ALTER INFO

Face à une étude montrant les immenses désagréments des OGM, l’UE tempère leur réglementation



Heidi Stevenson
Jeudi 27 Septembre 2012

Face à une étude montrant les immenses désagréments des OGM, l’UE tempère leur réglementation

Gaia Health, Heidi Stevenson, 26 septembre 2012


      Les règles de l'UE sur les cultures génétiquement modifiées sont sur le point d'être édulcorées. Cela permettra au concept de l’« équivalence substantielle » de devenir la norme, et de justifier ainsi l’approbation quasi automatique de pratiquement toutes les cultures d’OGM.


      Face à une étude démontrant les énormes inconvénients du maïs et des pesticides au glyphosate de Monsanto, l'Union européenne (UE) va de l'avant avec des projets visant à édulcorer la réglementation des cultures génétiquement modifiées. En dépit du fait que les mesures existantes ont été définies démocratiquement dans la législation et que le Conseil environnemental de l'UE ait exigé en 2008 le renforcement des mesures de sécurité sur les OGM, la Commission européenne va de l'avant avec un projet qui, selon Earth Open Source :

      ... affaiblira fatalement la façon dont les aliments génétiquement modifiés (OGM) seront évalués pour la sécurité. ...

      ... Les normes du nouveau règlement, actuellement sous forme de projet, sont trop laxistes pour protéger la santé humaine et animale et l'environnement contre les effets des cultures d’OGM.


      Voici ce que la Commission européenne a l'intention de faire :

  • Adopter le concept de l’« équivalence substantielle », qui représenterait la fin de l'évaluation des véritables risques. C'est ce qui se pratique actuellement en Zunie, où rien de plus que l’énoncé selon lequel une culture génétiquement modifiée est « substantiellement équivalente » à une culture existante, ouvre la voie à son approbation. En fait, en Zunie, c’est désormais équivalent à l'approbation. Jusqu'à récemment, cela servait au moins à ralentir le processus d'approbation. Or, à présent, une simple déclaration d'équivalence substantielle – s’appuyant sur ce que l'USDA [ministère de l’agriculture] a choisi comme prémisse – entraîne l'approbation automatique d'une culture génétiquement modifiée. Cela enfreindrait la Réglementation 1829/2003 de l’UE sur les OGM.

  • L'estimation de l'« équivalence substantielle » est encore tempérée par la permission d'introduire des informations non pertinentes, pouvant embrouiller le tableau. Cela enfreindrait la Réglementation 2001/18 de l’UE sur les OGM – sans mentionner que c’est contraire aux bonnes pratiques scientifiques.

  • Aucun essai alimentaire de longue durée ne serait requis. Une règle désastreuse, comme le montre clairement la photo du rat ci-dessous.



Rat avec d’énormes tumeurs. Il a été nourri avec du maïs de Monsanto. (Photo du CRIIGEN.)


      La fameuse Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a fait du lobbying en faveur d’essais alimentaires de courte durée, affirmant que 90 jours est suffisamment long pour savoir si un aliment fait du tort. Le maïs génétiquement modifié, qui sert actuellement dans l'UE à nourrir les animaux, provoque des tumeurs comme celles du rat ci-dessus. Comme nous l'avons appris au cours d'une étude couvrant la vie entière des rats, ces tumeurs ne se présentent pas dans les 90 jours des essais proposés.


      Et la Commission européenne envisage d’avancer avec cet assouplissement des règles !


      Le Parlement n'examinera pas la proposition d'assouplissement de la réglementation. Agissant en dictateur au sujet des modifications, la Commission européenne a l'intention de tenir des séances à huis clos, un jour ou l’autre au cours des prochaines semaines. Elle n'a même pas l'intention de laisser le public savoir quand se tiendront les séances !


      Il est évident que l'Union européenne n'est pas un organisme démocratique, et qu’elle n’est pas là pour le bien des populations. Bien qu'il existe un Parlement voulu être réceptif aux gens, le fait est que la Commission a pris le pouvoir. Elle est équivalente à un dictateur. Elle ne fait même pas semblant d’être élue. Les commissaires sont nommés.


      La constitution de l'Union européenne entérine la notion de personnalité des entreprises. Face à ce projet, les résultats d'une telle norme à l’encontre de la population sont évidents. Ils visent à mettre les peuples européens totalement à la merci des compagnies agro-alimentaires comme Monsanto, BASF et Syngenta. Les seules préoccupations de ces compagnies sont les profits, et elles les auront au prix d'une terre brûlée, puisque la Commission européenne est entièrement dans leur poche.



Sources


Original : gaia-health.com/gaia-blog/2012-09-26/eu-to-lower-gm-rules-in-face-of-study-showing-immense-harm/
Taduction copyleft de Pétrus Lombard




Jeudi 27 Septembre 2012


Commentaires

1.Posté par raimane le 29/09/2012 20:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

si la bêtise ne tue pas, les OGM le feront ... c'est la seule chose de vraiment sure et réelle ... merci Monsanto !

L'expression « mouton de Panurge » désigne un suiveur : une personne qui imite sans se poser
de questions, qui suit instinctivement ce que fait le plus grand nombre et se fond dans un
mouvement collectif sans exercer son esprit critique ni seulement faire preuve de l'intelligence
qu'on peut espérer d'un être humain sinon d'un mouton.

nous sommes et serons tous les cobayes de quelques uns, de quelque chose, c'est ça la pseudo démocratie


2.Posté par VIRGILE le 29/09/2012 22:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est-il utile de préciser que le monopole des OGM (Monsantos, etc.) est tenu par des industriels et financiers juifs ? Ceci explique cela car le Talmud de Babylone enseigne à tous les rabbins: "Que le meilleur des goïm soit tué".

L'emprise et la spéculation juive sur les semences, les denrées, l'eau, etc. sont conformes au Plan d’asservissement des goïm et selon le Protocole des Sages de Sion. Il ne fait aucun doute que ses 24 chapitres sont actuellement appliqués à la lettre par ces fanatiques du NWO talmudo-sionistes.

3.Posté par Saber le 29/09/2012 22:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qui veut vous faire manger des OGM?
Publié le 13 Septembre 2012 by Phloem

Récemment, une initiative aux USA, essaie de rendre obligatoire étiquetage des produits contenant des OGM. Une coalition ayant pour but l’abandon de cette initiative s’est créée et elle vient de récupérer 25 millions de dollars de dons de la part d’entreprises. Cela permet de voir enfin qui veut vous faire manger des OGM. La plupart de ces entreprises sont des multinationales qui font du commerce en France également et il y a fort à parier qu’elles font du lobbying de ce côté-ci aussi de l’Atlantique. Pour certaines on s’y attendait, pour d’autres, c’est plus surprenant.

Voici, à partir de ce site, la traduction de la liste des entreprises qui font du lobbying pour bloquer l’étiquetage des OGM:

•Monsanto: 4.208.000 $

Monsanto est le leader mondial des semences, responsable des pesticides dangereux comme le DDT et l’agent Orange. La société fait actuellement pression pour l’approbation d’une nouvelle variété de maïs qui résiste au 2,4-D, l’un des deux défoliants de la famille de l’agent orange. (L’autre pesticide de cette famille…)

• DuPont: 4.025.200 dollars
DuPont, firme qui fait essentiellement dans la chimie, gagne 19 millions de dollars chaque année à partir des ventes liées à ses semences génétiquement modifiées, les pesticides et les produits chimiques de transformation des aliments.• Bayer CropScience: 1.618.400 $• Dow Agrosciences: 1.184.800 $• BASF: 1.642.300 $
Leader mondial de l’industrie chimique, BASF a récemment abandonné ses tentatives de commercialisation de cultures d’OGM en Europe, où les OGM sont rejeté de l’alimentation, en grande partie grâce aux consommateurs. BASF a déménagé son usine de la division science de l’Allemagne à Raleigh, en Caroline du Nord. Là, la société travaille avec Monsanto pour développer un maïs résistant à la sécheresse et une souche de blé génétiquement modifié.

• Syngenta: 821.300 $

• Conseil de l’information en biotechnologie: $ 375,000 et l’Organisation des Industries des Biotechnologies: 250,000 $
Les deux là sont des groupes qui représentent DuPont, Monsanto, Dow, et d’autres sociétés qui fabriquent les pesticides et les semences génétiquement modifiées destinées à les supporter.

• Grocery Manufacturers Association: $ 375,000
Il s’agit d’un groupe professionnel représentant les fabricants d’emballages alimentaires . Ce groupe a exercé des pressions pour mettre à bas un amendement à la sécurité alimentaire et la Loi sur la modernisation en 2011 qui aurait interdit aux USA, la substance chimique hormonoperturbantes bisphénol A, dans les aliments en conserve.

Maintenant, les entreprises alimentaires…Ironiquement, beaucoup de ces mêmes sociétés ont acheté des marques bio dans les dernières décennies, alors, qu’en parallèle, elles maintiennent les clients dans l’ignorance de la composition de leurs produits “classiques”. Cela doit sonner comme un avertissement : Tous les “bio” ne se valent pas.

• Pepsico: 1.716.300 $
Le vendeur du Pepsi Cola, entre autres…

• Nestlé: 1.169.400 $
Possède “Tribu Méditerranéenne Foods”, qui a une ligne de houmous certifiés biologiques, mais s’il n’y avait que ça….

• Coca-Cola: 1.164.400 $
Possède Odwalla, qui fabrique une ligne de smoothies et jus certifiés biologiques, mais s’il n’y avait que ça….

• ConAgra Foods: 1.076.700 $

• Kellogg: 632.500 $
Possède Morningstar Farms, burgers végétariens, et Kashi, sa marque de céréale et graine, a récemment été prise en flagrant délit d’utilisation d’ingrédients OGM dans des produits annoncés comme «naturels»; Kashi fait des céréales certifiées biologiques et Kellogg travaille même à faire étiqueter tous les produits Kashi de la mention “Vérifié sans OGM” alors même qu’il tente de démolir ce même étiquetage.

• General Mills: 519,401.17 $
Propriétaire de Cascadian Farms et Muir Glen, marques bio. En France, c’est Géant Vert, Old El Paso, Haagen-Dazs, ou les céréales pour petit-déjeuner Jordan’s.

• Hershey: 395.100 $

• J.M. Smucker: 388,000$
Vend deux types de beurre d’arachide certifié biologiques.

• Hormel Foods: 374.300 $

• Ocean Spray: 301,553.21 $
En France, c’est une boisson aux cranberry.

• Dean Foods: 253.950 $
Même si elle ne dépense pas autant que d’autres entreprises pour contrer le projet de loi, Dean Foods possède les deux plus grandes entreprises laitières bio des USA, Horizon Organic et Alta Dena.

• Cargill: 202,229.36 $
En France, Cargill produit pour l’industrie : des intrants agricoles, des sous produit de poulet, du chocolat. Difficile de le cerner avec exactitude.

Un certain nombre d’autres grandes entreprises alimentaires ont fait des dons plus modestes, y compris Del Monte, Sara Lee, Sunny Delight (Boisson sucrée aux arômes de fruits), Lacs Land O ‘, et les épices McCormick (Marques existant en l’état dans les rayons français d’épices de supermarché).
N’hésitez pas à leur faire savoir ce que vous en pensez et, puisque ce sont des entreprises qui croient plus aux lois du marchés qu’à la démocratie, évitez simplement d’acheter leurs produits et faites circuler cette information sur vos réseaux. Si vous avez du mal à faire le tri dans votre panier, on ne peux que vous encourager à aller dans des magasins qui auront fait un pré-tri en amont. Satoriz le fait, les Biocoop aussi, les magasin locaux aussi. Puisque ces gens comptent sur l’adaptation de nos libres comportements pour leur indiquer ce qu’ils doivent faire, sachons être libres de se passer d’eux.

Bon appétit.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires