Sciences et croyances

Étoile ratée ou court-circuit cosmique ?



Stephen Smith
Lundi 6 Avril 2015

Étoile ratée ou court-circuit cosmique ?

Galaxie M81 (NGC 3031, « Galaxie de Bode »).
Crédit image : © Don Scott The Holin A. Grotch Observatory
Agrandissement


The Thunderbolts Project, Stephen Smith, 31 mars 2015


    Les supernovae pourraient bien ne pas être ce que disent les astrophysiciens.


    Les supernovae de type 1a sont importantes en astronomie pour deux raisons : Leurs courbes de lumière – graphiques d’intensité lumineuse par rapport au temps – sont considérées comme si prévisibles, qu'elles peuvent servir d’étalons de mesure cosmique d’une précision théorique de 3,26 milliards d'années-lumière. Les mesures à d’aussi grandes distances peuvent être utiles pour déterminer le fameux « taux d'expansion » de l'Univers. D'autre part, les supernovae de type 2, comme SN1993J M81, fluctuent tellement en luminosité, qu'elles n’ont pas la même utilité. Leur nature transitoire interdit leur emploi en tant qu’« étalons de mesure ».


    En faisant des relevés « précis » du redshift de supernovae de type 1a à des distances cosmologiques, on a découvert que la vitesse d'expansion s’accélère. C’est en prenant en compte ce genre de données qu’a été envisagée pour la première fois la théorie de l’« énergie sombre ». Comme toute la matière de l'Univers (la totalité, avec la « matière noire », l’autre concept sombre) ne peut fournir une inertie suffisante pour provoquer cette dynamique, l'énergie sombre a été imaginée afin de compenser les 70% manquants. Comme la matière noire, l'énergie sombre n’est détectable par aucun instrument.


    De nombreux articles antérieurs de notre chronique Picture of the Day ont fait remarquer que les étoiles ne sont pas de simplistes boules de gaz ardents comprimées par la gravitation, elles sont faites de plasma. Un ou plusieurs électrons ayant été arrachés des atomes qui composent le plasma, il est chargé électriquement. Le plasma ne se comporte pas comme un gaz sous pression, il obéit aux lois de la physique des plasmas. Des expériences en laboratoire confirment qu’en circulant dans le plasma, l'électricité forme des domaines séparés par de minces parois appelées doubles couches, dont les faces ont des charges électriques opposées. Il s’agit de la « séparation de charge » très souvent mentionnée dans ces pages. Se pourrait-il que la séparation de charge soit la cause des explosions électriques connues sous le nom de supernovae ?


    La théorie de l'Univers électrique est d'accord avec l'astrophysique conventionnelle en ce qu'une supernova puisse être désignée sous le nom d’« explosion d’étoile ». Cependant, dans une étoile de plasma chargé électriquement, cette explosion est due au claquage des doubles couches. L’énergie qui alimente les étoiles provient de courants électriques externes qui traversent d’immenses circuits dans l'espace. Au lieu de « rebond sur le noyau » ou d’« accrétion de naine blanche », les supernovae sont l’effet d'un « disjoncteur » stellaire à l’endroit où l'énergie électromagnétique stockée dans le circuit s’est soudainement concentrée.


    Quand les doubles couches d'une étoile explosent, l'énergie électrique de l’immense circuit stellaire auquel elle est connectée afflue dans l'explosion. Le rayonnement de la supernova résultante couvre l'ensemble du spectre électromagnétique, du bruit radio aux rayons gamma. L’attribut inexpliqué d’étalon lumineux standard des supernovae de type 1a a enfin une explication plausible en termes d'environnement stellaire électrique, plutôt que d’invraisemblable effondrement soudain d'étoile.


    Puisque les étoiles peuvent être considérées comme des foyers de l’immense énergie des galaxies dans lesquelles elles vivent, leur activité ne peut dépendre de la masse ou constitution élémentaire particulières qu’elles possèdent. N’étant pas du tout des objets alimentés de l'intérieur,  ce sont plutôt des corps formés par les forces électromagnétiques à l’endroit où de gigantesques filaments de plasma ont comprimé la matière dans ce qu'on appelle un « Z-pinch » [striction longitudinale électromagnétique]. C’est ainsi que naissent les étoiles et c’est là que les graines de supernovae sont plantées.



Original : https://www.thunderbolts.info/wp/2015/03/30/failed-star-or-cosmic-short-circuit-2/
Traduction Petrus Lombard



Dernier article apparenté traduit

Le plasma primordial : Gaz chaud ou flux de particules chargées ?




Lundi 6 Avril 2015


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires