Sciences et croyances

Forces énigmatiques



Stephen Smith
Samedi 2 Juin 2012

Forces énigmatiques

L’énergie mystérieuse, d’après Brent Berry.


Thunderbolts, Stephen Smith, 1er juin 2012


      L'énergie sombre est toujours un mystère astronomique.


      Le développement d’un nouveau télescope spatial baptisé Euclide, d’après le philosophe grec, a été approuvé par l’Agence spatiale européenne (ESA), avec courant 2019 comme date de lancement approximative. Selon l'ESA, Euclide est « une mission conçue pour fournir un aperçu de la nature de l'énergie sombre et de la matière noire en mesurant précisément l'expansion accélérée de l'Univers. »


      Les astronomes disent que l'Univers s’accroît à l’accéléré. L'expansion de l'espace est dite s'accélérer tellement que, par la suite, toutes les étoiles et les galaxies existantes seront si éloignées dans le vide qu'elles ne seront plus visibles les unes des autres. Chaque galaxie deviendra un point lumineux dans des ténèbres éternelles.


      Analysant les données fournies par Wilkinson Microwave Anisotropy Probe (WMAP ou sonde chargée d’analyser l’anisotropie du bruit de fond micro-onde du cosmos), un rapport de 2008 suggère qu'une source gravitationnelle s’exerçant depuis l'« horizon des événements du cosmos » attire la matière vers elle avec une force dépassant celle de la masse combinée de la totalité des superamas. Cette « énergie sombre » tire inexorablement la substance de l'Univers dans une solitude disséminée.


      Les théories contemporaines suggèrent que les galaxies s'éloignent de la position privilégiée de la Terre, car elles ont commencé à s'éloigner de nous à cause d'un événement inflationniste imprimé par le Big Bang. Certains astronomes estiment la vitesse de récession à 71 kilomètres par seconde pour chaque 3,3 millions d'années-lumière de distance. Cette supposée dilatation de l'espace et du temps est appelée flot de Hubble, ou constante de Hubble.


      Dans les années 1960, le calcul du redshift des galaxies proches de la Voie Lactée indiqua un autre mouvement superposé sur le flot de Hubble. Le Groupe Local de galaxies, le superamas de la Vierge, le superamas Hydra-Centaurus et d'autres superamas galactiques sont dits se déplacer à 600 kilomètres par seconde vers la constellation du Centaure. Ce « grand fleuve de galaxies » est dit attiré par une source gravitationnelle gigantesque située à plus de 216 millions d'années-lumière de là. Cette énorme structure gravifique est connue sous le nom de Grand Attracteur.


      Le Grand Attracteur est pensé être fait de matière noire, car il n’est visible avec aucun télescope. Il est intéressant de noter que des études astrophysiques montrent un mouvement inattendu quand de nouveaux instruments dotés d’une vision supérieure sont mis en œuvre.


      Pratiquement dès les débuts de l'astronomie moderne, il fut constaté que la galaxie d'Andromède fonçait vers la Voie Lactée à plus de 320.000 kilomètres par heure [*]. Des croyances très répandues disent que seule la gravité peut exercer la force nécessitée par la vitesse d'Andromède, mais il semble qu’il n’y ait pas assez de matière lumineuse entre les deux galaxies pour justifier cela. Plus de dix galaxies de la masse de la Voie Lactée seraient nécessaires pour accélérer Andromède, mais elles restent invisibles.
[* Ndt : La lumière d’Andromède étant blueshifted (décalée vers le bleu), des astronomes racontent qu’elle nous fonce dessus (sans doute pour nous faire notre fête à bras spiralés raccourcis). Entre parenthèses, il faudrait expliquer en premier lieu comment a pété saint Big Bang pour que des galaxies se rapprochent au lieu de toutes s’écarter les unes des autres. Comme Andromède est une galaxie bien plus vaste que la Voie Lactée, l’idée que notre galaxie pourrait être l’un de ses rejetons a été émise (par Halton Arp, il me semble). En effet, il apparaît à l’observation objective que les objets éjectés par les galaxies actives ont un redshift plus grand que leur mère, et donc que le redshift semble être une propriété intrinsèque caractérisant la jeunesse de la matière plutôt que son éloignement.]


      Au fil du temps, tandis qu’étaient construits des télescopes et ordinateurs plus puissants, les mesures du redshift du Groupe Local révélèrent qu'il se précipite vers le centre de l'amas de la Vierge à près de 2.000.000 de kilomètres par heure. L’amas de la Vierge est à 50 millions d'années-lumière de la Terre et il contient deux galaxies elliptiques géantes, M84 et M86, mais ce qui attire cette masse incroyable reste encore invisible.


      Il a été théorisé qu’un groupe d'objets appelé Grande Muraille (ou mur du Centaure), dans lequel le Grand Attracteur est censé être intégré, est à l’origine du mouvement. Toutefois, la densité des masses de la Grande Muraille est insuffisante pour influencer des structures comme les superamas. Ces diverses études (ainsi que d'autres données) ont conduit à la théorie de l'énergie sombre.


      Certains concepts, comme le redshift et la gravité, sont essentiels pour l'hypothèse du Big Bang. Selon cette théorie, c’est du fait qu’il s'éloigne que la lumière d’un objet se décale vers l'extrémité rouge du spectre. Les objets tenus être à de grandes distances s'éloignent plus vite que les objets proches de la Terre ; ce qui amène à penser que l'Univers est en expansion.


      Nonobstant les problèmes liés au redshift, des articles précédants de notre série Picture of the Day sur WMAP, les amas galactiques et la cosmologie basée uniquement sur la gravité, ont permis d'élucider une force existant dans l'Univers qui exerce une force d’attraction supérieure de 46 ordres de grandeur à la pesanteur : des filaments électriques dans l'espace. Chaque découverte « déroutante » des chercheurs scientifiques renforce les principes de la cosmologie du plasma et concourt à les différencier des prévisions imprécises des hypothèses consensuelles.


      Les forces d'attraction exercées par le plasma électrifié contenu dans les filaments de courants de Birkeland torsadés dominent l'Univers. Ces filaments forment un circuit cosmique. Avec leur attraction à longue portée, ils entrent dans notre champ de vision puis repartent dans le vide. Les plus probables « Grands Attracteurs » sont donc ces filaments de plasma électrifié dotés de champs magnétiques dont la force est plusieurs trillions de fois plus intense que l’influence de la pesanteur.


      L'Univers est sans doute plus grand que ce que nous sommes capables d’observer aujourd’hui : des instruments plus sensibles révèlent des abîmes toujours plus immenses. Sortie de ces profondeurs inconcevables, s’élève de l’énergie électrique. C'est là que nous devrions chercher les explications et non pas dans des hypothèses datant de plusieurs siècles, conçues à une époque où les observations d'aujourd'hui n’étaient pas possibles.



Original : www.thunderbolts.info/wp/2012/06/01/enigmatic-forces/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard



Dernier article apparenté traduit

Noire et partie les pieds devant : Autres clous dans le cercueil de la matière noire.




Samedi 2 Juin 2012


Commentaires

1.Posté par ffilou6 le 03/06/2012 01:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces "filaments électriques" contiennent peut-être l'énnnoorrmmee quantité d'énergie dont un certain Nikola Tesla parlait au siècle dernier?

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires