Sciences et croyances

Groenland : Jadis un paradis viking


Dans la même rubrique:
< >


Peter Mungo Jupp
Mercredi 12 Février 2014

Groenland : Jadis un paradis viking


Variations des températures du Groenland : Comparaison 2011, 2012 et 2013.
Crédit : NOAA


Thunderbolts, Peter Mungo Jupp , 5 février 2014


    L'impact du « Petit âge glaciaire » fut soudain et féroce sur l'Europe.


    Grâce à ses armes, peste, famine et (peut-être le controversé) tremblement de terre, l’ainsi nommé « Petit âge glaciaire » réduisit la population de l'Europe de l'ordre de 30 à 50 pour cent. La virulence et la mortalité de la peste de l’année 1348 sont absolument inégalées dans les exemples modernes. En outre, la formidable famine mondiale de 1315, tant à cause du climat que de la peste, fut catastrophique. L’implacable chute des températures combinées à un climat erratique est quasiment impossible à expliquer, mais l'humanité ne jouât aucun rôle dans sa création. Quelles sont les forces naturelles qui provoquèrent ce scénario catastrophique ? Le Groenland est un exemple typique de destruction et d'abandon. Remontons le temps et voyons ce qui s'est passé.


    Bien que le Petit âge glaciaire soit une reconstruction scientifique, il couvre une période où, par rapport à l'époque actuelle, sévit un important et chaotique revers climatique. Il est divisé en quatre périodes entre 1280 et 1850. Ces périodes froides et erratiques sont désignées sous le nom de Wolf, Sporer, Maunder et Minimum climatique de Dalton. Créant les premières conditions de la famine et (curieusement) de la peste, ces dramatiques détériorations du climat ne furent en moyenne pas seulement plus froides, plus humides et plus venteuses, mais aussi bien plus chaotiques par leurs fluctuations.


    Le petit âge glaciaire suivit une période connue sous le nom de « Maximum médiéval » (Optimum climatique médiéval), daté de 900 à 1280, dont les nombreuses traces révèlent qu’il était bien plus chaud que l’ère moderne. Par exemple, des vignes poussaient dans la région froide de l’actuel Pays de Galles ! Ce fut dans l’ensemble une période de prospérité civilisationnelle. Il y eut une forte augmentation de la population mondiale et une ère d'expansion coloniale. Au cours des années 800 à 1200, le Groenland et l'Islande furent colonisés par les Vikings. L’Optimum climatique médiéval permit le développement de cette grande migration. Plus tard, les icebergs firent courir les plus grands dangers aux marins, mais les rapports concernant les glaces flottantes n’apparurent qu’à partir du XIIIe siècle dans les anciens dossiers.


    Le Groenland fut colonisé à l’époque où Eric Asvaldsson fut banni d'Islande pour le meurtre de deux hommes. Il transforma son malheur en fondant une nouvelle colonie. La colonie initiale se trouvait sur un fjord profond de la côte sud-ouest (à côté de l'Arctique canadien actuel). Les conditions étaient similaires à l'Islande, qui bénéficiait elle-même à cette époque d'un climat tempéré accueillant. Les chroniqueurs mentionnent même que l’on nageait dans les fjords du Groenland ! Une chose absolument impossible de nos jours.


    Des os de bovins, ovins, porcins et caprins provenant des sites archéologiques révèlent l'existence de grandes exploitations avec de vastes pâturages fertiles, dans ce qui est maintenant une région inculte, souvent couverte de neige. Eric attira des milliers de gens dans ces trois régions nouvelles. Les Vikings du Groenland vivaient surtout de produits laitiers et de viande, principalement de vache. Avant 1300, le commerce avec les pays européens marchait bien, de nombreux navires assurant le commerce de bois, de fer, de sel et de maïs, échangés contre des fourrures, des peaux, du beurre, du fromage et de la laine. En fait, l’expansion fut suffisamment prolifique pour que le pape envoie un évêque au Groenland. De nos jours, les articles de commerce viables sont les exportations de terres rares vers la Chine.


    Pendant l’Optimum climatique médiéval, les cultures prospéraient et la race humaine se multipliait. En Allemagne, on nota que les vignobles poussaient à une altitude plus élevée de 700 pieds (213m) qu’à l’époque actuelle. Les températures étaient en moyenne de 2 degrés Celsius plus chaudes qu’aujourd’hui. La Chine était de 3 degrés Celsius plus chaude. Notre monde était un lieu différent ! Voir les recherches de Ian Plimer sur les preuves de la croissance des cernes arboricoles, les carottes de glace, les carottes de sédiments, le retrait des glaciers, les rapports sur la banquise : tout une profusion de preuves anecdotiques !


    Le Petit âge glaciaire changea radicalement ce tableau avec l’expansion des glaciers vers le pied des montagnes en Europe et en Chine. Poussée de la banquise, violentes et fréquentes tempêtes, fortes précipitations et climat erratique devenu implacablement plus froid. Une épaisse banquise de trois miles de large bordait parfois la Manche. Ce fut une période où les grandes pestes et les famines ravagèrent le monde. La météo chaotique, j’en discuterai, fut probablement due en grande partie à des influences cosmiques. J'entends par là des forces électromagnétiques !


    En constante évolution, ces influences cosmiques firent que Europe de l'Ouest connut un refroidissement climatique général, entre les années 1150 et 1460, et un climat encore plus froid, entre 1560 et 1850, qui eut de graves conséquences pour les populations vivant à l'époque. Non seulement le temps était froid, humide et venteux, mais, les saisons devinrent notablement erratiques ! Le temps froid affecta l'agriculture, la santé et l'économie, créant des conflits sociaux et des exodes. La poussée des glaces, les fortes tempêtes multiples, les grandes crues et les vents dévastèrent la société ! D’anciens journaux de bord et des registres municipaux révèlent tout cela.


    Mais qu’arriva-t-il aux Vikings du Groenland ? En l'an 1300 plus de 3.000 colons vivaient sur 300 fermes dispersées le long de la côte ouest du Groenland. Vers 1200, les icebergs repoussèrent plus au sud les navires qui rejoignaient les colonies de la côte sud-ouest, le long du Canada. En 1300 Bårdsson écrivit : « Plus court chemin de Snefelsness, en Islande, au Groenland : deux jours et trois nuits. Navigation plein ouest. Dans la mer il y a des récifs appelés Gunbiernershier. C'était l'ancienne route, mais maintenant la glace venue du nord est arrivée si près des récifs que personne ne peut naviguer par l'ancienne route sans risquer sa vie. »


    En 1500, le pape se plaignit qu'aucun évêque ne puisse se rendre au Groenland depuis 80 ans, à cause de la glace. Sa congrégation groenlandaise était déjà morte ! Les tombes et les ruines montrent que le froid et le manque de nourriture fit chuter la taille moyenne des Groenlandais de cinq pieds sept pouces (1,7m) à cinq pieds (1,52m), gravement infirmes, tordus et malades, en l'an 1400.


    Les Vikings d’Islande ne faisaient guère mieux. De 80.000 en 1100, leur population tomba à 38.000 en 1850, à la fin du Petit Age glaciaire ! Au moment où Christophe Colomb s'embarqua, en 1492, le Groenland était « mort » et l'Islande avait du mal à survivre.


    Les minima du Petit âge glaciaire furent une dure réalité. Mais quelles en furent les causes ? Sûrement pas de plus forts taux de dioxyde de carbone dus aux malheureux efforts de l'humanité ! Examinons la part que jouèrent les minima et les maxima des taches solaires dans la scène climatique, en tentant de comprendre l'effet de ces cycles sur la famine et la peste. L’activité des taches solaires, et donc le flux solaire, sont un élément de contrôle de notre climat. Le flux est l'émission de divers ions positifs et électrons, expulsés par le Soleil, qui tempère les rayons cosmiques et donc, comme l’explique Heinrich Svensmark, la météo et les précipitations. Les rayons cosmiques interagissent par moments avec la magnétosphère de la Terre, influençant les variations climatiques plus sèches, plus humides, plus venteuses, plus chaudes ou plus froides.


    Il apparaît que le cycle solaire de onze ans est lié à la gravité des ouragans et des sécheresses. C’est ce que pense le Centre national américain pour la recherche atmosphérique (NCAR). Baker, de l'université de New England, estime qu'il s'agit d'un moyen permettant de prévoir les périodes de sécheresse. Son suivi des taches solaires, enregistrées dans des dossiers depuis 1876, montre que le basculement des pôles et du champ magnétique solaire tous les onze ans, affecte systématiquement le climat australien.


    La compilation des données sur les taches solaires, qui sont préservées depuis quatre siècles, cadre bien avec les périodes de sécheresse. En période de prospérité, l'activité des taches solaires est forte. Le prix des céréales est bas. En période de faible activité des taches solaires, il y a de mauvaises récoltes et les céréales ont un prix élevé. La sécheresse varie sur un cycle complet de vingt-deux ans, le maximum de onze ans suivi du revirement de la période de minimum.


    Il doit y avoir un autre facteur qui pousse le cycle de variation des taches solaires à provoquer un Petit âge glaciaire. Il exige une cause cosmique ! L’historien Jean de Venette a écrit un passage curieux, qui peut fournir un indice à ce mystère climatique non résolu :

    Au mois d’août 1348, après les vêpres, quand le Soleil commença à se coucher, une grande étoile très lumineuse apparut vers l'ouest, au-dessus de Paris. Très proche, elle ne ressemblait pas aux étoiles habituelles, qui sont très haut au-dessus de notre hémisphère. Alors que le soleil se couchait et venait la nuit, cette étoile ne nous sembla pas, à moi et aux autres moines qui l’observions, changer de place. Au bout d’un moment, la nuit étant venue, ce grand astre, à la stupéfaction de tous ceux qui le regardaient, éclata en plusieurs rayons différents et, tandis que ces rayons tombaient vers l'est, sur Paris, l’astre disparut totalement, complètement anéanti. Qu'il s'agisse ou non d'une comète, faite ou non d’effluves gazeuses finalement résorbées en vapeur, je laisse aux astronomes l’autorité d’en décider. Il est, toutefois, possible qu’il s’agît d’un présage de l’incroyable peste ultérieure, qui survint, en fait, peu après à Paris et partout en France et ailleurs.


    Tout au long de l'histoire, les comètes ont été décrites comme des annonciatrices de malheur. Souvent, par le passé, des comètes brillantes ont été associées à la peste, la famine et des tremblements de terre. S’agit-il simplement d’une coïncidence ? La décharge électrique spectaculaire de la comète Shoemaker-Levy 9, alors qu’elle se brisait en 23 morceaux et se précipitait sur Jupiter, est un indice dans la cosmologie moderne. Les éjections de masse coronale (CME) incroyablement grandes provoquées par l'impact de certaines comètes sur le Soleil, est tout aussi difficile à expliquer. Les comètes pourraient-elles avoir des effets électromagnétiques sur le climat, la vie et la géologie terrestre ? C’est toujours un mystère, mais un mystère que nous allons peut-être bientôt résoudre.



Original : www.thunderbolts.info/wp/2014/02/05/greenland-once-a-viking-paradise/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard




Mercredi 12 Février 2014


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires