insolite, humour, conspiration...

Faudra payer


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 6 Décembre 2018 - 19:26 Gilets jaunes, la grande manip



Samedi 8 Août 2009

Faudra payer
Du temps où Nasr Eddin avait la charge de cadi, il reçoit un jour à l’audience un aubergiste qui traîne de force devant le tribunal un pauvre mendiant d’une maigreur squelettique.
- Cadi, rends-moi justice : cet individu est resté pendant une heure devant la porte de ma cuisine et pendant une heure, en mangeant son quignon de pain, il s’est régalé de l’odeur de mes plats. Pourtant il ne veut rien payer.
- Ta plainte est recevable, répond le Hodja, mais puisque le coupable est manifestement trop pauvre pour te payer, c’est moi-même qui vais le faire, aux frais de la collectivité, bien entendu.
Là-dessus il sort de sa table quelques menues pièces de monnaie qu’il fait tinter longuement en les jetant sur le pavé. Après quoi il les reprend et les remet dans le tiroir.
- Tu as entendu ? Eh bien tu es payé.

(Extrait de : Absurdités et Paradoxes de Nasr Eddin Hodja, recueillis et présentés par Jean-Louis Maunoury)


Rappel : Le Hodja serait un « fou voyant », car il s’ingénie à faire tomber les murs, à ouvrir des perspectives inattendues. Il révèle à tout un chacun des paysages inaperçus, quand bien même ces paysages se révèlent être, eux aussi, de notre monde. Le Hodja, fou non dément, est considéré comme un « illuminé », comme un Bienheureux. La lumière dérangeante qu’il projette sur les choses lui vient d’ailleurs. Il peut alors apparaître dans certaines traditions comme divin. Par sa simple malice il donne la grâce de comprendre.
De plus il a toujours le dernier mot, personne ne peut en rajouter ! Même si c’est de la déraison, celle-ci prévaut sur la raison résonnante et trébuchante ! On ne peut être que pétrifié par son aplomb inébranlable. Impossible de l’avoir, ou de lui faire la leçon ; il se charge de se la donner lui-même.

Source: http://www.fangpo1.com/ja/index.php

Nasr Eddin Hodja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. start content
Nasr Eddin Hodja dans un parc à Ankara
Nasr Eddin Hodja est un ouléma mythique de la culture musulmane qui aurait vécu en Turquie, à une date indéterminée entre le XIIIe siècle et le XVe siècle. Sa renommée va des Balkans à la Mongolie et ses aventures sont célébrées dans des dizaines de langues, du serbo-croate au persan en passant par le turc, l'arabe, le grec, le russe et d'autres.
Son personnage s'est fondu à celui de Joha (au Maghreb) Jha, Djha ou Djouha. Le personnage de Joha (en Égypte il s'appelle Goha, en Turquie il s'appelle Nasreddin Hoca (prononcer Hodja)) préexistait à celui de Nasr Eddin Hodja sans que l'on puisse clairement déterminer l'origine de ce personnage ingénu, faux-naïf du monde arabo-musulman. En Iran, on l'appelle Mollah Nasreddin et en Asie centrale Appendi (du turc efendi : monsieur), mais ce sont toujours les mêmes aventures que l'on raconte à son propos. Ses histoires courtes sont morales, bouffonnes, absurdes ou parfois coquines. Une partie importante d'entre elles a la qualité d'histoire enseignement.
Nasr Eddin vit en général à Akşehir (Turquie) où il a sa tombe canular vide. Ses histoires ont parfois pour protagonistes le terrible conquérant Tamerlan (Timour Lang), pour qui il joue le rôle de bouffon insolent bien que la situation soit anachronique. D'autres histoires mettent en scène son âne et sa première femme Khadidja ; il exerce parfois la fonction de Cadi voire d'enseignant dans une médersa.
Il aurait vécu au VIIIe siècle à Koufa, un village d'Irak mais deux tombes existeraient : l'une dans un village d'Anatolie et l'autre en Algérie.
Le roman Goha le simple a inspiré le scénario du film Goha de Jacques Baratier, avec Omar Sharif et Claudia Cardinale, film primé au festival de Cannes en 1958.[1]
L'Unesco a déclaré l'année 1996 année Nasr Eddin Hodja.


Lire la suite sure WIkipedia


Samedi 8 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Terrien le 08/08/2009 16:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'homme de pouvoir selon Nasr Eddin Hodja:"Il se mesure uniquement de la tête au pied " 8)

2.Posté par julius le 08/08/2009 16:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Etonant qu'il soit lui aussi sur un ânon comme le Christ.

Boudha aussi plein de richesses matérielles a tout vendu pour ne vivre que de sagesse de non violence et de spiritualité.

L'avenir de l'homme évolué est bien là.

L'Evolution se fera par la Conscience. Ceux qui n'ont pas compris iront dans la géhenne. Car la sélection naturelle les laissera de côté.

Ce qui permet de dire que large est le chemin de la perdition des âmes. Etroit et escarpé est celui de leur salut éternel.

3.Posté par julius le 08/08/2009 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par ailleurs "tendre l'autre joue signifie : persister dans les convictions de sa conscience, ne pas céder devant l'ignorance, la violence, qui agresse la raison, mais tendre vers la raison".

Qui a été capable de percé le mystère de ce geste 2000 ans plus tards ?

Une infime minorité de personnes très éclairées.

Or ne s'agit il pas là de la preuve d'une raison divine que nous ne sommes pas capables de comprendre ?

La sagesse du Christ est infiniment supérieure à nos esprits.

Il est le dernier homo sapiens primitif et le premier homme évolué dans l'ère nouvelle qui s'annonce.

Ceux qui le suivront seront sauvés.

4.Posté par fadi le 08/08/2009 17:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ jalius,

je peut tendre l'autre joue à un humain quand il me donne un coup de main,ça s'apelle la patience,mais je retiendrait pas ma main s'il se lance pour casser la guele d'un soldat israelien,ça s'apelle rationelement le droit à la ligitime defense.
de toute façon l'histoire de notre Hodja (preuve) parle de ces riches qui abusent de ces pauvres mais avec la methode Dieudonné par Cauet.

5.Posté par julius le 08/08/2009 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ fadi

Pardonnes la tonalité de mes paroles :

tu réponds en écoutant ton orgueil et ce dernier c'est naturel t'aveugle. Parce que ta raison reste au dessous de tes passions.

Dans l'Evangile un passage raconte qu'un soldat demande à Jean Baptiste : "et nous alors qui sommes soldats comment faisons nous pour être de bons chrétiens ?"

Jean Baptiste lui répond : fais ton métier et fais le bien. Contente toi de toucher ta solde.

Cela signifie qu'un soldat doit être bien sûr d'être du côté de la justice. Et surtout qu'il ne touche pas aux civiles.

C'est sans doute indescent de faire de la morale à ce niveau là compte tenu de la barbarie des gouvernements occidentaux envers les populations civiles afghanes irakiennes et palestinienne.

Mais l'examen de conscience subsiste toujours.

Personnellement si un jour je devais prendre les armes je me gardera bien de tuer un enfant.

Ceux qui enrôlent des enfants soldats commettent la pire attrocité qu'il puisse exister.

Car même au milieu de la guerre on doit rester des hommes.

La Conscience doit toujours prendre le dessus sur nos actes.

De soldat à soldat le combat peut être légitime. Celui qui ne se bat pas peut être comparé à un lâche.

Mais celui qui tue ou blesse un enfant dans un combat militaire ira tout droit en enfer.

Pour cette raison je ne serais jamais celui qui larguera une bombe nucléaire sur un pays ou une bombe sur un immeuble même s'il s'agit de mon pire ennemis.

Je me sacrifierai pour la paix.

C'est la meilleurs façon de mourir lorsque la guerre est ignioble et inhumaine.

C'est ça la supériorité devant la barbarie.

Celui qui tue des enfants. On doit le tuer. Mais on ne doit pas tuer des enfants en retour. On doit cesser le cercle vicieux de la violence.

Si des enfants sont agressés devant mes yeux j'irai me sacrifier pour eux.

Concernant le saut de conscience il doit se faire au jour le jour.

Celui qui dit d'untel qu'il est fou : celui-ci ne mérite pas le paradis. Il ira en enfer.

Celui qui maudit son ennemis ira en enfer aussi.


6.Posté par fadi le 08/08/2009 17:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mon grand pére m'avait raconté quand j'etais petit que Hodja etait devenu fou à la fin de sa vie,il conduisait un tropeau de 10 ânes,quand il sentit la fatigue,il menta sur l'un d'entre eux,mais quand il compta ses anes,il ne trouva que 9,quand il descenda à nouveau il compta 10 et ainsi de suite jusqu'a ce qu'il devint fou car il n' a jamais compris comment 10 anes peuvent devenir 9 lui qui etait un Hodja càd preuve.

il faut savoir que les histoires de Hodja, etaient trés avancées sur leurs temps et surtout etaient et sont trés politiques, philosophiques et même mathématiques comme on vient de voir dans l'histoire cité cité là haut. .

7.Posté par fred le 08/08/2009 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ FADI ...avec des potes on est mort de rire ta blague ou celle de notre bien aimé hodja est marrante......paix avous chérs amis

8.Posté par kiko le 08/08/2009 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un jour djeha avait vendu sa maison à un bonhomme, sauf un clou qui était planté dans un mur de celle-ci, en concluant l’affaire avec le bonhomme il l’avertit qu’il ne doit jamais toucher au clou, le bonhomme était d’accord et en même temps satisfait, alors djeha revenait à chaque fois voir le clou dans cette maison, un matin le bonhomme agacé par ce clou voulait l’arraché quand djeha intervient et lui demande de na pas toucher a ce clou en lui lançant la plus belle que : je t’ai vendu la maison et non pas le clou !A vous de conclure.merci.

9.Posté par redk le 08/08/2009 20:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Djeha-Hodja Nasreddin, qu'elle bon gout de le mettre en avant, le meilleur ennemie de Tamerlan, celui , dont on a dit qu'il est "tellement intelligent qu'il en devient bête ou il est si bête qu'il finit par dire des choses intelligentes", le roi des idiots et des sages en sorte, je ne résiste pas a livré ma petite Hodjarie

La hachette à 500 dinars

Un beau jour, Djeha-Hodja Nasreddin décida de faire une visite à une ville voisine. Comme il se préparait à partir en voyage, sa femme l'a vu enfermer sa hachette dans le coffre mural.
- De qui caches-tu cette hachette ? Demanda t-elle.
- Bien, si tu veux vraiment le savoir, je la cache de notre chat.
Sa femme fut évidemment surprise par sa réponse.
- Excuse-moi, mais peux-tu me dire ce que notre chat ferait avec ta hache ?
- Ma chère femme, si notre chat est excité par un morceau de foie valant à peine 10 dinars, il deviendrait complètement fou s'il pouvait avoir une hachette en valant 500.

10.Posté par fadi le 08/08/2009 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hodja et le roi


le roi demanda a Hodja
- dis moi Hodja,combien je vaux ?
Hodja repondit :
- vous valer valez 100 Dinars votre majesté.
le roi etonné protesta :
- mais Hodja,rien que mes vetements valent 100 Dinars.
Hodja repliqua :
- j'ai raison alors.

et oui,il a raison Hodja, combien de chefs d'etat actuels ne valent pas plus que les costumes qu'ils portent .

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires