ALTER INFO

Front de gauche national, front national de gauche


Dans la même rubrique:
< >


Jean-Michel Dhimoïla
Lundi 22 Juin 2015

Front de gauche national, front national de gauche
On raconte que le président américain Bill Clinton s'est fait connaître en se faisant élire sur les idées de son adversaire (même si beaucoup considèrent qu'il s'est fait connaître pour d'autres raisons...). Pourquoi voter pour les Républicains, puisqu'il était possible, en élisant le candidat démocrate, d'avoir tant le programme des Républicains que celui des Démocrates ? Et pourquoi son parti aurait-il cessé de le soutenir, puisque la politique de ses adversaires était certes similaire, mais tout de même plus radicale ? Sa stratégie fut la bonne et il fut élu pour deux mandats.
 
Sur le même principe, en France, l'UMP tend de plus en plus à proposer des idées de gauche, et le PS des idées de droite. Cela conduit à un rapprochement des positions qui pousse Marine le Pen à parler de l'UMPS, à juste titre. Car, dans les faits, il n'y a quasiment aucune différence entre les politiques des deux mouvements. Le plan Valls pour les petites entreprises est considéré par Le Monde, journal de gauche ayant tendance à soutenir le gouvernement, comme étant du Sarkozy.
 
Il est possible de ne voir dans ces rapprochements de position contre-nature que la trahison des idées des partis politiques en question. Et j'avoue être moi-même tenté de le considérer ainsi. Car à force d'épouser les positions de l'adversaire, on finit par n'avoir plus guère d'idées propres à défendre.

Sauf à considérer que les hommes politiques européens ne sont finalement que des francs-maçons pour qui l'idée d'alternance ne se traduit que dans la couleur du logo dont ils estampillent leurs prospectus publicitaires, vu qu'elle se limite à placer tantôt untel de leurs membres à la tête des postes décisionnaires, et tantôt untel, sans que le responsable qui décide de l'attribution des postes ne change, ni que les gouvernements successifs ne s'écartent d'un but fixé d'avance.

Même si cette conception de la politique s'apparente à la trahison des idées,  j'essayerai, pour les besoins de la réflexion sur le thème de ce message, de n'en voir que le côté positif : celui où les hommes se rapprochent sur ce qui peut les unir, plutôt que d'entretenir leurs divisions en exacerbant leurs antagonismes.

L'exemple le plus frappant dans la politique moderne est incontestablement le cas des Grecs. Après avoir passé des décennies à faire semblant de s'affronter, la gauche et la droite, représentés en dernier lieu par le Pasok et la Nouvelle Démocratie, ont abandonné tout ce qui pouvait les opposer. Et, sous prétexte d'union nationale, ces partis ont entrepris de mettre en œuvre ce qui leur semblait le plus important : les mémorandum successifs imposés par l'Europe et le FMI. C'est ainsi qu'ils ont formé un gouvernement d'alliance afin de continuer immuablement la même politique décidée en Allemagne.

Les arts martiaux ont pour philosophie d'utiliser la force de l'adversaire afin de la retourner contre eux. C'est ainsi que je n'ai pu qu'admirer la stratégie d'Alexis Tsipras, après son élection, lorsqu'il a su trouver des alliés au-delà des partis de gauche qui lui étaient proches.

L'alliance contre-nature avec le parti nationaliste des Grecs Indépendants, qui semblait alors offusquer tout le monde, n'était que la transposition aux forces d'extrême gauche de l'alliance avec le Pasok conclue par Antonis Samaras, le leader de la Nouvelle Démocratie, dans le précédent gouvernement.

Le pragmatisme avait su s'imposer aux idéalistes qui décidaient de privilégier l'action et le réalisme.

Mais si lesdits idéalistes de gauche étaient capables de mettre leurs idées en pratique, n'étions-nous pas en train d'assister à la fin d'un monde devenu obsolète, mais que des hommes étaient capables de faire renaître de ses cendres ?

A mes yeux, la plus grande victoire de Tsipras est d'avoir réussi une alliance par-delà les clivages existants. D'avoir su construire sur la base de ce qui l'unissait aux autres, plutôt que de rester ancré dans des divisions stériles qui l'auraient empêché ne serait-ce que de poser la première pierre de son œuvre.

En ceci, je pense qu'il est précurseur pour de nombreux pays, si tant est que d'autres hommes comprennent la portée de ce qu'il a fait.
 

En France, l'idée d'une alliance de l'extrême gauche et de la droite, ou de l'extrême droite et de la gauche, ou de l'extrême gauche et de l'extrême droite, fait bondir ceux qui l'entendent. Nous ne nous associons pas avec de telles personnes, mais nous les combattons ; nous n'avons rien en commun avec ces gens et leurs idées ; une telle alliance n'aurait rien à voir avec ce que Tsipras a fait, etc., sont les remarques qui reviennent le plus souvent.

Pourtant, la différence est-elle si grande entre la situation de la Grèce et la nôtre ? En France, la droite et la gauche envisagent souvent de s'allier entre elles pour masquer l'érosion de leurs influences respectives. Et ils l'ont déjà fait, notamment lorsque le PS a appelé à voter pour Jacques Chirac, au second tour de l'élection présidentielle de 2002, préfigurant des alliances futures qui ne manqueraient pas d'apparaître.

Le concept utilisé alors pour justifier cette alliance était le front républicain, destiné à faire barrage au Front National. Par la seule référence à la notion et formule de front républicain, des partis laissaient sous-entendre que tout autre parti que le leur n'était pas républicain. Pourtant, le Front National participe à la vie républicaine et en respecte les principes aussi bien (ou aussi mal) que le PS ou l'UMP. Et un message de blog consacré à ce sujet ne suffirait pas à entrevoir, seulement, les limites de tous les donneurs de leçons. De plus, jamais la Justice, seule habilitée à décider qui est républicain ou non, n'a considéré que le FN ne le fût pas.

Aussi, nul n'a pu demander son interdiction comme antirépublicain, comme objectivement et fondamentalement contraire à l'esprit, aux principes et aux lois de la République. Quand le Premier ministre Manuel Valls dit à une députée FN vous n'êtes ni la République, ni la France,  qu'attend-il pour demander - ou décider ! - sa destitution et son expulsion immédiate de l'Assemblée nationale ? Et pour proclamer aussi haut et aussi fort, que tous les citoyens français qui ont voté pour cette députée sont passibles de la même dénonciation ?

Ne serait-il pas logique que le Premier ministre Valls le fasse, s'il estimait que le Front National était subversif ? Mais de tels amalgames ne sont malheureusement que le signe de la malhonnêteté intellectuelle. Ils visent à aveugler ceux qui regardent le débat, mais ne contribuent qu'à aveugler ceux qui parlent et essayent de se convaincre de la justesse de leurs propos. Et, ce faisant, ne font que prôner et mettre en œuvre l'intolérance qu'ils condamnent par ailleurs.

La bataille n'a donc pas à avoir lieu sur la forme républicaine, qui est acquise, lors même que monsieur Mélenchon fait un usage intempestif, lui aussi, d'autoritarisme. Elle doit se faire sur les idées que nous défendons. Et c'est là que nous devons nous poser cette question : sommes-nous capables de nous unir sur des idées communes, ou simplement de nous diviser sur fond de nos antagonismes ?


Lorsque le Comité de soutien au peuple grec a été fondé à Lyon, il était précisé que ce comité était ouvert à toute personne, mouvement, syndicat, parti, qui se reconnaissait dans son action. Pourtant, très vite, un nettoyage idéologique par le vide s'est effectué au bénéfice des seules forces de gauche. Si bien qu'un ami qui m'accompagnait à l'une des réunions me dit : C'est bien, ton truc, mais j'ai trop entendu le mot « gauche ».

Voulant lui montrer qu'il avait tort, ou espérant au moins m'en convaincre, j'ai tenté une expérience, et commencé à envoyer des informations qui venaient de sites internet très divers, y compris de droite ou d'extrême droite. La virulence des réactions m'a étonné. Je n'avais pourtant rien fait d'autre que de relayer des émissions de BFM business avec des interviews et analyses d'économistes. Mais le simple fait que ces émissions provenaient du site Égalité et Réconciliation avait créé un début de guerre civile.

Sans doute conditionné par l'habitude des exclusions arbitraires du père Nicolas Kakavelakis, je me suis demandé si je ne risquais pas d'être exclu de ce comité que j'avais modestement contribué à fonder. Était-il possible d'être exclu d'une entité qui n'avait pas d'existence juridique. Mais tout comme le G8 a su exclure la Russie sans qu'aucune règle écrite ne l'y autorise, je ne doutais pas que ma participation à ce comité risquait de s'achever plus rapidement que prévu...

Une fois la tension retombée, les commentaires tournèrent autour du fameux front républicain, et sur l'analogie impossible entre ce qu'a fait Tsipras et ce qui se passe en France. Mais qu'a donc fait Tsipras ? Il a abattu les barrières. Non seulement celles qui entouraient le parlement grec depuis des années, mais surtout celles qui enfermaient les hommes dans des partis que rien ne pouvait allier aux autres. Il est allé au-delà de ce que les hommes attendaient de lui, et rien ne nous empêche d'en faire autant. Et, ce faisant, il s'est assuré un pouvoir qu'il aurait dû, sinon, regarder comme un mirage lointain s'évanouissant au fur et à mesure qu'il s'en serait approché.


Jacques Sapir analysait, sur son blog, le dernier livre de monsieur Mélenchon. Il regrettait le thème choisi.
[Ce thème] est d’autant plus surprenant qu’au même moment se déroule un débat important au sein du Parti de Gauche dont Jean-Luc Mélenchon est un des principaux dirigeants. Pour son quatrième congrès, le Parti de Gauche doit affronter une véritable crise d’orientation. Après la brillante campagne de 2012 de Jean-Luc Mélenchon, le Parti de Gauche, et avec lui le Front de Gauche, qui incorpore ce qui survit du parti communiste, sont progressivement devenus illisibles. Les choix faits par la direction du PCF, mais qui étaient dans la logique de son action depuis des années, ont conduit à une crise politique au moment du vote des élections municipales puis des départementales. La direction du PCF, contre une forte minorité du parti, a décidé de jouer les supplétifs d’un P« S » à bout de souffle et largement discrédité. Mais, le Parti de Gauche a été incapable de profiter et de cette crise interne du PCF et du discrédit qui frappe les « socialistes ». Il se rêvait en un SYRIZA français face à un Pasok gouvernemental. Or, il est lui aussi touché par la même crise tant politique qu’idéologique qu’il dénonce par ailleurs.
[...] Si un livre aurait pu être utile en cette période, cela aurait été un livre sur les concepts de souveraineté et de Nation, et sur leurs conséquences. Car, le débat au sein du Parti de Gauche tourne aujourd’hui autour de la souveraineté.
[...] Voici donc l’énigme Mélenchon. Il fait un livre, certes intéressant, bien écrit et plein de finesse, mais sur un sujet largement rebattu et qui n’apporte au final rien de neuf. Il aurait pu faire un livre actant du moment souverainiste que nous vivons. Car, nul ne peut en douter, la souveraineté est, et sera dans les prochaines années, la question centrale autour de laquelle tourneront tous les débats, et se décideront toutes les alliances. Bien sur, on dira que le thème de la souveraineté irrigue en sous-main son livre actuel. J’en conviens ; ce livre n’aurait pas été écrit avec le style et la vigueur qu’on lui reconnaît si, quelque part, Mélenchon n’avait fait le choix de la souveraineté. Mais, encore fallait-il faire ce choix clairement, indiquer les relations entre souveraineté, légitimité et légalité, préciser aussi la relation qui unit dans la conception française la souveraineté et la laïcité. 

Cependant, si Mélenchon devait aborder la question de la souveraineté, il risquerait de se rendre compte qu'il est plus proche des idées du Front National que de celles du PS. Mais ne pas poser ce débat condamne le Front de Gauche à se cantonner dans un rôle de supplétif du PS, sans possibilité de prendre un jour une part active aux orientations politiques de notre pays.

Tout comme il se rendrait compte, alors, qu'il est plus proche du Front National sur la position de la France au sein de l'OTAN, que de Hollande. Ou quant à l'effet destructeur de notre intervention militaire en Lybie, en Syrie, en Irak, en Afghanistan ou ailleurs. Ou encore sur l'impossibilité de s'ingérer dans les affaires d'un autre pays sans mandat de l'ONU. Ou sur notre rapport à l'euro et à l'Europe, etc.

Le front républicain prôné parfois par des élus qui craignent de perdre leur poste, n'est plus dans une opposition au Front National, qui a su en partie muter. Il est dans une opposition aux guerres destructrices que nous menons partout sur la planète. Et, en tant qu'humaniste, et bien qu'ayant fait l'erreur de voter pour lui aux dernières présidentielles, si j'ai demain le choix entre un François Hollande et une Marine le Pen, mon choix sera vite fait. Non pas que je cautionne certaines idées du Front National dans lesquelles je ne me reconnais pas (et je m'y reconnais d'autant moins que mes parents ont été naturalisés français), mais en considération du fait, plus grave encore, que les politiques du PS ou de l'UMP ont été et sont porteuses d'innombrables morts et de destructions sauvages que je ne veux plus avoir sur la conscience.


C'est cette union des idées que Jean-Pierre Chevènement appelle de ses vœux. Une union des idées allant de Mélenchon à Dupont-Aignan. Et puisque l'on m'attribue parfois le qualificatif de provocateur, je dirai une union des idées allant de Mélenchon à le Pen. Une union consciente du fait que nous construisons ensemble le monde dans lequel nous vivons. Une union comme alternative à la guerre civile qui se produit chaque fois que des partis d'horizons différents ne songent qu'à se combattre au lieu de chercher à se comprendre. Une union qui ne serait pas destinée à appliquer le pire de ce que chacun a à proposer, mais le meilleur.

Le Front de Gauche n'a aucun avenir en France, et le Front National guère davantage. Mais un Front National de Gauche, ou un Front de Gauche National, serait sûr de prendre le pouvoir, comme Tsipras a su le prendre en Grèce. Et tout le monde pourrait alors s'apercevoir qu'aucun gouvernement n'aura été plus proche du gaullisme que cette alliance hétéroclite.

http://amisdelacommunautehelleniquedelyon.blogspot.fr/2015/06/172-front-de-gauche-national-front.html


Lundi 22 Juin 2015


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires