RELIGIONS ET CROYANCES

Hesychasme: La voie spirituelle Orthodoxe Chrétienne, (1ère Partie)


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 18 Juin 2018 - 12:02 Maîtres chrétiens esclaves musulmans !



Mercredi 19 Juin 2013

Hesychasme: La voie spirituelle Orthodoxe Chrétienne, (1ère Partie)
Note:
Cet article est un sujet religieux. Par conséquent, nous présumons qu'il peut être d'intérêt uniquement que pour les croyants (Chrétiens et autres). Malheureusement, il ne nous est pas possible d’extirper les adresses des non-croyants de nos destinataires. Dès lors,  nous nous excusons auprès de tous les concernés dès maintenant et dans l'avenir lorsque vous recevrez quelques articles relatifs aux questions de Yah (Dieu).
Le Pan African Radio Research Team (PARRT) critique constamment les divers enseignements religieux, en l’occurrence celui de l’Eglise Catholique romaine, mais fondamentalement le Vatican et sa cohorte de clergés, cela pour la simple raison que cette institution soit plus préoccupée du bon fonctionnement du système capitaliste que de la « vraie » vie spirituelle des croyants. Par conséquent, au lieu de toujours que critiquer, PARRT a décidé de suggérer à ces lecteurs quelques recommandations, si celles-ci ne vous sont pas encore connues, afin de permettre aux uns et aux autres de supputer la Spiritualité et de mener une vie spirituelle appropriée.
L’objectif  de cette série d’articles est double:
  1. Premièrement, nous espérons pouvoir aider, d'une manière ou autre, nos lecteurs recherchant une vie spirituelle à  mieux comprendre la vie extérieure et la vie intérieure. (outer life and inner life, en anglais)
  2. Deuxièmement, nous allons de temps en temps étaler quelques conseils des « Saints Pères » communément appelés « Pères Vigilants» (Wakeful Fathers en anglais), ainsi, mettant à votre disposition quelques notions fondamentales permettant de réviser de façon plus précise les connaissances bibliques acquises d’un palais plutôt qu’une case aux écritures saintes, telle que devrait être la Bible, afin d’éviter les confusions et les myriades d’interprétations. En d'autres termes, nous comptons qu'avec cette connaissance, les Chrétiens pourraient mieux comprendre et décrypter l'écriture sainte de la Bible afin de nourrir quotidiennement leur vie spirituelle.
La voie à la spiritualité est un conglomérat d’actes qui peuvent être classés sous fonctions extérieure et intérieure (outer work and inner work, en anglais). Il nous faut ici souligner le fait que la majorité des enseignements religieux sont principalement concentrés sur la première fonction qui regroupe l’observation des commandements et la pratique des vertus morales, etc., tandis que la dernière se compose de la surveillance de l'intellect, de la sanctification de l'esprit (avec « e » minuscule contrairement à l'Esprit de Yah, avec « E » majuscule) et de la purification du cœur, qui est un préalable à la Prière pure.
Bien que, la fonction intérieure soit plus négligée par la majorité des enseignements religieux, et donc à peine connue des communs croyants, elle constitue un préalable à  l’acquisition de la spiritualité, pour conduire une vie spirituelle maintenant et après la mort, pour recevoir la Grâce et le Royaume de Yah sur terre, c’est-à-dire, un cœur pur où Yah, Jésus Christ (Yahshua), les Anges et les Saints peuvent visiter et y habiter, mais également pour être accepté dans son Royaume pour la vie éternelle après la mort, etc. Par conséquent, la fonction extérieure et la fonction intérieure sont nécessairement complémentaires.
PARRT n'est pas constitué ni de doctorats en Loi de Yah ni de doctorats en Evangile. Nos recherches en théologie sont essentiellement basées sur les enseignements de tradition des Pères Saints du Hesychasme, en stigmatisant principalement les connaissances de base, lesquelles, nous estimons vitales et par conséquent devraient être connues par tout croyant assoiffé de la spiritualité.
 
L’être humain comme le palais royal
 
Pour permettre de mieux comprendre la question fondamentale dans cette exposition, nous comparons l'être humain à un palais royal. Ce palais a pour étage supérieur la tête; sa chambre secrète le cœur; ses sens sont les fenêtres ainsi que les portes des chambres reliées par les couloirs du palais; le roi est l'esprit ou l'âme (nous, en Grec) qui a comme papier l'imagination, y écrivant tout ce qui lui parvienne de l'extérieur par les fenêtres des sens, et est gardé par diverses puissances qui sont principalement constituées par les trois suivantes:
  1. la raison intuitive
  2. la raison discursive
  3. la volonté, que l'univers physique (le cosmos) ne possède pas, et faisant pour cette raison de lui, comme le considèrent certains philosophes, un « Megalocosmos » dans tel cas, l'univers physique, contrairement à d’autres antipodes, serait un « Microcosmos »
 
L'être humain est doté d’une dualité, constitué de 2 substances contraires (ousia, en Grec), de l'Âme et du Corps. Il y a l’âme rationnelle et l’âme irrationnelle. L’âme irrationnelle est guidée et régie par le corps et les sens, tandis que l’âme rationnelle régit et guide le corps.
 
La chair ou l’âme irrationnelle constitue l’état dans lequel l’ensemble structurel « âme-corps » s’y trouve lorsque l’être humain est déchu. L'esprit (avec « e » minuscule) par contre l’âme rationnelle indique l’état dans lequel l’ensemble structurel « âme-corps » s’y trouve lorsque l’être humain est racheté. Ainsi donc, l'âme aussi bien que le corps peuvent devenir corporels ou charnels, mais aussi également devenir spirituels.
 
 
Comment le croyant pourrait satisfaire sa soif Spirituelle
 
Qu’est-ce qu’une prière? Quel est son essence? Comment un croyant doit apprendre à prier? Que peut expérimenter l’esprit d’un croyant lorsqu’il prie avec l’humilité dans le cœur? [1]
 
Telles sont les questions que cet article tente de donner quelques notions fondamentales puis des conseils dans les autres numéros. L’état de la prière devrait être perçu sous ses divers degrés, de la prière orale ordinaire à la prière incessante du cœur, cette dernière est surtout répandue dans l’Eglise Orthodoxe Chrétienne et connue sous la forme de la « Prière de Jésus » (Jesus Prayer, en anglais) laquelle ne sera pas le sujet dans la présente première partie de cette série d’articles, qui présente plutôt des concepts et notions générales d'importance capitale à la Prière, élément nécessaire à l’édification d’une vie spirituelle. En plus, cet article se concentre sur la vie intérieure ou le travail intérieur (inner life or inner work) plutôt que sur la vie extérieure (outer life or outer work), qui est répandue et supposée être connue par quiconque craignant Yah.
 
Le rôle capital de l’âme ou pensée, l’esprit et le cœur dans la Prière
L'âme, l'esprit et le cœur ne sont pas seulement primordiaux dans notre vie mais également pour les prières, si l’on désire atteindre et vivre une vie spirituelle. Car la Prière est essentiellement un état dans lequel l’on se tient au-devant de Yah. Veuillez prêter attention au mot « se tenir au-devant » (standing, en anglais) dans la phrase ci-dessus, parce qu'étant récurrent dans la notion de Prière.
Comment un être humain peut-il se tenir au-devant de Yah? Le fait est que Yah lui-même est Esprit (avec « E » majuscule), donc l'être humain, également en possession d’un esprit, est  en mesure de communiquer avec lui pourvu que son esprit soit rationnel. La prière signifie tourner l'esprit et les pensées vers Yah. En d’autres termes, prier veut dire se tenir au-devant de Yah avec « l’âme dans le cœur », de le regarder mentalement et constamment et s’entretenir avec lui respectueusement et avec crainte et espoir… Il faut souligner que se tenir au-devant de Yah avec l'âme dans le cœur est l'essence de l’acte de prière. Se tenir au-devant de Yah peut être accompagné des mots, ou peut être « silencieux », puisque parfois nous parlons à Yah, parfois nous restons simplement en sa présence, sans rien dire, mais conscient qu'il est près de nous, « plus près de nous que notre âme… » « La prière intérieure veut donc dire que l’on se tient au-devant de Yah avec l'âme dans le cœur, soit tout en y restant simplement en sa présence soit en exprimant la supplication, des actions de grâce, et de la glorification. » [1]
Pourquoi les trois éléments (corps, âme ou pensée et esprit) en l'être humain sont-ils importants en priant à Yah? Le corps est fait de terre; pourtant il n'est pas un objet mort ou inanimé mais vivant parce que doté d'une âme vivante. Yah a soufflé dans cet âme un esprit, l'esprit de Yah, disposé pour le connaitre, pour le vénérer, pour le chercher et pour le goûter, et pour avoir sa joie en lui et rien d'autre. Ainsi, l'âme est la base principale de la vie, vivifiant un être humain, contrairement à sa chair qui est un composant inanimé. Alors que l'âme existe principalement sur le plan naturel, l'esprit nous met en contact avec l'ordre des réalités divines, c'est l’élément doté de la faculté la plus élevée en l'être humain et qui lui permet d'entrer en communion avec Yah. En tant que tel, l'esprit de l'être humain (avec un « e » minuscule) est étroitement lié avec la troisième Personne de la Trinité, le Saint-Esprit ou de l'Esprit (avec un « E » majuscule); mais étant reliés, les deux ne sont pas identiques, les confondre serait faire du panthéisme. En d'autres termes, l'esprit de l'être humain doit être perçu comme  une fenêtre lui permettant de contempler Yah.
Le corps, l'âme et l'esprit ont chaque leur manière spéciale d’appréhender leur environnement: Le corps, par les cinq sens; l'âme par le raisonnement intellectuel; et l'esprit, par la conscience, par une perception mystique qui dépasse les processus rationnels ordinaires de l'être humain.
 
Le cœur est un royaume et le palais de Yah, Yahshua, des Anges et des Saints
En plus de l'esprit, de l'âme et du corps, il y a un autre aspect de la nature de l'être humain qui se trouve en dehors de la classification triple, le cœur. Le terme cœur est d'une importance particulière dans la doctrine orthodoxe de l'être humain. Lorsque les occidentaux de l'ouest parlent aujourd'hui du cœur, ils l’associent habituellement aux notions d’émotions et d'affection. Mais dans la Bible, comme dans la plupart des textes ascétiques, le cœur a une connotation bien plus large. C'est l'organe primaire de l'être humain, tant sur le plan physique que spirituel; c'est le centre de la vie, du principe de détermination de toutes nos activités et des aspirations. Ainsi donc, le cœur inclut évidemment l'affection et les émotions, mais il inclut également bien plus d’autres éléments et fonctions; il embrasse, en effet, toute chose y compris ce que nous appelons une « personne ».
Le cœur régit et règne sur la totalité de l'organisme corporel; et lorsque la grâce possède les gammes du cœur, elle substitue ce dernier et ordonne tous les membres et toutes les pensées. Parce que c’est dans le cœur, qu’il y a l'esprit, et toutes les pensées de l'âme et les désirs; ainsi, la grâce pénètre également dans tous les membres du corps… Les profondeurs insondables se trouvent dans le cœur. Il y a des salles de réception et des chambres à coucher dans le cœur, des portes et des porches, et beaucoup de bureaux et de passages. L'atelier de la droiture et de la méchanceté se trouvent dans le cœur. La mort s’y trouve; la vie s’y trouve… Le cœur, pourvu qu’il soit purifié, est le palais (voir l'exemple du palais royal ci-dessus) de Yahshua - là Yahshua, le Roi vient pour prendre son repos, avec les Anges et les esprits Saints, et il y demeure, marchant dans lui et y plaçant son Royaume.
Le cœur est certes un petit navire - mais les dragons et les lions y sont, et dans le cœur on y trouve les créatures toxiques et tous les trésors de la méchanceté; les voies rugueuses et inégales y sont, et les abîmes béants. On y trouve même Yah dans le cœur, pourvu qu’il soit purifié; il y a de la lumière et les apôtres, les villes célestes et les trésors de la grâce: toutes les choses y sont.
Si l’on tient compte de toutes ses fonctions sensuelles, le cœur clairement ne fait pas partie des trois éléments en l'être humain - le corps, l'âme et l'esprit, en les isolant, mais il est relié à tous les organes directement. Parmi toutes ses fonctions, la plus importante de toutes pour notre objectif dans ce présent article est que le cœur est relié avec l'esprit: le cœur est le tréfonds de l'être humain, ou esprit. C’est dans le cœur que la connaissance de soi (self-awareness, en anglais), la conscience, l'idée de Yah et de sa dépendance complète avec lui, sont localisées, ainsi que tous les trésors éternels de la vie spirituelle.
Il devrait maintenant être possible de comprendre l'importance des trois éléments (corps, âme et esprit) et du cœur dans la vie spirituelle, et même si peu détaillés dans un tout premier temps, dans une moindre dimension, ce que les Saints Pères veulent dire en décrivant la prière comme « se tenir au-devant de Yah avec l'âme dans le cœur » Aussi longtemps qu’un croyant priera avec la pensée que dans la tête, il ne travaillera toujours seulement qu’avec les ressources de l'intellect humain, et à ce niveau il n'atteindra jamais à une rencontre immédiate et personnelle avec Yah. En faisant usage de son cerveau, il saura au plus quelque sur Yah mais ne connaîtra pas Yah. Parce qu’il ne peut  aucunement y avoir une connaissance directe de Yah sans lui éprouver un amour excessif, et un tel amour doit venir, pas seul du cerveau, mais de l'être humain dans sa totalité, c’est-à-dire, du cœur. Il est donc nécessaire, que le croyant descende de la tête dans le cœur. Il n'est pas requis d'abandonner ses capacités intellectuelles, ainsi que la raison qui sont toutes des dons de Yah, mais il est appelé à descendre avec la pensée ou l’âme dans le cœur.
Il descend dans le cœur, dans son cœur naturel d'abord, et de là dans le cœur « profond », dans ce cœur du « cabinet intérieur » du cœur qui n'est plus de la chair. Ici, dans les profondeurs du cœur il découvre d'abord « l'esprit divin » que la Trinité Sainte a implanté dans l'être humain à la création, et avec cet esprit il parvient à connaître l'esprit de Yah, qui demeure chez chaque croyant, quoique la plupart d'entre-nous en soit inconscient de sa présence.
D'un point de vue simpliste, la finalité de la vie spirituelle est la redécouverte de la grâce de ce Yah. Le croyant qui pratique la vie extérieure, la vie intérieure et les prières, avec le cœur pur, doit de cette façon « retourner en soi » trouvant le Royaume céleste  qui est en dedans de lui, et passant ainsi à travers la frontière mystérieuse entre le crée et le non crée.
 
 
Sources et Références
[1] The Art of Prayer, an Orthodox Anthology, compiled by Igumen Chariton of Valamo, translated by E. Kadloubovsky and E. M. Palmer, edited with an introduction by Timothy Ware.
[2] The Philokalia, the complete text compiled by Saint Nikodimos of the Holy Mountain and Saint Makarios of Corinth, translated from the Greek and edited by by G. E. H. Palmer, Philip Sherrard, Kallistor Ware.
[3] Saint Nicodemos the Hagiorite, by Constantine Cavarnos


Mercredi 19 Juin 2013


Commentaires

1.Posté par Aurore le 19/06/2013 10:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

( Yah,) le Seigneur m'a fait une telle gr@ce qu'aucune parole humaine ne saurait l'exprimer et que je puis à peine au fond de ma conscience, la comprendre, c'est pourquoi j'offrirai à Mon Dieu, pour lui exprimer ma reconnaissance, toutes les forces de mon @me et tout ce que j'ai de vie, de sentiment, d'intelligence, je l'emploierai de tout mon coeur à contempler la grandeur de celui qui est infini. Le spalmiste avait indiqué une disposition semblable quand il disait : mon @me a tressailli dans le seigneur et elle se délectera dans son salut............. C'est pourquoi qu'elle sait qu'à cause de ce regard de Dieu sur elle, on l'appellera bienheureuse. Bède le vénérable.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires