ALTER INFO

Erdogan, le Sioniste


Dans la même rubrique:
< >


Jeudi 23 Février 2017

L'implication du premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan dans le service des intérêts américano-israélien dans la région se dévoile jour après jour. Des rapports parus dans la presse turque affirment la présence d'une complicité entre Erdogan et son parti d'une part, et le lobby sioniste et l'administration américaine de l'autre. Personne ne doute que cette relation vise à dessiner une nouvelle carte du Moyen-Orient.  
Le journal "Idilink" a rapporté que le comité juif américain, connu pour ses liens intimes avec l'organisation JINSA (l'Institut Juif pour les Affaires de Sécurité National) a donné à Erdogan le prix du "Courage juif", durant sa visite à Washington en 2004. Cette organisation considérée comme un pont de liaison entre le ministère américain de Défense et "Israël", sert de centre de défense en faveur d'"Israël" aux États-Unis. Dans le même cadre, le journal turc "Milliyet" a souligné la présence de liens entre le Parti de la justice et du développement turc, présidé par Erdogan, et le groupe religieux pro-américain de "Fethullah Gulen".
Avant Erdogan, le président turc Abdullah Gul, et le chef de l'armée "Tchwek Bera", arrêté pour la tentative de coup d'état de 28 février, dont Erdogan était le plus grand bénéficiaire, ont reçu le même prix. Les analystes indiquent que ce genre de prix n'est donné qu'à des personnes ayant présenté des services nets et clairs à l'entité sioniste et ayant contribué à protéger les intérêts sionistes de par le monde.
Des nouvelles informations dans la presse turque révèlent que le renversement du régime laïc en Turquie et l'avènement au pouvoir du "Parti de la justice et développement" en 2004, ont été accompli sous une bénédiction sioniste américaine. En effet, le lobby sioniste et l'administration américaine ont perçu dans la personnalité d'Erdogan et dans la structure de son parti des composantes indispensables pour poursuivre leur nouveau projet colonial dans la région.
Le premier ministre turc a essayé de camoufler ces faits en prononçant des discours agressifs à l'égard de l'entité sioniste lors du meurtre des neufs citoyens turcs dans l'attaque menée par les forces de l'occupation contre la flottille de la liberté en direction de Gaza en 2010, selon "Idilink". Pourtant, les analystes ont qualifié le discours d'Erdogan de "spectacle médiatique". Il a attaqué les États-Unis et l'entité sioniste, sous consentement préalable des deux parties, en vue de gagner la confiance des peuples de la région. Ces peuples le considèrent comme un héros qui mérite le respect quiconque manifeste l'hostilité à l'égard d’"Israël" et de ses alliés américains fidèles.
Selon le média turc, l'écrivain "Nassouhi Qonor" a évoqué dans son livre "le mouvement innovateur" des réunions officielles tenues entre Tchwek Bera et Erdogan, qui était le Maire d'Istanbul à cette période. Ces réunions se sont répétées après la retraite de Bera. Il faut noter que leur dernière réunion a été tenue aux États-Unis, et que le Comité juif américain les a reçus. Ainsi, on conclut que l'avènement du "Parti de la Justice et du Développement" au pouvoir et d'Erdogan à la tête de la Turquie, étaient préparés à l'avance, conformément à un plan mis par les États-Unis et ratifié par "Israël".
Le quotidien "Milliyet" a ajouté que le "Parti de la justice et du développement" reçoit un soutien médiatique et politique de la part de Fathallah Gulen et ses partisans. Selon un article de l'écrivain "Yelmaz" paru dans le quotidien turc "Yort", les États-Unis ont reçu M. Gulen et lui ont permis de construire une école islamique dans la ville de Tucson en Arizona, où se situe la plus grande base aérienne américaine. Ainsi, une question se pose sur la probabilité de construire des écoles pareilles dans les bases militaires hors des États-Unis comme en Afghanistan, en Turquie et en Iraq. Ensuite, M. Gul a été déclaré innocent, par le gouvernement d'Erdogan en 2008, de l'accusation d’avoir lancé un coup d'état contre le gouvernement laïc, qui lui a été adressée en 1997.
Le quotidien affirme que le mouvement de Gulen a soutenu le gouvernement d'Erdogan par sa propagande médiatique et sa petite armée. Le mouvement a affiché un soutien public à Erdogan, et a œuvré à liquider leurs ennemis communs, facilitant ainsi les affaires du Parti de Justice et de Développement. De même, les informations dévoilées par le journal ont indiqué que Gulen était derrière les arrestations des officiers retraités, des journalistes, des grandes personnalités et savants turcs, démontrant que le groupe de Gulen tentait de devenir une force politique pesante en Turquie, dans les centres sécuritaires et les institutions spatiales.
Les analystes considèrent que le gouvernement d'Erdogan s'accorde avec M Gulen sur l'utilisation de l'Islam politique. Le recours à cette méthode a multiplié le pouvoir du groupe dans les tribunaux turcs, et dans les centre de la police et de renseignements, en vue de liquider les opposants, et de transformer la Turquie en un État islamique conservateur. Le quotidien "Milliyet" a pour sa part mis en garde contre des telles méthodes dans ses analyses et critiques, sous le prétexte que l'agenda de Gulen brise la crédibilité du gouvernement turc et sabote ses efforts visant à devenir une force régionale dans la région.
Par conséquent, le rôle d'Erdogan dans les évènements survenant sur la scène régionale révèle qu'il a eu recours à l'Islam politique et aux slogans de la démocratie et de la justice pour renforcer le statut de son parti, et qu'il a gagné la satisfaction américaine et israélienne. Ces deux derniers ont réussi à utiliser la carte des Islamistes en Turquie pour servir leurs intérêts, pavant ainsi la voie pour redistribuer cette carte dans les autres pays de la région qu'ils essaient de contrôler et d'exploiter.


Source : SANA
avril 2012


Jeudi 23 Février 2017


Commentaires

1.Posté par Olivier le 24/02/2017 23:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous avez pas honte ALTER INFO de diffuser ce genre de mensonge ? Vous parler de chose qui ce sont passer en 2004 quand recep tayyip Erdogan été premier ministre , quand il ete obliger de fair ce genre de sacrifice pour accéder au pouvoir !

2.Posté par YYY le 26/02/2017 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le croyant ne peut s'égarer, la Q'aba est carré tout comme l' Islam.
Voilà la juste métaphore de la Pyramide. Le monde de l'invisible ( notamment le fief de shitan ) est le monde qu' atteignent toutes les gnoses et cela leur laisse imaginer qu'atteindre le sommet d'une pyramide leur ouvrira les portes du Savoir à savoir l'immortalité, première erreur d'Adam et Eve. Shitan est le maître de toutes les sectes, il est perché sur le pique le plus haut de la pyramide la plus haute, son espace est réduit. Il a besoin de ses suppôts et de taghuts pour corrompre l'humanité et les jinns.
Voilà pourquoi le Musulman est par la grâce d'Allah dirigé vers la qabla vers beit Allah bien carré. Et non vers la qabala vers la pyramide pointu qui enfonce de sa pointe dans l' âme.
Manifestement la Turquie est dirigée par des taghuts qui trahissent l' Islam donc Allah.
Les illuminatis, les francs maçons, les chiites, les wahhabites, les salafistes....les souffistes gnosés, en terme général ne sont que des minis Pharaons suppôts de Shitan

http://www.syti.net/Organisations/Illuminati.html

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires