Coup de gueule

Histoire transposée du monde.


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 29 Juillet 2016 - 14:18 Le Père Hamel était musulman!


Certaines informations ne semblent pas vous concerner. Certaines informations semblent irréelles, inimaginables pour vous. Et si vous vous transformiez en cheval, le temps d’une lecture, comprendrez-vous ?


lucy0703@hotmail.fr
Dimanche 13 Septembre 2009

Histoire transposée du monde.
Once upon a time ...  
  6 804 989 289 chevaux dans un même troupeau. C’était un réel truc de malade. Devant eux, quelques directeurs de troupes, qui se tenaient la tête haute, la plupart d’entre eux affublés d’une petite étiquette sur la poitrine avec leur importance, ou bien d’une petite médaille, d’une cape de super-héro ou même d’une couronne. Bref, des dirigeants de troupeau qui se voyaient de loin, et qui d’ailleurs imposaient un sacré respect parmi les chevaux, entre les juments qui en rêvaient chaque nuit, les étalons qui galopaient toujours plus vite dans l’espoir d’arriver à la vitesse de leurs engins ultrarapides , et les poulains qui se marquaient chaque jour un peu plus d’un complexe d’infériorité vis à vis de ces commandants. Mais bon, pour en arriver à là, quelle histoire dites, et que de complications...
 
  Enfin ma foi, au début c’était plutot simple. Il n’y avait que quelques chevaux, on ne sait pas bien le nombre, certains en évoquent 2 ... Qui sait. En tout cas, assez peu, qui cohabitaient assez simplement étant donné la vaste étendue qui s’offrait à leurs yeux de chevaux fougueux. Et puis, ces chevaux firent des enfants qui en firent également, et ceux ci en firent aussi, bref, rapidement, le maigre troupeau de chevaux devint assez important. Ce faisant, voyant qu’il y avait de plus en plus de chevaux, quelques uns d’entre eux comprirent le pouvoir s’ils en devenaient les dirigeant. Il y eut alors de nombreuses batailles d’étalons, les juments restant précieusement à l’abri comme des petites poupées de porcelaine que l’on pourrait casser plus facilement que leur gros molosse de mari. Puis, batailles après batailles, les dirigeants se remplacaient, certains demeurant plus longuement à la tete du troupeau, parfois même toute une vie quand il s’agissait d’un "bon" ...
En gros quand son pouvoir de conviction envers les autres chevaux dépassait leur pouvoir de réflexion.  
 
  Un jour, l’un de ces dirigeants pris conscience du nombre de chevaux désormais présents dans le troupeau. Ils s’étaient multiplié à une vitesse extraordinaire depuis quelques années, du jamais vu, et commencaient à se rapprocher les uns des autres étant donné que leurs territoire lui n’était pas croissant. Alors, chacun voyant de plus près les imperfections de ses voisins, de nombreux conflicts naquirent. De même, étant plus nombreux, ils se rapprochaient également du dirigeant de l’époque, et purent constater plus facilement ses défauts. Celui-ci, sentant la menace d’une rebellion arriver, pris une mesure ma foi assez draconienne mais très efficace : il fit mettre à chaque cheval des caches yeux afin qu’il ne se prenne plus la tête à droite à gauche. Il leur a construit un manege composé d’un chemin unique et droit, truffé de loisir et de rêve, ainsi les chevaux n’urent plus à réfléchir, et leur vie fut bien plus simple ainsi.  
 
  Les dirigeants se succédèrent alors ainsi, certains élargissant le chemin, d’autre le retrecissant tellement que les chevaux n’urent plus la place de passer et pour beaucoup en sortir. Les voyant sortir, les dirigeants les ont tué et ont montré leur dépouille aux autres. Effrayé, les autres se sont créé un idéal d’obéissance qu’il est désormais pour eux génial de suivre. Et voilà, année après année, nous sommes arrivés aujourd’hui, ou chaque secondes les chevaux sont plus nombreux. 6 804 993 070 maintenant. Les dirigeants, assistés de leurs sous-dirigeant préféré, commencent à réaliser que leur lieu de vie n’est plus ce qu’il était avant... Les grandes prairies disparaissent, la nourriture n’est pas assez importante pour nourrir tout le troupeau, les chevaux se marchent sur les sabots, beaucoup manquent d’eau. Bref, trop de chevaux tue le cheval. Après un temps de réflexion, l’idée leur vint. S’ils réduisent le nombre de chevaux, ils augmentent la qualité de vie des quelques survivants. Or, si eux meme sont dans les quelques survivants, ils pourront vivre en paix.  
 
  Ils firent alors une liste des chevaux qu’ils urent besoin. Les autres seront tué d’une façon ou d’une autre. Ils dévient les routes de certains, ils truffent d’embuches la route de certains autres, ils lancent des maladies. Et tout ceci sur les côté des chevaux qui se baladent tranquillement car ils n’ont jamais pensé à tourner la tête pour voir ce qui pouvait bien se passer à droite à gauche. En face d’eux, un écran géant leur livre chaque jours leur dose d’information, ils n’ont certainement pas besoin de comprendre d’eux même, puisqu’on leur dit "tout".  
 
  Les chevaux assassinés sont récoltés par d’autre, on leur dit que c’est normal, qu’ils sont mort de façon noble, ca suffit. Les autres, ne comprenant pas très bien et ne cherchant pas à comprendre car après tout ils ont leurs oeillères, les jettent dans des trous béants où se superpose de plus en plus de carcasses. Puis c’est à leur tour d’être victime de ce plan. Au final, ne restent que les plus forts. AAH ca oui, les dirigeants ont fait du bon boulot dites moi, car quel troupeau magnifique, un troupeau de pur sang, de la plus noble race, sans personne pour contester les idées car ils sont tous du même point de vue. Un troupeau homogène, qui avance d’un même pas. Un troupeau où désormais, chaque mouvement, chaque souffle, chaque amour est controlé afin de ne pas se faire avoir comme la premiere fois. Un troupeau de survivant, de grands, de forts, de géniaux, de parfaits. Ah, le beaux troupeau.  
 
  Ayons tout de même une petite pensée pour les milliards de chevaux tués pour créer ce magnifique troupeau parfait. A tout ces poulains, qui savaient à peine marcher, à peine hennir, et qu’ils ont eu le courage de tuer, pour former ce troupeau si parfait. A toute ces juments qui ont vu leur poulain mourir et qui n’ont compris que trop tard que leur tours venaient aussi, car ils ont eu le pouvoir de les tuer aussi, pour former ce troupeau parfait. A tous ces étalons qui ont toujours travaillé pour former une prairie meilleure, et que les dirigeant ont tuer pour mieux profiter de leur travail, quel astuce, pour former un troupeau si parfait.  
 
  Bien sur, si ces quelques 6 milliards de chevaux avaient daigné juste tourner la tête, regarder de temps en temps à droite et à gauche, et pas uniquement l’écran qu’ils avaient en face des yeux, ils auraient pu voir la chose arriver ...
 
 
 
 Si l’homme arrive à mettre une bride à l’être le plus libre qui soit, alors comment croire qu’il ne peut mettre une corde autours de son propre cou ?


Dimanche 13 Septembre 2009


Commentaires

1.Posté par maxwell le 14/09/2009 07:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

superbe texte,merci.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires