RELIGIONS ET CROYANCES

L'Aïd al-Adha, mais quel est le sens de cette fête ?



Lundi 6 Octobre 2014

L'Aïd al-Adha, mais quel est le sens de cette fête ?

Quand nous avons lancé le projet de film documentaire #MouslimIn, nous avions annoncé une date de sortie pour l'Aïd al-Adha. En effet ce jour est la plus importante fête pour les Musulmans. Et il est de coutûme de se faire des cadeaux. C'est pourquoi ce film se voulait notre cadeau pour les Musulmans en ce jour sacré.

Mais il est encore en cours de production. Actuellement nous travaillons à traduire tous les rush (prises de vues) vers l'anglais pour permettre à notre réalisateur anglophone de commencer le montage. Nous comptons bien le finir au plus vite cette année incha'Allah avec la meilleure qualité. En parrallèle nous travaillons sur un court-métrage artistique, ainsi que sur la suite du projet de photos dont vous avez du voir des aperçus au cours de l'année. vous exprimons nos plus plates excuses pour ce retard. N'hésitez pas à demander l'aide d'Allah pour nous permettre de terminer ce premier projet.

Transparence étant faite, revenons à l'Aïd al-Adha littéralement la Fête du Sacrifice. L'an dernier, au travail, j'ai semble-t-il choqué des collègues en parlant de Sacrifice. Ma supérieure, d'origine maghrébine, s'est empressée de corriger en précisant  que c'était avant tout une fête de générosité, de renforcement des liens humains et de compassion pour autrui. Bien sûr qu'il est très important de partager la viande des moutons sacrifiés avec les nécessiteux. C'est même une tradition prophétique. Evidemment que cette fête est l'occasion de revoir ses proches,  ses amis et ses voisins. C'est même très recommandé de le faire avec ceux qui ne le font pas avec vous. Enfin à l'évidence se montrer bienveillant en offrant des cadeaux à ses collègues, voisins non musulmans est un bienfait. Mais cette générosité, cette chaleur humaine et le pardon ne sont-elles pas la conséquence de la commémoration du sacrifice ?

Pour mieux comprendre ce lien revenons rapidement à l'histoire du sacrifice par Ibrahim (sur lui la Paix). Ibrahim est pour nous, musulmans, un hanif c'est-à-dire un croyant authentique dont les actes et la parole se rejoignaient pour ne faire et ne souhaiter que le bien autour de lui par amour et conscience d'Allah.

Amour et conscience d'Allah, affection entre humains

Hajar fut enceinte d'Ismail alors qu'Ibrahim avait un âge tellement avancé qu'il avait cru qu'il n'aurait pas d'enfant. C'est dire s'il l'aimaît. Lorsqu'Allah lui ordonna en songe de sacrifier son fils unique, c'est à ce bien aîmé fils qu'Ibrahim alla se confier. Loin de se rebeller, il lui dit avec une déconcertante patience : "O mon très cher père, fais ce qui t'es commandé". Quelques années plus tôt le père d'Ibrahim l'avait menacé de le lapider lorsque ce dernier lui avait presque supplier de croire en Allah et Lui seul par amour pour son prère qu'il souhaitait par dessus tout voir au paradis à ses côtés. Première leçon : la croyance en Allah et Lui seul renforce et se nourrit du profond amour d'un fils pour son père et du père pour son fils. Ce qui encourage à ne pas rompre les liens humains, à faire preuve d'affection et de confiance envers autrui à commencer par les plus proches.

Confiance en Allah, humilité et générosité avec les démunis

Ensuite lorsqu'Ibrahim obéissant mais affligé s'employait à trancher la gorge d'Ismaïl et n'y parvint pas, Ismaïl lui conseilla courageusement de le poignarder, mais il n'y parvint toujours pas. Quelques années auparavant Ibrahim avait été brûlé vif dans un grand brasier par son propre peuple pour avoir détruit des idôles et y survécut. Deuxième leçon : ne jamais desespérer car Allah peut tout, nous sauver au moment où tout semble perdu comme pour Ismaïl, ou faire tout échouer alors que tout semblait acquis comme pour le peuple d'Ibrahim. Ce qui amène le riche à l'humilité et à la générosité, en l'amenant à considérer que sa fortune est temporaire et surtout qu'elle n'est pas du à son seul génie ou à son seul travail.

Miséricorde d'Allah, compassion envers autrui

C'est à ce moment qu'Allah envoya alors un magnifique mouton pour qu'Ibrahim le sacrifie à la place d'Ismaïl. Quelques années plus tôt, alors même qu'Ibrahim avait survécu aux flammes, son peuple ne montra pas la moindre pitié en l'expulsant. Troisième leçon : Allah est miséricordieux et nous enjoint à la miséricordre, c'est-à-dire à la compassion et au pardon. Ce qui nous amène à toujours garder dans son coeur une place pour ce que les autres peuvent ressentir.

Une fête qui a du sens

Voilà, je vous ai conté l'histoire d'Ibrahim telle que je l'ai comprise. Je ne prétends pas à représenter tous les musulmans, mais j'aime à penser que la voie que j'ai choisie et qui m'a fait partager la même fête que des millions de musulmans, a un sens. D'ailleurs à l'occasion de cette fête, dans de nombreuses villes de France, vous avez pu en voir des barbus, des voilées, des jebba, des boubous, des jilbab, des vêtements de toutes les couleurs, de toutes les époques et de toutes les origines. Cette pluralité est à l'image de la communauté de l'Islam, la Oummah unie autour d'un même idéal de bon comportement, l'Islam. Mais la pluralité de ceux qui s'en revendiquent allié à  l'innondation de discours façonnant nos représentations nous font souvent oublier l'essence spirituelle du message pour l'écume animale du spectacle.

 
  En savoir plus sur l'aïd al-Adha  
 

Bader pour le Collectif Dignité Ethique Fraternité



Lundi 6 Octobre 2014


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 06/10/2014 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La manière dont l'auteur de l'article raconte l'histoire du sacrifice de sidna Ibrahim (SP) est un peu légère !

Tout d'abord, "hanif" ne signifie pas "croyant authentique", mais dépositaire de la Tradition primordiale. La fonction du Prophète envoyé de Dieu qu'était sidna Ibrahim était de revivifier la tradition spirituelle qui s'était beaucoup altérée au cours du temps.

D'ailleurs, en passant, si un prophète envoyé par Dieu n'est pas un "croyant authentique", qui le sera ? Il était donc parfaitement inutile à Dieu de mentionner sidna Ibrahim comme "hanif" si le sens de ce terme n'était que cela. A la limite, c'est presque insultant que de le qualifier d'un terme aussi minimum !

Pour plus de détails sur le sens de cette histoire, j'invite les lecteurs à aller sur le site oumma.com dans lequel se trouve un article d'Eric Geoffroy qui explique le sens profond de l'Aïd el Adha.

Que la fête soit un moment de joie, de partage, c'est indiscutable et c'est très bien, mais ne réduisez pas cet événement qui est très profond au niveau spirituel, une des raisons pour laquelle on l'appelle aussi l'Aïd el kebir, littéralement, "la grande fête", à une simple contingence sociale, pour aussi recommandée qu'elle soit, ou pire à ce terme invraisemblable de "fête du mouton" ! Ce qui revient à réduire cet événement à une orgie de viande de mouton. Quelle déchéance ! Après ça, on s'étonnera de la dégénérescence du monde musulman.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires