ALTER INFO

Kadhafi : « il est impossible de me tuer »



Ilia Kharlamov
Mercredi 19 Février 2014

Kadhafi : « il est impossible de me tuer »

 

Le sort dramatique de Mouammar Kadhafi, leader de la Jamahiriya libyenne et l’un des dictateurs les plus zélés de notre temps confirme que rien n’est éternel sous la Lune et il est possible que l’idole des millions tombe victime d’une foule enragée. Né dans une famille bédouine pauvre, Kadhafi a prouvé que l’homme épris d’une idée pouvait réaliser n’importe quel objectif qu’il se fixe. Or, sa mort porte à croire qu’une longue ascension au sommet se termine souvent par une chute impétueuse.

Il ne faut pas sous-estimer le rôle de Mouammar Kadhafi, estime le politologue Léonide Savine.

Il a su transformer un Etat colonial en une puissance prospère. Il ne dépensait pas les pétrodollars pour une vie luxueuse mais pour développer l’infrastructure sociale. Il a construit un système d’aqueducs dans le pays situé dans le désert, il soutenait les jeunes en leur accordant des allocations ce qui les a dépravés et ils se sont insurgés plus tard contre lui.

Le rôle d’un leader local n’arrangeait, semble-t-il, pas Kadhafi et il exhortait l’Afrique à se débarrasser de l’héritage colonial. Ces ambitions politiques étaient appréciées au-delà du continent. Il était considéré en périodes différents comme un ami de l’URSS et des Etats-Unis. Or, c’étaient plutôt des éléments d’un jeu indépendant. Washington et les capitales européennes étaient prêts à tolérer n’importe quel régime dictatorial jusqu’à ce qu’il soit avantageux.

Kadhafi est l’auteur de la « troisième théorie mondiale » : la Libye a emprunté une voie moyenne d’un authentique pouvoir du peuple entre le capitalisme et le communisme. Au micro l’orientaliste Alexei Podserob, ex-ambassadeur de Russie en Libye :

Il a argumenté cette théorie. Bien qu’elle se soit avérée finalement utopique, il faut l’apprécier à sa juste valeur : Kadhafi a mis le cap sur le socialisme et le peuple l’a soutenu. D’aucuns s’y opposaient mais la guerre a confirmé que la plupart des habitants soutenaient Kadhafi. N’étaient-ce les bombardements de l’OTAN, il aurait brisé la résistance des mutins.

Kadhafi, se considérait-il exclusivement comme un politicien ? Ceux qui le connaissaient racontent qu’il s’imaginait plutôt un prophète. Etait-il seul à penser ainsi ? D’après de multiples témoignages, les jeunes Libyens étaient fidèles à Kadhafi jusqu’au fanatisme.

Mouammar Kadhafi était épris d’une idée. Son pouvoir n’était pas pour lui une chance de s’enrichir ou de satisfaire ses ambitions mais une haute mission spirituelle et patriotique. Néanmoins, le leader libyen a répété le sort de plusieurs idoles renversés.

http://french.ruvr.ru/



Mercredi 19 Février 2014


Commentaires
Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité
Brèves
Commentaires