ALTER INFO

Grèves et manifestations : l'Algérie et le Maroc dans le collimateur du Canvas


Dans la même rubrique:
< >


Sonia Baker
Dimanche 24 Février 2013

Grèves et manifestations : l'Algérie et le Maroc dans le collimateur du Canvas

Le symbole du Canvas dans une manifestation en Egypte.
Plusieurs organisations syndicales marocaines ont appelé à une grève nationale dans la fonction publique le 28 février prochain. Une action de protestation qui sera appuyée par une marche, le jour même, à Rabat. A l’initiative l’Union syndicale des fonctionnaires (USF-UMT), cette action de protestation a reçu l’adhésion d’autres organisations syndicales à l’instar de la Fédération nationale des ouvriers et fonctionnaires des Collectivités locales (FNOFCL) et la Fédération nationale de l’enseignement (FNE). L’USF justifie cet appel à la grève par la montée de la répression contre les syndicalistes, notamment en retranchant de leurs traitements les jours non travaillés à cause de la grève. Ce mouvement de grève vise également, d’après les organisateurs, à neutraliser les organisations syndicales pour les préparer à accueillir les réformes de la compensation du système des retraites et des textes de lois régissant l’activité syndicale et la grève, sans trop de résistance. Ces organisations syndicales veulent, par leur action, faire une démonstration de force et lancer un message aux autorités marocaines selon lequel rien ne sera fait sans elles.
Le symbole subliminal du Canvas
Ce mouvement de protestation au Maroc intervient quelques jours après le forum maghrébin organisé par le Snapap et empêché par les services de sécurité pour des raisons vraisemblablement liées aux activités extra-syndicales de certains participants. Les représentants de syndicats marocains, tunisiens et mauritaniens ont été renvoyés manu militari dans leurs pays respectifs après avoir été interpellés et interrogés par la police. Le lien entre les deux actions n’est pas clairement établi. Mais le Snapap, version Rachid Malaoui, entretient des relations étroites avec les syndicats marocains dont la FNE, marquée par son symbole du poing fermé de la fameuse ONG Canvas, une déclinaison du mouvement Optor, organisation politique, considérée comme l’un des acteurs majeurs de la chute du régime de Slobodan Milosevic. Canvas, financée par la CIA, s’est spécialisée dans l’exportation vers des pays du tiers-monde des nouvelles techniques de subversion basées sur des actions subtiles qui recourent à la manipulation et à la provocation. Elle est financée par des organisations occidentales dites de « soutien à la démocratie », à l’instar de National Endowment for Democracy, l’Open Society Institute du milliardaire américain George Soros ou encore Freedom House, ONG également proche de la CIA. Son rôle dans la révolution des Roses en Géorgie est avéré. En Ukraine aussi, elle a assisté l’organisation Pora durant la révolution orange de 2004. Présente dans tous les pays de l’ex-URSS, CANVAS a même tenté, en aidant l’opposition vénézuélienne à déposer Hugo Chavez. En vain. En janvier et février 2011, le symbole d’Optor devenu désormais celui de Canvas fait son apparition dans les rues du Caire, brandi par les membres du célèbre mouvement étudiant égyptien, le Mouvement du 6 avril, qui avaient été formés en Serbie pour organiser cette révolution. Son apparition au Maroc, à travers la FNE et en Algérie via des organisations caritatives, dont Nass El-Khir, qui l’adoptent (nous y reviendrons), suscite des interrogations. Ces actions de protestation de grande envergure sont-elles téléguidées de Belgrade ? Après l’Egypte et la Tunisie, le Canvas ne perd pas espoir d’étendre son action subversive au Maroc et à l’Algérie, deux pays épargnés par le pseudo-printemps arabe. Des soupçons pèsent déjà sur le Canvas qui aurait pris en charge les initiateurs du fameux Mouvement de la jeunesse indépendante pour le changement (MJIC) qui a tenté de 2011 à 2012 plusieurs actions à Alger. Sans éclat. Ces soupçons ont été alimentés par le contenu de la plateforme de revendications du MJIC qui correspondait, au détail près, à un document de travail élaboré par cette ONG serbe pour former des « révolutionnaires » et les préparer à des actions subtiles visant à renverser des régimes dans le tiers-monde.


Dimanche 24 Février 2013


Commentaires

1.Posté par Abou Simbel le 24/02/2013 12:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les émeutes de la faim ? Le grand jeune dans l'abondance ??
Ils devront choisir entre la culture du pavot et la nourriture!

2.Posté par Sahki le 25/02/2013 11:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est toujours la main étrangere qui est derriere, elle ne nous veut pas du bien. C'est toujours la même chanson comme si l'alternative reside de le statue quo. Au lieu d'analyser le phénomène en traîtant les causes, on le réduit par une vision simpliste à un complot formenté par des officines étrangères. Par cette vision, on coupe court à tout espoir de réforme ce qui contraint ces mouvements à adopter des méthodes radicales. Où est cette élite politique ou intellectuelle?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires