Proche et Moyen-Orient

Faut-il vraiment sanctionner le cheikh Abou Naïm ?!


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 13 Août 2018 - 08:06 Les racines de la crise monétaire en Turquie


Kamal Znidar - Apparemment, le cheikh prédicateur Abou Naïm est prêt à changer la couleur de sa barbe mais pas la couleur de ses idées et ses comportements. Quelques jours après avoir excommunié le militant et intellectuel amazigh Ahmed Assid, le cheikh récidive et s'en prend cette fois-ci à Rachid Belmokhtar et Ahmed Toufiq.


OBSISLAM
Vendredi 26 Février 2016

Faut-il vraiment sanctionner le cheikh Abou Naïm ?!


Dans deux vidéos postées lundi 22 février, le dénommé Abou Naïm a accusé les deux ministres de diriger "des lobbys laïcs dans l'Education et les Affaires islamiques". Il a ajouté que les deux "ne craignent pas Dieu et cherchent à plaire aux chrétiens, aux juifs et autres ennemis de l'Islam".

Rachid Belmokhtar, ministre de l'Education, a été aussi traité de "ministre ignorant éduqué par la France et la francophonie" qui "a été propulsé par la France, qui l'a protégé et lui a permis d'obtenir son poste ministériel". Quant au ministre des Affaires islamiques Ahmed Toufiq, il a été qualifié d'extrémiste laïc et d'ennemi de la prédication.

Rachid Belmokhtar et Ahmed Toufiq viennent donc s'ajouter à la liste des personnalités physiques et morales qui ont été excommuniées par le cheikh salafiste Abou Naïm et qui était jusqu'au 21 février limitée à : Driss Lachgar, Abdellah Laroui, Driss Yazami, la chaîne 2M, les membres du Syndicat National de la Presse Marocaine et Ahmed Assid.

Inquiets par la multiplication de ses fatwas takfiristes, des plaintes ont été déposées contre Abu Naïm soit par des socialistes soit pas des militants des droits humains soit par des journalistes ou autres personnalités de la société civile.

Le groupe parlementaire du PAM a même déposé à la deuxième chambre du parlement une proposition de loi pénalisant les excommunications. Ce parti politique a proposé l'ajout à l'article 442 du Code pénal qui traite de la diffamation un passage sur l'excommunication.

Mais tout ça en vain ! Abou Naïm est toujours libre. Il est toujours présent sur internet. Sur Facebook et sur Youtube, il continue de prêcher librement sa pensée haineuse et d'agrandir la liste des personnalités physiques et morales qu'il excommunie… ceci va durer jusqu'à quand ? Seul Dieu le sait !

En tous cas, je n'aimerais pas que ce cheikh salafiste soit sanctionné parce qu'il a excommunié X ou Y. Sanctionner une personne pour la simple raison d'avoir traité une autre personne d'apostat ou mécréant, je trouve ça injuste. Normalement, nous devons nous en foutre royalement de ce que les autres peuvent penser de nous.

Que ces gens nous considèrent "apostats" ou "mécréants", ceci doit être le dernier de nos soucis. En plus, ceci est leur droit. La divergence est humaine. On ne peut pas concevoir les choses de la même manière. Si pour nous une chose est islamique, pour l'autre elle peut être une forme d'hérésie, d'apostasie ou de mécréance.

En se permettant ces choses que l'autre conçoit comme forme d'hérésie, d'apostasie ou de mécréance, c'est tout à fait normal qu'on deviendra pour lui des hérétiques, des apostats ou des mécréants. Et ça, cet autre a tout le droit de l'exprimer comme nous on a le droit de traiter des personnes qui ne pensent pas comme nous d'obscurantistes, ignorantistes, etc.

Nous, on se permet de qualifier une pensée de "non-islamique". On stigmatise les cheikhs qui la promeuvent et on les traite de "musulmans qui ne portent de l'Islam que le nom", "Hommes des cavernes", "Hommes de la Djahiliya", etc. Mais dès qu'ils répondent à notre propagande hostile à leur pensée et nous traitent de la même manière, on crie au scandale !

Et ça, c'est le "double-poids, double-mesure". Et la liberté d'expression doit être respectée dans les deux sens, et pas dans un seul sens. Comme on se permet de stigmatiser les autres, nous devons accepter que les autres se défendent, réagissent et nous stigmatisent comme on les stigmatise.

Libres donc aux salafistes de nous considérer "mécréants". L'essentiel est qu'ils n'appellent pas à notre emprisonnement, notre persécution voire notre meurtre. Tant qu'Abou Naïm et ses semblables ne se lancent pas dans ce genre d'appels, il n'y a vraiment aucune raison de se plaindre… ce sont ces appels qui menacent notre vie et pas l'excommunication en soi.


Vendredi 26 Février 2016


Commentaires

1.Posté par Karim le 27/02/2016 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est cette élite qui est responsables des maux que vit le Maroc, aussi bien que la Tunisie, l’Algérie et d'autres pays arabes. C'est une élite de culture européenne qui a pris le pouvoir au lendemain des indépendance. Elle est détachée du Peuple et de sa culture et de ce fait ne peut se projeter dans l'avenir et encore moins apporter un développement à nos sociétés. Ce que pense ce citoyen montre les blessures morales que vous portez à vos sociétés. Le choc de civilisation nous le vivons bien avant Samuel Huntington. Mettez votre savoir aux service de vos pays, tout en respectant la culture et les croyances du peuple. Nous en profiterons tous. Mais de là à vouloir imposer votre vision à tout un peuple, vous ne faîtes que participer à la destruction de vos pays.

2.Posté par Zaheer le 27/02/2016 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si il (ou elle) considère que traiter une personne d'ignorante ou d'extrémiste laic revient à l'excommunier alors on est en droit de croire aussi que traiter une personne de salafiste revient aussi à l'excommunier dans une société qu'on veut "moderne" couper du passée.
Qui veut vraiment excommunier l'autre ?

3.Posté par Mila le 27/02/2016 21:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un imposteur qui travaille pour le système !

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires