Analyse et décryptage

Espagne : le roi est mort, vive le roi!


Dans la même rubrique:
< >

Dans la planète Football, un régicide a bel et bien eu lieu achevant ainsi un roi par ses propres armes et tout cela au moment même où un autre bourbon se prépare à se faire introniser à Madrid. Et comme on dit souvent en pareilles occasions : un roi est mort, vive le roi.


Cide
Jeudi 19 Juin 2014

Espagne : le roi est mort, vive le roi!
En ce temps de réjouissance festive ibérique, il est indispensable de rappeler que la bien décence impose un peu de retenue. Certes, le prince d’Asturies, futur Philippe VI, succède à son père, juan Carlos, dans des heureuses circonstances. Il n’empêche. Un roi, un grand, est mort. Un roi qui a régné longtemps sans partage sur le football mondial : sa majesté la Rojas.
Et s’il est incontestable que ce roi qui abdique aujourd’hui a été extrêmement décisif quant à l’instauration de la démocratie et l’Etat de droit en Espagne, force est de reconnaître cependant que les victoires successives durant la dernière décennie de la Rojas ont été eux d’un grand secours quant à l’unité nationale espagnole.
Et ce dans une période où les velléités séparatistes régionales fusent de tout part. En fait, hormis cette équipe nationale, rien, je dis bien rien, ne fait l’unanimité outre-Pyrénées.
Autant dire que le futur monarque jouera, lui, tout simplement, l’avenir de ce royaume tel que nous l’avons connu depuis plusieurs siècles.
Tactiquement, le naufrage de la Rojas, véritable Armada de nos temps modernes, s’explique aisément par l’humiliation infligée par les Pays-Bas. C’est donc logiquement, une grande nation maritime, la Hollande, qui est venue à bout de la tactique navale ibérique, la première de son genre en Football.
Tactique que l’Espagne a su mettre en place pour contrer des adversaires dépassés, buvant souvent stupéfaits la tasse sans se rendre compte qu’ils ont été entrainés malgré eux sur une mer verte dans laquelle chaque joueur espagnole se transforme en galion formant avec ses coéquipiers une flotte belliqueuse et entreprenante.
Sommes-nous pour autant devant un nouveau siècle d’or néerlandais, comparable à celui accompli par la marine hollandaise durant le 16 eme siècle ? Trop tôt pour en juger.

Quoi qu’il en soit, dans la planète Football, un régicide a bel et bien eu lieu achevant ainsi un roi par ses propres armes et tout cela au moment même où un autre bourbon se prépare à se faire introniser à Madrid. Et comme on dit souvent en pareilles occasions : un roi est mort, vive le roi.


Cide


Jeudi 19 Juin 2014


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires