insolite, humour, conspiration...

Hu Jintao : Une panne de micro


Dans la même rubrique:
< >


Gilles Devers
Lundi 8 Novembre 2010

Hu Jintao : Une panne de micro

Interview exclusive de Hu Jintao sur le blog ! La presse a été écartée au motif de la raison d’Etat, mais les gros faillots de journalistes de ce blog, lequel n’est financé que par les commissions de l’industrie de l’armement, ont pu obtenir une interview du grand, juste, bon et généreux Hu.

Une panne de micro

       -          Monsieur le Président, il parait que vous êtes arrivé à pied par la Chine.

-          Non, non, en avion.

-          Mais quel bazar quand même… Paris et Nice sont bloqués !

-          Il faut l’admettre. C’est le poids de la Chine…

-          Oui, la Chine est un grand pays certes. Mais votre pays n’a-t-il pas une volonté hégémonique, comme si vous n’acceptiez aucune résistance à l’ordre chinois.

-          C’est ainsi nous sommes les plus puissants, et tout le monde doit s’aligner. D’ailleurs, ce cas de Corée me turlupine. (Attention : double inversion)

-          Mais n’oubliez pas la question du Japon !

-          Ca, c’est historique : la Chine s’est toujours levée devant des Nippons.

-          La Chine, grande puissance, veut contrôler jusqu’à la partie Ouest du continent...

-          Les choses sont ainsi : la Chine aime le Pakistan.

-          Mais la réciproque n’est pas forcément vraie.

-          Peu importe : c’est l’air de la gare !

-          Vous imposez l’ordre économique, puis vous installez la dictature…

-          Oui, avec l’élection des grands.

-          Cela reste la culture du Parti communiste chinois, une machine à étouffer les minorités !

-          Non, c’est simplement une histoire de luttes passives…

-          En réalité, vous abusez des qualités du peuple chinois, connu comme bâtisseur.

-          Et alors, où est le problème ? Il faut le voir quand il manie le béton à la tonne ! Nos ingénieurs se sont imposés par de magnifiques thèses sur le béton.

-          Abordons un autre aspect de votre voyage. Il se dit que vous appréciez la France, et que vous attendez de découvrir le resto que Sarko vous a réservé.

-          Oui, mais je reste prudent. Il parait que le cuisinier a un canard sur le feu.

-          Mais non, Monsieur le Président, c’est une maison réputée !

-          Pas évident. On sait surtout que ce cuisinier secoue les nouilles.

-          Mais pas seulement, ne soyez pas négatif…

-          C’est vrai : il coupe les nouilles au sécateur.

-          Ca, c’est la préparation. Parlons de gastronomie…

-          D’accord, mais attention : les nouilles cuisent au jus de canne (Attention : deux inversions successives)

-          Il parait que pour ce chef cuisinier, c’est un classique de la cuisine militaire.

-          Exact : un légionnaire lui a passé le mot.

-          En tout cas, Monsieur Hu, la fête sera là, avec de bons vins.

-          Vous savez que les femmes aiment le Pommard bien chambré.

-          Si je puis me permettre, Monsieur le ¨Président : un bon rouge, certes, mais n’oubliez pas le blanc…

-          Ah je suis bien d’accord : les femmes adorent le goût d’un petit blanc.

-          Et pas que les femmes…

-          Ne vous étonnez pas aussi si la cuvette est pleine de bouillon…

-          Et tout le monde y passe !

-          C’est vrai, le curé est devenu fou entre deux messes !

-          C’est bien le problème. Le devoir d’un dirigeant est parfois de savoir se montrer dur.

-          Exact : Les femmes n'apprécient pas le marc trop doux.

-          Je vous l’accorde, Monsieur le Président, c’est universel !

-          Oui, c’est la tête de l’Afrique…

-          Une grande fête !

-          Ah oui, quelle fête… avec la comtesse qui avait une pierre fine à la main…

-          Mon Dieu, il n’y a plus aucune retenue !

-          Et d’ailleurs un ivrogne cuvait pendant qu'on l'emballait.

Et voilà. L’interview a du prendre fin, car le noble et généreux Président Hu a été appelé pour signer de nouveaux contrats en milliards d’euros, mais la délégation chinoise a juste eu le temps de dire à nos valeureux reporters qu’elle souhaitait revenir dans la douce France. Aussi, je me permets juste ce conseil à nos grands dirigeants : ne lui laissez pas le choix dans la date...



Lundi 8 Novembre 2010


Commentaires

1.Posté par joszik le 09/11/2010 01:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce sont des contrats-chantage, donc qui peuvent être annulés à tous moments.
Dans la partie qui s'annonce les jeux sont très serrés, si l'on ça considère comme des jeux, car cela risque, en effet, de comporter pas mal de mort...l'histoire!

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires