MONDE

Environ 200 militaires turcs devant la justice pour tentative de coup d'Etat



Vendredi 17 Décembre 2010

Environ 200 militaires turcs devant la justice pour tentative de coup d'Etat
Le procès historique d'environ 200 militaires turcs, dont des hauts gradés, accusés d'avoir préparé un coup d'Etat
pour renverser le gouvernement, s'est ouvert jeudi près d'Istanbul en présence des principaux accusés.
  
Ce procès constitue la menace la plus directe jamais portée contre l'armée turque.
  Un juge a procédé dans la matinée à la vérification des identités des 196 accusés, qui comparaissent tous libres.
 
  Des dizaines de journalistes suivent ce procès qui promet d'être long, dans un tribunal aménagé dans un centre pénitentiaire de Silivri, près d'Istanbul.

   Parmi les principaux accusés présents à l'audience figurent l'ancien général Cetin Dogan, soupçonné être le "cerveau" de ce plan de déstabilisation du pouvoir intitulé "Opération masse de forgeron", et les anciens chefs de la marine et de l'armée de l'air, Ozden Ornek et Ibrahim Firtina.

   S'exprimant à l'extérieur du tribunal, Dogan a affirmé que cette affaire n'avait pas de "base légitime". "Tôt ou tard, la justice l'emportera... Mais plus cela prendra de temps, plus lourdes seront les conséquences pour ceux qui ont fabriqué" des preuves, a-t-il ajouté.
 
  Les suspects, dont des officiers supérieurs d'active, encourent 15 à 20 ans de prison pour "tentative de renversement du gouvernement ou utilisation de la force et de la violence pour l'empêcher d'accomplir ses fonctions".

L'acte d'accusation reproche aux suspects d'avoir fomenté en 2003 une série d'actes de déstabilisation, allant d'attentats contre des mosquées au crash d'un avion de combat turc lors d'un accrochage avec la chasse grecque, pour créer un climat de chaos favorable à un putsch.
  
L'ex-général Dogan, qui commandait au moment des faits la Première armée basée à Istanbul, a démenti ces accusations, affirmant que les documents saisis par la justice provenaient d'un séminaire et n'étaient qu'un scénario parmi d'autres, décrivant une situation fictive de tension pour évaluer les meilleures façons de réagir à une telle crise.
 
Le procès suscite la polémique car il intervient alors que plusieurs centaines de personnes ont déjà été inculpées ces deux dernières années dans le cadre de diverses enquêtes sur des complots supposés visant le gouvernement.
  
Les milieux proches de l'AKP voient dans cette procédure une avancée majeure vers la démocratisation de la Turquie et le respect de l'Etat de droit par l'armée. Celle-ci a en effet déjà renversé quatre gouvernements depuis 1960.
 
Les cercles pro-laïcité voient en revanche dans ce procès et les autres accusations de complots des moyens de pression du gouvernement pour réduire au silence l'opposition et "pouvoir poursuivre un agenda caché d'islamisation rampante du pays".


Vendredi 17 Décembre 2010


Commentaires

1.Posté par Wise le 17/12/2010 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La reprise de Constantinople est en cours...

2.Posté par cass. le 17/12/2010 15:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mais c'est très bien ça

3.Posté par Le Réfractaire le 18/12/2010 01:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Turquie est en train de se désioniser à coup de chimiothérapie. Elle lutte enfin efficacement contre le fléau de la corruption et éradique à gand coup de balai les marionnettes pro USA/Israël. Elle veut retrouver sa grandeur d'antan.
Une vrai démocratie se profil à vue...

4.Posté par sonia le 18/12/2010 21:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ces officiers sont soit, des traitres à leur nation à la solde des sionistes, soit de bons nationalistes qu'on veut mettre à l'ombre pour que la Turquie soit de plus en plus pour l'Occident et Israèl. Les sionistes sont tellement retords et sont infiltrés partout, qu'on ne sait jamais quels coups ils préparent.

5.Posté par Le Réfractaire le 19/12/2010 02:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Sonia
Ils sont pourris jusqu'à la moelle.
Ils ont fichés chaque officier par rapport à ses croyances. Ils ont écartés arbitrairement les officiers qui pratiquaient l'islam. Ils sont allés jusqu'à vérifier si leurs mères ou leurs femmes portaient le foulard; si leurs pères faisaient la prière... pour ensuite les virés sans ménagement.
Le putsch des Généraux est une tradition en Turquie, dés qu'un gouvernement d'orientation islamique se profil.
Ces leurs ancêtres officiers; de conviction identique à ceux la qui ont pendu un président (avec 2 de ces ministres) élue pourtant au suffrage universel.
Les généraux sont totalement coupés de la masse populaire, ils vivent un autre temps. Un temps révolu.
Ils ont des privilèges qu'ils ne veulent absolument pas perdre. Jusqu'à présent ils pouvaient implicitement défaire n'importe quel gouvernement d'une façon ou d'une autre...

6.Posté par Le Réfractaire le 19/12/2010 02:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et voici l'acte d'accusation une série de projet d'actes violents.
Des attentats contre des mosquées,
Des assassinats de personnalités public de touts bords et même un accrochage avec l'armée grecque. Tout cela ayant pour but de provoquer le chaos en Turquie et déstabiliser le pouvoir en place.
Les accusés, des militaires en activité ou à la retraite, expliquent que les documents saisis par la justice et tentant à prouver leurs mauvaises intentions, n'étaient en fait que des scénarios d'entrainement pour l'armée, en aucun cas de réelles tentatives de déstabilisation.
Les cercles laïques voient, en effet, dans ce procès une tentative du gouvernement de réduire au silence l'opposition et de poursuivre un agenda caché d'islamisation du pays.
A savoir que :« la Constitution turque est issue d’un coup d’Etat datant de 1980 » et qu’ « en 50 ans, l’armée a renversé trois gouvernements »




Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires