Lobbying et conséquences

Edimbourg : une accusation de harcèlement raciste contre un groupe pro-palestinien déboutée.


Les accusations contre cinq membres du Scottish Palestine Solidarity Campaign Group de comportement aggravé de racisme ont été rejetées par un juge de première instance. Les applaudissements de près de 60 supporters ont éclaté quand le juge James Scott a délivré son jugement au tribunal de première instance d’Edimbourg aujourd’hui.


Edinburgh Evening News
Lundi 12 Avril 2010

Campgagne pour le boycott dans une université britannique
Campgagne pour le boycott dans une université britannique

Michael Napier, 63 ans ; Sofia Macleod, 39 ans ; Vanesa Fuertes, 35 ans ; Kevin Connor, 40 ans ; and Neil Forbes, 55 ans, tous d’Edimbourg, étaient accusés de comportement aggravé de racisme correspondant à un harcèlement des membres du Jerusalem String Quarter pendant qu’ils jouaient au festival international le 29 août 2008, au Queen’s Hall d’Édimbourg.

Il était présumé que, agissant ensemble, en cinq occasions séparées, ils avaient crié vers les musiciens, fait des commentaires sur l’État d’Israël, manifestant une méchanceté à leur égard basée sur une appartenance supposée à un groupe ethnique ou à une nationalité, perturbé le concert et lutté contre la sécurité et d’autres personnels. Deux autres accusations étaient d’agir d’une manière racialement aggravée, causant ou ayant l’intention de causer inquiétude et détresse aux membres du quartet.

Le cas s’est poursuivi sans arrangement amiable en plusieurs occasions.

Pendant le débat judiciaire en début d’année, l’avocat des accusés a contesté la pertinence des charges et déclaré que selon la Convention Européenne des Droits de l’Homme, l’accusation représentait une interférence non nécessaire, illégitime et disproportionnée avec leur liberté d’expression, de paroles, et de protestation politique pacifique. La Couronne a maintenu que les accusations étaient pertinentes et que les droits des accusés selon la Convention étaient « non illimités » car les droits d’une personne peuvent empiéter sur les droits d’une autre.

Il a été avancé que pendant le concert il fut crié « Ce sont des musiciens de l’armée israélienne »[1], « Génocide à Gaza », « Arrêtez le génocide à Gaza » et « Boycott Israël ».

Le juge Scott a dit qu’il était clair que les accusés étaient engagés dans une protestation politique contre l’État d’Israël et contre un organe de cet État, l’armée israélienne, concernant des crimes présumés commis par l’État israélien et son armée à Gaza. La couronne, a-t-il dit, a affirmé que les accusés ont agi de concert en cinq occasions séparées. Il était incapable, a-t-il dit, de déduire que les cinq avaient agi de concert et a soutenu que les interruptions avaient été faites par les cinq individuellement en un peu moins d’une heure au cours de la même interprétation. La continuation des poursuites était par conséquent disproportionnée.

Le juge a aussi déclaré que les commentaires des protestataires avaient été clairement dirigés contre l’État d’Israël et l’armée israélienne. L’État d’Israël n’était pas une personne et les membres du quartet n’étaient pas visés en tant que citoyens présumés Israël, mais en tant que membres présumés de l’armée israélienne. « Il m’a semblé, » a-t-il dit « que les tentatives du procureur d’en tirer méchanceté et mauvaise intention vont chercher trop loin ».

Le juge Scott a ajouté que si les personnes, lors d’une marche publique destinée à protester contre et à faire connaître les crimes supposés commis par un État et son armée, devaient craindre de nommer cet État de peur d’être accusées de comportement racialement aggravé, ceci rendrait sans valeur leurs droits selon la Convention. Il faudrait que leurs pancartes indiquent « Génocide dans une région non spécifiée du Moyen-Orient » ou « Boycott d’un État non spécifié du Moyen-Orient ».

Il a dit que l’accusation sous sa forme actuelle n’était pas nécessaire, et ayant conclu qu’elle n’était ni nécessaire ni proportionnée et par conséquent sans valeur elle devait être abandonnée. Il a débouté la plainte inconditionnellement.

Le procureur adjoint Graham Fraser a annoncé que la Couronne ferait appel de la décision.

[1] http://www.jewishaz.com/jewishnews/980619/musician.shtml (ndt)



Edinburgh Evening News - Vous pouvez consulter cet article à :
http://edinburghnews.scotsman.com/b...
Traduction : Jean-Pierre Bouché
http://www.info-palestine.net


Lundi 12 Avril 2010


Commentaires

1.Posté par MISTER NO le 12/04/2010 23:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

grâce a DIEU,il y a encore des juges intègres et non soumis aux desiterata de ces messieurs les sionistes.encore un qu'ils ne qualifieront pas de " juste "...a suivre

2.Posté par dik le 13/04/2010 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le propre des sionistes est de persister, même dans l'aveuglement et rien ne les arrête, même pas le ridicule qu'ils boivent volontiers et à répétitions.

3.Posté par Eva le 11/05/2010 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne sais pas ce que vous avez. Tout celà est tout à fait normal, c' est comme ça partout, surtout en banlieue parisienne; Je ne vois pas en quoi c' est une nouveauté. Ou est le problème?

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires