MONDE

Grande Bretagne : Scotland Yard, à la chasse aux étudiants protestataires


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Lundi 13 Décembre 2010

Grande Bretagne : Scotland Yard, à la chasse aux étudiants protestataires
L'augmentation des droits d'inscription à l'université, soumis au vote des députés, les étudiants britanniques n'en veulent pas. Ils l'ont fait savoir en organisant une quatrième manifestation contre le projet de loi, ce jeudi, à Londres. Pourtant, la police britannique y a donné une touche sécuritaire, pour avoir les mains libres et arrêter les étudiants contestataires, dont les revendications sont purement d'ordre syndical. 
Comble d'ironie, dans un pays, qui se dit l'avocat des droits de l’Homme et de la liberté, la police s'est attelée à identifier et arrêter les étudiants qui avaient pris part aux manifestations de jeudi.  Dans ce même cadre, les agents de la police métropolitaine, à Londres, ont diffusé, dimanche 12 décembre, des photos de 14 étudiants protestataires, pour demander au peuple et aux médias du pays de les aider à trouver les protestataires.
Un responsable de la police a vu, chez ces étudiants, des criminels qui ne montrent aucun respect de la loi et qui ont fait dégénérer les manifestations. De tels gestes et mesures sont éloquents: l'attitude de la police vis-à-vis des étudiants est entrée dans une nouvelle phase, optant pour des méthodes plus musclées, puisque le gouvernement est incapable de donner une réponse logique aux revendications des étudiants. Les lycéens et les étudiants britanniques avaient, déjà, organisé deux manifestations identiques, en protestation contre les projets du gouvernement conservateur de David Cameron, à propos de l'enseignement et de l'éducation. Le gouvernement de David Cameron a défendu son projet, en le qualifiant de nécessité douloureuse, face à un déficit budgétaire record et une économie fragilisée, alors que les étudiants suggèrent que le locataire du 10 Downing Street réduise les dépenses qui ne sont pas nécessaires, notamment, les coûts astronomiques qu'impose le train de vie luxueux de la famille royale britannique, financés par les contribuables. C'est dans un tel contexte que pourrait s'expliquer l'attaque contre la Rolls du prince Charles. Le marasme économique a rendu les Britanniques plus sensibles, voire, critiques, vis-à-vis des frais colossaux de la famille royale britannique. Des bilans financiers montrent qu’en 2008, 40 millions de livres ont été imposés aux contribuables britanniques, pour financer les dépenses de la famille royale. Etant donné que la crise économique semble s'aggraver, il est très probable que l'opposition intensifie les pressions, pour réduire le train de vie de la famille royale.


Lundi 13 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par lodabi le 16/12/2010 12:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cherchez l'Article 35 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires