Economie et pouvoir financier

Guerre impérialiste financière: Le Shanghaï Stock Exchange (SSE) attaqué de l’extérieur… Guerre économique et géopolitique…


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 1 Septembre 2018 - 01:06 ‘Science économique’ – Imposture diabolique

Dimanche 12 Août 2018 - 08:00 Dette mondiale : où en est-on ?



Michel Chossudovsky
Samedi 29 Août 2015

Déstabilisation économique, effondrement financier et le bidouillage de la bourse de Shanghaï ?
Michel Chossudovsky
article original: http://www.globalresearch.ca/economic-destabilization-financial-meltdown-and-the-rigging-of-the-shanghai-stock-market/5471533 ~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~
 
L’effondrement spectaculaire de la bourse de Shanghaï a été présenté à l’opinion publique comme étant le résultat d’un “mécanisme de marché” spontané, déclenché par la faiblesse de l’économie chinoise.
Le chœur consensuel des médias occidentaux (WSJ, Bloomberg, FT etc…) prétend que les actions chinoises se sont effondrées à cause de “l’incertitude” en réponse à des données récentes “suggérant une baisse dans la seconde économie mondiale”.
Cette interprétation est erronée. Elle déforme le fonctionnement des marchés boursiers qui est l’objet d’opérations spéculatives absolument routinières. Un déclin programmé de l’indice Dow Jones par exemple, peut-être accompli de plusieurs façons: ventes à court terme, paris sur le déclin du Dow Jones Industrial Average dans le marché des options etc… [1]
De manière amplement documentée, les marchés financiers sont pipés par les méga-banques. Des institutions financières très puissantes incluant la JP Morgan Chase, HSBC, Goldman Sachs, Citigroup et toute la fine équipe habituelle, suivie de leurs hedge funds affiliés, à la capacité de “pousser à la hausse” le marché boursier, puis de le “tirer vers le bas”. Elles engrangent à la fois sur la spéculation à la hausse et sur la spéculation à la baisse. Cette procédure s’applique également au marché des commodités en général et du pétrole et des métaux en particulier.
Ceci constitue une fraude financière ou ce que l’ex-membre de haut niveau de Wall Street et ancienne assistante secrétaire fédérale de la HUD Catherine Austin Fitts appelle “pomper et larguer” et définit comme: “Gonfler artificiellement le prix d’une action ou autre sécurité par la promotion, afin de vendre à ce prix surgonflé, puis profiter encore plus à la baisse avec l’achat-vente à très court terme”. Cette pratique est illégale sous les lois boursières et pourtant ceci se pratique très couramment.”  (See Stephen Lendman, Manipulation: How Financial Markets Really Work, Global Research, March 20, 2009
L’effondrement de la bourse de Shanghaï (SSE)
Le SSE Composite Index a progressé cette dernière année de 2209 en Août 2014 à plus de 5166 au 21 Juin 2015 (environ 140% d’augmentation); puis à partie du 21 Juillet, il s’est effondré de plus de 30% en environ deux semaines à 3507 (le 8 Juillet)
Un effondrement supplémentaire s’est produit le 10 Août, dans la semaine qui a suivi l’explosion de Tianjin (le 12 Août 2015), culminant avec le Lundi noir du 24 Août (avec à la clef une baisse spectaculaire de 7,63% en une journée…) NdT: l’explosion de Tianjin serait-elle un acte criminel servant à masquer l’attaque financière sur le SSE ?…
L’explosion de Tianjin a t’elle contribué à exacerber cette “incertitude” en regard du marché des équités chinois ? L’évolution de l’index du SSE sur cette période d’un an n’a rien à voir avec les forces spontanées du marché ou des marqueurs de l’économie réelle. Ceci présente toutes les apparences d’un massacre spéculatif savamment planifié, une poussée vers le haut puis une forte secousse vers le bas.
La possibilité d’une fraude a été l’objet d’une enquête des autorités chinoises en Juillet 2015 suivant l‘effondrement du 21 Juin du SSE (voir le graphe dans l’article original en anglais).
Le régulateur a dit dans son rapport du 3 Juillet qu’il allait étudier si des acteurs avaient fraudé dans les ventes de produits financiers… La China Securities Regulatory Commission (CSRC) a dit qu’elle baserait son enquête sur des rapports de mouvements anormaux du marché en provenance de la bourse et des futures exchanges.
Certains rapports ont accusé des investisseurs étrangers d’avoir tiré les prix vers le bas en vendant des actions sur le très court terme dans les bourses chinoises, ce qui veut dire qu’ils pariaient sur la chute des cours.
Tout fait criminel sera transféré à la police a dit le régulateur.
Le China Financial Futures Exchange (CFFEX) a suspendu 19 comptes pour avoir vendu dans le très court terme (short-selling) pour un mois, rapporte l’agence de presse Reuters, citant des sources anonymes (BBC, August 25, 2015, emphasis added)
Le consensus médiatique (ainsi que les déclarations venant des autorités chinoises) était que des acteurs financiers chinois plutôt que des banques étrangères seraient derrière ce processus de fraude du marché boursier: “les investisseurs étrangers n’ont qu’un accès très limité aux marchés chinois”. La manipulation du marché ne provient pas de sources étrangères d’après le Global Times
Cette analyse ne prend néanmoins pas en considération le fait que de grands acteurs financiers comme la Goldman Sachs, JP Morgan Chase, HSBC et autres sont très actifs en Chine, opérant depuis Shanghaï au travers de banques paravents chinoises associées dans leurs aventures financières.
De plus, ces institutions financières occidentales sont bien connues pour avoir eu un rôle déterminant dans la manipulation des marchés boursiers ainsi que des marchés des changes :
Des régulateurs ont mis à l’amende six banques majeures pour un total de 4,3 millliards de dollars pour ne pas avoir empêcher des courtiers d’essayer de manipuler le marché des changes (Forex), à la suite d’une enquête mondiale sur un an.
HSBC Holdings Plc, Royal Bank of Scotland Group Plc, JP Morgan Chase & Co, Citigroup Inc, UBS AG et la Bank of America Corp ont toutes été mises à l’amende à la suite de cette enquête, qui a bridé ce marché auparavant largement non régulé de 5000 milliards de dollars quotidiens, accélérant ainsi la poussée vers le marchandage automatisé et piégea la Banque d’Angleterre (NdT: cœur de la matrice financière de la City de Londres, la véritable “couronne” britannique…)

Les courtiers utilisaient des noms de code pour identifier les clients sans les nommer et échangeaient l’information dans des chatrooms en ligne en utilisant des pseudonymes comme “les joueurs”, “les 3 mousquetaires” ou “1 équipe, 1 rêve”. Ceux qui n’étaient impliqués étaient ridiculisés et les courtiers utilisaient un langage obscène pour se féliciter des gains rapides faits grâce à leurs escroqueries ont dit les autorités.
La Goldman Sachs, de toutes ces institutions financières majeures, opère de Shanghaï depuis 2004 sous un arrangement de partenariat avec la Beijing Gao Hua Securities Company.
Goldman est connue pour utiliser des soi-disants “programmes d’échanges à haute fréquence” dans les transactions boursières:
“Les marchés peuvent être falsifiés avec des High-Frequency Trading Programs ou HFT, qui composent maintenant 70% des échanges boursiers. Goldman Sachs est le champion indiscuté de cette nouvelle technique de jeu. (Voir Ellen Brown,  Stock Market Collapse: More Goldman Market Rigging, Global Research, May 8, 2010)
Un autre facteur qui a facilité les opérations spéculatives sur le SSE a été l’intégration des marchés boursiers de Hong-Kong et de Shanghaï en 2014 sous l’égide du soi-disant lien de “Stock Connect”. La procédure permet aux étrangers d’acheter des actions A chinoises listées sur le SSE depuis Hong-Kong avec des “restrictions limitées”, à savoir un accès complet au marché des équités de la Chine.
Guerre financière
Ces mouvements de balancier vers le haut et vers le bas du Shanghai Composite Index ont pour résultat ultime la confication de milliards de dollars de richesse monétaire incluant des capitaux de fonds d’état chinois fournis par la Banque Populaire de Chine pour renflouer le marché boursier de Shanghaï. Où va ce fric ? Qui sont les récipiendaires de ces échanges d’une valeur de multi-milliards de dollars ?
En réponse à l’effondrement du mois d’Août, la Banque Populaire de Chine a “offert 150 milliards de Yuan (23,43 milliards de dollars) en avoir pour 7 jours d’accord de rachats de renverse, une forme de prêts à court-terme pour les prêteurs commerciaux.” Cet argent fut gaspillé. Cela n’a pas renversé la tendance de l’effondrement du SSE.
Geopolitique
Des considérations géopolitiques sont aussi pertinentes. Tandis que le Pentagone et l’OTAN coordonnent des opérations militaires contre des pays étrangers souverains, Wall Street perpétue des actions de déstabilisation sur les marchés financiers incluant le trucage des marchés du pétrole, de l’or et des changes et ce directement contre la Russie et la Chine.
Est-ce que la falsification du SSE fait partie d’un package plus large d’actions des Etats-Unis contre la Chine consistant en affaiblissant son système économique et financier ?
Est-ce que l’effondrement financier de la Chine sert de plus grand intérêts concernant la politique étrangère états-unienne incluant des menaces régulières contre elle, sans même mentionner les déploiements militaires américains dans la Mer de Chine du Sud ?
Sommes-nous en face d’une “guerre financière” dirigée contre une puissance économique mondiale concurrente ?
Cela vaut-il la peine d’être noté que des procédures spéculatives (fraudes) ont aussi été utilisées dans les marchés du pétrole et des changes contre la Fédération de Russie. Combinées avec le régime des sanctions économiques, l’objectif était de tirer vers le bas le prix du pétrole brut (ainsi que la valeur du rouble russe), ceci devant affaiblir l’économie russe.
Le ‘Pivot Asiatique’ d’Obama contre la Chine est renforcé par des actions de déstabilisation concommitantes sur le SSE. Le but ultime est d’affaiblir, au moyen de méthode non-militaire, l’économie nationale de la République Populaire de Chine”. (Michel Chossudovsky, US-NATO Military Deployments, Economic Warfare, Goldman Sachs and the Next Financial Meltdown, Global Research, August 8, 2015
 
Note 
  1. The latter is one among several instruments used by speculators. There is no buy sell transaction of shares of company listed on the stock exchange: a bet is placed on an upward or downward movement of the DJIA. It’s an index fund:  ask and put options.


Samedi 29 Août 2015


Commentaires

1.Posté par Babuska le 30/08/2015 08:42 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Affaiblir la Chine voleuse et criminelle au Xinjiang ( gaz, petrol, minerai), qui detruit toutes traces non comformes au PCC, denaturant cette terre en la reservant aux colons du Nord-Est! Le Tibet, les Mongols sont a la meme enseigne!

Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires