Proche et Moyen-Orient

État islamique : Le vent divin ou la dernière Chevauchée des Walkyries.


Ce torrent sanguinaire que chevauchent aujourd’hui les Valkyries assassines de l’État islamique n'est rien d'autre que le vacarme d'un aspirateur des larmes des opprimés. Ces larmes, une fois extirpées dans la douleur et le déchirement, se retournent de sitôt en boulets de canon semant la mort et la destruction sur leur passage. Signe d'un Dieu vengeur mécontent ou d'un d'ordre naturel bouleversé ? Et si c'est les deux, c'est que le vent divin emporte la dernière Chevauchée des Walkyries.


Cide
Mercredi 6 Janvier 2016

État islamique :  Le vent divin  ou  la dernière Chevauchée des Walkyries.
Les combattants de l’État islamique ne livrent pas une guerre classique. Ni dans le fond, ni dans la forme. Et bien qu'ils comptent parmi les leurs les meilleurs stratèges au monde- ces généraux de Sadam Hussein qui, pour certains, ont participé à trois guerres « mondiales »-leur modus operandi guerrier reste cependant majoritairement d'ordre mystique, inaccessible et difficile à saisir pour tout esprit rationnel.

En fait les soldats de l’État islamique chevauchent le vent divin voguant d'un champs de bataille à l'autre. Rien d’étonnant donc de les voir perdre régulièrement du moment qu'ils se fixent quelques parts. De Kobane jusqu'à Ramadi en passant par Tekrit ou Alep, l’État islamique perd en effet du terrain dès qu'il combat en armée classique.

Or ce paradoxe représente sa vraie force, en réalité. Car il n y a pas de doute que, sorti aujourd’hui de Ramadi, il s'en prendra de sitôt avec encore plus de véhémence et de vigueur aux autres contrées irakiennes avoisinantes.

Dans la mesure qu'il se trouve inexorablement acculé à attaquer là où on l'attend le moins. Lui permettant ainsi de recréer ce vent divin qui le porte avec tant de réussite et qui, en fait, lui est indispensable pour vaincre.

La seule question légitime qui se pose alors est comment le priver de ce bourrasque sur lequel ses combattants chevauchent telles les Valkyries du dieu Odin ?

La réponse est certes vaste et multiforme. Et pour cause elle varie de ce qui est interne à chaque société à ce qui est international et autour duquel tout le monde doit se retrouver maintenant en toute urgence afin d’espérer pouvoir éviter encore le pire.

Ce pire qui, malheureusement, n'est plus incertain, à savoir lancer l’Humanité dans une guerre totale et destructrice. Qui, d'ailleurs, vers laquelle poussent désormais certains esprits avec beaucoup de maestria et réussite.

Or, pour ce qui est interne, il faut renouer en toute hâte avec la justice sociale. En tout et pour tous. Car il est désormais certain que tout laissé-pour-compte est un futur projectile qui sera aspiré puis lancé mortellement contre sa Société d’origine par ce grand aspirateur universel qu'est l’extrémisme quelque soit par ailleurs sa nature, nationaliste et communiste hier ou identitaire et islamiste aujourd’hui. Extrémisme qui, dans les deux cas, est le syndrome de la même fièvre socioculturelle, économique et politique.


Quant à ce qui est externe, il faut rendre urgemment aux populations sunnites de l'Irak et de la Syrie leurs droits. Ces derniers sont en réalité les vrais sorciers de l'Organisation. Ils l'orientent tout comme elle les commande. Et dans un échange de procédé, ils usent de cette formule gagnante que seuls les disciples de Baghdadi ont su mettre en pratique avec une si surprenante efficacité.

Puis rendre justice au peuple palestinien. Le casus-belli permanent. Détonateur premier de toutes les crispations mondiales. Sans résolution de ce conflit, aucune paix réelle ne s'installera en effet durablement. Vient enfin les causes directes, les grandes usines d’extrémisme.

Ces dictatures inhumaines et barbares qui, sur un demi-siècle, ont piétiné et nié l'humain, ses droites et ses espérances.
Autant dire que c'est un vaste programme, en somme, pour toutes les bonnes volontés qui rechignent encore à s'engager sur les grands sentiers de la perdition.


En vérité ce torrent sanguinaire que chevauchent aujourd’hui les Valkyries assassines de l’État islamique n'est rien d'autre que le fracassant vacarme d'un universel aspirateur des larmes des opprimés.
Ces larmes, une fois extirpées dans la douleur et le déchirement, se retournent de sitôt en boulets de canon semant la mort et la destruction sur leur passage.
Signe d'un Dieu vengeur mécontent ou d'un d'ordre naturel bouleversé ? Et si c'est les deux, c'est que le vent divin emporte la dernière chevauchée des Walkyries. D’où l’extrême gravité de la situation.
 


Mercredi 6 Janvier 2016


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires