MONDE

Génocide sunnite


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 18 Février 2018 - 00:15 Pourquoi la Palestine ?


Alors que barils de bombes et autres frappes non-ciblées s’enchaînent sur les zones rebelles syriennes, que le régime de Damas et ses alliés déchaînent littéralement les enfers sur la cité-martyr Alep, que les villes sunnites « libérées » par les milices chiites irakiennes sont transformées en villes-fantômes, plus aucun observateur honnête ne peut nier que ce qui est en train de se jouer est, n’ayons pas peur des mots, un véritable génocide des populations sunnites du Moyen-Orient, à laquelle participe, directement ou indirectement, la totalité des grandes puissances.


Issâ ar-Rûmî
Samedi 29 Juillet 2017

Génocide sunnite
En effet, à l’heure où nous parlons, quatre capitales arabes, dont les deux joyaux des califats omeyyade et abbasside, Damas et Bagdad, sont sous la domination plus ou moins directe de l’Iran; méthodiquement, dans les airs par les bombardements incessants de l’aviation russe ou de la coalition occidentale, au sol par les exactions des milices chiites et nusayries, les populations sunnites du Shâm et de l’Iraq sont poussées vers l’exil ou la soumission la plus humiliante, voire purement et simplement massacrées. D’Idlib à Mossoul, un nettoyage ethnico-religieux dans les règles de l’art se déroule sous nos yeux, largement supervisé par l’Iran dans le but de modifier durablement l’équilibre démographique et confessionnel de la région afin d’y imposer la suprématie chiite.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette volonté de domination du monde musulman vient de loin : sans remonter jusqu’à Karbala ou aux Fatimides, bien que la rage et la soif de vengeance millénaire qui animent les protagonistes en question trouvent leur origine dans cette Histoire, on peut marquer la résurgence de l’expansionnisme chiite à l’année 1979, lorsque l’Ayatollah Khomeini renverse le très laïque shah d’Iran, instaurant le régime du « Velayet-e-Faqih » , se proclamant Guide Suprême. C’est alors une stratégie, mûrement réfléchie, organisée, dirigée et mise en oeuvre depuis Téhéran, qui va se mettre en place progressivement jusqu’à la situation dramatique que nous connaissons actuellement.

L’Iran, la maison-mère

En Iran, en dehors de l’élimination rapide, somme toute assez « classique » des opposants politiques après la Révolution, c’est une politique de persécution massive qui va s’abattre sur l’ensemble des sunnites, vus au mieux comme des hérétiques, au pire comme des apostats : essentiellement issus d’ethnies minoritaires (Arabes, Kurdes ou Baloutches), ils vivent souvent dans des régions pauvres et reculées. Alors que la capitale Téhéran compterait près d’un million de sunnites, ils ne disposent d’aucun lieu de culte officiel, depuis la destruction par le régime de leur unique mosquée ayant pignon sur rue en 2015, alors que la ville compte plusieurs dizaines d’églises et synagogues; de même, les mollahs prennent un soin tout particulier à interdire chaque année tout rassemblement à l’occasion de l’Aid al-Fitr, déployant des centaines de policiers à cet effet. Les livres sunnites sont interdits, ainsi que toute nouvelle construction de mosquée ou école : le but étant, semble-t-il, de forcer les sunnites à prier dans les mosquées chiites contrôlées par le régime et de les couper de tout référent culturel islamique avec, en ligne de mire, leur conversion finale.

Les prédicateurs ou militants sunnites, accusés d’être des « ennemis d’Allah », et accessoirement de l’Etat, ainsi que les convertis à l’islam, sont régulièrement arrêtés, condamnés à mort et exécutés lors de pendaisons de masse, comme ce 2 août 2016, « lundi noir » où 10 shouyoukh sunnites ont été mis à mort, leurs biens étant saisis en tant que ghanima (« butin de guerre »). Cette situation particulièrement difficile a logiquement entraîné la naissance d’une insurrection armée au Baloutchistan (province orientale de l’Iran), ciblant particulièrement les fameux pasdarans, et amenant en retour de nouvelles exactions, notamment la destruction de villages entiers par le régime (tel Mir Abad en septembre 2016).

Le Liban, la première conquête

Retour au début des années 80. A l’international, le régime khomeiniste annonce la couleur rapidement, proclamant sa volonté de répandre la « Révolution Islamique » dans le monde entier. Dans sa relation avec les différents mouvements « islamistes » sunnites, il s’appuie sur la taqiya, un des fondements de la doctrine chiite, minimisant les divergences dogmatiques (en particulier le très sensible point des insultes envers les sahabas), pour les séduire : la manoeuvre fonctionne en particulier avec les Frères Musulmans, dont certaines figures très médiatisées reconnaissent seulement aujourd’hui, trop tard, avoir été trompées… Pendant ce temps, l’Iran avance ses pions, visant logiquement et en tout premier lieu les populations chiites arabes vivant à l’extérieur de ses frontières. Cette stratégie expansionniste a besoin d’une grande cause mobilisatrice, à même de développer sa popularité tout en cachant ses réelles visées : ce sera la cause palestinienne, al-Quds et la lutte face à Israel.

C’est donc tout logiquement que la première « conquête » internationale de l’Iran sera le Sud-Liban, une région très largement chiite et frontalière de l’entité sioniste. 1500 pasdarans iraniens de la bien-nommée force al-Quds, créée dès 1980 comme une unité spéciale directement sous les ordres du Guide Suprême, y arrivent dès 1982 pour organiser la résistance à l’occupation israélienne, et accessoirement y organiser la communauté chiite locale sous les ordres de Téhéran : ils fondent le Hezbollah, qui devient vite très populaire dans le monde arabe par ses victoires face à Tsahal et ses supplétifs, parvenant même à expulser l’armée israélienne du pays en 2000. Entre temps, la milice chiite, désormais perçue comme le fer de lance de la lutte contre le sionisme dans le monde arabe, est devenue un véritable Etat dans l’Etat au Liban, plus puissante que l’armée libanaise même, en mesure de faire la pluie et le beau temps dans le pays. Auréolé de la légitimité de la « résistance » face à Israel et désormais solidement ancré à Beyrouth et à Téhéran, l’arc chiite ne demande plus qu’à se refermer à travers la Syrie et l’Irak.

L’Iraq, cadeau du « Grand Satan » américain

Alors que Saddam Hussein avait été l’ennemi le plus acharné de l’Iran khomeiniste et le principal obstacle à son expansion, lui menant une guerre sans merci de 1980 à 1988, l’élimination de son régime par les Etats-Unis lors de l’invasion de 2003 tombe comme un cadeau du ciel pour Téhéran : la population irakienne étant majoritairement chiite, des élections libres ne pourront que porter au pouvoir un gouvernement allié ou ami à Bagdad.

Ainsi, les premières élections législatives de 2005 voient la victoire du leader de la coalition chiite, Ibrahim al-Jaafari, accueilli par l’Iran dès 1980 en tant que représentant du parti « Dawa », qui avait pris le parti de l’Iran lors de la guerre Iran-Iraq, tentant alors d’organiser un soulèvement dans les villes saintes chiites de Najaf et Kerbala. La force al-Quds, déployée secrètement dès 2003, arme et forme les milices chiites, notamment la fameuse armée du Mahdi de Moqtada al-Sadr, conçue sur le modèle du Hezbollah libanais. Dans la vague de violences confessionnelles qui frappent alors l’Iraq, marquée notamment par la figure d’al-Zarqawi, l’Armée du Mahdi forme des escadrons de la mort qui multiplient les exactions et les représailles indiscriminées contre les populations sunnites, en particulier à Bagdad, au point de s’attirer les foudres de l’armée d’occupation américaine, pourtant pas en reste dans le massacre de musulmans.

En juin 2006, Ibrahim al-Jaafari est remplacé au poste de Premier Ministre par l’infâme Nouri al-Maliki, au CV déjà bien rempli : ami proche de Qassem Soleimani, le dirigeant de la force al-Quds, il a fui l’Iraq dès 1979 pour vivre entre Damas et Téhéran, où il assurait la liaison entre son parti « Dawa », le Hezbollah et l’Iran. Arrivé presque dans les bagages de l’armée américaine en 2003, il a dirigé la politique de « débaasification » de l’administration et de l’armée, en expurgeant avec zèle tous les partisans de l’ex-président déchu, et plus globalement les sunnites.



Génocide sunnite
Le durcissement de la politique du gouvernement à l’égard des sunnites « rebelles » ne se fait pas attendre, et il est hautement symbolique : le 30 décembre 2006, jour de l’Aid al-Kabir, Saddam Hussein est exécuté à Bagdad, aux cris de « Ya Moqtada » des officiels chiites présents, référence au chef de l’Armée du Mahdi dont le père avait été exécuté par Saddam. Provocation délibérée du nouveau pouvoir, l’exécution a lieu dans un quartier à majorité chiite, durant la plus grande fête musulmane de l’année, le corps étant ensuite amené dans la résidence d’al-Maliki où est organisée une fête pour célébrer la pendaison.

Arrestations arbitraires et assassinats sectaires prennent une nouvelle dimension dans les quartiers sunnites de Bagdad avec la ré-élection d’al-Maliki en 2010, qui se comporte de plus en plus en despote, centralisant tous les pouvoirs entre ses mains et celles de ses proches. Les figures sunnites du gouvernement sont directement visées : Tariq al-Hashemi, accusé d’être lié à des actions terroristes contre les chiites, doit fuir en Turquie, tandis que Rafi al-Issawi se réfugie à Fallujah fin 2012 après l’arrestation de ses 120 gardes du corps. A Fallujah, des milliers de sunnites, lassés de la politique sectaire d’al-Maliki, sortent alors manifester, réclamant la libération de milliers de prisonniers et l’égalité des droits : ils établissent un camp sur un carrefour routier, rapidement suivis par d’autres villes sunnites. Mais le pouvoir chiite refuse toujours de lâcher du lest : en avril 2013, il donne l’assaut à un de ces camps près de Tikrit, tuant plus de 240 manifestants pacifiques. A la fin de l’année, un député sunnite, son frère et ses gardes du corps sont assassinés durant leur arrestation, et des affrontements éclatent lors d’un assaut des forces de sécurité contre le camp de Falloujah : c’est le début de l’insurrection des tribus sunnites dans la province d’al-Anbar.

La politique sectaire d’al-Maliki pousse les populations sunnites dans les bras de l’Etat Islamique en Iraq et au Levant, qui prend Mossoul, la grande cité du Nord, en juin 2014. Face à la débandade de ses soldats et policiers, le gouvernement chiite de Bagdad décide alors de faire largement appel aux milices, d’autant que 3 jours seulement après la chute de Mossoul, l’ayatollah Ali al-Sistani lance un vibrant appel au jihad contre l’EIIL, donnant une dimension encore plus confessionnelle au conflit. Le Hashd al-Shaabi (« Unités de Mobilisation Populaire ») est formé sous sa houlette, attirant près de 100.000 volontaires essentiellement chiites et intégrant, entre autres gangs criminels et milices sectaires, Asaib Ahl al-Haqq, les Kataeb Hezbollah, l’organisation Badr, le Harakat Hezbollah al-Nujaba ou les brigades de l’Imam Ali. Son commandant, Abu Mahdi al-Muhandis, encore un ancien membre des pasdarans ayant travaillé pour l’Iran contre Saddam Hussein, joue un rôle-clé dans les opérations militaires contre l’EI, jusqu’à être considéré comme l’un des hommes les plus puissants du pays.

C’est cette organisation qui va se rendre coupable, hors de tout contrôle, des pires crimes de guerre : descentes dans les maisons ou barrages improvisés (le simple fait de s’appeler ‘Umar suffit parfois), les kidnappings s’enchaînent, chaque nuit à Bagdad. Dans tout le pays, on retrouve des dizaines de corps non identifiés, menottés, une balle dans la tête. Les milices chiites imposent leur loi sans rendre aucun compte, bénéficiant d’une impunité totale avec le consentement tacite du gouvernement : viols, racket, enlèvements, meurtres, disparitions forcées, pillages, rafles et exécutions sommaires de jeunes hommes, visant des civils sunnites dans les zones reconquises à l’EI.

Sous couvert de « lutte contre le terrorisme », les milices chiites ont carte blanche pour punir collectivement les populations sunnites : ainsi, la reprise de Tikrit à l’EI en 2015 voit les combattants du Hashd al-Shaabi piller et brûler des centaines de maisons et commerces à leur guise pendant plusieurs longues journées. Des images les montrent paradant à travers la ville, leurs pick-ups remplis de réfrigérateurs, climatiseurs ou autres ordinateurs, traînant, parfois, des corps à l’arrière de leurs véhicules ou encore massacrant au couteau devant une foule de miliciens en délire de supposés combattants de l’EI.

Partout où l’EI recule, les mêmes actes de violence se reproduisent : ainsi à Muqdadiyah en janvier 2016, où des mosquées sont détruites, des hommes sunnites enlevés ou assassinés sous les yeux des forces de l’ordre, et des journalistes abattus; ou à Fallujah en juin, où l’intégralité des 1500 hommes de plus de 14 ans du quartier de Saqlawiyah, tentant de fuir les combats, est arrêtée le 1er juin par le Kataib Hezbollah, séparée des femmes et enfants, détenue et torturée sans eau ni nourriture pendant plusieurs jours, certains étant décapités « pour l’exemple ». A ce jour, 643 hommes de ce groupe sont encore portés disparus. Au vu des méthodes des milices, qui semblent avoir comme but primordial de traumatiser durablement les populations sunnites pour qu’elles n’osent plus un jour se rebeller contre la politique sectaire de Bagdad, la « reconquête » annoncée de Mossoul laisse envisager le pire…

La Syrie, cas d’école

De l’autre côté de l’Euphrate, le régime baathiste de Damas est un allié privilégié de Téhéran depuis le début des années 80, de par leur opposition mutuelle à l’Iraq et la nature sectaire du pouvoir syrien, incarné par une famille alaouite, une branche hétérodoxe du chiisme. La Syrie représente également l’une des clés de l’arc chiite qui va désormais de Téhéran à Beyrouth en passant par Bagdad. Quand le trône de Bashar al-Assad commence à vaciller sous le poids des manifestants du Printemps Arabe, c’est donc tout logiquement que l’Iran intervient dès les premières heures de la Révolution, notamment à travers l’envoi de pasdarans experts en répression des manifestations et autres tireurs d’élite. L’implication rapide du Hezbollah libanais n’est également un secret pour personne : dès mai 2011, des miliciens d’élite du parti de Nasrallah sont signalés le long de la frontière libano-syrienne, qu’ils doivent sécuriser, et participent à la répression à Dar’a, Homs et Zabadani. Niant d’abord toute participation, Hassan Nasrallah ne tombera le masque qu’en avril 2013, reconnaissant la présence de ses hommes en Syrie, affirmant y combattre, dans son vocabulaire complotiste habituel, « les takfiris soutenus par les Américains et les Israéliens ».

Le régime, pour sauver sa peau, va très vite confessionnaliser le conflit en ciblant de façon délibérée la majorité sunnite, en particulier à travers l’emploi des shabihas, de véritables gangs d’anciens criminels alaouites reconvertis dans le soutien au régime : arrestations et tortures de masse dès 2011, puis massacres de population à partir de l’année suivante dans les villages sunnites situés à proximité des zones de peuplement alaouite. Rapidement, face à l’effondrement des capacités militaires de Bashar al-Assad, l’Iran lance tout son poids dans la bataille : des dizaines de milliers de combattants sont recrutés dans l’ensemble du monde chiite, formés, armés et financés par le régime des Téhéran, sous le prétexte, mobilisateur et largement relayé par les mollahs du monde entier, d’« assurer la protection des lieux saints chiites de Syrie menacés par les wahhabites ». C’est ainsi une véritable légion étrangère que l’Iran déploie en Syrie, entièrement inféodée au Guide Suprême iranien Ali Khamenei : entre 35 et 40.000 hommes auxquels le régime a accordé, entre autres, la nationalité et des logements confisqués à leurs propriétaires sunnites. Au terme d’un stage de formation accélérée en Iraq ou Iran, ils rejoignent la Syrie sous la supervision des pasdarans et reçoivent des armes tirées directement des arsenaux de l’armée syrienne.

Connus dans le monde chiite sous le nom de « défenseurs du mausolée », les signes de leur présence se multiplient vite : mots d’ordre « Labbayk ya Zaynab » affichés sur leurs uniformes ou tagués sur les murs, affiches à la gloire de l’imam Ali, racket et enlèvement des habitants sunnites des zones qu’ils contrôlent, pillage … Des marchés spécialisés surnommés « souq al-Sunna » (marchés des sunnites) sont même créés à cet effet à Tartous et Lattaquié pour la revente des biens volés aux musulmans… A partir de 2013, toutes ces factions commencent à apparaître officiellement et à visage découvert, allant jusqu’à prendre la direction des opérations dans certaines provinces : ainsi du Hezbollah à al-Quseyr, ou du Liwa Abû al-Fadl al-Abbas, une unité composée de chiites irakiens apparue à Damas en tant que « gardien du mausolée de Sayyida Zaynab ». On compte désormais une vingtaine de milices chiites opérant sur le territoire syrien : le Hezbollah libanais et la force al-Quds iranienne bien sûr, mais aussi le régiment Sa’da yéménite, le régiment Abou al-Fadl al-Abbas, Asaib Ahl al-Haqq ou le Harakat Hezbollah al-Nujaba irakiens, les brigades Fatemeyoun afghanes (issues de la minorité hazara), le Saraya al-Mukhtar bahreini ou encore le régiment de l’imam Husseyn pakistanais.

Comme en Iraq, ils se rendent partout coupables de crimes de masse contre les populations sunnites : tortures industrielles, exécutions des hommes, viols des femmes, pillage à grande échelle. L’objectif, pour le régime, est clair : terroriser et contraindre à l’exode des populations sunnites considérées comme naturellement hostiles de manière à assurer, par une sorte de nettoyage ethnique, une continuité territoriale de ses territoires. Ainsi, l’immense majorité des 5 millions de réfugiés et 8 millions de déplacés internes (sur 23 millions de Syriens) est sunnite, et leurs coreligionnaires restés à l’intérieur des zones contrôlées par le régime sont durablement terrorisés. L’objectif de l’Iran est tout aussi limpide : non seulement maintenir en place un président à leur merci, mais également à travers l’acheminement et l’implantation durable de dizaines de milliers de chiites, modifier les équilibres confessionnels en leur faveur de manière à y pérenniser leur influence. Car les miliciens chiites sont là pour rester, et le font savoir : de plus en plus sûrs d’eux et provocateurs, ils se comportent en terrain conquis, notamment à Damas autour de la Mosquée des Omeyyades, lieu symbolique au plus haut point, et n’hésitent pas à humilier publiquement les forces du régime et leurs chefs, surtout lorsqu’ils s’affilient au sunnisme.

Mais l’intervention de ces milices chiites, dont l’efficacité militaire n’est souvent pas à la hauteur de leurs vociférations sectaires, n’a pas suffi à écraser l’opposition, et Bashar al-Assad, face aux progrès de la rébellion, a du faire appel en septembre 2015 à un autre de ses alliés, un autre ennemi historique et stratégique des musulmans : la Russie de Vladimir Poutine, qui lui a permis d’intensifier encore, grâce aux capacités de l’aviation russe, sa politique de nettoyage ethnique, cette fois-ci à une échelle industrielle comme on peut le voir en ce moment même à Alep… L’objectif étant, à moyen terme, de créer une sorte de « bande de Gaza » sunnite dans la région d’Idlib dans laquelle le régime pourra parquer et bombarder à sa merci les populations rebelles tout en gardant le contrôle des grandes villes et axes principaux.

Génocide sunnite
Objectif : la Mecque ?

Au début du mois dernier, la phrase a été lâchée par le Guide Suprême iranien Ali Khamenei : « Le monde musulman, aussi bien les gouvernements que les peuples, doit (…) réfléchir sérieusement à la gestion des lieux saints. » Jusqu’ici réservée à des fantasmes d’analystes, la volonté de domination des Lieux Saints de la Mecque et Médine par l’Iran a été pour la première fois presque ouvertement exprimée par la plus haute autorité du chiisme.

La menace est d’autant plus réelle que les provinces nord-est du Royaume des Saoud, les plus riches en pétrole, sont peuplées par une large minorité chiite prête à s’enflammer à la moindre étincelle et qu’à l’Est, l’Iran dispose d’une réelle capacité de nuisance à travers son influence sur la population majoritairement chiite du Bahrein, comme on a pu le voir lors de l’insurrection de 2011 qui avait forcé les tanks saoudiens à intervenir, tandis qu’aux frontières Sud, au Yémen, la milice chiite houthie, partiellement financée et armée par l’Iran depuis 2009 dans sa lutte contre le gouvernement central, contrôle la capitale Sana’a et humilie régulièrement l’armée saoudienne en menant des incursions à l’intérieur de ses terres, jusqu’à Najran. Après la prise de Sana’a en septembre 2014, plusieurs dizaines de conseillers militaires du corps des pasdarans iraniens et du Hezbollah libanais ont d’ailleurs débarqué dans la capitale yéménite. Il ne s’agit pas encore d’un scénario de type syrien ou irakien mais les bases ont été posées pour l’expansion du projet chiite dans la région…

La France, conquête des coeurs et des esprits ?

Dans cette véritable guerre contre l’islam à laquelle participent, main dans la main, axe chiite, Russie et Occident, le musulman d’Occident a souvent été trompé par la rhétorique anti-impérialiste de l’axe dit « de la résistance », abondamment relayé en France par la pseudo-« dissidence » dieudo-soralienne. La récupération de la cause palestinienne et l’instrumentalisation de la lutte contre le « Grand Satan » américain, thèmes évidemment porteurs chez une jeunesse musulmane plus portée sur l’émotion que sur la ‘aqida et la géopolitique sérieuse, ont permis de jeter un voile pudique sur la nature réelle du projet chiite sectaire, tandis que le complotisme exacerbé, au-delà de toute logique, a servi à diaboliser tous ses opposants en tant que « wahhabites égorgeurs agents de la CIA », la lâcheté et la trahison, tant face à l’entité sioniste que face à l’Occident, des états traditionnels se revendiquant comme protecteurs des sunnites ayant évidemment, et malheureusement, donné de la crédibilité à cette thèse.

Face aux crimes de plus en plus visibles de l’axe chiite et à une stratégie d’extermination, physique ou politique, des populations sunnites du Shâm et d’Iraq de moins en moins contestable, il est plus que jamais temps de sortir de cette matrice totalement déconnectée de la réalité et d’ouvrir les yeux sur ce qui se passe réellement au Moyen-Orient : un plan global de domination du monde musulman par une minorité hérétique et sanguinaire, prête à tout, des persécutions de masse au nettoyage ethnique pur et simple, pour imposer son leadership et prendre une revanche, symbolique autant que physique, sur l’islam en occupant les Lieux Saints. Alors qu’Alep et Mossoul, deux villes-symboles d’où était jadis parti l’élan de renouveau de l’islam qui devait, à travers les dynasties zengide puis ayyoubide, submerger al-Quds occupée par les Croisés, sont plus que jamais sous la menace des hordes de miliciens chiites, c’est le sort d’Ahl al-Sunna wa’l-Jama’a qui se joue.




Mardi 1 Août 2017


Commentaires

1.Posté par Bina le 29/07/2017 11:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces khoménistes ont aussi massacré des chiites qui ne voulaient pas de leur idéologie sectaire et morbide et parce qu'ils ne voulaient pas tuer des sunnites ou chrétiens, ne l'oublions pas. Certains on réussit à partir dans des pays où le khomeinisme n'a pas tribune. Ce n'est pas en occident qu'ils se cachent, à bon entendeur.
Mais beaucoup préfère s'attarder sur des visions vaines et illusoires au lieu de voir le vrai problème.

Enfin bon, tous ceux qui ne se soumettent pas à cette idéologie sont des égarés et seront massacrés dans d'atroces souffrance.

2.Posté par Saber le 29/07/2017 19:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Apportez des solutions plutôt que d'exposer ce qui est su de tous.

3.Posté par Issa le 29/07/2017 20:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette propension au meurtre remonte aux premiers temps de l'Islam. Elle fut magistralement mise en lumière par le célèbre Compagnon Abd Allah Ibn Omar, Allah l'agrée ainsi que son cher père, lorsque les irakiens le questionnèrent sur la validité de la prière si le vêtement est touché par le sang d'une mouche. Il repondit: " O vous iraqiens ! Vous osez me poser une question sur le liceité du sang d'une mouche alors que celui du petit fils du Prophète à couler de vos mains ".

4.Posté par ATR le 30/07/2017 03:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les 1er takfiri de l'Histoire de l'Islam sont la pseudo chi3a de Ali (raa) dont sont issus les Khawarij tueurs de compagnons et Ali(raa) lui même et dont sont issus les mauviettes qui ont abandonné Hussein (raa) après lui avoir fait allégeance pour mener le combat contre les Omeyyades. Car du haut de leur stupidité, ignorance et bêtise crasse, ils ne rougissent pas se présentant comme Musulmans tout en qualifiant les COMPAGNONS du Prophète (Saws) comme KOUFAR, rien que ça...sauf bien sûr Ali (raa) et sa famille, surtout Al Hussein (raa) qui est également, par sa mère, le petit fils du dernier roi Perse Sassanide...(tien tien des le départ cette "ecole" ca pue le tribalo/nationalisme perse)...et bien tendu Salman Al Farissi (raa), unique compagnon perse du Prophète (Saws)...(surement pour la couleur de ses yeux...)

Que peut bien espérer de ces gens un Musulman lambda de nos jours...

5.Posté par Conscience le 30/07/2017 06:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un tissu de mensonges et de contre-vérités

6.Posté par ATR le 30/07/2017 12:24 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Conscience

Tout ce que dit cet article est vrai et factuel, les chiites ont pris le contrôle du Moyen Orient en distribuant des gâteaux peut être ?

7.Posté par Joshua le 30/07/2017 12:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo à tous, vous êtes parfaits dans le rôle qu''on vous a assigné, celui de propager et d''alimenter la division entre musulmans à coup d''analyses foireuses pseudo-réferencées suite à deux trois lectures sur le net, pendant ce temps l''ennemie avance.

8.Posté par ATR le 30/07/2017 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Joshua

Et toi aussi tu es parfait dans ton rôle d'eponge-relais de la rhetorique de la "dissidence 2.0 française" co-produite par le centre zahra (centre chiite fondé par Khomeini quand il préparait sa révolution Islamique depuis Neauphle-le-chateau et aujourd'hui directement piloté depuis Téhéran...)et les orientalistes proches de l'extrême droite (soral, meyssan et toute la clique pour être précis) qui considèrent que les Musulmans doivent d'écraser devant toutes les minorités religieuses du Moyen-Orient, vieille politique française qu'on appelle les Capitulations.

Charité bien ordonnée, commence à faire tes leçons de morale auprès de tes amis chiites, et si tu vois qu'ils voient qu'ils sont réellement près à faire concessions sonnantes et trébuchantes (pas de la taqya baratin pseudo islamo-antisioniste) reessaye avec les Musulmans pas le contraire. Mare de tous ces donneurs de leçons dont la savoir Historique, Politique et Culturel du Moyen-Orient et de l'Islam ne dépasse 3h de vidéo youtube, qui passent leur journées à dire aux Musulmans qui sont mauvais parce qu'il ne baissent pas assez le pantalons contre leurs ennemis de tous bords...

9.Posté par Bledmiki-99 le 30/07/2017 17:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ô Joshua...

Comme vous avez raison ! Ces gens là s'occupent des péripéties de la religion, en oubliant son essence même, que sont les cinq piliers : la profession de foi, la salât, la zakkat, le jeûne et le hajj.
Le reste, n'est que spéculation qui reste à l'appréciation de chacun et, que le jugement appartient à Allah Seul.

10.Posté par selma le 30/07/2017 18:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo à vous Joshua, vous m'avez précédée , c'est ce que j'allais rappeler à ces pseudo intellos formatés par ceux qui veulent l'extermination des musulmans , de quelque bord que ce soit. Heureusement qu'il y a eu la déléguée cubaine qui a rappelé à l'assemblée de l'ONU que le plus grand génocide est celui des palestiniens. Ces plumitifs ou du moins ces captagons de la plume rémunérés par les fabricants d'armes et d'idéologie meurtrière qui tuent aussi bien les sunnites que les chiites. Jetons un coup d’œil sur le conflit qui oppose le Qatar à ses voisins, l'origine est l'Iran, le drame syrien: l'Iran, les sanctions contre la Syrie: l'Iran
En fait, les pingouins du Golfe ne peuvent supporter de risquer leur trône du fait d'un voisin dont le seul tort est un islam politique différent du leur, un islam qui n'empêche pas la société iranienne de choisir ses dirigeants, un islam qui permet à la femme de conduire, de voter, de faire du sport , de sortir non accompagnée par un chaperon , fusse t-il plus jeune qu'elle. Alors engraissés par les pétrodollars , les services occidentaux et les larbins sous-développés font le travail pour ces faux dévots dont le seul objectifs est d'anéantir tous ceux qui se mettraient en travers de leur idéologie diabolique

11.Posté par oh-daz le 30/07/2017 19:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tous ceux qui se lancent dans la distribution des césars des auteurs et acteurs de ces malheurs, n'
oubliez pas que tout a commencé par les entrées en guerres des deux écervelés des u s-sion, les 2 bush
1991/2003 et leurs comparses...
Juste une petite remise des pendules a l'heure..

12.Posté par ATR le 30/07/2017 21:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Vous étiez ou quand Ali Sistani, le pape chiite d'Irak, avait fait une fatwa ordonnant aux chiites d'aider les américains à détruire l'Irak pour renverser Saddam ? soral n'en a n'a jamais parlé dans sa vidéo du mois ? Oui mais c'est que les chiites ont le droit de s'allier aux occidentaux ou russes pour prendre le pouvoir, c'est pas grave c est pour libérer la Palestine...

Qui gouverne les ruines de l'Irak aujourd'hui ? L'Iran main dans la main avec le pseudo grand Satan. Le genre de contradiction qui ne semble pas plus vous déranger à priori. Les bases américaines en Arabie, PAS BIEN, les bases américaines en Irak avec la bénédiction de l'Iran BIEN...c'est pour libérer la Palestine sûrement...

Vous étiez ou quand l'Iran aidait les américains à envahir l'Irak et l'Afghanistan ? Meyssan a oublié cette partie de l'histoire pour vous "reinformer" avec la "vérité". Les millions de musulmans morts ou irradies, Sunnites puisque le Nord de l'Irak et l'Afghanistan sont Sunnites se sont des chiens ? Des takfiri ou des sionistes ? C'est pour la Palestine

Tout le Moyen-Orient est occupé par les DJIHADISTES chiites mais pour vous se sont les Sunnites les agresseurs. Êtes vous stupides ou vous le faites exprès de peur de remettre en cause le peu de savoir que vous ont inculqué vos maîtres à penser parisiens. Qui est est l'agresseur, qui est l'occupant ?. Par quel moyen vos "bons musulmans" ont remporté leurs victoire contre les "mauvais musulman"? En faisant les charognards derrière les bombes russes et américaines depuis plus de 15 ans?

Enfin, la critique du chiisme n'a pas commencé avec le wahabisme, plus de 1400 d'Histoire de savants et érudits Musulmans sont la témoigner que vos raccourcis au raz des pâquerettes anti-chiisme=takfirisme=wahabisme(=sionisme pendant qu'on y est...) ne valent rien... Ah pardon c'est vrai pour vous l'Histoire à commencé avec les vidéos de soral...

13.Posté par spitit le 30/07/2017 21:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'envers de la médaille est que ce sont les pays du golfe, on dira la Saoudie, le Qatar, les Zemirats Zunis .. qui ont mené la région au chaos.
Toutes leurs actions, toutes leurs initiatives se sont révélées des échecs, des fiascos, des pièges, des étaux qui se sont resserrés jusqu'à atteindre leur propres états. Regardez-les, ils se bouffent même entre eux .. avec le Qatar .. des hyènes cannibales ..ou comme les requins marteaux, du cannibalisme intra-utérin.

En Lybie, en Algérie, en Egypte .. c’est pas l’Iran .. même si de près ou de loin, elle s’est réjouit de ses attaques contre ses pays, ne ratant aucune occasion pour mettre en avant leur « révolution populaire ». L’Iran avait offert ses services au détriment des Algériens durant les années 90.

L’Iran qui ne vaut pas mieux que ses "consœurs" du Golfe, s'est engouffré dans la brèche. Les iraniens n'ont trouvé que corruption, décadence, crainte hystérique des républiques ... fricotages et incessantes connivences avec Israël ...

Les iraniens ont trouvé un monde sunnite faible et corrompu, frêle et impuissant, ne renforçant leur pouvoir que grâce aux mil et une trahisons dont ils possèdent le légendaire secret et la .. primauté.(1967)

La Saoudie et son Golfe sunnite ont émis des fatwas pour légitimer l'installation de l'armée US " écervelé des US-SION " sur son sol et l’Iran chiite a émis la même fatwa dans le but ne pas entraver et faciliter cette même armée US " écervelé des US-SION" de vaquer à ses occupations illégales sur le territoire irakien et ainsi de participer à sa destruction .... tout ça sous les yeux des musulmans .. incrédules.
Ce ne sont pas " des spéculations qui restent à l'appréciation de chacun" (sic), ce sont des fatwas émises par les autorités religieuses zahma de deux pays rivaux ... zahma .. servant le même maitre.

Aux dernières nouvelles, ce n'est pas l'Iran qui a agressé la Syrie, voir du côté des illustres rois et princesses sunnites du Golfe et leurs alliés de l'OTAN.

Que fait la Saoudie au Yémen, que fait l'Iran en Syrie ou en Irak ? et le Qatar ? toujours un "état" membre de l'ONU ? ou il va se faire phagocyter par la Saoudie ?

Les chiites se considèrent avant tout comme des militants, qu'ils soient en Iran ou ailleurs. Ils tiennent de belles paroles et ils inculquent le militantisme dans leurs prêches et actuellement aujourd'hui, même en France, l'objectif Mecque & Medine et anti-arabie saoudite est clairement affiché par la communauté chiite. Prêches, presses, vidéo, Centre Éducatif .. Conférences publiques ... you name it .. en France ...

Pensent-il parler au nom des Musulmans ou sont-ils juste un relais de l'Iran pour les chiites .. de France ? c'est l'Islam de France ?Ah .. l'Islam de France c'est Chalgoumi ou les autres du CFCM , UOIF .. un conglomérat de .. sunnites ..

Publiquement, ils inculquent le militantisme "anti arabe du golfe" - " anti saoudien " " anti - israelien " "pro palestinien". ils militent dans le but de s'emparer des Lieux Saints du Hedjaz, ouvertement .. ils sont aussi très . spirituels ..

Le Prophète Mohammed n'était pas un militant, pas plus que ses Compagnons et Ils disaient toujours ce qu'il pensaient.

le truc, c'est qu'ils ne sont jamais inquiétés ni incommodés, encore moins importunés .. jamais pris pour cible, que ce soit là-bas au moyen-orient ou ici en France (ou ailleurs) .. si ce n'est pas un islam hyper-politisé, c'est quoi ? si ce n'est pas un islam hyper-militant c'est quoi ? Ah oui, ce ne sont pas des .. mosquées .. "salafistes.", ce sont des centres éducatifs...

Les occidentaux ont compris la taqqya il y a belle lurette. Ils s'en servent à leur avantage dans la division des Musulmans.

Taqyia et Mouvements sociaux :

https://books.google.fr/books?id=GpPeyef-FO4C&pg=PA57&lpg=PA57&dq=taqiya+iran&source=bl&ots=fFXUmoBeTZ&sig=6_x5LhtQ-lxKdJlontO4rvY4uAo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwikxea2uLHVAhUCalAKHQSaDdAQ6AEIPjAE#v=onepage&q=taqiya%20iran&f=false


https://books.google.fr/books?id=BuvEzASMq3UC&pg=PA185&lpg=PA185&dq=taqiya+iran&source=bl&ots=4sMKdjqM81&sig=S2lqnWtM_d8PlUG77u6_wsjXjNo&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwikxea2uLHVAhUCalAKHQSaDdAQ6AEIQzAF#v=onepage&q=taqiya%20iran&f=false

Et il est clair aujourd’hui que la majorité des victimes est sunnite, est-ce une coïncidence ?

La réponse est non. L’histoire montre que les sunnites de la région du Sham, ont systématiquement été écartés du pouvoir ou on été combattu et ce depuis la chute de l’Empire Ottoman ... par les Séouds aussi, très farouchement. D'une férocité ...

L’on peut aisément voir que l’Iran s’est volontiers joint à cette alliance sacrée sioniste et ce, dès la 1ère opportunité – Afghanistan, Irak ... Les faits le montrent, il n'y a pas de "pseudo-références" (sic) , L’Iran a été le premier a proposer ses services au .. Grand Satan - il fallait montrer patte blanche à la première opportunité.

En Libye, Egypte, Tunisie, Algérie …pas d’histoires de chiites ou sunnites .. un peu comme des sunnites qui s’acharnent contre d’autres sunnites … les « sunnites mécréants »

Une chose est sûre, ni les "sunnites" ni les "chiites" ne retirent les marrons de ce feu ardent, encore moins les musulmans qui assistent encore une fois incrédule à tout ce remue-ménage dans leur communauté.

Que Dieu assiste les victimes, les plus faibles, les croyants. Le monde musulman serait mieux sans l'Arabie Saoudite et son Golfe sunnite et sans l'Iran et son croissant chiite.

Qu'ils se fassent la guerre face à face, à l'ancienne, yeux dans les yeux. C'est en effet bien mieux que de guerroyer depuis un palais avec des joujoux militaires par Milliards de dollars, se payant des mercenaires captagonés d'un côté et de l'autre côté des mercenaires militants chauffés à blanc contre le sunnite .. dont, il faut rappeler par la pertinence de cette article, le nombre de victimes s'élèvent désormais à plus d'un million ou deux, un vrai massacre de parts et autres.

Pourquoi vouloir nier ces faits, le reconnaître, le dire, l'affirmer c'est déjà fait constat de la division. Il est tellement vrai que le débat prend cette tournure lorsque l'Iran est nommément impliquée dans le débat mais lorsqu'il s'agit des autres pays ..ceux du golfe, ou les sunnites il est question .. la vaillance des commentaires ne manquent jamais.

L’Iran agit toujours comme une effarouchée, mais l'histoire et les faits montrent qu'elle n'est pas vierge. C'est d'autant plus vrai concernant l'Islam, les Musulmans et son implication directe dans les affaires de la région.

L’Iran défend la Syrie ? ...ouai c'est ça .. tu repasseras ...

c'est surtout le Hedjaz qu'elle convoite depuis toujours et ces centres éducatifs s'en réjouissent partout dans le monde .. sous le nez de qui ?

ils s'y préparent comme d'une ..délivrance ... une sorte de ..

Pour une communauté ultra minoritaire dans le monde musulman, de telles velléités affichées non seulement par l'Iran mais aussi par tous les centres éducatifs du monde me paraissent déjà d'un point de vue religieux très impertinent et insolent de leur part mais aussi dérangeant et perturbant en tant que musulman croyant. pas vous ?

14.Posté par Bina le 31/07/2017 01:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On peut remonter aux croisés pour prouver l'implication des chiites d'Iran dans la prise (destruction) des Lieux Saints (Sunnites).
Vous pensez qu'un plan aussi titanesque peut se faire en un jour. L'expression: "Rome ne s'est pas faite un jour" résume bien cette situation. C'est après l'arrivée des croisés ou templiers que le travail de sape des Pays musulmans a commencé. Pour cela, il fallait infiltrer la Oumma et la taqya a fait bonne figure pour ce rôle. La division ne vient pas des Sunnites.
La première exaction des croisés fût de brûler les bibliothèques, les écoles, Mosquées et Eglises. Les descendants de ces derniers ont bien suivi à la lettre le comportement (mesquin) de leurs ancêtres en faisant pareil une fois arrivés en Afrique du Nord. C'est l'art d'effacer l'Histoire pour la réécrire. Bref....

En effet, trois heures de vidéo avec comme orateur "soral" prouvent la médiocrité absolue de vos recherches. Tenir un discours biaisé par les émotions (fausses) et les sentiments (faux) laissent entendre un malêtre profond extérieur à ces faits. Cessons d'être égoïstes, soyons honnêtes avec nous-mêmes et le reste viendra assurément.

Le journal "Le Monde" avait fait un article dans les années 80 avec comme titre "Khomeini veut conquérir le monde". Difficile de ne pas connaitre puisqu'il a préparé sa révolution à partir de la France (f).

Dieu (SwT) seul peut ouvrir le coeur de qui Il (SwT) veut.

15.Posté par selma le 31/07/2017 01:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et pendant que nos logorrhées insensées sur chiites et sunnites montent en mayonnaise, Israël continue d'avancer sur les dépouilles de palestiniens avec la bénédiction des pays du Golfe et de la Turquie. Un peuple en danger d'extermination, un lieu saint de l'Islam occupé par l"armée israélienne, cela ne préoccupe pas les zélés et les faux dévots qui focalisent l'attention des peuples musulmans sur cette haine des chiites, voulue par l'occident, car elle va dans le sens de leurs intérêts. Contentons nous donc de délivrer des palmes d'or aux meilleurs dirigeants musulmans et à pérorer sur le bon et le mauvais islam pendant que l'ennemi des deux se concentre sur la destruction des deux
Bravo aux musulmans, la spécialité dans laquelle ils excellent: la fitna

16.Posté par spitit le 31/07/2017 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo aux musulmans, la spécialité dans laquelle ils excellent : la fitna

Mais où étiez-vous ces .. dernières années ... ma chère ? Les musulmans sont dans la fitna et jusqu'au cou, ils en sont déjà à presque 2 millions de morts. de l’Algérie à l'Afghanistan.

Alors la décrire, pointer et illustrer une fitna, ne veut pas dire y participer et l'alimenter. Sachez que pour le musulman, il lui est interdit de prendre part à une telle fitna, il suffira alors de constater qui est actif sur le terrain de cette fitna.

Pour dépasser une fitna, ne faut-il pas la comprendre .. ? Alors, à la lecture de l'article .. qu'en pensez-vous ? quel est votre avis, votre intuition sur cette fitna qui a mené à ces millions de morts parmi les musulmans "sunnites" ?, pour justement ne pas tomber dedans ou s'extirper pour les autres, votre avis serait intéressant. Il faut comprendre l'origine de ces millions de victimes.

Pensez-vous être active sur le terrain de la fitna ? je suppose que non .. ok

Quant à .. " Israel continue d'avancer sur les dépouilles de palestiniens .. ", le changement de paradigme et de priorité a été opéré par justement ceux qui sont actifs sur le terrain de la fitna, voir la Saoudie et consoeurs iraniens.

Mais à ce stade, vous savez, on peut penser raisonnablement que les Palestiniens et les Sunnites de la région partagent désormais le même sort. L'issue de l'un est lié à l'autre. Le sort des Palestiniens est lié au sort des sunnites de la région. C'est indéniable et écrit depuis 1920, voilà 1 siècle, seriez-vous passée au dessus de cette info ?

https://books.google.fr/books?id=ZLc3DgAAQBAJ&lpg=PT42&ots=z7bxqWhOQg&dq=sunnite%20roi%20fay%C3%A7al%20syrie%20chass%C3%A9%20par%20la%20france&hl=fr&pg=PT42#v=onepage&q=sunnite%20roi%20fay%C3%A7al%20syrie%20chass%C3%A9%20par%20la%20france&f=false

17.Posté par ATR le 31/07/2017 10:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu critiques, insulte, maudit les saouds, tu es un bon Musulman "antisioniste" épris de justice et après tout c'est justifié.

Tu critiques les maudits ayatollahs chiites, ah tu es un semeur de fitna, pourquoi t'attaquer a eux, pendant ce temps israel avance et blablabla

Cherchez l'erreur. Vous avez bien été conditionnés manifestement.

On ne voit pas trop pourquoi il faudrait faire une quelconque différence. Les saouds ne valent pas mieux que leur ennemis chiites car c'est bien à cause de leur politique stupides, court termiste et meurtrière que l'Iran s'engouffre dans la brèche pour coloniser les pays arabes aujourd'hui. L'Irak étant l'exemple parfait, les saouds lâchent Saddam, l'Iran en profite pour coloniser le pays dernière avec les américains.




18.Posté par Bina le 01/08/2017 01:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous pensez toujours que les Saoud et les chiites sont ennemis ? Ils travaillent ensemble ! Arrêtez avec ce discours de pro ou anti ou fitna ou ouin-ouin....

Iran-Saouds d'Arabie-Isra-hell sont le triangle des Bermudes au Moyen-Orient.

Tiens en parlant d'Irak en passant par l'appel d'un saoudiste à soutenir isra-hell dans la lutte contre le terrorisme (sic!) :

Un dignitaire chiite irakien en visite exceptionnelle en Arabie saoudite

b[Un éminent dignitaire chiite irakien, Moqtada al-Sadr, est arrivé dimanche en Arabie saoudite pour ce qui est sa première visite dans ce pays en onze ans, a rapporté la chaîne Al Arabiya.

Un communiqué du bureau de M. al-Sadr a qualifié cette visite d'"avancée positive dans les relations entre l'Arabie saoudite et l'Irak".

Il a été reçu par le ministre d'Etat saoudien aux Affaires du Golfe, Thamer al-Subhan.

"Nous espérons que c'est là le début d'un recul des divisions sectaires dans la région arabo-islamique", indique le communiqué.

Cette visite pourrait conduire à un renforcement des relations saoudo-irakiennes, notamment après la récente réouverture de deux postes frontières qui étaient restés fermés depuis les années 1990, selon Al Arabiya.
]b

Alors !? Vous commencez à voir le bout du tunnel ?!

19.Posté par Yas le 01/08/2017 09:35 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui suit satan? Ceux qui sèment le désordre le meutre la corruption et qui ne respectent pas ses voisins . La guerre n''est autorisée que pour se défendre .... Qui est dans la vérité ? Ceux qui défendent les musulmans
Unissons nous dans l''islam

20.Posté par spitit le 01/08/2017 18:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais le drame est là, chacune de ces "communautés" pour ne pas dire "sectes", sont ultra-ultra- minoritaires et sont chacune bien positionnées, avec le constat qui est fait aujourd'hui. Surtout grâce au pétro-dollar, qui a expulsé ces toutes petites tribus et communautés au firmament des fouteurs de boxon, avec leur parrain associés.

On évacue ainsi tout de suite, le débat religieux chiite/sunnite qui a été ouvert, débattu et clos voilà 15 siècles, itou itou .

Amis ou ennemis entre eux, n'est pas le débat je pense - ça fait des décennies qu'on les suit. A leur égard, rien n'est dit aujourd'hui qui n'a été dit hier. Ce qui se déroule sous nos yeux n'est que la continuité de leurs agissements d'hier. (on évitera les exemples pertinents pour prémunir des retours acides d'origine logorrhéiques pour les estomacs fragiles :)

Ce sont les mêmes qui gouvernent depuis environ 1 siècle, la politique menée dans la région, par aujourd'hui l'OTAN ou hier, par ces même puissances alliées est la même et il faut constater que les victimes sont aussi les mêmes, des sunnites dans l'immense majorité, sinon les seuls visés.

L'un minoritaire est assis sur le dogme que représente la Kaaba sacrée; après s'être assuré de virer les sunnites du Hedjaz et de la région pour un .. long moment et hors de ses nouvelles frontières de l'époque.
Depuis le début, avec ses excès de zèle éminemment religieux, la Saoudie prend en défaut le monde musulman, les croyants, et les sunnites en particulier. Elle porte préjudice à ses voisins. La Saoudie et son croissant sunnite portent préjudice au monde musulman, aux musulman et aux croyants.

Quant à l'autre ultra-minoritaire, L'iran ferait mieux de revoir ses ambition à la baisse, se montrer moins zélée dans le monde musulman et de revoir son influence expansionniste à la limite de ses frontières.
l'Iran est une opportuniste voilée dans la région et au sein même de l'Islam "de France" ou "en France" comme on voudra.
Par sa politique militante et d'ingérence, de harcèlement, elle porte préjudices à ses voisins du monde sunnite. L'Iran porte préjudice au monde musulman dans son obstination du jeu de la fitna, elle porte préjudice aux croyants.

Dénoncer l'un ou l'autre c'est kif kif - kif hamou kif lemou - Pointer du doigt un "faiseur de mal" de leur trempe et d'un tel pedigree relève d'un acte de foi, il s'agit d'un acte contre la fitna.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires