Allemands, aujourd'hui de plus en plus d'Européens osent comparer le pays à l'Allemagne nazie. L'hebdomadaire Der Spiegel a tenté de déterminer à quel point ces parallèles étaient justifiés.
Le Spiegel est prêt à reconnaître que Berlin est redevenu le centre économique de l'Europe. Mais l'hebdomadaire pense qu'il est incorrect de le considérer comme un centre politique du continent, comme il y a 75 ans.
  Il est formellement incorrect de qualifier l'Allemagne de Quatrième Reich, parce qu'aujourd'hui elle est un pays démocratique. Cependant, la principale signification du terme "Reich" en tant qu'empire remet les choses à leur place. Compte tenu du poids économique de Berlin et de la vitesse à laquelle il gonfle ses muscles politiques, cette comparaison a ses raisons d'être.  
Les Grecs sont ceux qui qualifient le plus souvent l'Allemagne de Quatrième Reich. De nombreux citoyens grecs accusent ainsi les Allemands de tous les maux qui ont dernièrement frappé leur pays et se souviennent avec horreur de l'occupation allemande. Athènes exige des réparations de guerre, tout en sachant que cela irrite son principal créancier.
  Les Européens sont particulièrement nombreux à penser que l'Allemagne occupe à nouveau le sud du Vieux Continent, dont les habitants considèrent de plus en plus les Allemands comme des occupants dans le sens économique.  
Curieusement, l'attitude envers Berlin change rapidement, même si à en croire les sondages les Européens continuent de respecter les Allemands.
Soit les Européens ont une très bonne mémoire, soit les sept décennies qui se sont écoulées depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale n'ont pas été suffisantes pour oublier ses horreurs. Plusieurs hommes politiques européens veulent rendre responsables les Allemands de la crise et de tous les problèmes. Ils inculquent à leurs compatriotes l'idée que les Allemands sont à nouveaux responsables de tout.
  La rédaction du Spiegel reconnaît l'hégémonie économique de l'Allemagne, mais la qualifie de "faible hégémonie", sous-entendant que son poids politique n'équivaut pas à sa force économique. Effectivement, l'Allemagne ne fait toujours pas partie du Conseil de sécurité des Nations unies et, probablement comme la Chine, ne joue pas dans la politique mondiale un rôle correspondant à son potentiel économique. Toutefois, elle est un leader incontestable en Europe non seulement dans l'économie, mais aussi dans la politique et cherche de plus en plus à dicter sa volonté à toute l'UE. Par conséquent, la montée rapide de la germanophobie dans certains pays européens peut s'expliquer.  
Contenu réalisé à partir d'informations émanant de sources ouvertes.


Samedi 28 Mars 2015


Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires