International

Gates réagit aux critiques sur l'accord sécuritaire irako-américain



Samedi 9 Février 2008

Gates réagit aux critiques sur l'accord sécuritaire irako-américain
En réaction aux critiques à l'intérieur des Etats-Unis au ‎sujet du cadre de l'accord sécuritaire irako-américain, le secrétaire ‎américain à la Défense Robert Gates a souligné que son pays ne se ‎voyait pas contraints de défendre l'Irak. Gates, qui parlait en ‎présence des sénateurs américains, a ajouté qu'il n'existait aucun ‎article dans l'accord sécuritaire irako-américain concernant ‎l'engagement des Etats-Unis pour défendre l'Irak ou un article ‎stipulant un engagement sur des cadres stratégiques avec ce pays. ‎Gates a précisé : "Nous sommes en train de négocier avec l'Irak au ‎sujet du plan « l'accord des forces » qui permet aux Etats-Unis de ‎mener des opérations militaires en Irak. » Les autorités irakiennes ‎ont récemment annoncé que les négociations sur le nouvel accord ‎sécuritaire débuteraient prochainement. Washington vise à ‎légaliser par la signature de cet accord sécuritaire sa présence ‎militaire en Irak. Pourtant les voix commencent à s'élever à ‎l'intérieur de l'Irak, ainsi que dans les médias et les milieux ‎politiques sur les articles et les cadres de cet accord. Surtout que ‎l'on dit Washington cherche à installer une base militaire ‎permanente en Irak. Pour cette même raison, certains groupes ‎irakiens ont exprimé haut et fort leur opposition à de telles ‎intentions. L'accord sécuritaire irako-américain a suscité ‎également des réactions à l'intérieur des Etats-Unis. Les ‎déclarations de Gates concernant le fait que Washington ne se voit ‎pas contraint de défendre l'Irak, prouvent que l'objectif de la ‎Maison Blanche de la signature de cet accord n'est qu'assurer ses ‎propres intérêts. La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice ‎a souligné, il y a quelque temps, que « dans le nouvel accord ‎sécuritaire il faut que les considérations américaines soient prises ‎en compte, car les Etats-Unis ont subi de lourdes pertes et de ‎lourds frais. » De ce fait, vu de telles prises de positions, les ‎milieux politiques irakiens insistent sur la vigilance du ‎gouvernement dans l'élaboration et la signature de cet accord ‎sécuritaire avec Washington. A l'intérieur des Etats-Unis les ‎détracteurs de Bush mettent en question cet accord sécuritaire car il ‎permet à l'armée américaine de garantir sa présence à long terme ‎en Irak avant la présidentielle américaine au mois de novembre. En ‎fait, les démocrates en critiquant les politiques de Bush font ‎semblant qu'ils s'opposent à la présence américaine en Irak pour ‎une longue période; or, leur approche en 2006 quant ils dominaient ‎le Congrès, a prouvé qu'il n'y a pas de grande différence dans les ‎politiques républicaines et démocrates. De l'avis des experts les ‎déclarations de Gates montrent que la stratégie américaine en Irak ‎repose sur la perduration de l'occupation de ce pays


Samedi 9 Février 2008

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires