International

Fatah-Hamas: de nouveaux affrontements sanglants sont inévitables (experts russes)



Ria-Novosti
Lundi 6 Août 2007

De nouveaux affrontements interpalestiniens entre les membres du Fatah et du Hamas sont pratiquement inévitables, et ils peuvent se produire prochainement, affirment les experts russes.

La division politique entre les principales organisations palestiniennes, le Fatah et le Hamas, a provoqué en juin dernier des affrontements violents et une dualité de fait du pouvoir. En fin de compte, la Cisjordanie s'est retrouvée sous la juridiction du dirigeant du Fatah Mahmoud Abbas, elle bénéficie de l'aide des pays occidentaux et d'Israël, alors que la bande de Gaza contrôlée par le Hamas a été plongée dans l'isolement.

Les médias israéliens ont fait savoir, se référant à des représentants des services de sécurité, que le service de renseignement du pays s'attendait prochainement au début d'affrontements massifs entre membres du Fatah et du Hamas en Cisjordanie à cause de l'inefficacité des actions du Fatah dans le domaine de la sécurité.

Le directeur de l'Institut du Proche-Orient, Evgueni Satanovski, a déclaré lundi dans une interview à RIA Novosti que les prévisions du service de renseignements israélien étaient bien fondées.

"La probabilité d'une nouvelle escalade des affrontements interpalestiniens est extrêmement élevée. Les affrontements ne pourront pas être évités à cause des lois de la vengeance par le sang", a affirmé l'expert.

L'hypothèse d'une nouvelle escalade de violences est partagée par Alexandre Konovalov, directeur de l'Institut des évaluations stratégiques.

"La lutte interpalestinienne qui commence peut être le détonateur d'une situation explosive au Proche-Orient", estime-t-il.

"Dans les conflits intérieurs, il est toujours très difficile de chercher les coupables et ceux qui ont commencé, a-t-il dit. Il est évident que, pour l'instant, tant le Fatah que le Hamas n'ont trouvé de plate-forme ni de base pour coexister".

"On peut supposer que le Fatah ne prendra pas l'initiative de ces affrontements, mais ce ne sera possible que s'il ne perd pas le contrôle de la Cisjordanie, comme il a déjà perdu Gaza", a poursuivi M. Konovalov.

Il est à supposer que le Hamas voudra renforcer sa victoire à Gaza, estime-t-il.

"Le Hamas prétend non pas à une partie, mais à toute la Palestine, il a besoin de représenter la Palestine non pas partiellement, mais entièrement et de bénéficier de l'aide internationale", a expliqué l'expert.

Selon le directeur de l'Institut du Proche-Orient, on peut s'attendre à une nouvelle escalade des violences aussi bien de la part du Hamas que de la part du Fatah.

En organisant un putsch dans le secteur de Gaza, les leaders de cette organisation islamiste ont accepté la rupture des rapports avec le roi saoudien et l'Egypte. "Le Hamas le comprenait bien: c'était la victoire ou la disparition", a-t-il ajouté.

"Ils (Hamas) sont même prêts à accepter un armistice prolongé avec Israël, estimant qu'au cours de ces 10 à 20 années d'armistice, Israël sera démembré, ou bien détruit par l'Iran. Quoi qu'il en soit, ils recevront de l'argent et se regrouperont, se renforceront et feront des villes palestiniennes des quartiers fortifiés, comme le Hezbollah (mouvement radical libanais) l'a fait au Sud-Liban", a-t-il indiqué.

"Dans ce contexte, les affrontements sont certainement inévitables", a résumé le directeur de l'Institut du Proche-Orient.


Lundi 6 Août 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires