International

Iran: calendrier plus qu’incertain pour de nouvelles sanctions de l'ONU



Samedi 1 Mars 2008

Iran: calendrier plus qu’incertain pour de nouvelles sanctions de l'ONU
Le Conseil de sécurité des Nations unies souhaite faire approuver de nouvelles sanctions contre l'Iran malgré le rapport de l’agence onusienne qui témoigne de la nature pacifique du programme nucléaire iranien, mais le calendrier onusien reste plus qu'incertain et la résolution pourrait ne pas recueillir l'unanimité.

Les divergences de vue entre les membres permanents et ‎non-permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies sur le ‎projet de résolution au sujet du nucléaire iranien, ont fait ‎reporté le vote sur ce texte.


Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne ‎et la France, trois membres permanents du Conseil de Sécurité ‎de l'ONU avaient promis que le texte du projet de résolution ‎serait mis au point vendredi et que les membres du Conseil ‎voteraient aujourd'hui samedi.


L'ambassadeur américain Zalmay Khalilzad a déclaré la semaine dernière que le vote se tiendrait vendredi mais des diplomates au Conseil ont estimé probable mercredi que la décision soit reportée à la semaine prochaine afin d'essayer d'obtenir le soutien des quatre membres non permanents qui ont exprimé des réserves: la Libye, l'Indonésie, l'Afrique du Sud et le Vietnam.


De son côté, le représentant de l'Afrique du Sud à l'Agence internationale à l'énergie atomique (AIEA) a demandé aux Occidentaux d'être très prudents concernant de nouvelles mesures contre l'Iran.


"Il est primordial que nous ne prenions aucune mesure, que ce soit au Conseil de sécurité ou ailleurs, qui pourrait pousser l'Iran à réduire ou même cesser sa coopération avec l'AIEA," a déclaré Abdul Minty, dans une conférence téléphonique accordée à la presse sud-africaine depuis Oslo.


L'Indonésie, la Libye, l'Afrique du Sud ‎et le Vietnam ont demandé aux 5 membres permanents du ‎Conseil de Sécurité et l'Allemagne de prendre en compte le ‎récent rapport de l'AIEA, avant d'affirmer qu'on ne devait pas ‎punir l'Iran qui a toujours collaboré avec l'Agence.


Après une ‎réunion à huis clos, les six grandes puissances sont arrivés à la ‎conclusion que l'opposition de certains membres non ‎permanents du Conseil de Sécurité au projet de résolution contre ‎l'Iran leur rendrait la tâche difficile.

‎
Il faut neuf "oui" pour faire passer le texte, or selon des diplomates ayant requis l'anonymat, plusieurs pays ne sont pas prêts à adopter cette troisième résolution.


Samedi 1 Mars 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires