MONDE

France, Etats-Unis, UE, ONU fauteurs de troubles en Côte d’Ivoire


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 3 Septembre 2018 - 01:26 COMPLICITÉ ?

Jeudi 23 Août 2018 - 19:30 LA LETTRE DU PAPE AU PEUPLE DE DIEU


La crise postélectorale ivoirienne se durcit de jour en jour. Nous assistons, ces derniers jours à un cas unique de mépris et de rejet des vertus du dialogue par la France de Sarkozy, les Etats-Unis d’Obama, l’Union Européenne suiviste de la France et l’ONU dont la crédibilité s’est tirée sur la pointe des pieds depuis très longtemps.



patrice mboma
Vendredi 24 Décembre 2010

France, Etats-Unis, UE, ONU fauteurs de troubles en Côte d’Ivoire
En effet, ces pays et organisations cités ci-dessus, jouent un rôle des plus
troubles et néfastes dans la quête de solutions à la crise ivoirienne. De
part leur posture partisane, à travers le soutien ferme et sans faille d’un
candidat qu’ils affichent tout honte bue, et ce au mépris des règles
élémentaires de diplomatie et des principes de souveraineté et de
non-ingérence de la charte de l’ONU, ces entités contribuent à la
radicalisation des postures des deux camps en conflit.  

La France, les Etats-Unis et les organisations impliquées dans
l’aggravation de la crise ivoirienne, usent de leurs forces médiatiques (AFP,
France 24, CNN, etc.), de leur capacité de manipulation et de persuasion de
quelques potentats africains sans légitimité véritable tels que : Blaise
Compaoré assassin devant l’éternel et candidat élu pour la cour pénale
internationale (en rapport avec son implication dans les conflits qui ont
embrasé le Libéria et la Sierra-Leone dans les années 1990), Jonathan
Goodluck impliqué dans des affaires de blanchiment d’argent avec sa femme,
faible d’esprit selon ses propres aveux et devenu président du Nigéria à
l’insu de son propre gré après la mort du président Yar’Adua, Abdoulaye
Wade le monarque républicain que l’on ne présente plus.  

Ces manœuvres qui ont pour dessein de permettre à ses puissances
malfaisantes d’avancer à visage couvert dans leur plan de déstabilisation et
de mise sous-tutelle de la Côte d’Ivoire, sous le manteau de la prétendue
position de la CEDEAO et de l’Union Africaine, se font au mépris des
recommandations du médiateur de la crise ivoirienne Mr M’Beki dépêché par
l’Union Africaine, de la position du président de la commission de l’Union
Africaine Mr Jean Ping et des pays comme l’URSS, la Chine, le Nonce
Apostolique représentant du Vatican dans le pays et la grande majorité des
états africains qui préconisent la voie du dialogue comme seul moyen de sortie
de la crise en Côte d’Ivoire.

Quand l’Union Européenne, qualifie de « faux message d’apaisement » le
récent discours de Mr Laurent Gbagbo, appelant à la mise sur pied d’un
comité d’évaluation postélectorale en tendant par la même occasion la main
à Monsieur Ouattara dans un geste de dialogue, n’est-ce pas contribuer à la
radicalisation des positions des deux camps ? N’est-ce pas jouer aux fauteurs
de troubles ? N’est-ce pas jeter de l’huile au feu dans un pays au bord de
la guerre civile ?

Quand les Etats-Unis face au même discours de Monsieur Laurent Gbagbo,
écartent du revers de la main sans y prêter la moindre attention à sa
proposition de dialogue et, annoncent par la voix du sous-secrétaire américain
aux affaires africaines Mr William Fritzgerald que : « Gbagbo partira bientôt
» et que « les Etats n’écartent aucune options dans la crise ivoirienne ».
A quoi doit-on s’attendre ? Est-il juste possible avec un tel discours de
faire asseoir sur un même table les deux camps pour négocier ? N’est-ce pas
contribuer à la radicalisation des positions ? N’est-ce pas jouer la
partition de la Guerre civile ?

Quand la France à travers son président Nicolas Sarkozy qui « a un réel
problème de comportement » comme le disait son ex-épouse Cécilia, se permet
de donner de la façon la plus méprisable qui soit jusqu’à la fin de la
semaine au président Laurent Gbagbo pour quitter le pouvoir. Quand cette même
France, par la voix de son ministre de la coopération Henri de Raincourt,
déclare que « La France ne peut recommander au recours de la Force en côte
d’ivoire et il revient aux pays africains d’en décider ». Que faut-il
espérer de l’issue de la crise postélectorale en Côte d’Ivoire si ce
n’est un Rwanda bis. Au fait ! J’oubliai, le scenario du film « Hôtel
Rwanda » n’était pas parfait, il faut le réécrire en Côte d’Ivoire.

Quand l’ONU, après avoir abandonné tout langage diplomatique, outil par
excellence de son action et de son bon fonctionnement, et opté pour le discours
martial. Quand l’ONU, dans une posture partisane balaie du revers de la main
les propositions de dialogue de Mr Gbagbo, posant comme seul et unique
alternative son départ immédiat et sans condition. Vers qui doivent se tourner
les peuples en conflits? Surtout quand on sait que la charte de cette
organisation créée pour promouvoir la paix, stipule au chapitre IV :
Règlement pacifique des conflits en l’article 33 alinéa 1 que : « Les
parties à tout différend dont la prolongation est susceptible de menacer le
maintien de la paix et de la sécurité internationales doivent en rechercher la
solution, avant tout, par voie de négociation, d'enquête, de médiation, de
conciliation, d'arbitrage, de règlement judiciaire, de recours aux organismes
ou accords régionaux, ou par d'autres moyens pacifiques de leur choix. ». Que
doit-on espérer de la gouvernance mondiale ? Vers qui doit-on se tourner
dorénavant en cas de conflit ?

Sans vouloir abonder dans la théorie du complot, qui est aujourd’hui
utilisée par une certaine catégorie d’africains et de citoyens de toute part
dans le monde, qui voient derrière cette action de ces puissances étrangères
une volonté de semer le chaos et la désolation en Côte d’Ivoire. Ceci, dans
une optique de somalisation qui permettrait de mieux profiter des immenses
richesses de ce pays (diamants, pétrole, cacao, café, etc.) sans la moindre
contestation et/ou contrepartie, l’on ne peut qu’être indigné devant une
telle forfaiture.

Ce qui est sûr, la communauté internationale (la vraie) et l’opinion
mondiale doivent savoir que la France, les Etats-Unis, l’UE et l’ONU, sont
aujourd’hui non pas des acteurs de paix mais des fauteurs de troubles et de
guerres civiles en Côte d’Ivoire.

La communauté internationale (la vraie) et l’opinion mondiale doivent
savoir qu’aujourd’hui en Côte d’ivoire, la France, les Etats-Unis, l’UE
et l’ONU veulent plonger par leur prise de position un pays dans le chaos.
Ceci, pour dissimuler leur lourde responsabilité dans la genèse de cette crise
postélectorale, à savoir : la conduite sous pression d’un pays à des
élections présidentielles sans garantie des conditions favorables à leur bon
déroulement (désarmement des rebelles, réunification du pays, établissement
de listes électorales fiables, etc.), l’adoubement d’un candidat désigné
vainqueur dans des conditions rocambolesques et anticonstitutionnelles.

La communauté internationale (la vraie) et l’opinion mondiale, devrait
tenir la France, les Etats-Unis, l’UE et l’ONU responsables de toute guerre
civile, génocide et autres crimes de guerre qui pourraient être commis en
Côte d’Ivoire, eu égard à leur posture de refus de la voie du dialogue
préconisée par la Russie, la Chine, le Vatican, l’Union Africaine, etc.

Le monde entier aujourd’hui après deux grandes guerres mondiales, après
plusieurs guerres civiles, après plusieurs génocides, après plusieurs crises
sanglantes, aspirent à la paix. Le monde entier aujourd’hui aspire au
dialogue entre les peuples, au dialogue entre les belligérants.  

Le monde entier en marre de ces guerres dont les premières victimes sont et
seront toujours les populations désarmées et démunies. Le monde en marre de
ces guerres, dont les premières victimes auront rarement sinon jamais pour noms
Sarkozy, Obama, Ban Ki Moon, Barroso et tous les gros bonnets qui sèment le
chaos par leur discours aux quatre coins de la planète.

Guerre civile s’il y a prochainement en Côte d’Ivoire sera le départ
d’une guerre régionale en Afrique de l’Ouest, semblable à la guerre de la
région des grands lacs qui a sévi et continue à sévir aujourd’hui dans
cette région. Aucun pays de l’Afrique de l’Ouest ne sera épargné, et
c’est le flux des réfugiés et autres déplacés de guerre qui prendra le
pas. Entraînant de nouveau redonnant un coup d’accélérateur aux
phénomènes d’immigration que redoutent tant les états de l’Union
Européenne aujourd’hui empêtrés dans la crise de l’Euro qui menace
l’existence à terme de cette organisation garante de la paix qui prévaut
aujourd’hui en Europe depuis la deuxième guerre mondiale.

Un africain éveillé


Vendredi 24 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par Al damir le 24/12/2010 11:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le même scénario avait été exécuté avec la victoire du Hamas en Palestine occupée, au Liban avec la réelection du Pdt Emile Lahoud, et surtout durant le massacre sioniste perpétré contre les populations en 2006 puis l'effroyable guerre de destruction et de massacre lancé à Gaza fin 2009. C'est toujours les mêmes que l'on voit essayer de travestir la réalité et faire fi de la volonté des peuples. Et comble d'hypocrisie, ces gens ou leur pays ont l'outrecuidance de se proclamer défendeurs de la Liberté et des droits des peuples. Quant à la France avec Iznogood, elle est devenu tout simplement le larbin des Etats-Unis et des sionistes

2.Posté par Pascal Cuxac le 24/12/2010 12:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai trouvé surprenant, voir curieux la présence d'un tel article sur ce site que j'aime bien en général.
Cet article épouse la stratégie des pro-Gbagbo qui réaniment opportunément le sentiment patriotique/nationaliste en dénonçant les tentatives d'ingérences étrangères pour masquer leur mascarade de démocratie. Votre liberté concédée d'attaquer cette idée d'une ingérence étrangère non légitime ne doit pas empêcher l'analyse de son antithèse. Ce serait celle qui dit que:
- depuis 5 ans Gbagbo s'est maintenu au pouvoir en repoussant annuellement les élections,
- Gbagbo en personne a sollicité la présence de forces étrangères du temps de la rébellion armée ayant entrainé le partitionnement du pays,
- Gbagbo a sollicité les observateurs internationaux et leur financement pour le bon déroulement des élections pour ensuite rejeter les conclusions de leur résultat,
- Gbagbo a accepté la mise en place de la Commission Électorale Indépendante pour ensuite dénoncer sa position minoritaire (malgré qu'il ne soit pas majoritaire dans l'opinion générale) après que les résultats lui soient défavorables,
- Ses miliciens massacrent (actuellement encore) des civils,
- Gbagbo a encore sollicité mardi (21.12.10) la mise en place d'un comité international (USA, ONU, Europe, Russie, Chine, Afrique) pour une évaluation post-électorale.
Et dans ce dernier discours, il dénonçait simultanément l'ingérence des grandes puissances... Comprenne qui pourra!
Quoi qu'il en soit, la logique de rappeler des situations similaires ou pires que de la Cote d'Ivoire n'est pas consistante; car le mal ne se compare pas, il s'additionne. La résolution du cas ivoirien est un grand défi à relever par la communauté internationale qui ne peut plus reculer au risque de perdre toute crédibilité dans le futur.
Le Bien absolu n'existe pas sur terre, on le substitue par le moindre mal.

3.Posté par ungrand le 24/12/2010 21:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En vérité je vous le jure. le problème poste électoral en CI est purement un problème de bon sens et non comme veut le faire croire le camp présidentiel, une question d'ingérence impérialiste. à la vérité, Gbagbo Laurent a effectivement perdu les élections. on lui demande simplement de reconnaitre sa défaite et de céder le fauteuil. Au lieu de démontrer que le Conseil Constitutionnel (CC) a dit le droit et qu'il n'a pas manipuler les chiffres issus des urnes, le camp gbagbo, faire glisser le débat sur un terrain de lutte nationaliste ou anti néocolonialiste. le faire c'est donner dans du dilatoire et par là, gagner du temps dans l'espoir d'avoir la sympathie et le ralliement de quelques nostalgiques des luttes indépendantistes et nationalistes ou encore panafricanismes. M. gbagbo s'est aussi très bien qu'en Afrique les peuples sont plutôt affectifs que objectifs et qu'il finiront par croire que c'est une affaire du genre ""c'est les français, c'est les blancs qui nous en veulent, qui veulent nous imposer un Président"". Mais chers frères, est-ce que c'est blancs qui à voté au Nord, au Centre, ou même au Sud ou ADO a même inquiéter Gbagbo dans certains départements supposés êtres ses fiefs?. Non soyons sérieux, et prenons du recule pour mieux comprendre la crise que la CI travers. Comment le CC peut-il annuler 9 départements du Nord et du Centre (soit près de 6 régions au moins, alors que la CI fait 19 régions: c'est-à-dire il fait annuler la moitié nord et centre du pays: ce n'est même pas 9 bureaux de votes, ou 9 centres de vote: car dans un seul centre on peut trouver 9 bureaux et dans une seule villes on peut trouver 9 centres. calculer donc 9 départements annulés, quant on sait que en CI, 1 département = environs 6 villes, 10 villes,...) et proclamer quand même un vainqueur sur la base des chiffres (d'ailleurs faux) de la partie SUD seulement du pays. Autrement, veut-on nous dire que la CI c'est seulement le SUD?. Chers frères attention ne vous laisser pas distraire.

4.Posté par patson le 24/12/2010 21:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Pascal Cuxac
Cher Pascal au lieu de te transformer en caisse de résonance de médias français comme France 24, AFP et autres, je te prie de faire usage des capacités intellectuelles et de discernement dont t'as dotées le bon Dieu, si bon Dieu tu crois à son existence.
Tu ne repètes ici à la manière d'un perroquet un disque déjà entendu et qui frise la rayure. Gbagbo ceci, Gbagbo cela... On s'en fiche!
Ce que nous demandons aux puissances étrangères et aux institutions étrangères qui sont en grande partie responsables de cette impasse (nous n'allons pas revenir ici sur les raisons de leur responsabilité, si cela t'intéresse prends la peine de lire, rechercher et faire ta propre analyse), c'est de donner une chance au dialogue et la négociation pour éviter que la côte d'ivoire ne plonge dans une guerre civile. C'est pour cela que nous les dénonçons et prenons à témoin la communauté internationale (la vraie) et l'opinion mondiale. Et cela, j'espère au moins que tu peux le comprendre.

5.Posté par patson le 24/12/2010 21:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Pascal Cuxac
Cher Pascal au lieu de te transformer en caisse de résonance de médias français comme France 24, AFP et autres, je te prie de faire usage des capacités intellectuelles et de discernement dont t'as dotées le bon Dieu, si bon Dieu tu crois à son existence.
Tu ne repètes ici à la manière d'un perroquet un disque déjà entendu et qui frise la rayure. Gbagbo ceci, Gbagbo cela... On s'en fiche!
Ce que nous demandons aux puissances étrangères et aux institutions étrangères qui sont en grande partie responsables de cette impasse (nous n'allons pas revenir ici sur les raisons de leur responsabilité, si cela t'intéresse prends la peine de lire, rechercher et faire ta propre analyse), c'est de donner une chance au dialogue et la négociation pour éviter que la côte d'ivoire ne plonge dans une guerre civile. C'est pour cela que nous les dénonçons et prenons à témoin la communauté internationale (la vraie) et l'opinion mondiale. Et cela, j'espère au moins que tu peux le comprendre.

http://leblogdepatrice.ivoire-blog.com/

6.Posté par joszik le 24/12/2010 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est le genre de discours que l'on tiens lorsqu'on n'a rien compris au film.
Cela fait près de cinq ans que la France par l'intermédiaire de N.Sarkosy, a vendu la Côte d'Ivoire aux états-unis.
Dans la pure tradition Napoléonienne il est est allé directement dans le ranch de G.W.Bush, après son élection, pour sceller cet accord.
La Côte d'Ivoire appartient désormais aux états-unis et la France est tenue conformément aux accord, de dégager Laurent Gbagbo et de livrer la marchandise conformément au contrat.

7.Posté par Gounoda le 25/12/2010 08:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

France, Etats-Unis, UE, et l'ONU fauteurs de troubles en Côte d’Ivoire. J'ai toujours dit que l'ONU est un outil dans la main des sionistes. Voilà une preuve de plus.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires