MONDE

Egypte: Grève générale, des fusils de sniper en provenance d’« Israël »


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 19 Avril 2018 - 13:06 Le trio de l’apocalypse



Al Manar
Lundi 31 Janvier 2011

Egypte: Grève générale, des fusils de sniper en provenance d’« Israël »
Au septième jour de révolte populaire qui a fait au moins 125 morts et des milliers de blessés, le gouvernement du président égyptien a ordonné à la police de retourner dans les rues du pays, subitement désertées vendredi.
 
Dans ce contexte, un officier égyptien à la retraite a révélé, dimanche soir, à la chaine AlJazeera, avoir des informations selon lesquelles plusieurs avions israéliens équipés d’armes auraient atterri à l’aéroport du Caire.  Selon cet officier, il s’agit notamment des fusils de sniper destinés à liquider les chefs des manifestations.
 
GREVE CE LUNDI ET UNE MARCHE MONSTRE MARDI
 
Bien que la mobilisation ne faiblisse pas, et que le couvre-feu en vigueur ait été prolongé d'une heure, les manifestants qui ont appelé à une grève générale ce lundi, ont appelé à une marche monstre, mardi, regroupant plus d’un million d’Egyptiens.
 
BARADEI PROMET UNE ERE NOUVELLE ET CRITIQUE WASHINGTON

Face à tous ces développements, Hosni Moubarak, s’accroche toujours au pouvoir comme si de rien n’était.
 
Dans une déclaration lue à la télévision dimanche soir, Moubarak, 82 ans, a réclamé "de nouvelles mesures, durables, pour plus de réformes politiques, constitutionnelles et législatives par le dialogue avec toutes les parties". Il a également appelé son nouveau gouvernement à "rétablir la confiance" dans l'économie et à "lutter de manière décisive contre toutes les formes de corruption".
 
BARADEI PROMET UNE ERE NOUVELLE ET CRITIQUE WASHINGTON
 
En revanche Mohamed ElBaradei, désigné dimanche par l'opposition pour "négocier" avec le régime, est allé au-devant des manifestants au Caire en promettant "une ère nouvelle".  
 
Pour M. ElBaradei, qui s'adressait par haut-parleur aux milliers de manifestants réunis place Tahrir, dans le centre-ville, le pays est "au début d'une ère nouvelle". "Je vous demande de patienter, le changement arrive", a-t-il déclaré aux manifestants qui scandaient : "Le peuple veut la chute du président !".

"En appelant à une démocratisation en Egypte tout en continuant de soutenir le président Moubarak, les Etats-Unis perdent leur crédibilité", a en outre dénoncé sur CBS ElBaradei.

Cernée par les chars, la place Tahrir vit depuis mardi au rythme d'une contestation sans pareil depuis l'arrivée de Moubarak en 1981. Sur le sol, les manifestants ont peint en énormes caractères : "Va-t-en, espèce de lâche, agent des Américains !".
 
Il est à noter que la chaîne satellitaire al-Jazira a été interdite dimanche en Egypte, une "violation du droit à l'information", a déploré Human Rights Watch.
 
LA CREDIBILITE DE WASHINGTON EN QUESTION
 
S’agissant des réactions internationales, la crédibilité des occidentaux et notamment de Washington, qui ne cesse de donner des leçons dans la démocratie, était en question.

 
Le président américain Barack Obama s’est contenté d’appeler, dimanche, à un changement au sein du régime et non pas au changement du régime comme le réclament la majorité du peuple égyptien.
 
Il a notamment évoqué une "transition vers un gouvernement répondant aux aspirations" des Egyptiens.
 
La secrétaire d'Etat Hillary Clinton a toutefois assuré qu'il n'était pas question de suspendre l'aide à l'Egypte, principal allié des Etats-Unis dans le monde arabe.
 
Or, le chercheur américain Jon Alterman, a affirmé que "les Etats-Unis ne peuvent pas faire grand-chose". Washington marche sur la corde raide "pour ne pas abandonner un allié de 30 ans, sans tourner le dos à la rue et aux exigences légitimes des manifestants", résume cet expert du Centre d'études stratégiques et internationales (CSIS).
 
Stephen Cook, un analyste du Conseil des affaires étrangères (CFR) qui a suivi les événements sur place au Caire, souligne par ailleurs l'indifférence de la rue égyptienne envers la position de Washington dont "les appels aux réformes paraissent complètement dépassés".

La révolte, entamée le 25 janvier, 11 jours après la fuite de l'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali sous la pression de la rue, continuait à susciter l'inquiétude.
 
Washington se prépare ainsi à évacuer d'Egypte dès lundi des milliers de ressortissants par vols charters organisés par le gouvernement, a déclaré dimanche un haut responsable à Washington. Ottawa a annoncé également que des vols seraient affrétés pour évacuer les Canadiens d'Egypte.
 
Le groupe français de matériaux de constructions Lafarge a décidé d'évacuer une centaine de personnes et la banque Crédit Agricole organisait le retour des familles de ses employés.


Lundi 31 Janvier 2011


Commentaires

1.Posté par Ahl ul bayt le 31/01/2011 16:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'histoire se répète, les hommes n'apprennent rien du passé...

Lhistoire de l'Egypte du passé avec leur dirigeant tyrannique (Pharaon) sur le peuple (enfants d'Israël) se reproduit de nos jours sous nos yeux...

Pharaons des temps modernes (sionistes et Moubarak) et son peuple oppressé.


2.Posté par Intellecterroriste le 31/01/2011 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'énorme problème de l'Egypte, c'est le canal de Suez, et sa frontière commune avec l'Israël!

L'un veut garder le contrôle du canal, l'autre le contrôle de sa frontière, mais piquerait bien le contrôle du canal aux USA...

Un beau bordel en perspective, car les USA ne sont pas connus pour leur défense de la "démocratie" quand leurs intérêts sont en jeu...

3.Posté par COLBERT le 01/02/2011 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'Egypte represente un énorme enjeux stratégique, politique et économique. Les USA s'affairent d'ores et déjà a préparé la mise en place d'un gouvernement lui permettant ainsi de garder la main sur le pays.

Un constat étonnant : Pourquoi la Tunisie et l'Egypte sont tombés aussi vite? Le peuple a crié sa colère mais est-ce vraiment le peuple qui a fait tomber aussi vite ces dictatures?
Je ne crois pas, il y a forcément les USA et les sionistes derrière tout ça.

Leur plan d'attaque de l'IRAN doit passer par un nouveau gouvernement de certain pays arabe, notamment l'Egypte, afin que les pleuples soient endormis avec un soit-disant nouveau gouvernement et qu'ils ne s'opposent pas à une attaque militaire de l'IRAN.

Il faut noter que les stratèges des USA-SIONISTES sont planifiés 15 à 20 ans en arrière alors que les pays arabes vivent au jour le jour et subissent. Cela doit cesser.


4.Posté par Guy Fawkes le 01/02/2011 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La fin du règne reptilien, le monde arabe se réveille, israel va perdre de sont arrogance et il va falloir composé, négocié et respecté le musulman, plus tot que de l insulté dans les médias, le diabolisé ou lui craché a la face, l humiliation prend fin.

quand le ventre a été gavé de mensonge la vérité a bon gout, 2 pays se libéré, il en reste 20 dans le monde arabe sous dictature pantin au service tu sionisme et des intérêt israélite

allé au suivant ... to be continued ...

5.Posté par freepalestine le 03/02/2011 15:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

le monde et pourri les gouvernements arabes encore plus.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires