Lobbying et conséquences

« Juifs, lobby juif »... Que peut-on dire ?


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 12 Septembre 2018 - 02:00 Produire la dépression suivante


Tempête au sujet des propos de l’ancien ministre belge des affaires étrangères et actuel commissaire européen au sujet des juifs. Trois articles et interviews de Baudouin Loos, bête noire des sionistes purs et durs.


Baudouin Loos, Alain Gresh
Vendredi 10 Septembre 2010

Karel De Gucht
Karel De Gucht

« Juifs, lobby juif »... Que peut-on dire ?

Les propos de Karel De Gucht sur le poids du lobby juif aux États-Unis et sur les juifs en général, mais aussi, pour certains, la couverture de cette affaire par Le Soir ce samedi alimentent encore la polémique. Nous y revenons ce mercredi par le biais d’interviews que deux personnalités nous ont accordées : d’un côté, Maurice Sosnowski, président du CCOJB (Comité de coordination des organisations juives de Belgique), et de l’autre Alain Gresh, du Monde diplomatique.

Rappelons brièvement que le commissaire européen belge réputé pour son franc-parler avait déclaré à la VRT vendredi qu’il ne fallait « pas sous-estimer le poids du lobby juif sur la colline du Capitole, le Parlement américain. C’est le groupe de pression le mieux organisé qui existe là-bas » ; le libéral flamand ajoutait encore un jugement sur les juifs « même les laïques », qui « partagent la croyance d’avoir effectivement raison. Il n’est donc pas facile, même avec un juif modéré, d’avoir une discussion sur ce qui se passe au Proche-Orient. C’est une question très émotionnelle ».

Le Soir avait rapporté ces propos en posant la question - pas l’affirmation - : « Faut-il dire tout haut ce que “tout le monde” pense tout bas ? ». Cette phrase a ému certaines personnes et organisations qui nous ont fait part de leur questionnement.

Pour des raisons historiques compréhensibles et qu’il n’est pas nécessaire d’expliciter, les juifs ont le plus souvent une sensibilité à fleur de peau dès que surgit une mise en cause d’eux-mêmes comme groupe particulier.

Cela dit, on observe que les juifs israéliens, de leur côté, adoptent depuis longtemps une attitude plus décomplexée, et il n’est pas rare de lire dans la presse israélienne le rappel - satisfait ou même parfois déploré - de la puissance du lobby pro-israélien au Congrès américain à Washington (l’AIPAC, American Israel Public Affairs Committee).

Celui-ci ne fait pas mystère de ses réalisations et de son influence, qu’il vante notamment en long et en large sur son site www.aipac.org. Il n’est d’ailleurs pas insolite de trouver, que ce soit en Israël ou aux États-Unis, des constats dans la presse que les élus ou candidats américains craignent comme la peste de déplaire à l’AIPAC.

Enfin et par ailleurs, il est peu douteux qu’il n’y a pas, sur ce thème comme sur aucun autre, « un juif moyen », comme semble le croire Karel De Gucht dans sa fameuse interview à la VRT. Pas plus qu’il n’existe de « catholique moyen », de « Wallon moyen » ou de... « lecteur moyen ». La diversité des opinions parmi les juifs est même de notoriété publique. Le dicton juif est bien connu : « quand il y a deux juifs dans une pièce, il y a trois avis... ».

« Des propos maladroits... »

Mercredi 8 septembre 2010

Alain Gresh, de la rédaction du mensuel Le Monde diplomatique, à Paris, est un spécialiste patenté du Proche-Orient (1).

BL : Que pensez-vous de la polémique qui a éclaté après les propos du commissaire européen Karel De Gucht sur les juifs ?

Ses propos sont extrêmement maladroits car l’utilisation du terme « juif » doit être faite avec beaucoup de prudence. Notez qu’aux Etats-Unis l’expression « lobby juif » ne heurte personne. j’ai toujours été frappé par le fait que la presse communautaire juive américaine ne se gênait pas pour publier la liste des candidats ou des élus juifs. En Europe, une telle pratique entraînerait ipso facto l’accusation d’antisémitisme ! Il convient d’ailleurs de nuancer : le lobby juif est très divers, il comporte certes une partie de la communauté juive mais aussi, aux États-Unis, des chrétiens fondamentalistes et, en Europe, ce que j’appellerais des « occidentalistes » qui pensent qu’Israël est l’avant-garde de l’Occident au Proche-Orient.

Par ailleurs, il ne faudrait pas non plus négliger le fait qu’Israël lui-même entretient une certaine ambiguïté. Voilà un État qui se définit lui-même comme un « Etat juif », qui dit de lui-même qu’il est l’État de tous les juifs dans le monde.

BL : L’article du « Soir » qui relatait les propos de Karel De Gucht samedi dernier posait la question de savoir si l’ex-ministre belge des Affaires étrangères ne disait pas en fait « tout haut ce que beaucoup de monde pense tout bas » à propos d’Israël...

On dira aussi que cette formulation est maladroite, et bien trop schématique. Il convient d’être vigilant dans l’expression. Sur l’antisémitisme européen proprement dit, on remarquera qu’il n’a pas disparu, que certains croient encore que « les juifs » exercent une puissance occulte, etc., mais en revanche, tous les sondages d’opinion le prouvent, il est devenu une posture politique extrêmement minoritaire.

BL : Utiliser l’expression « lobby juif » déclenche néanmoins en Europe presque mécaniquement l’accusation d’antisémitisme...

Oui, je l’ai dit, cette question de vocabulaire renvoie à des pratiques culturelles puisqu’aux États-Unis on n’observe pas du tout cette tendance. Chez nous, on n’a pas les mêmes pratiques des lobbies, qu’ils soient juif, des armes, de l’automobile ou autre. Cependant, je remarque que ceux qui bondissent pour fustiger l’expression sont souvent les mêmes qui parlent d’un « État juif », Israël, avec lequel ils disent entretenir une relation particulière.

BL : Certains, parmi ceux-là, sont aussi prompts à brandir l’accusation d’antisémitisme lorsque des propos ou un texte se permettent de critiquer Israël, vous le savez trop bien...

C’est comme un syllogisme d’apparence implacable : il y a critique contre l’État juif, contre l’État des juifs, donc critique contre les juifs. C’est un raccourci extraordinaire puisqu’en réalité la critique en question concerne la politique d’Israël, cette occupation des territoires qui dure depuis plus de quarante ans. On devrait plutôt s’étonner de la mansuétude dont jouit Israël aux États-Unis et en Europe alors que cet État bafoue la légalité internationale notamment en se moquant de dizaines de résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies.

Propos recueillis par BAUDOUIN LOOS

(1) Alain Gresh publie justement un nouvel essai intitulé De quoi la Palestine est-elle le nom ? qui paraît aux éditions LLL le 15 septembre.

« Barroso doit licencier De Gucht »

Mercredi 8 septembre 2010

Maurice Sosnowski, médecin anesthésiste de son état, est depuis quelques mois le nouveau président du CCOJB (Comité de coordination des organisations juives de Belgique). La polémique sur les propos de Karel De Gucht le fait sortir de ses gonds.

BL : Pouvez-vous résumer les critiques du CCOJB condamnant l’interview du commissaire belge...

Quand l’on parle de lobby juif aux États-Unis, où la pratique du regroupement des citoyens pour défendre leurs intérêts est reconnue par la Constitution, cela n’a pas le même caractère péjoratif qu’ici. Pourtant, cela évolue : il y a même des lobbies pro-palestiniens au Parlement européen, que je sache. Ce qui est inadmissible, ce sont les propos que je qualifie d’antisémites de M. De Gucht sur « les juifs », en général, qui pensent qu’ils ont toujours raison, etc. : il stigmatise totalement de cette manière un groupe, les juifs, cela au lieu d’avoir des propos rassembleurs et humanistes qu’on attendrait d’un commissaire européen.

J’ai demandé une réunion urgente de la cellule de crise du Centre pour l’égalité des chances, car je considère qu’on verse là dans l’incitation à la haine.

J’estime que M. Barroso, s’il avait le sens des responsabilités par rapport aux valeurs morales qu’il incarne comme président de la Commission européenne, devrait licencier M. De Gucht sur-le-champ ! Ce dernier ignore-t-il qu’au sein des communautés juives de la diaspora et en Israël même, des débats très vifs ont lieu sur le Proche-Orient ?

Il a donc tort sur le fond et sur la forme quand il affirme qu’on ne peut discuter de ce sujet avec les juifs. J’insiste sur le fait que la communauté juive est outrée, elle se sent abandonnée, et je ne cache pas que je n’ai reçu aucun appui des partis politiques malgré mon appel en ce sens.

BL : L’article du « Soir » vous inspire le même réflexe de défiance ?

J’ai été tout de suite surpris par le titre plutôt « sympa » : « De Gucht brave les tabous ». Et par la question posée de savoir s’il avait dit ce que tout le monde pensait tout bas. Cela m’inquiète.

Quand on voit les débordements sur certains blogs, où l’on lit que De Gucht a raison, cela m’inquiète aussi. Tout comme quand on apprend que le Cercle du Libre Examen à l’ULB va bientôt diffuser un film pestilentiel à la gloire de l’« humoriste » Dieudonné, un personnage maintes fois condamné pour ses dérives antisémites.

Cela me rappelle cette manifestation anti-israélienne devant la banque Dexia où des gens s’étaient affublés en juifs au nez crochus et buveurs de sang d’enfants palestiniens. Cette année et en Belgique !

Comment voulez-vous que les juifs se sentent encore à l’aise et intégrés dans notre pays ?

BL : A l’inverse, certains milieux stigmatisent toute critique contre Israël, qualifiant leurs auteurs d’antisémites...

Il existe une claire tendance à la dérive de l’antisionisme vers l’antisémitisme, cela même dans des pays épargnés jusqu’ici comme en Scandinavie. Nous nous en inquiétons. En revanche, je n’ai aucun problème à parler de J Street (un jeune lobby juif pro-paix à Washington, NDLR), de J Call (un appel de juifs européens critiquant la colonisation juive des territoires occupés, NDLR) ou de toute critique constructive d’Israël. Ce qui n’est pas admissible, par contre, c’est la remise en cause de l’existence même de l’État d’Israël comme on peut le lire dans certains blogs, lesquels reprennent finalement l’antienne du Hamas, qui nie le droit à l’existence d’un Etat juif et par là même ne laisse pas d’autre alternative que la guerre.

Propos recueillis par B. L.

Source :

http://archives.lesoir.be/-amorce-l...
http://archives.lesoir.be/-des-prop...
http://archives.lesoir.be/-barroso-...



Vendredi 10 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par waddle le 10/09/2010 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Les débordements sur des blogs quand certains disent que de gucht a raison".
Cela signifie que dire que quelqu'un a raison est un débordement en Europe à l'heure actuelle. Cela nous montre dans quel état sont nos "démocraties"...
La norme, c'est fermer sa gueule sauf pour dire "il fait frais", "je vais promener le chien" ou encore "faut pas se plaindre ça pourrait être pire". Vous avez aussi le droit de parler de foot (juste technique car ça peut vite devenir politique), de la TV (dur quand on l'a pas) ou de faire des blagues de cul (c'est hélas ce que semblent préférer nos chers compatriotes).
Conclusion : allez promener le chien en fermant tous vos gueules!

2.Posté par norodon le 11/09/2010 14:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maurice Sosnovsky , pauvre malheureux qui n'est pas trop connu dans le monde a eu une exelente occasion de se faire connaitre. Mais ce con ne fais qu' enfoncer le clous parceque les propos du commissaire sont bien reéls et cadrent parfaitement avec la realité et le comportement des juifs en israel et dans le monde . Il parle de debat en israel et dans la diaspora juive sur le proche orient ???. Mais le connard ne dis pas que ces debats sont plus une affirmation de l'intransigeance d' israel a ne rien lacher aux palestiniens . Il oubli de dire qu' en israel, le nombre de personnes qui est pour la paix et la reconnaissance de l'etat palestinien dans les frontieres de 1967 se comptent sur les bouts des doigts???. les juifs sont des adonis , les plus intelligents , c'est des super humains. Sont eux la terre entiere s' arretera de tourner. Cela veut dire que la troisieme ne sera eviter que si reéllement israel sentira la menace iraniene . C'est peut paraitre comme un paradoxe , mais c'est comme çà. Si l' iran est puissante , ni israel ni les USA ne risqueront de l' attaquer car ils savent qu' ils subiront de lourdes pertes humaines , alors que leur calcul macabre vise le zero mort de leur coté contre des dizaines de millions de mouches arabes et musulmans ..



3.Posté par Romano le 11/09/2010 22:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la liberté en occident est formaté par le lobby sioniste,tout le monde le sait.On peut critiquer tout le monde ,les chefs d"États,les rois,la Maison Blanche,le pape, Jésus et même le bon Dieu, on ne risque rien mais allez dire , par exemple,que Tsahal a tué un bébé palestinien au napalm....là ,vos serez traité d'antisémite....Observez les guignols de le télé et le Canard Enchaîné,par exemple,ils ont le loisir de caricaturer tout le monde, mais jamais ils n'oseraient mordre au lobby israélien....cela coûterait sa carrière à tout journaliste contrevenant....tout le monde le constate et le sait mais la chape de plomb sous laquelle ploie la pensée" libre" occidentale est si opaque et si épaisse que les plus audacieux préfèrent subir ce totalitarisme néo-stalinien qui possède ses exclusions et son goulag....On se tait pour conserver sa carrière.

4.Posté par Bernard le 12/09/2010 02:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je me doutais depuis quelque temps que derrière les propos apparemment radicaux d'un Gresh concernant le Moyen Orient, l'Entité Sioniste autodéfinie et proclamée "État Juif prenant le nom d'Israël" dans ce qui lui tient lieu de constitution et la Palestine en particulier, se dissimulait l'obamania d'un Mensuel dont le responsable rédactionnel est un certain Halimi dans le giron du Quotidien "Le Monde", fortement imppreigné d'idéologie sioniste...C'est pour cette raison que, récemment, je n'ai pas renouvelé mon abonnement à ce mensuel.

..."cette occupation des territoires qui dure depuis plus de quarante ans."

" Ce qui n’est pas admissible, par contre, c’est la remise en cause de l’existence même de l’État d’Israël comme on peut le lire dans certains blogs, lesquels reprennent finalement l’antienne du Hamas, qui nie le droit à l’existence d’un Etat juif et par là même ne laisse pas d’autre alternative que la guerre."

TOUT EST DIT DANS CES DEUX PHRASES.

Au risque d'être qualifié par vous et vos semblables de "déviant de l'antisionisme à l'antisémitisme", cette dernière expression constituant une vèritable usurpation de language, les hébreux de l'antiquité n'ayant pas le monopole d'appartenance au groupe linguistique sémite, je considère que le problème palestinien ne se réduit pas "à la politique d'Israël" mais est étroitement lié à la nature ethnique et ethniciste de sa structure étatique.

Cette structure induit une dynamique conduisant, de fait accompli en fait accompli, de sa création à nos jours en passant entre autres par celui de 67, à la déportation des palestiniens non juifs vers les pays environnants de la Palestine historique et à l'apartheid à l'intérieur pour ceux qui y demeurent encore, sans doute provisoirement, si cette dynamique n'est pas rapidement cassée...

Votre alternative à ce que vous appelez "la guerre" serait donc la reconnaissance par les palestiniens de l' "État Juif" dont ils sont les victimes depuis 48...Ce serait occulter leure histoire !

Non...Les palestiniens n'on pas d'autre issue que la Résistance multiforme, y compris armée, et non pas ("la guerre")...

Quant à la "Communauté internationale", si elle a une réelle volonté de préserver le droit des populations de confession juive importées essentiellement d'Europe et leurs enfants de vivre en paix aux cotés des populations musulmane et chrétienne résidentes et de retour avec leurs enfants des pays voisins en Terre de Palestine, elle doit préparer les esprits à une négociation avec la Résistance palestinienne sur les conditions du démantélement de la structure ethnique et ethniciste et de son remplacement par un État Palestinien pluri-ethnique et pluri-confessionnel, laïque au bon sens du terme et non dans son sens devoyé par l'athéisme, cette confession ayant les mêmes droits que les autres dans le nouvel État Palestinien ayant juridiction sur l'ensemble de la Palestine histirique...

Les éventuelles nouvelles formes d' "antisémitime" résiduel européen, alimentées par la dynamique de la structure ethniciste disparaîtraient "de facto"...

Enfin, libèrée de cette hypothéque, la religion juive, actuellement stérilisée car réduite à s'adresser à une éthnie pourrait retrouer quelque dynamisme à vocation universelle...

Votre alternative, celle d'un "État Juif" au territoire unifié, surarmé, disposant d'armes de destruction massive, y compris nucléaires et d'un État Palestinien morcelé, truffé de colonies juives, sans armée, sans liberté de fabriquer ses armes et de choisir ses fournissuers d'armement, "vivant côte à côte et en paix" n'a aucune viabilité, c'est celle des "processus de paix", "feuille de route" et "quartett", ce serpent de mer qui a largement fait la démonstration qu'il aboutissait objectivement à temporiser la dynamique la structure ethniciste dans la perspective d'un "grand israël" sétendant au-delà du Jourdain, de Gaza, du Litani...



5.Posté par mega le 12/09/2010 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Ce qui n’est pas admissible, par contre, c’est la remise en cause de l’existence même de l’État d’Israël comme on peut le lire dans certains blogs, lesquels reprennent finalement l’antienne du Hamas, qui nie le droit à l’existence d’un Etat juif et par là même ne laisse pas d’autre alternative que la guerre."

on doit pas remettre en cause un "état peuplé que de juif"?? qui se dit en plus démocratique,mais à lépoque d'hitler qui voulait une race aryenne,ces blonds aux yeux bleu,je ne vois pas la différence avec l'état des juifs,comme les médias sont tenus par eux les sionistes,dés que l'on remet en cause cet état illégitime on est accusé du mot magique et arme absolue "antisémite",quelle époque médiocre nous vivons.

6.Posté par gustav le 12/09/2010 13:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah bon, le Hamas nie le droit à l'existence d'Israël ??
Il y a de plus en plus d'article loufoque sur Alterinfo!!

Jean-Marc

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires