EUROPE

Espagne - "Indignés" en révolte : programme et effet électoral



Samedi 21 Mai 2011

MADRID, samedi 21 mai 2011 (LatinReporters.com) - Entre 60.000 et 100.000 "indignés" en révolte contre la crise, dont 25.000 à Madrid, entraient avec ferveur dans l'illégalité dans des dizaines de villes d'Espagne dès les premières minutes de ce samedi, bravant l'interdiction de réunion et de manifestation lors de la journée dite de réflexion précédant les élections municipales et régionales du dimanche 22 mai. Quelle sera l'influence électorale de ces contestataires de dizaines de mouvements qui tentent d'élaborer un programme commun?

Manifestants dans la nuit du 20 au 21 mai 2011 à la Puerta del Sol, place emblématique du centre de Madrid où les "indignés" ont établi leur campement principal. - Euronews

Ce programme, débattu sur l'asphalte de l'emblématique Puerta del Sol madrilène, transformée en campement au lendemain de la manifestation initiale du 15 mai, est encore en pleine élaboration. Il devrait tracer les axes d'une réforme globale d'un système politique et économique dont la faillite se traduit en Espagne par 4,9 millions de chômeurs, soit 21,19% de la population active. Ce taux grimpe à près de 45% parmi les jeunes de moins de 25 ans.

Democracia Real Ya ! (Une vraie démocratie, maintenant !), Spanish Revolution (Révolution espagnole), Juventud sin Futuro (Jeunesse sans avenir), Toma la Plaza (Prends la place) et les multiples autres plates-formes revendicatives qui mobilisent jeunes et moins jeunes via les réseaux sociaux du web semblent déjà d'accord sur des mesures qui pourraient être intégrées dans un programme commun des "indignés" :

  • Proclamation de la Troisième République. La monarchie espagnole devrait être abolie d'autorité ou pour le moins son sort devrait être soumis à référendum.
  • Fermeture immédiate des centrales nucléaires.
  • Récupération des entreprises publiques privatisées.
  • Nationalisation des banques secourues par des fonds publics.
  • Fermeture des fabriques d'armes et refus d'intervention dans tout scénario de guerre.
  • Adoption de la taxe Tobin sur les mouvements de capitaux.
  • Suppression et substitution de la Loi électorale, de la Loi sur les partis et de la Loi sur les étrangers.
  • Suppression de revenus viagers d'élus politiques; listes électorales ouvertes et débarrassées de candidats soupçonnés de corruption.
  • Référendum sur chaque loi essentielle débattue au Parlement.
  • Réforme fiscale favorisant les revenus les plus bas.
  • Séparation totale de l'Eglise et de l'Etat.
  • Dépolitisation de la justice.
  • Salaire minimum de 1.200 euros (près du double du salaire minimum actuel).

    Assemblée le 20 mai 2011 à la Puerta del Sol. (Photo Kadellar, licence de documentation libre GNU)

    Quoique les contestataires prônent l'abstention électorale par mépris de la particratie, nombre de ces mesures, y compris la restauration de la République, sont proposées depuis longtemps par les écolos-communistes de la Gauche unie. Ce parti avait recueilli 5,54% des suffrages aux élections municipales de 2007 et 3,8% aux législatives de 2008. La Gauche unie a soutenu ouvertement les révoltés, allant jusqu'à déclarer "ce sont les nôtres".

    En clôturant vendredi soir à Madrid la campagne électorale de son Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), le chef du gouvernement, José Luis Rodriguez Zapatero, a affirmé que les revendications des manifestants "ne nous font pas peur, elles nous engagent, elles nous obligent à offrir des réponses sociales".

    Des analystes se demandent si cette sympathie soudaine du leader socialiste pour des revendications habituelles de l'extrême-gauche l'éloignera davantage de l'électorat centriste, qui est la clef de toute victoire électorale en Espagne. Les sondages prédisent un triomphe du Parti populaire (PP, droite) de Mariano Rajoy au scrutin municipal et régional de dimanche, lui attribuant jusqu'à 44% des voix, contre 36% aux mêmes élections en 2007. Les mesures extrêmes proposées par les "indignés" amplifieront-elles ou non ce triomphe?

    La durée et la sévérité de la crise économique en Espagne valent aux manifestants une large sympathie. Mais l'élaboration d'un programme communisant maintes fois rejeté par les urnes n'est peut-être pas la solution souhaitée par la majorité des Espagnols. En outre, la comparaison de l'Espagne, dans les médias internationaux, avec les dictatures arabes agitées elles aussi par des mouvements de contestation a suscité à Madrid des commentaires irrités.

    Lundi, lorsque seront soupesés les résultats électoraux, les analystes devront nécessairement évaluer le poids réel de 100.000 "indignés" en révolte face aux huit, neuf ou dix millions de votes d'une droite probablement victorieuse. Si elle survit à cet examen, la Spanish Revolution sera alors plus qu'un spectacle médiatique.
  • Manifestants le 17 mai 2011 à Valladolid. (Photo Rastrajo, licence de documentation libre GNU)
    Manifestants le 17 mai 2011 à Valladolid. (Photo Rastrajo, licence de documentation libre GNU)


    Samedi 21 Mai 2011


    Commentaires

    1.Posté par tenez bon! le 21/05/2011 21:10 | Alerter
    Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
    Annuler

    "Je suis Espagnole. J'habite à Gérone. J'ai 52 ans et je suis professeur. Je suis tout à fait pour ce mouvement de protestation en Espagne. Le motif de mon indignation est le manque de respect de la classe politique espagnole envers les citoyens. Ces hommes politiques ne voient que leur petit monde, sans écouter, même pendant ces jours-ci, le cri des milliers de personnes qui protestent contre la perte de notre pouvoir d'achat, des droits sociaux, contre le chômage de près de 5 millions de personnes, contre la corruption des hommes politiques. (...)"
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/05/21/en-espagne-le-mouvement-du-15-mai-est-une-contestation-de-fond-de-la-societe_1525623_3214.html

    Les «Indignés» espagnols tiennent bon, le mouvement de contestation s’amplifie
    | Les «campeurs» de Madrid maintiennent leur protestation. En dépit de l’interdiction légale à la veille des élections de dimanche
    http://www.tdg.ch/indignes-espagnols-tiennent-bon-mouvement-contestation-amplifie-2011-05-20

    2.Posté par Madame Marie Adélaïde Duglan le 22/05/2011 09:54 | Alerter
    Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
    Annuler

    L'étincelle Européenne viendra peut-être d'Espagne? ...
    Nous en serons plus quand nous analyserons le taux d'abstention, de blanc et de nul...
    A mois d'un ans des présidentielles en France, le souffle de nos amis espagnoles est du grand intérêt.

    3.Posté par hmadoun le 22/05/2011 16:20 | Alerter
    Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
    Annuler

    C'est parti !
    La destruction des Etats européens a commencé...la désintégration de l'Espagne est inévitable. Emergera une nouvelle Europe avec de nouveaux pays, plus aucun Etat ne résistera à cette marche irrésistible du nouvel ordre mondial ! Chercher sur le net, vous y trouverez les cartes!

    Nouveau commentaire :

    Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


    Publicité

    Brèves



    Commentaires