ALTER INFO

Intégrisme hindouiste et géostratégie américano-sioniste dans l’Océan Indien


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 24 Juin 2018 - 02:23 Nervosité de l'Iran en Syrie



Djeha
Dimanche 27 Novembre 2011

Intégrisme hindouiste et géostratégie américano-sioniste dans l’Océan Indien
Suite à une attaque américaine sur le sol pakistanais, la énième gaffe - plus ou moins délibérée - du genre, qui a fait des dizaines de victimes parmi ses soldats, Islamabad a réagi de manière très véhérente en menaçant Washington de rompre un pacte d’alliance très ancien qui date de la Guerre Froide (et même d'avant...). Ce pacte a été fortement perturbé, pour ne pas dire plus, par l’effondrement du Mur de Berlin, des démocraties populaires et de l’Union soviétique.
 
Les Etats-Unis ont renoué avec New Dehli (déserté par le Parti du Congrès et l'esprit de Nehru) et seule la résistance surprenante des talibans justifie le maintien de leur politique de coopération avec le Pakistan. Au passage, il convient de noter sur ce chapitre que la rupture prévue avec l’Arabie Saoudite, prescrite par les « faucons » américano-sionistes qui pilotaient les deux mandats Bush, a été renvoyée sine die compte tenu de l’échec du projet « Grand Moyen Orient démocratique » et de la résistance imprévue des acteurs de la région.
 
Décidément, les stratèges en chambre du Pentagone, de la Rand, de Carlyle… prêchent la complexité des systèmes humains, mais simplifient grossièrement l’espace de leurs interventions. Sans doute cela découle-t-il des contraintes qu’ils subissent de la part des gros intérêts économiques, financiers et « militaro-industriels » qui tirent dans l’ombre les ficelles de toute cette tragique comédie. Et aussi un peu de leur addiction aux jeux vidéo...
 
Cela dit, il ne faut pas sous-estimer la capacité des invertébrés à ressembler à s’y méprendre à des plantigrades. Soumis à double-bind, leurs réactions sont imprévisibles. Je pense toutefois que ces événements sont d’une extrême gravité et méritent toute votre attention. Au balcon, la Chine et la Russie observent la scène et computent les prochains coups...
 
Je vous en dirai davantage une autre fois, mais il y a là encore du BHL derrière. Cet énergumène fat et égotique possède un pouvoir de nuisance illimité (proportionnel aux rapaces insatiables qui l’agitent dans l’ombre).
 
Je ne peux m'empêcher de vous confier ma honte à voir les autorités algérienne humilier notre pays et se déculotter sous diktat émirati et saoudien (pantins manipulés par les yankees). Voter dans une ligue de ploucs contre un pays souverain - non pour libérer un peuple ce serait trop beau - mais comme en Libye (en Egypte, en Tunisie, en Jordanie, au Maroc, au Yémen...) pour rétablir ou maintenir au pouvoir des cliques de fantoches ectoplasmiques et ainsi redistribuer les cartes pour consolider une géopolitique en leur faveur et exclusivement en leur faveur.
 
Nos dirigeants (et leur opposition de pacotille - francophiles aliénés ou barbefln recyclés et indexés sur le cours du baril) devraient savoir qu'ils ne sauveront sûrement pas leur peau en jouant aux carpettes : leurs maîtres les dépouilleront jusqu'au dernier dollar qu'ils auront volés à leur peuple. Les scélérats se débarrassent toujours des instruments de leurs forfaits lorsqu'ils n'en ont plus l'usage.
 
Il n’y a nul endroit où se cacher...
 
Si au moins ces gagne-petit… étaient intelligents. Mais pour cela il aurait fallu qu’ils apprennent à lire. Je leur conseillerai bien deux ou trois auteurs présocratiques…
 
Djeha,
D. 27 novembre 2011

 
Le Pakistan reconsidère ses relations avec les Etats-Unis et l'Otan après la mort de 26 soldats

AFP, S. 26 novembre 2011, 20h06
Le Pakistan a annoncé samedi qu'il allait reconsidérer tous ses accords avec Washington et l'Otan, notamment dans les domaines diplomatique, militaire et du renseignement, à la suite de la pire bavure des Occidentaux au Pakistan en dix ans, qui a provoqué la mort de 26 militaires.
 
A l'issue d'une réunion extraordinaire de ses principaux responsables, le gouvernement pakistanais a par ailleurs ordonné aux Américains de se retirer dans les 15 jours de la base aérienne de Shamsi, située dans le sud-ouest du Pakistan, et a fermé toutes les voies d'approvisionnement de l'Otan en Afghanistan à partir de son territoire.
 
Les ministres et les chefs les plus importants de l'armée ont participé à la réunion de samedi du Comité de défense du gouvernement (DCC) sous la présidence du Premier ministre Yousuf Raza Gilani, a précisé le bureau de ce dernier.
 
"Le DCC a décidé de fermer avec effet immédiat les voies d'approvisionnement logistique de l'Otan/Isaf (la force de l'Otan en Afghanistan)", selon la même source.
 
La grande majorité de ces approvisionnements arrive par bateau au Pakistan à Karachi (sud), le principal port du pays, avant d'être acheminé en Afghanistan par la route.
 
"Le DCC a aussi décidé de demander aux Etats-Unis de quitter dans les quinze jours la base aérienne de Shamsi" qui serait utilisée par la CIA dans le cadre de ses raids de drones dans les zones tribales pakistanaises frontalières de l'Afghanistan.
 
De plus, "le DCC a décidé que le gouvernement allait complètement reconsidérer tous ses programmes, activités et accords de coopération avec les Etats-Unis, l'Otan et l'Isaf, y compris diplomatiques, politiques, militaires et dans le renseignement", a annoncé le bureau de M. Gilani.
 
Le Pakistan a accusé l'Alliance atlantique d'avoir tué jusqu'à 26 militaires pakistanais dans une attaque samedi avant l'aube à l'intérieur d'une des zones tribales, principale base arrière des rebelles talibans et d'Al-Qaïda, qui attaquent régulièrement l'Otan sur le sol afghan.
 
Selon Islamabad, des hélicoptères de l'Otan ont bombardé un poste militaire pakistanais à Baizai, dans le district tribal de Khyber.
 
"Ils ont tué 26 soldats et en ont blessé 14", a déclaré à l'AFP Masood Kausar, le gouverneur de Khyber Pakhtunkhwa, province du Nord-Ouest du Pakistan, avant de rendre hommage à ces "martyrs".
 
Dans la soirée, un porte-parole de l'Isaf, le général allemand Carsten Jacobson, a expliqué que des forces afghanes et de l'Alliance atlantique qui opéraient dans la province afghane de Kunar avaient réclamé un soutien aérien et qu'il était "très probable que ce soutien aérien (...) ait causé les pertes" pakistanaises.
 
L'officier a assuré que les troupes au sol se trouvaient alors à proximité de la frontière pakistanaise.
 
Dénonçant "une grave infraction à la souveraineté du Pakistan et une violation des lois internationales", le Premier ministre Yousuf Raza Gilani a protesté "dans les termes les plus vifs" auprès de l'Otan et des Etats-Unis, qui dirigent l'Isaf et lui fournissent les deux tiers de ses troupes.
 
M. Gilani a interrompu son week-end pour regagner Islamabad et s'y entretenir avec le président Asif Ali Zardari et les dirigeants de la très puissante armée qui a dénoncé une attaque "délibérée" et "inacceptable".
 
Le ministre de l'Information Firdous Ashiq Awan a de son côté estimé que cette attaque allait renforcer le sentiment antiaméricain chez ses compatriotes.
 
L'ambassadeur des Etats-Unis à Islamabad Cameron Munter a, quant à lui, affirmé que son pays travaillerait "étroitement avec Islamabad pour enquêter sur cet incident".
 
Le Pakistan a plusieurs fois dénoncé ces dernières années des violations de son espace aérien par l'Isaf. La dernière crise remonte à septembre 2010. Islamabad avait alors accusé cette force d'avoir tué trois soldats pakistanais et avait bloqué des camions de ravitaillement de l'Otan pendant près de deux semaines, jusqu'à ce que Washington présente des excuses.
 
Les Etats-Unis bombardent régulièrement les talibans et Al-Qaïda dans les zones tribales à l'aide de drones, des raids qu'Islamabad ne dénonce que du bout des lèvres, tant qu'ils ne tuent pas un grand nombre de civils.
 
Les Américains accusent régulièrement leur allié pakistanais de jouer un double jeu et de soutenir clandestinement les talibans pour défendre ses intérêts stratégiques en Afghanistan, d'où l'Otan prévoit de retirer l'ensemble de ses troupes de combat d'ici à la fin 2014.
 
Les relations déjà houleuses entre les deux pays se sont envenimées après l'opération unilatérale américaine au cours de laquelle a été tué le chef d'Al-Qaïda Oussama Ben Laden en mai dernier à Abbottabad, une ville de garnison du nord du Pakistan.
 


Dimanche 27 Novembre 2011


Commentaires

1.Posté par joszik le 28/11/2011 06:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cet article a été écrit par un militaire qui se fait passer pour un journaliste, mais qui utilise des mots de militaires contre des gens qui subissent un génocide.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires