insolite, humour, conspiration...

Faut-il supprimer les allocs des députés absentéistes ?


Dans la même rubrique:
< >


Gilles Devers
Lundi 24 Janvier 2011

Faut-il supprimer les allocs des députés absentéistes ?

titounet-et-titounette-tome-26-sauvageon-le-fripon-8759887.jpgComme pour les vilains garnements, pourquoi ne pas couper les allocs aux députés qui sèchent les séances de l’Assemblée sans motif valable ? On va se les cadrer, les sauvageons…

Le Journal officiel vient de publier le  décret n° 2011-89 du 21 janvier 2011 relatif aux modalités de calcul de la part des allocations familiales suspendues ou supprimées en cas d'absentéisme scolaire. C’est le texte d’application de la géniale loi n° 2010-1127 du 28 septembre 2010, que l’on trouve dans le Code de la sécurité sociale à l’article L. 552-3-1 : « En cas de manquement à l'obligation d'assiduité scolaire, le directeur de l'organisme débiteur des prestations familiales suspend, sur demande de l'inspecteur d'académie, le versement de la part des allocations familiales due au titre de l'enfant en cause, selon les modalités prévues à l'article L. 131-8 du code de l'éducation ».

L’article 131-8, avant de se perdre dans des ramifications byzantines, pose ce principe sain, propre à restaurer le cœur républicain :

« Lorsqu'un enfant manque momentanément la classe, les personnes responsables doivent, sans délai, faire connaître au directeur ou à la directrice de l'établissement d'enseignement les motifs de cette absence.

« Les seuls motifs réputés légitimes sont les suivants : maladie de l'enfant, maladie transmissible ou contagieuse d'un membre de la famille, réunion solennelle de famille, empêchement résultant de la difficulté accidentelle des communications, absence temporaire des personnes responsables lorsque les enfants les suivent. Les autres motifs sont appréciés par l'inspecteur d'académie. Celui-ci peut consulter les assistantes sociales agréées par lui, et les charger de conduire une enquête, en ce qui concerne les enfants en cause ».

Voici une bien mâle loi, et bien sûr, je dois encourager le législateur à ne pas s’arrêter en si bon chemin. Dans la République, le vote est sacré, et le rejeton né des amours contrariés de la Droite et de la Gauche, encore appelé « député », doit être au niveau de sa mission, et au minimum, être tenu de participer à temps plein aux travaux de l’assemblée, nationale et républicaine, ce pourquoi il a été élu. 51MWH9M0ZWL.jpg 

Je propose aussi le vote, selon la procédure d’urgence, de la loi suivante.

« Lorsqu'un député manque momentanément les travaux de l’Assemblée Nationale, les électeurs responsables doivent, sans délai, faire connaître à la présidence de l’Assemblée les motifs de cette absence.

« Les seuls motifs réputés légitimes sont les suivants : maladie du député, maladie transmissible ou contagieuse d'un membre du parti politique, réunion solennelle du parti politique, empêchement résultant de la difficulté accidentelle des communications. Les autres motifs sont appréciés par le tribunal populaire du coin. Celui-ci peut consulter les assistantes sociales agréées par lui, et les charger de conduire une enquête, en ce qui concerne les députés en cause »

« En cas de manquement à l'obligation d'assiduité parlementaire, le directeur de l'organisme débiteur des prestations familiales suspend le versement de la part des allocations familiales due au titre du député en cause ».

Alors, les p’tits amis, on la vote cette belle loi ? L’absentéisme parlementaire est scandaleux, et ne nous faites pas le coup « on ne les voit pas, car ils travaillent en commission ». Pierre-Alain Muet, un député qui fait très bien son travail, raconte le vote d’un amendement lors du collectif budgétaire, malgré l'opposition du gouvernement. Il était en effet le seul député présent à Gauche, et les 4 de Droite s’étaient abstenus. Une voix...

 

Y’aurait pas un p’tit problème, des fois ?



Lundi 24 Janvier 2011


Commentaires

1.Posté par pistache le 24/01/2011 12:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'état cherche à faire des économies alors il reprend l'argent comme il peut ; ils sont fauchés la haut ; quand aux députés , vu leur peu d'utilité , autant les supprimer carrément ;

2.Posté par ROBERT GIL le 24/01/2011 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le montant mensuel de l'indemnité parlementaire est de 7065 euros, plus une indemnité de frais de mandat qui sert à payer les frais de voiture, les frais de réception, d'habillement ou les déplacements, et s’élève à 5 791euro par mois L'assemblée nationale et le Sénat versent également un crédit de 8 859 euros par mois aux parlementaires, destiné à la rémunération de leurs éventuels collaborateurs (qu'ils en aient ou pas !). Au-delà de toutes ces indemnités cumulées, les députés et sénateurs bénéficient également de quelques avantages : un bureau est mis à leur disposition, le téléphone est gratuit ainsi que les transports en commun en première classe. 80% des députés cumulent leur fonction nationale avec une fonction locale, rémunérée, bien sûr. Ils peuvent aussi obtenir une retraite à 55 ans, même s'ils n'ont cotisés que 15 ans, et percevoir 4800 euros, sinon un mandat de 5 ans leur assure une retraite de 1500 euros. Signalons au passage que leur caisse de retraite est déficitaire. Ce sont les mêmes qui reforment le système des retraites des autres citoyens !

Voir article "tres chers elus" sur Conscience Citoyenne Responsable

3.Posté par Dedieu Jesus le 24/01/2011 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pistache,

Non seulement on pourrait supprimer les deputes, on peut faire de meme avec les senateurs et arreter de verser les retraites aux conjoints de senateurs et deputes decedes et des anciens ministres et presidents collabos de l'oligarchie financiere protagonistes du Nouvel Ordre Mondial.

On pourrait demander a Talonette de nous preter son Karcher..

4.Posté par Intellecterroriste le 24/01/2011 17:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ post 1 et 3

J'aime beaucoup vos analyses! Et ensuite? On réinstaure le royalisme? Mieux, chaque citoyen est aussi député et siège à l'assemblée?

Ce n'est pas parce qu'une tripotée de profiteurs salit toute une institution qu'il est dès lors nécessaire de supprimer ladite institution. Je pense que l'idée que propose Devers n'est pas dénuée de sens.

On rémunère logiquement un travail, qui ne bosse pas, n'est pas payé, point. On baisse drastiquement les pensions et avantages liés au poste, et l'on aura peut être de vrais citoyens désintéressés qui se présenteront, dans le seul intérêt du bien commun.

C'est très idéaliste, mais ce serait un début!

5.Posté par roland le 24/01/2011 20:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça n'a rien d'idéaliste, c'est le bon sens sens même, et un MINIMUM de justice
un début, par la suite peut-être que ça créera une sélection naturelle et éliminera quelques uns parmi les plus pourris

6.Posté par mega le 25/01/2011 05:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les politques,les députés,ça sert à voter des lois pour te faire chier et déclencher des guerres,c'est tout,ils feraient mieux de se regarder,ils n'ont pas de leçon à donner sur l'absentéisme des enfants,alors qu'eux meme sont jamais présent,je n'ai pas entendu un journaliste le dire,normal ce sont les perroquets de ces voyous.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires