Conspiration

Kaléidoscope d’un coup d’Etat planifié / Sarkozy en Afrique : Un voyage des plus suspects


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 17 Septembre 2018 - 01:52 La Puissante Famille Rothschild (vidéo)



Abel Santamaria
Samedi 25 Décembre 2010

Kaléidoscope d’un coup d’Etat planifié / Sarkozy en Afrique : Un voyage des plus suspects
Depuis nos révélations de la semaine dernière sur les préparatifs de la conspiration en vue de déstabiliser le régime Gbagbo, beaucoup, en particulier les commanditaires de l’Hexagone et leurs bras séculiers, déstabilisateurs patentés devant l’Eternel sont en émoi. Nous avons promis revenir sur la question car ils n’ont pas arrêté de jouer leur jeu trouble. Voici quelques interrogations qui prouvent qu’ils n’ont pas renoncé à leur ambition.

1- Le voyage de Sarkozy en Afrique

Selon des sources concordantes recueillies auprès de quelques chancelleries occidentales et amies, le voyage du Premier des Français au Gabon et surtout à Bamako (Mali) n’était pas fortuit. Loin s’en faut. D’abord au niveau du coup d’Etat planifié, l’exécution a foiré la semaine dernière, au grand dam des conspirateurs parisiens qui veulent en finir avec le «rebelle Gbagbo», celui qui tient tête à la «Grande France» comme Um Niobé et Sylvanus Olympio l’avaient fait en leur temps.

Sarkozy et son pouvoir ne peuvent accepter que ce qui fait que la France a encore voix au chapitre au sein de l’Union européenne soit amputé d’une de ses mamelles les plus juteuses.
La Côte d’Ivoire pèse pour près de 47% au sein de l’Uemoa, pire encore pour la France, au sein de la Bceao. Or, la Bceao avec son «compte d’opération » géré par le Trésor français sert aujourd’hui à gérer la catastrophique dette et déficit extérieur de la France. Laurent Gbagbo par son nationalisme intransigeant et sa volonté de faire de la Côte d’Ivoire un pays véritablement libre, indépendant économiquement et financièrement s’entend, risque selon leur calcul de mettre en péril la stabilité du pouvoir Sarkozy qui prend l’eau de toutes parts avec les pressions sociales et syndicales.

Faut-il rappeler que le déficit de la sécurité sociale française a été financé avec l’argent du binôme café-cacao ivoirien déposé à la Caisse des dépôts et de consignation jusqu’en 1980 ? La Côte d’Ivoire est donc un pays qui compte dans le dispositif de domination de la France et de son rayonnement dans le monde. Il est inadmissible pour la France d’être privée d’une telle manne financière par la faute de quelques nationalistes au pouvoir dans son ex-pré-carré. La France n’ignore pas que les potentialités aurifères de la Côte d’Ivoire sont inépuisables selon tous les experts en la matière ; ce qui aiguise évidemment l’appétit de tous les prédateurs des matières premières occidentaux.

L’assurance mâle que la France affiche dans les arènes internationales repose sur deux mamelles africaines aux richesses naturelles très significatives ; la Côte d’Ivoire et le Gabon. Or, si Sarkozy par intrigues a pu «dompter» le Gabon avec l’élection d’Ali Bongo, il éprouve beaucoup de mal à dompter «Gbi la panthère ivoirienne».

Pour que la France compte, il faut que la Côte d’Ivoire existe. Mais comment la vassaliser ? C’est toute la question. Certes le Niger n’est pas négligeable avec son uranium ; mais l’utilisation, donc son avenir semble compromis avec la guerre que l’environnement livre au nucléaire. Sarkozy et la «mafiafrique» n’ont donc pas le choix dans cette guerre. Le temps de la vraie-fausse indépendance de l’ancien pré-carré français continue.

2. le coup d’Etat planifié

Si l’éminence grise de l’Elysée sous de Gaulle, Jacques Foccart est bien mort de sa belle mort, ses successeurs qui sont entre autres Bruno Joubert et Bernard Kouchner (qui a créé au Quai d’Orsay un clan anti-Gbagbo) ont fait leur cette exclamation du Général de Gaulle en février 1960 : «Foccart, il faut réussir la décolonisation». Interprétation de Foccart lui-même : cette injonction terrible ne signifiait pas : «Il faut aider les peuples d’Afrique à prendre un bon départ dans leur indépendance», mais plutôt : «Quelle que soit la formule adoptée pour les divers pays nouvellement indépendants, nous devons préserver les intérêts de la France».

Kouchner, le Foccart de la France de Sarkozy, en est le maître d’œuvre. Cet humanitaire transformé étrangement en gendarme du monde est à l’œuvre. La France des intrigues ne peut changer. N’oublions pas que de Gaulle lui-même est venu au pouvoir en 1958 par un coup d’Etat : L’Opération Résurrection. Depuis Alger, la 5e République est née d’un coup d’Etat.

Seulement en face Gbagbo, un homme qui possède en la matière une expérience des situations en apparence désespérées.

La France toujours soucieuse de ses intérêts idéologiques, stratégiques, commerciaux et économiques a une peur bleue de Laurent Gbagbo, qui risque d’ouvrir la boîte à Pandore pour le réveil d’une nouvelle conscience africaine. Le prima de ses intérêts tant publics que privés commande en très grande partie ses rapports avec ses anciennes possessions. Elle privilégie toujours avec les élites africaines des rapports inégaux et sulfureux marqués du saut de la brutalité et des coups d’Etat. Voici ce qui commande aujourd’hui, leur attitude inadmissible vis-à-vis d’un homme comme Gbagbo, historien de son état et qui a vite compris que la seule indépendance, la vraie, c’est être maître de son destin. Sans brocarder l’hégémonie destructrice de l’Occident, il a su prendre les précautions pour préserver les intérêts de son pays. Pour mettre fin au règne d’une classe aristocratique de prébendiers, formée par Houphouët-Boigny. Gbagbo va donc devoir révolutionner et radicaliser la manière de gouverner. Tant sur le plan politique national qu’international. Face à cette aristocratie du goût qui tend aujourd’hui à se faire appeler opposition significative, Gbagbo oppose un principe de gouvernance qui veut que rien ne soit immuable que les droits inhérents et inaliénables du peuple ivoirien. Il n’en fallait pas plus pour considérer comme un crime de lèse-majesté sa volonté de sortir le pays de la nuit de l’exil.
Or, le pouvoir français atteint d’une infirmité presque naturelle qui explique son impuissance congénitale de faire sa mue. Il doit maintenant comprendre que le 21e siècle n’est pas le 20e siècle. Il ne doit plus continuer de voir l’ex-esclave ou l’ex-colonisé en termes de duplication, de dédoublement ou de vassalisation. Le voyage de Sarkozy en Afrique s’inscrit en droite ligne dans cette vision manichéenne des anciens colonisés. La conspiration préparée contre la Côte d’Ivoire et visant son leader tient à faire aboutir cette vision de la France. Sarkozy n’est pas parti fortuitement au Gabon. Il va pour sceller une amitié compréhensive et neutre vis-à-vis de ce qu’ils sont en train de préparer contre la Côte d’Ivoire. Depuis la fermeture de la base de Dakar, et plus ou moins du 43e Bima de la Côte d’Ivoire, les véritables troupes françaises prêtes à intervenir en Afrique en cas de coup tordu sont pré-positionnées à Libreville au Gabon. C’est pratiquement une tradition ancienne.

N’oublions pas l’aventure-fiasco de la France contre le régime du Béninois Kérékou lorsque les troupes de Bob Denard à l’époque ont décollé de Libreville pour atterrir à Cotonou.

Que Sarkozy dont la destination finale du voyage était Kigali à mille kilomètres à vol d’oiseau de Libreville désoriente son avion pour atterrir à Bamako, cela devait faire réfléchir plus d’un. Car à Bamako, se trouvait déjà Alain Joyandet ministre de la Coopération. Auparavant, Bernard Kouchner était déjà venu deux fois à Bamako en quinze jours. Comme si ce n’était pas suffisant pour l’otage français libéré, le Secrétaire général de l’Elysée, lui-même, Paul Guéant, a dû abandonner les dossiers les plus urgents de l’Elysée pour faire le saut de Bamako. Cela n’augure rien de bon si ce n’est l’achèvement de la planification d’un coup d’Etat contre la Côte d’Ivoire.

Faut-il rappeler que ce Français, dont nous tairons volontairement le nom, jouant le rôle de représentant des services spéciaux français en Côte d’Ivoire, a lui aussi fait le déplacement de Bamako.

Selon des sources concordantes auprès des chancelleries toujours, il a même rencontré le Président Sarkozy. Toujours selon ces mêmes sources, Sarkozy parti de Libreville et survolant les frontières de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso aurait téléphoné au Président Blaise Compaoré, le Facilitateur de la crise ivoirienne, pour aider à la finalisation du coup d’Etat en cour.

Même un membre éminent du Rhdp se vante auprès de ses militants d’avoir reçu un coup de fil téléphonique express de Sarkozy, l’encourageant à tenir bon dans leur odieuse entreprise.
Selon nos sources, ces différentes pressions exercées par le Premier des Français n’a pas trouvé d’écho favorable ni auprès du Facilitateur ni du Président malien. Si Sarkozy s’est donné la peine de faire le détour de Bamako alors qu’il était à peine à mille kilomètres de sa destination finale, s’il s’est donné la peine de faire en plus un vol de quatre mille kilomètres en plus pour atteindre cette destination, c’est que l’enjeu était sérieux. La seule hyper activité du Premier des Français ne justifie pas ce surplus de périple africain. Qu’il se ressaisisse pour ne pas encore dans quelque temps, dire «nous avons commis des erreurs graves» en se mordant les doigts. Le serpent n’est vraiment pas mort comme vous le dite chez vous.

3. La prise de conscience

Mais que les conspirateurs sachent, malgré leurs ardeurs insensées, malgré leur volonté de saper les fondements encore mal assurés de la paix, les Ivoiriens qui n’ont d’autre patrie que la Côte d’Ivoire ne resteront pas passifs. Ils savent très bien que ne pas se révolter contre ce grand complot serait demeurer des victimes expiatoires. Les Ivoiriens ne sauront laisser les bourreaux d’hier se porter bien, tuer, violer, voler, brûler les symboles de l’Etat impunément. Les innocents d’hier qui sont devenus des insomniaques par leur faute, ne veulent plus dormir mal. S’ils ont pu se débarrasser de la rancœur et pardonner aux bourreaux, en acceptant de souffrir le martyr des grands hommes, ils n’entendent plus continuer de mourir sur l’autel des ambitions personnelles de ces bourreaux. Les Ivoiriens sont toujours à se demander pourquoi on en veut toujours aux personnes qui vous font du bien.

Le sommeil de l’innocence n’est pas une voie ouverte pour assouvir des desseins funestes. Le complot ne passera pas. Malgré l’activisme du directoire.

Les leaders du Rhdp ont une conception très étrange de l’Histoire de la Côte d’Ivoire. Ils fonctionnent comme si l’Histoire de la Côte d’Ivoire commence (y a-t-il un commencement à l’Histoire, voire une fin ?) en octobre 2000. Il y a comme la Côte d’Ivoire n’existe que depuis dix ans, c’est-à-dire avec l’ère Gbagbo ?

Gaillardement, ils se sont libérés du poids de leur malfaisance pour déposer le fardeau sur la tête des victimes d’hier. Dispensés de tout remords, aveuglés par les ambitions personnelles pleines de souffre, ils se sont débarrassés de la nécessité de réparer leurs méfaits vis-à-vis du peuple ivoirien. Voilà de véritables kamikazes qui veulent aller directement au paradis mais en nouant leurs ceintures d’explosifs autour des reins de tierce personne. Pour eux, Gbagbo est l’agneau du sacrifice et la Côte d’Ivoire, le champ de leur expérimentation. Mais au contraire du Christ, qui s’était assumé librement par amour pour les Hommes, Gbagbo, lui, ne devrait pas avoir le choix, il doit être simplement le bouc émissaire qui, en victime expiatoire, doit les débarrasser de tous les péchés d’Israël.

Pas de châtiment pour les bourreaux prédateurs d’hier, pas de haine pour les tortionnaires d’hier, puisque la victime expiatoire est arrivée à l’auto-culpabilité.

Voici ce qu’on demande au leader de la Côte d’Ivoire et à son peuple.

Périls inédits, ils devraient accepter d’être confrontés à des dominations obscures, alarmés des violences insaisissables, embarqués dans des mutations imaîtrisées, des crimes politiques organisés par des réseaux criminels arborescents. Forts de leur certitude agressive, de leur barricadement idéologique, de leur dogmatisme qui sont le lot de leur quotidien, ils se croient en apparence les maîtres d’un jeu funeste dont en réalité ils ne sont que les marionnettes du moment.

Nous demeurons convaincus avec Gbagbo et son peuple, que face au passé, s’élève un avenir plein de lumière.

L’aube d’une nouvelle Côte d’Ivoire se prépare. Laurent Gbagbo refuse de se figer, de se cristalliser, de s’emprisonner dans un monde de perte qu’on veut lui imposer. Gbagbo navigateur parmi les navigateurs saura tenir droit contre vents et marrées la barre du bateau ivoirien qui n’est pas du tout ivre. Loin s’en faut.

Si Ouattara et ses complices pensent que les élections à venir qu’ils veulent à tout prix compromettre sont celles de leur moisson, on est en mesure de leur poser la question de savoir en quels champs ont-ils semé le grain et pour quelle saisons oubliées pour en être si sûrs.
Mais l’adage ne dit-il pas que «les sots ont ceci de commun avec les éponges qu’ils adhèrent toujours ».

Abel Santamaria


Samedi 25 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par Roro le 25/12/2010 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Elements-pour-une-comprehension-de-la-crise-en-Cote-d-Ivoire-4963.html

Une vidéo qui pourrait peut-être vous éclairer sur le sujet, à bientôt.

2.Posté par Thanatos le 25/12/2010 19:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oh oui le pauvre le Gbagbo victime de l'horrible Françafrique, on connait le discours, la chanson et le disque est selon moi rayé depuis belle lurette .... Vous savez en tant qu'altermondialiste comme je l'ai maintes fois dit je souhaiterais que ce soit aussi simple. Mais diantre qu'on me dise ce que Gbagbo et ses proches ont réussi de vraiment positif aux postes qu'ils occupent ? Donnez-moi des exemples et ne vous perdez pas en route s'il vous plait. Les altermondialistes que je connais ont des tas d'arguments pour défendre un Chavez, un Castro ou un Nejad mais avec Gbagbo ils sont un peu à court d'imagination. Alors bien sûr je ne défendrai pas Ouattara mais je vais vous dire que beaucoup d'ivoiriens en sont venus à voter pour Ouattara parce qu'ils ont été déçus par Gbagbo. Alors bien sûr Gbagbo se donne le beau rôle, il se pose en défenseur de l'Afrique contre le méchant occident mais le fait est que concrètement en Côte d'Ivoire qu'est-ce que beaucoup ont vu :

Son règne est marqué par le sang, les catastrophes, le mensonge et les affaires non résolues
Il n'a pas su fédérer les énergies autour de lui pour réussir un vrai programme altermondialiste, il a par contre su réveiller des démons ethniques (même s'il n'est pas le seul aidé qu'il fut par Bédié et Gueï) qui sont aujourd'hui particulièrement vivaces
Il a le chic pour frustrer, provoquer et ulcérer les gens, ce qui ne sont pas les caractéristiques d'un leader
Il n'a pas de parole
Lui qui se prétend socialiste il est étonnant de voir les enfants de ses proches étudier aux USA (Cuba ne les tente pas ? Pourtant l'éducation y est excellente)
Je ne parle pas de la gabegie dans la gestion des sociétés d'état
Il est entouré de quelques illuminés évangélistes ouvertement islamophobes
L'enrichissement immoral de ses proches alors que dans un même temps ils demandent au peuple de se serrer la ceinture
Que fait-il concrètement pour l'éducation (un comble alors que c'est un professeur entouré de professeurs), la santé etc... Quelle est sa vision ? Je ne parle pas de théorie je parle de choses concrètes
Comme tout bon dictateur africain il a tribalisé sa garde républicaine au point où elle n'a de républicaine que le nom, quant aux forces de l'ordre leur pourriture est telle que l'on se demande combien de temps il faudra pour avoir une armée propre

Mais comme je le dis je ne chanterai pas les louanges de Ouattara qui est sans doute aussi sinon plus dangereux que Gbagbo. Beaucoup d'ivoiriens disent qu'il faut choisir entre le mauvais et le pire ! Et beaucoup ont voté pour Gbagbo pour les mauvaises raisons comme d'autres ont voté pour Ouattara par haine pure et simple pour Gbagbo. L'atmosphère politique est puante en Côte d'Ivoire, elle est teintée de démagogie, de tribalisme, de xénophobie et bien souvent d'irrationalité. Quant aux autres hommes politiques beaucoup sont là pour s'enrichir alors on ne compte pas sur eux. Une des choses qui énerve Gbagbo est qu'il n'ait pas pu corrompre tous ceux qu'ils voulaient corrompre et que quelques fois il s'est fait avoir à son propre jeu. J'aurais pu en tant qu'homme profondément attaché à des valeurs sociales soutenir Gbagbo s'il m'avait convaincu de sa bonne foi, si ses proches avaient su faire preuve d'humilité, de sincérité et de dignité. Malheureusement je n'ai vu en eux que des rapaces aussi voraces que le vil Mobutu. Alors comme mes amis le disent que cette génération de politicards aille au diable et que Dieu ait pitié de la Côte d'Ivoire.

3.Posté par MAHI MAHI le 26/12/2010 13:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis arrivé à cette observation bien avant de lire cet article lumineux sur le coup d'etat électoral perpétré contre le Président GBAGBO. Dieu merci , celui-ci a échoué.
Que Sarkozy LARGEGUEULLE se soit maladroitement jetté à l'eau avant le processus final de 'élection présidentielle celà ne présageat rien de bon.
Le regime français n'a-t-il pas déclaré dans les antennes de France24: "La France ne s'accomoderait pas de voir laurent GBAGBO à la tête de la Côte d'Ivoire après l'élection présidentielle" ?
Pour ceux qui tiennent à accabler le President GBAGBO à tout prix , oubliez vous que depuis dix ans cet homme n'a pas eu un moment de repis pour ce consacrer véritablement à son projet de la Grande Côte d'Ivoire?
J'appelle tous les peuples d'Afrique à se souder derrière la Président GBAGBO pour faire échec à la politique meurtrière de la France et de ses accolytes.
Et si GBAGBO est attaqué et que la Côte d'Ivoire a besoin de bras pour porter les fusils , africains soyons prêts à deffendre la liberté comme nos pères l'ont fait jadis pour liberer la France que la français eux mêmes avaient désertée.
VIVE L'AFRIQUE LIBRE ET PROSPERE

4.Posté par Thanatos le 26/12/2010 18:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A MAHI MAHI

Citez-moi un président "révolutionnaire" qui a eu du répit ? Il n'y en a pas, tous en chient des bulles ! Il est un peu facile de dire qu'il n'a pas eu de répit, mais pouvait-il en avoir ? Il communique mal, tient des propos imbéciles, provoque, ulcère et est entouré par des gens pas très clairs et qui ont l'insulte et la provocation faciles (Blé Goudé, Bro-Grébé, Atteby William etc...) ! De plus il n'avait comme Bédié qu'à ne pas jouer avec des concepts dangereux comme celui de l'ivoirité. ça m'agace quand on essaie de victimiser Gbagbo, alors qu'il n'a rien d'une victime selon moi et selon beaucoup de personnes. Nous pensons que Gbagbo cherche des prétextes pour justifier le fait que lui et ses proches n'ont rien fait de concret. Etes-vous au moins au courant des innombrables scandales sous sa présidence et des nombreuses affaires non résolues bien qu'elles aient été confiées en grande pompe au fumeux procureur Tchimou ? Mais quand c'est pour construire des monuments inutiles et coûteux ça il sait faire ! Il sait tellement faire cela qu'il s'en est vanté ! Et que dire du manque de prévision à la CIE qui a entraîné ses énervants délestages alors que lui et sa clique étaient prévenus des années avant de ce qui allait arriver. Je le répète ce n'est pas avec cette génération de politiciens que ce pays connaîtra la paix, d'ailleurs je pense qu'il est trop tard...

5.Posté par joszik le 27/12/2010 14:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui se passe ici, c'est aussi passé au Rwanda : On arme fortement les deux partis, on met tout en place pour faciliter un génocide puis on allume la mèche en tuant un des deux protagonistes.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires