MONDE

Hausse attendue des prix des produits alimentaires dans le monde


Dans la même rubrique:
< >


Svetlana Kalmykova
Mercredi 12 Juin 2013

Hausse attendue des prix des produits alimentaires dans le monde
La hausse des prix des produits alimentaires mondiaux pourrait atteindre 40 %, estiment les auteurs du rapport « Perspectives agricoles 2013-2022 ».

Selon les experts de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), dans les dix ans à venir les prix des produits agricoles vont dépasser les prix moyens historiques. Le ralentissement de la production en est la cause principale. Selon les données des analystes onusiens, la hausse de la production agricole mondiale sera d’environ 1,5 % par an alors que pendant dix dernières années ce chiffre était d’au moins 2 %.

Ce recul est dû à l’épuisement des ressources naturelles, lit-on dans le rapport. Les changements climatiques et l’agriculture extensive peuvent transformer les terres fertiles en un vrai désert. Le souci des produits alimentaires doit commencer par la sollicitude envers les terres et leur fertilité, explique Dmitri Khomiakov, professeur à l’Université d’Etat de Moscou.

« 97 % des aliments proviennent de l’agriculture alors que seulement 3 % nous sont fournis par la mer : le poisson, les fruits de mer et les algues comestibles. Evidemment, les ressources de la terre ne sont pas inépuisables. Mais à l’heure actuelle on produit assez pour satisfaire les besoins d’une population de six milliards et demi d’individus. On peut dire avec certitude qu’on pourra nourrir 10 milliards de personnes, voire plus ».

La hausse des prix des produits alimentaires est un problème grave pour les consommateurs, surtout dans les pays pauvres. Cependant, les prix élevés attirent les investisseurs et les agriculteurs doivent apprendre à en profiter, explique Andreï Sizov, directeur général du centre analytique SovEkon.

« Les prix élevés soutiennent non seulement les producteurs mais aussi favorisent les investissements dans le perfectionnement des technologies agricoles et la culture de nouvelles semences, c’est-à-dire tout ce que est censé permettre de nourrir les gens dans le monde ».

Le rapport mentionne par ailleurs que la hausse des prix la plus importante est attendue en Europe de l’Ouest, en Asie centrale et en Amérique Latine, ce qui est lié à la croissance de la démographie dans ces régions, mais aussi à la hausse des revenus, à l’urbanisation et aux changements dans les habitudes alimentaires des individus. T

 



Mercredi 12 Juin 2013


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 13/06/2013 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais ce qu'oublie de dire M.Sizov c'est que ces investisseurs n'en sont pas. Ce ne sont que des spéculateurs. Et ce qu'il appelle les "technologies agricoles" ne sont que des manipulations génétiques des végétaux alimentaires pour obtenir plus de rendement au moindre coût pour pouvoir spéculer d'avantage dessus et faire encore plus de profits. Et ces fameux "investisseurs" sont soit des banques et des institutions financières qui ne veulent que faire du profit par la spéculation, peu leur importe la qualité des aliments, ou/et des multinationales agroalimentaires genre Monsento, Sygenta ou Pioneer, dont le but est aussi le profit maximal en trafiquant les aliments de base pour augmenter la production et faire du profit avec. En aucun cas, le bien être alimentaire des peuples.

Pire même, la production d'aliments d'origine de culture biologique est incompatible avec leur soif de profits. Trop longs à pousser, qualité trop bonne, permet à leurs consommateurs d'être en meilleure santé et donc ne tombons pas, ou moins malades, ce qui ne fait pas les affaires des multinationales pharmaceutiques qui sont liées à cela, etc.

Mais c'est une course en avant vers la destruction du monde par stérilisation et empoisonnement de toute la terre et de l'air. Il est très possible de nourrir toute l'humanité, même si elle venait à doubler, mais pour cela, il ne faut plus que les multinationales existent. C'est tout un choix de société et de changement de paradigme qu'il faut envisager.

Ce qu'il y a de remarquable dans cette affaire, c'est que quelque soit la manière dont nous abordons les problèmes de l'humanité, que se soit au niveau social, politique, économique, écologique, alimentaire, santé, éducatif, etc. on retombe à chaque fois sur la même chose, sur le même besoin fondamental de changement de paradigme de société. Preuve, s'il en est, de l'importance fondamentale de ce besoin.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires