MONDE

Hosni Moubarak reste au pouvoir malgré l'importante journée de mobilisation qu'a connue l'Egypte


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 31 Octobre 2018 - 02:26 Le discours enflammé de Kadhafi (Vidéo 08.02.1988)



Mercredi 2 Février 2011

Hosni Moubarak reste au pouvoir malgré l'importante journée de mobilisation qu'a connue l'Egypte
Hosni Moubarak reste au pouvoir, c’est la conclusion de cette importante journée de mobilisation qu'a connue l'Égypte, mardi 1er février rejetant trois décennies de dictature.
Le président égyptien Hosni Moubarak n'a pas l'intention de quitter le pouvoir, comme le lui demande la rue.

Hosni Moubarak a ajouté qu'il œuvrerait durant les derniers mois de son mandat, qui expirera en septembre, à assurer une transition politique.

Lors d'un discours télévisé prononcé mardi soir après huit jours de manifestations antigouvernementales, le président égyptien a dit qu'il ne se représenterait pas à l'élection présidentielle de septembre.

Hosni Moubarak, 82 ans, au pouvoir depuis 29 ans, s'est engagé à préparer lors des huit mois de mandat qui lui restent une transition pacifique, notamment en modifiant la Constitution afin de faciliter les candidatures pour la présidentielle.

"Je le dis en toute sincérité, et sans tenir compte de la situation actuelle, je ne comptais pas me présenter à un nouveau mandat présidentiel", a déclaré le président égyptien, qui en est à son cinquième mandat de six ans.

Le président égyptien Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 30 ans, a affirmé mardi qu'il renonçait à briguer un nouveau mandat présidentiel.

L'opposant et ancien chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Mohamed El-Baradei, a indiqué mardi sur l'antenne de la chaîne de télévision Al Arabia que le discours de M. Moubarak n'avait en aucun cas répondu aux attentes et aux questionnements de la population, et a exigé sa démission sur le champ.

Plusieurs centaines de milliers d'Égyptiens étaient toujours rassemblés, mardi au soir, au Caire pour une importante manifestation à l'appel de l'opposition.

L'armée égyptienne s'est engagée à ne pas faire usage de la force, jugeant les revendications du peuple "légitimes".

De grands rassemblements ont eu lieu dans d'autres villes d'Égypte, dont la deuxième ville du pays, Alexandrie, et Suez, haut lieu du mouvement de protestation.

Des manifestations étaient signalées aussi à Ismaïlia et dans des villes du delta du Nil comme Tanta, Mansoura et El-Mahalla El-Koubra.

L'annonce, lundi 31 janvier, d'un nouveau gouvernement renouvelé de moitié et la proposition du vice-président Omar Souleiman de l'ouverture du dialogue avec l'opposition n'ont pas entamé la détermination des manifestants.


Mercredi 2 Février 2011


Commentaires

1.Posté par Mohamed le 02/02/2011 13:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Simple
L'armée est à ses côtes ils ont peur de se frotter aux sionistes en plus du soutien caché des tontons flingueurs

2.Posté par soravardi le 02/02/2011 13:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cea serait bien qu'un jour les journalistes se penchent sur les circonstances de la mort de annouar al saddate.Qui avait déclaré quelque chose du genre.

"Je prend le pouvoir, j'organise les institutions et la démocratie et je me retire de la vie politique définitivement.

Depuis qu'il est décédé ,il n'y a jamais eu de démocratie libre et moubarak a pu à chaque fois être réelu et servir les intérêts d'israhell depuis 30 ans.

3.Posté par ROBERT GIL le 02/02/2011 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La révolution en Tunisie a été un déclencheur, mais la révolte était dans l'air depuis longtemps. À partir de 2006, l’Egypte a connu la plus grande vague de grèves ouvrières de son histoire récente. Deux soulèvements populaires ont déjà eu lieu en 2008.
Moubarak est l’allié de l’impérialisme américain, le complice de l'État sioniste dans le blocus de Gaza. Il est soutenu par l’État français qui poursuit sa politique de fournitures d'équipements et de formation pour les forces armées égyptiennes …
La révolution égyptienne a des ennemis puissants, sa chute constituerait une défaite fracassante de l’impérialisme et le sionisme.

4.Posté par leila le 02/02/2011 19:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La situation actuelle en Egypte ressemble beaucoup à celle d'Iran en 1979. Sauf que geographiquement l'Egypte est plus important et les sionistes ne vont pas lâcher si facilement.

Un point très important est que les gens doivent demander le départ de Moubarak et tout son régime. En Iran l'Imam Khomeiny a exigé que le roi soutenu par les USA et sionistes ainsi que son régime doivent partir. Il a obtenu ce qu'il voulait mais ensuite les sionistes ont envoyé de traîtres iraniens en Iran qui ont occupé des postes importantes dans le gouvernement mais ont été démasqué et jugé.

C'est pour cette raison que la population égyptienne doit être très vigilante sur ce point et ne rien lâcher jusqu'à départ de Moubarak et son régime dans sa totalité.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires