Néolibéralisme et conséquences

Il faut prendre l’argent où il se trouve : chez les pauvres…


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 10 Juin 2019 - 00:30 Le globalisme mène au féodalisme



Il faut prendre l’argent où il se trouve : chez les pauvres… C’est vrai, ils n’ont pas beaucoup d’argent mais il y a beaucoup de pauvres »
Ils n’auront jamais assez !


BENALLAL MOHAMED
Vendredi 12 Avril 2019

Il faut prendre l’argent où il se trouve : chez les pauvres…
C’est une question bête et pertinente à la fois ; bête pourquoi, l’état est il entrain d’appauvrir davantage les pauvres pour qu’ils deviennent encore plus pauvres et pertinente l’autre équation récurrente qui permet à l’état de distribuer de l’argent frais plus aux riches pour mieux les enrichir encore et davantage.il ne s’agit pas de construire une société de classe conformément aux concepts Marxistes mais de déchirer la société entre prédateurs et misérables c'est-à-dire entre pauvres et riches.
Depuis 1988, l’état, le pouvoir et le régime Algérien avait donné et cédé tous les atouts financiers aux riches tout en bradant sans consentement le capital économique et financier pour mieux étrangler économiquement les classes moyennes et enfin endetter davantage la nation .Ce fameux travail à été fait par la banque mondial et le FMI sous le gouvernement Hamrouch et Ouyahia, les boys de Chicago( techniciens du libéralisme sauvage) sont venus avec le visa de M Friedman pour tester la recette préparée par le thing think de Chicago( laboratoire d’analyse économique et financier).
Le tissu industriel algérien bradé, sans aucune vision de substitution ou de rechange pour la sauvegarde de la création de valeurs ajoutées, le chômage s’est emparé de la jeunesse dans un giron malsain et le pouvoir d’achat du lambda accompagne de chute de la valeur du dinar qui fonce vers un enfer de misère et de pauvreté alors que les petits malins( prédateurs) du pouvoir se partagent la rente en DA , en euro et en $ sans aucune contrainte morale, ni valeur universelle qui puisse les retenir. Le travailleur doit se battre aujourd’hui entre le pouvoir d’achat et son job qui n’est pas certain, alors que le jeune sans boulot, sans toit et sans avenir al harba trabah !( sauve qui peut) tout cela pour nous dire eurêka ! on a changer de système et vive la loi du marché ou l’offre du travail est quasiment non conséquente devant une forte demande créant de nouveaux besoins en phénomènes sociaux .
Un partage inégal du revenu soit une mauvaise distribution car certains sont obligés de dormir coincer entre deux murs alors que d’autres ont des espaces de distraction pour leurs animaux domestiques qui dépassent les normes de la civilisation humaine ,la presse « people » retrace quotidiennement ces cas d’espèces, la déchirure soc sociale se manifeste grandement par une arrogance provocatrice et insultante de certains « khan zine be drahem »( prédateurs) et ceux qui souffrent sans aucune manifestation de la part de la population.
Nous commençons par:
Les faussaires du secteur financier : se sont ces pantins indirects qui ont mis l’économie à genoux, et ils évoquent la perspective de règlementer les marchés selon les normes des spéculateurs et des prédateurs pour que tous leur reviennent de droit. Leurs extravagantes prises de risque de hautes personnalités leur rapportent des avantages extraordinaires en grands crédits non remboursables sinon à des taux insignifiants, l argent coule à flot et l’épanouissement de maisons grandes comme des châteaux. Mais le « système » doit être là pour les aider lorsqu’ils sont en difficultés.
Il existerait des entreprises du temps du socialisme algérien : que l’on a pas pu sauver à tout prix face à un système prédateur non prévu par la pensée neo-économique, la privatisation et la liquidation des entreprises existantes avait manifestement entrainé la ruine des finances de l’etat , du peuple et avait mis en péril le niveau de vie des gens ordinaires par une mise au chômage sans précédent. Quel sens tout cela a-t-il ? une libéralisation sauvage soit elle ? Si une société doit être sauver et soigner avec de l’argent public alors qu’elle revienne au public doit être nationalisée !Al Hadjar vous dit quelque chose ?
continuer à donner de l’argent : à des entreprises publiques est peut être plus judicieux que de donner à des entreprises qui licencient , qui spéculent qui ne créent pas de valeur….,Il a fallu peut être y penser par mesure de solidarité à aider les salariés qui le désirent à les reprendre en un système d’autogestion pour mettre en place une nouvelle culture socialisante tout en instaurons une échelle de salaire décente, équitable et juste. Ne laissons pas nos entreprises devenir plus riches que l’Etat , car c’est la porte ouverte à la corruption, et les gouvernements deviennent leur larbin.
Nous ne pouvons pas continuer : à transférer ailleurs la richesse naturelle de la nation sans aucune vision pour le développement et la création de valeur et une certaine indépendance économique et financière, pour les générations à venir ; que ceux qui sont au sommet de la pyramide économique et politique devront rendre des comptes de la bonne gouvernance et de la stratégie de développement mise en œuvre tout en espérant qu’un jour, peut-être, les avantages de ce transfert se manifesteront sous la forme d’emplois stables et d’une amélioration des conditions de vie de millions de familles qui luttent pour y arriver chaque jour.
Cet argent n’atteindra jamais le bas du peuple : Il faut instaurer des règles d’un système cohérent et efficace entrant dans le cadre de l’état de droit ou la justice est reine et la loi est roi, si nous choisissons le système capitaliste il risque de prospérer sur l’absence de règles ou l’argent cette nouvelle force fait plier le plus fort des misérables.
En 20 ans ce sont plus un grand % du PIB qui sont passés dans la poche des prédateurs : c’est à dire dizaines de milliards de Da par an qui sont détournés dans les caisses de ceux qui ne travaillent pas au détriment du pays c'est-à-dire de ceux qui se lève tôt.

BENALLAL MOHAMED


Jeudi 11 Avril 2019


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires