Reflexion

EPÎTRE À L'OCCIDENT: Plaidoyer pour la non-ingérence en Tunisie


Dans la même rubrique:
< >

Mercredi 29 Août 2018 - 11:56 De la grandeur d'un athéisme pensant

Mercredi 23 Mai 2018 - 22:18 L'Europe s'initie au jeu de Go




« Si j'ai le choix entre vivre dans un pays musulman sans liberté et un pays laïc où existe la liberté, je choisis le second! Il est sans doute plus proche de l'islam que le prétendu Etat musulman... »

Rached Ghannouchi. Interview au journal L'Express le 29 04 1993


Professeur Chems Eddine Chitour
Vendredi 28 Octobre 2011

Le 23 octobre dans le calme et la sérénité la Tunisie a fait preuve de maturité en organisant les premières élections pluralistes de son histoire. Plusieurs centaines de journalistes et des dizaines d'observateurs sont venus assister à l'événement. Ils ont pu témoigner de l'engouement du peuple tunisien pour un nouveau départ, signe d'un réel réveil voire d'une maturité qu'il nous faut saluer. Ceci ne nous étonne par parce que le peuple tunisien dans son histoire récente n'a pas subi une colonisation de peuplement comme ce fut le cas de l'Algérie. La France en envahissant la Tunisie, en imposant un protectorat vers 1880- on doit cela à Jules Ferry- et en installant un résident général n'a pas détruit les structures sociales de ce pays, le bey continuait à régner. Résultat des courses, il existe une classe moyenne et une culture spécifique que 50 ans de bourguibisme et de benalisme n'ont pas réduits au contraire. Les pouvoirs successifs postindépendance se sont appuyés justement sur ces classes moyennes pour développer le pays.

Les centaines de journalistes au-delà du fait qu'ils étaient là pour couvrir cet important événement, étaient en fait, venus voir comment les Tunisiens allaient réagir avec l'avancée prévisible du mouvement. Le mouvement islamiste tunisien Ennahda a affirmé avoir obtenu plus de 40% des sièges de l'Assemblée constituante. Abdelhamid Jlazzi, directeur de campagne du parti a déclaré que toutes les organisations tunisiennes seraient associées aux discussions à venir sur les futures institutions démocratiques du pays. «Nous sommes arrivés au pouvoir par la démocratie, et non pas par des blindés», a-t-il promis. Pendant toute la campagne, Ennahda s'est prévalu d'un islamisme modéré sur le modèle du parti AKP, au pouvoir en Turquie. A l'inverse, les proches de Rached Ghannouchi affirment que les partisans d'un Islam plus orthodoxe jugent le chef de file d'Ennahda comme étant trop libéral. «Les salafistes, les wahhabites et mêmes certains membres de la confrérie des Frères musulmans ne l'aiment pas, certains pourraient même dire que c'est un 'kafir'' (un apostat)», rapporte un ami égyptien de Ghannouchi qui le connaît de ses années d'exil à Londres.(1)

Pire, l'immense majorité des reportages avait fait planer le spectre de l'Islamisme en diabolisant au passage l'Islam. Ce fut du pain bénit, les reporters choisissaient à dessein les citoyens et citoyennes qui devaient dire leur crainte voire leur aversion du mouvement de la renaissance.

Qui est Ennahda ?

On dit qu’Ennahda est une menace ! Menace pour qui? Pour les Occidentaux, c'est en fait de cela qu'il s'agit! Au nom de l'ingérence sacrée, on diabolise un mouvement en faisant craindre aux Tunisiens le spectre à l'algérienne qui, au passage, il faut le dire, eut son Printemps arabe un certain 5 octobre 1988 ou un scénario à l’iranienne , les islamistes étant installés durablement aux commandes.

Le leader d’Ennahda en l’occurrence, Rached Al-Ghannouchi est né le 22 juin 1941 à El Hamma, est un homme politique tunisien de tendance islamiste. Jeune homme, Rached Ghannouchi découvre les thèses des Frères musulmans en Egypte, pendant ses études de philosophie, puis revient en Tunisie en 1969. Il multiplie les prêches enflammés dans les années 70. La formation qu'il co-fonde en 1981, le Mouvement de la tendance islamique (MTI), prend le nom d'Ennahda, en 1989. Il fait trembler le pouvoir tunisien au point que Habib Bourguiba, veut le voir «pendu au bout d'une corde». Et son successeur, Ben Ali, le contraint à un exil de plus de 20 ans. Le mouvement est rapidement la cible de la répression et Ghannouchi est conduit à plusieurs reprises devant les tribunaux. Ghannouchi est gracié par le nouveau président Zine el Abidine Ben Ali le 14 mai 1988. En remerciement, il lui exprime sa confiance dans une interview publiée le 17 juillet par le journal Assabah. Ghannouchi vit en exil à Londres du début des années 1990 jusqu'à son retour en Tunisie suite à la révolution tunisienne de 2010-2011.

Le Code de la famille tunisien ne semble pas l'indisposer outre mesure comme le montre la lettre qu'il aurait adressé à Ben Ali: «Il reconnaît le Code du statut personnel comme étant 'dans l'ensemble [...] un cadre propre à organiser les relations familiales''».(2)

Faisant dans la méthode Coué certains journalistes en rajpoutent , après celles et ceux qui ont comparé le soulèvement des Tunisiens à la révolution française voire une révolution planétaire , les voila t-il pas qu’ils en rajoutent : « La Tunisie se porte comme un charme, on a de la pluie... Dieu merci, la sécurité est rétablie et l'industrie tourne, à nouveau. Bon, le tourisme piétine encore, mais la reprise n'est pas loin... le cheikh Rached Ghannouchi [leader du parti islamiste Ennahda] lui-même a déclaré: "Le 23 octobre n'est pas la fin du monde.'' Et quels que soient le résultat des élections et les forces élues, la vie suivra son cours et la terre continuera sa ronde autour du Soleil! (...) (...) Non! La Tunisie est sur les rails... et sur les bons. Soyons optimistes et fair-play, comme disent les sportifs. Apprenons la modestie dans la victoire et la patience du courage et de l'honneur dans la défaite. (...) Alors! Soyons optimistes! Le meilleur est à venir.»(3)

A l'autre bout du curseur, dans le même quotidien, on s'inquiète de la forte poussée d'Ennahda aux élections du 23 octobre. Il appelle le parti islamiste à ne pas oublier l'héritage laïc du pays. Que ferez-vous de cette démocratie, messieurs les gagnants? Que ferez-vous de la République? Que ferez-vous de notre Histoire? Et surtout quelles intentions avez-vous envers notre identité et envers la laïcité, legs incontournable d'une civilisation trois fois millénaire; berceau de ce brassage pluriculturel, pluricultuel, la force de diversité et, finalement, la tolérance sans laquelle nous n'aurions jamais pu vivre ensemble. Les urnes s'apprêtent à rendre le verdict historique. La Démocratie, dont les observateurs disent qu'elle ira à bon port, s'accomplit et renaît, trois mille ans après en Tunisie, depuis Carthage avec son Parlement, "les suffitats''. Mais c'est une démocratie fatalement fragile, qui bégaiera, qui provoquera ces ébranlements sur le sol de nos vieilles certitudes.(4)

Même là par mimétisme ravageur, le journaliste voulant décidément s'arrimer à une ère civilisationelle qui n'est pas la sienne, oublie que les Amazighs pratiquaient la Djemââ, l'ancêtre de la gestion démocratique de la cité, avant les Phéniciens installées à Carthage, ce dont se flatte le journaliste. Trois millénaires, oui c'était les Amazighs. Huit siècles plus tard, la venue des Phéniciens sur les bords de Tamazgha (l'Afrique du Nord actuel) ont apporté certes, leurs savoir-faire mais le fond rocheux de la démocratie est à attribuer à la civilisation amazighe.

Pourquoi l'Occident propoage à dessein l’inquiétude ?

Est il directement dans son quotidien par la destruction de la Libye et en son temps par la guerre civile en Algérie qui a broyé plus de 200 0000 citoyens et citoyennes ? Non ! mille fois non ! La détresse des pays maghrébins n’interesse les pouvoirs occidentaux actuels que dans la mesure où ils veulent continuer à avoir des rentes imméritées permises les dirigeants maghrébins actuels ou futurs à leurs bottes . Il faut savoir encore une fois que ce qui intéresse l'Europe c'est qu'il n'y ait pas un parti islamiste à ses portes. La « démocratie » selon leur directive oui, mais pas l'Islam sauf s’il montre patte blanche et c’est le but du tintammarre médiatique en diabolisant à outrance on prend date avec l’avenir quelque soit la couleur des futurs dirigeants.

Pour leur part, les Américains sont plus directs, ils n'auront pas de mal à composer avec les islamistes pourvu que leurs intérêts ne soient pas menacés. Christophe Barbier le spécialiste tout terrain nous l'explique: «Les islamistes d'Ennadha, qui devraient arriver en tête, appellent au rassemblement avec les formations laïques. Après la chute des dictateurs, les élections... (...) Une peur un peu honteuse, tant l'irénisme est de rigueur, et tenace aussi, le remords d'avoir si longtemps soutenu des dictateurs, avec, pour seule raison, cynique mais valable, d'être en sécurité sur nos rives. (...) Cette peur, c'est celle de l'islamisme, celle d'un pouvoir barbu et liberticide, dont les imams psychopathes remplaceraient les militaires d'opérette et les despotes débauchés d'hier.»(5)

«Nous sommes dans un marécage idéologique, un entre-deux politique où les potentats sont déchus, mais les démocraties, pas encore installées. Balbutiantes et vacillantes, elles sont comme un enfant effrayé par ses premiers pas dans un monde vertigineux. (...) Et si rebelles et révoltés avaient oeuvré, à leur insu, pour préparer le règne des imams? (...) S'imposer par une révolution ou une guerre civile n'est rien à côté d'élections gagnées: l'islamisme pourrait bien, demain, affirmer être légitime selon les critères mêmes de l'Occident. Que répondrons-nous? Aujourd'hui, les sirènes de l'optimisme chantent à tue-tête qu'il n'y a rien à craindre, que c'est un Islam modéré, «intermédiaire». Elles n'ont à la bouche que l'exemple de la Turquie, où islamisme et démocratie barbotent en harmonie dans le bain de miel de la prospérité économique. C'est oublier la cure de laïcité imposée jadis à son peuple par Kemal Atatürk, ce vaccin longue durée. Plutôt que le modèle turc, c'est le scénario algérien qui risque d'advenir. Il y a vingt ans, l'Algérie faillit tomber dans l'intégrisme par la fente des urnes, il fallut interrompre le processus électoral et engager la bataille armée.»(5)

Barbier parle du règne des imams, de barbus de l'Algérie qui, pour une fois, trouve grâce aux yeux de l'Occident parce qu'elle a interrompu un processus démocratique. En parlant d'un Islam intermédiaire il fait référence je pense, à un Islam mondain sans aspérité, qui s'accommode de l'apéro et qui se déleste de sa spécificité. Un Islam que les clercs «musulmans intermédiaires» en Europe ânonnent sur les plateaux pour être bien en cours.

Le modèle tunisien est pour les dirigeants occidentaux un moindre mal , d’autant que les Tunisiens y sont sensibles . On se souvient que Bourguiba était fasciné par Ataturc au point ,dti-on que même le drapeau tunisen présente des similtudes avec le drapeau turc. Il semble que les Turcs ne veulent pas de cette proximité. « Recep Tayyip Erdogan n'a jamais apprécié la comparaison des idées du Parti de Rached Ghanouchi aux siennes. (...) L'AKP est formé d'élites des milieux d'affaires comme des milieux intellectuels, ce qui n est pas le cas d'Ennadha. (...) Lors de la visite du Premier ministre turc Erdogan en Tunisie, il n'hésita pas à éviter de serrer la main à Rached Ghanouchi qui l'attendait à l'aéroport de Tunis. (...) Le parti majoritaire à l'Assemblée nationale turque ne veut surtout pas être vu comme des islamistes car cela réduirait ses minimes chances d'entrer dans l'Union européenne. (...)»(6)
Par ailleurs et s’agissant du parti Ennahda, i lsemble qu’il a fait appel à des financements étranges. «Dans tout cet imbroglio, on apprend qu'Israël est le premier mécène du Parti Ennadha. On peut s'interroger sur la raison d'un tel pacte. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a fait un don de 12 millions d'euros à Rached Ghannouchi par l'intermédiaire de la Banque Rothschild. (...) Les États-Unis d'Amérique sont le deuxième généreux donateur au Parti Ennadha avec 5 millions d'euros versés aux extrémistes. (...) Les Pays du Golfe ne financent pas le Parti Ennadha le jugeant trop ouvert à leurs goûts et pas assez extrémiste. (...) Mais à quoi jouent les Américains? Financer leur probable futur ennemi? La stratégie américaine est de constituer un Grand Orient intégriste partant d'Alger pour aller jusqu'au Pakistan permettant ainsi aux États-Unis de plus facilement piller les ressources en phosphore tunisiennes comme les ressources pétrolifères de Libye ou du Bahreïn.»(6)

Le sacerdoce de Ghannouchi

Si on analyse le parcours de Ghannouchi force est de constater que l'homme est constant dans son rejet du pouvoir. Son argumentaire quant au choix de l'Islam est venu au bout d'un processus de réflexion comme il l'explique dans une interview il y a une vingtaine d'années. Pour Ghannouchi l'idéal nassérien d'une nation arabe, forte, prenant modèle sur le monde occidental, s'était brisé. «J'avais, dit-il, pour la première fois visité l'Europe. Et, dans les auberges de jeunesse, j'avais rencontré une génération pessimiste, perdue et droguée. Les jeunes ne croyaient en rien, critiquaient durement leur société, et les philosophes occidentaux eux-mêmes, comme Sartre, attaquaient l'Occident, nous le montraient de l'intérieur, avec ses doutes et non plus comme une image idéalisée. (...) Parce que les élites au pouvoir ont été éduquées en Occident. A travers elles, les anciennes puissances coloniales ont pu conserver leur influence. Lorsque le peuple redécouvre ses racines, l'élite moderniste n'a d'autre moyen de se protéger que de recourir aux militaires formés, eux aussi, en Occident.(7)

Monsieur Rachide Ghannouchi fait le procès des élites qui ont vendu leurs âmes à l’Occident ,il aurait pu au passage nous expliquer son cas à savoir la sollicitude du Royaume Uni pendant une vingtaine d’anénes à son égard en lui permettant de vivre en toute quiétude et de s’être installé socialement. Cet Occident honni lui a permit de faire proséprer ses idées qu’il vient –du jour au lendemain- vendre aux Tunisiens et Tunisiennes comme étant la solution aux problèmes de la Tunisie

In terogé sur sa vision de la modernité il déclarait toujours dans cet interview à l’Express : «Cela dépend de quelle modernité vous voulez parler! Nous rejetons votre conception, qui consiste à séparer la religion et la vie de la société. Mais nous avons notre propre chemin vers une modernité qui ne cherche pas à imiter l'Occident. Et qui implique une totale liberté de pensée, une totale liberté du peuple de choisir ses gouvernants. Alors, évidemment, nous approuvons. (...) le régime de Téhéran est basé sur la volonté du peuple iranien. A ma connaissance, aucun observateur n'a prétendu que les élections au Parlement iranien ont été truquées ou falsifiées. Je crois qu'il n'existe que deux Parlements dignes de ce nom dans tout le Moyen-Orient: l'iranien et l'israélien.(...) Ce qui est en question n'est pas tant le concept de démocratie qu'une réaction contre l'Occident, que nous refusons d'imiter. Nous nous opposons à des gouvernements qui se réclament de la démocratie. Mais aucun penseur islamique ne prétend que l'autorité du gouvernement est l'incarnation de la volonté divine! (...) Notre problème est que l'Etat n'est ni islamique ni laïc. Je peux vivre tranquillement dans des pays comme la Grande-Bretagne ou la France où la liberté confessionnelle est respectée. En Angleterre, il y a un parti islamique... Mais pas en Tunisie! Pas en Egypte!»(7)

On le voit les choses ne sont pas simples et on dit que Ghannouchi sans doute, la vie à Londres, l'âge, la comparaison avec les régimes totalitaires musulmans, lui ont fait prendre conscience des vertus de la démocratie. L'expérience algérienne nous a valu 200.000 morts; elle est unique. La configuration est différente en Tunisie et le pouvoir ne pourra prendre le risque d'annuler les élections. Pourquoi ne pas essayer de jouer le jeu? L'occasion est unique et la Tunisie tient en Ghannouchi une dernière carte «soft» pour aller vers une transition apaisée qui pourra servir de modèle à la fois pour les autres Etats musulmans mais aussi qui fera la preuve que l'Islam bien compris - pas celui des «Lumières» comme l'ânonnent les spécialistes musulmans de service sur les plateaux des chaînes françaises est consubstantiel de la démocratie «Ach choura». Je suis sûr que la Tunisie trouvera son chemin si l'Occident la laisse en paix en n'attisant pas la haine et la phobie de l'Islam. En Algérie, nous observons avec attention cette expérience et nous souhaitons la réussite à ce peuple avec lequel nous partageons, l’histoire, le sol, et la culture .


1.Andrew Hammond; Bertrand Boucey, Jean-Loup Fiévet et Henri-Pierre André (Reuters)

2.Michel Deure, «L'émir des islamistes exprime sa confiance en M. Ben Ali», Le Monde, 17 mai 1988

3.Khaled Guezmir: Ici la Tunisie, la démocratie va bien. Le Temps 24.10.2011

4.http://www.courrierinternational.com/article/2011/10/25/rassurez-vous-ennahda-n-a-pas-de-probleme-avec-le-string

5.Christophe Barbier: Après le printemps arabe, l'hiver islamiste? L'Express 25/10/2011

6.http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/qu-est-ce-que-le-ennahdha-102907

7.Jacques Girardon, Rached Ghannouchi: «Pourquoi je suis islamiste». L'Express 29/04/1993

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Vendredi 28 Octobre 2011


Commentaires

1.Posté par Abelkader DEHBI le 28/10/2011 14:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

M. le Pr Chems Eddine CHITOUR :

Ayant eu le privilège de fréquenter et de recevoir dans ma famille, le Dr Rachad GHANNOUCHI durant son séjour à Alger entre 1990 et 1991, je peux vous confirmer que l'homme qui est d'une admirable culture qui donne envie, est foncièrement pondéré dans ses propos et mesuré dans ses jugements politiques.
Durant son séjour à Alger, il a tenu à rencontrer un maximum de personnages politiques - historiques ou non - pour s'informer. Alger était alors en ébullition, après l'ouverture du champ politique et la création du FIS. Au cours d'un certain nombre de dîners auxquels j'ai personnellement participé et qui étaient organisés en son honneur par les uns et les autres, j'ai remarqué qu'il évitait pudiquement d'émettre la moindre opinion, dès que la discussion s'orientait sur la situation politique de l'Algérie.
J'ai la certitude que la sagesse de ce leader tunisien contribuera éminemment à asseoir les Institutions politiques de la Tunisie sur les bases solides du respect de l'altérité, de la solidarité et de la tolérance qui sont enseignées par l'Islam, telles qu'enseignées par le Coran et la Tradition du prophète Muhammad - sur Lui le salut.
Puisse l'expérience institutionnelle de la Tunisie nouvelle réussir et servir à notre propre inspiration.

2.Posté par Saber le 28/10/2011 15:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Je suis sûr que la Tunisie trouvera son chemin si l'Occident la laisse en paix en n'attisant pas la haine et la phobie de l'Islam."

Mr, dites-moi qui vous a chargé pour que vous puissiez vous poser comme la doxa de la pensée islamique ?

"En Algérie, nous observons avec attention cette expérience et nous souhaitons la réussite à ce peuple avec lequel nous partageons, l’histoire, le sol, et la culture ."

Je vois que vous ométez le mot "islam" comme partage ce en quoi je considère votre article tendancieux comme pour plaire à l'altérité.

1.Posté par Abelkader DEHBI le 28/10/2011 14:54

"J'ai la certitude que la sagesse de ce leader tunisien contribuera éminemment à asseoir les Institutions politiques de la Tunisie sur les bases solides du respect de l'altérité, de la solidarité et de la tolérance qui sont enseignées par l'Islam, telles qu'enseignées par le Coran et la Tradition du prophète Muhammad "-

Quand on accuse l’ensemble d'un gouvernement sur des arguments fallacieux pour semer la fitnah, il plus que déplacé que de faire référence au coran sacré; vous êtes à des années lumières de la vérité divine.

C'est l'encensement des vicaires hypocrites qui s'exprime en cette fin des temps.

3.Posté par Abelkader DEHBI le 28/10/2011 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ -- Saber :

Quand on n'est pas capable soi-même d'écrire un article en le signant de ses propres nom et prénom, pour y exprimer ses propres opinions, on doit au moins avoir la décence de ne pas s'attaquer - ad hominem - aux gens qui écrivent quelque chose, eux. ; çà fait tout drôle quand même, d'entendre un illustre guignol inconnu, tapi derrière son anonymat vous dire que "vous êtes à des années lumières de la vérité divine" comme s'il était lui, le détenteur de cette vérité divine.
Un guignol de petite pointure qui plus est, qui cherche à défendre ce qu'il appelle un "gouvernement" en faisant allusion à cette espèce d'association de malfaiteurs corrompus, aux bottes des criminels généraux de fafa.
C'est la fin des temps en effet !....


4.Posté par Saber le 29/10/2011 00:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

3.Posté par Abelkader DEHBI le 28/10/2011 17:53

Mr Abdelkader, ce que vous semblez dénoncer je l'ai appris il y a très longtemps de mon propre père qui n'a jamais joué dans un cirque pour mériter une descendance de guignol comme vous avez l'air de me dépeindre.
Votre opinion ça vous regarde car pour la petite pointure sachez quand même que tout est relatif.

"Quand on n'est pas capable soi-même d'écrire un article en le signant de ses propres nom et prénom, pour y exprimer ses propres opinions, on doit au moins avoir la décence de ne pas s'attaquer"ad hominem."

Mon souhait est plus dirigé dans le sens à dépouiller le mensonge qu'à enrichir la vérité qui n' a pas besoin de mon concours pour finir par s'imposer d'elle-même.

Écrire un article, donner mon nom et prénom , pourquoi faire ?

C'est sur une thèse que je travaille tout en étant un papivore assidu, alors, écrire un article de plus ou de moins, ce n'est pas cela qui va faire pencher la balance du bon coté.

Désolé pour cette salve dialectique adressée à votre esprit critique et non à votre personne.

5.Posté par Omar Mazri le 29/10/2011 01:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Saber

Monsieur Abdelkader Dehbi ne mérite pas votre débitage de haine malsaine car vous n'avez aucun argument qu'insulter les Musulmans qui ont le courage d'écrire avec leurs vrais noms. Vous n'êtes pas d'accord avec ses idées sortez de votre enfermement morbide que j'ai qualifié de Chaytane en embuscade, un serpent dissimulé. Apprenez à respecter les gens plus âgés et plus expérimentés que vous et vous gagnerez en maturité.

Puisque vous aimez faire la diversion EN JOUANT sur les mots sachez que lorsqu'on attaque quelqu'un et qu'on perd la bataille on s'excuse ou on s'exclut du débat par pudeur et par bonne éducation mais on ne dit pas désolé. Les Algériens de notre génération disent que tirer une épée contre quelqu'un est une humiliation, la remettre dans son fourreau est une double humiliation. Votre comportement ne répond pas à la culture de l'arabe ni à celle du Musulman ni à celle d'un humain qui se respecte. Vous manquez d'affection ou de l'autorité d'un maitre qui vous apprend les bonnes manières

6.Posté par Saber le 29/10/2011 02:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

5.Posté par Omar Mazri le 29/10/2011 01:42

Votre comportement ne répond pas à la culture de l'arabe ni à celle du Musulman ni à celle d'un humain qui se respecte. Vous manquez d'affection ou de l'autorité d'un maitre qui vous apprend les bonnes manières

Arrêtez de jouer le calife autoritaire, je suis provocateur quand il le faut, delà à m'insulter, je ne me rabaisserais pas à vous rendre la pareille.

ni à celle d'un humain qui se respecte ? Vous me prouvez par là votre degré d'ignorance car il ne dépend pas de moi d'être respecté , suspecté sur mes origines ni même sur ma sincérité, vous voguez en eau trouble.

Mr, posez vos membres inférieurs dans eau fraiche et surtout ne foulez au pieds les règles de bienséance.

7.Posté par ex-tarik le 29/10/2011 02:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Omar Mazri
Vous etes non seulement arrogant mais pretentieux de façon inimaginable ! vous osez remettre a sa place l'ami , le frere saber , vous il n'y a pas si longtemps vous mettiez votre honneur de musulman a la poubelle et faisiez le rabatteur pour la Martine Aubry ,et aujourd'hui vous vous la ramener en donneur de leçons , mon Dieu , vous devriez rejoindre une soufflerie aeronautique , tellement vous brassez du vent , je crois que là on vous en sera gré de cette capacité a tournoyer !!
Et quelle honte encore que de se pretendre musulman !
Non monsieur on commence a en avoir une overdose de vos ecris ainsi que les interventions pour le moins stupides que celles dont se fait le champion votre ami Dehbi , votre camarade de bataillon de la 5eme colonne pourait on dire .
il est tard et je n'arrivais pas a trouver le sommeil mais voila en vous lisant j'en ai attrappé une insomnie !
Vous ne serez jamais mon ami ! , je vous l'avais deja auparavant dis : " aussi brillante que sera votre plaidoirie , elle ne saura cacher ce manque flagrant de culture , ce manque d'éducation " , non monsieur ,on disait dans le temps que "l'habit ne faisait pas le moine " mais a vous la plume ne saurait faire de vous un penseur !!!!
En quoi ce corbeau crôasseur qu'est A.Dehbi searit il plus "politisé " plus conscient des enjeux geoplotiques que traversent le Monde Arabo-musulman et plus particulierement l'Algerie objet culte de leur désir inavoué de la foutre en l'air !
La tunisie est a l'instar de tous les pays Arabes : a genoux et tout le reste n'est que verbiage ! ce qui ne vous honnore pas de vous attaquer en des termes si agressifs a un lecteur ayant eu l'outrecuidance de remettre en question les pensées savantes de votre Club dit " Le Club des Corbeaux Crôasseurs" , aux blogs TSA et Lequotidien d'algerie , ils me connaissent assez pour leur avoir fait coller cette étiquette peu reluisante et qu'en definitive , elle leur va si bien pour avoir fait sortir de ses gonds notre penseur en jupon la salima ghozali plumitive de son etat dans un de ces quotidiens sionistes de la Place d'Alger !
je termine ni en vous disant au revoir ni en vous disant salam !

8.Posté par X man le 29/10/2011 02:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

« Si j'ai le choix entre vivre dans un pays musulman sans liberté et un pays laïc où existe la liberté, je choisis le second! Il est sans doute plus proche de l'islam que le prétendu Etat musulman... »
Rached Ghannouchi. Interview au journal L'Express le 29 04 1993

Ce qu avait dit Ghannouchi :
« Si j'ai le choix entre vivre dans un pays musulman sans justice et un pays laïc où existe la justice, je choisis le second! Il est sans doute plus proche de l'islam que le prétendu Etat musulman... »

Cherchant l erreur !

Courage Saber !toute une coalition d intello contre toi !
A bas la dictature .

9.Posté par ex-tarik le 29/10/2011 02:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ghannouchi est un islamiste sorti tout droit de la couveuse Anglaise comme d'ailleurs la pluspart des islamistes y compris ceux du FIS ...alors arreter de deblaterer en pensant enfin un musulman éclairé , il brille peut etre pour l'instant car il est phosphorisé mais a terme il perdra de son eclat pour faire dans ce que font tous les Freres Musulmans ; s'incliner devant l'Occident et mener en paralelle une belle vie en abreuvant le peuple de religion ou en le livrant a des zelotes en religion professionnels !
lehic avec Chems eddine c'est qu'il est incapable meme en tant que Professeur ( je commence a avoir de serieux doutes ) a faire un article généré par sa propre pensée sans pour autant aller faire la "cueillette" de ce que les autres Occidentaux ont pensé sur nous ! triste etat des lieux s'il en est !

10.Posté par Saber le 29/10/2011 03:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr, posez vos membres inférieurs dans une eau fraiche et surtout ne foulez au pieds les règles de bienséance.
Quand on parle au boucher ce n'est pas à l'andouille de répondre.

Vous manquez d'affection ou de l'autorité d'un maitre qui vous apprend les bonnes manières

Arrêtez de jouer le psychanalyste de service, parmi les humains je ne me reconnais aucun maître, je suis un homme libre et instruit qui ne souffre pas votre bon vouloir ou celui d'un autre à valider mes pensées.

Mr Omar, j'ai exercé ma profession dans le technique et mon savoir réel est acquit dans la vie de tous les jours et contrairement à vous je ne cherche pas à faire une intrusion dans l'esprit des gens bien que les mécanismes de la logique n'ont pas de secret pour moi.

Apprenez que la terminologie de ."ni à celle d'un humain qui se respecte" est de par sa nature perverse, une création talmudiste (goy) .

11.Posté par X man le 29/10/2011 03:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

9.Posté par ex-tarik le 29/10/2011 02:50
Ce qu a repete l islamiste tunisien n est qu un hadith .
Je m en fouuuuuuuuuuuu de ce qu est Ghannouchi.Je suis en train de mettre a nu les intentions de nos intellos.
L auteur a deliberement change le mot Justice par celui liberte .Ce n est pas naif car c est l Algerie qui est vise.Ils compte sur le fis.

12.Posté par Abelkader DEHBI le 31/10/2011 13:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ --- Saber :


"""C'est sur une thèse que je travaille tout en étant un papivore assidu, alors, écrire un article de plus ou de moins, ce n'est pas cela qui va faire pencher la balance du bon coté.

Désolé pour cette salve dialectique adressée à votre esprit critique et non à votre personne."""

Je ne suis pas impressionné par le fait que vous travaillez une "thèse".

Pour votre information, j'ai eu la chance d'avoir une double formation en langues arabe - Ecole Coranique et Médersa- et française, je suis moi-même ingénieur depuis plus de 40 ans, ayant exercé en particulier à Paris pendant plus de 10 ans - 1974 / 1985 - dans mon propre Cabinet.
Deux de mes enfants - avec un bac algérien et sans bourse quelconque d'un quelconque Etat - sont l'un Docteur en Physique nucléaire (Ph.D) du M.I.T. et l'autre Docteur en Phisique fondamentale (Orsay).
Alors, s'il vous plait, évitez vos attaques quand il m'arrivera d'écrire ici ou ailleurs.

Cela ne m'empêche pas de vous souhaiter sincèrement, de réussir dans vos études et d'apprendre aussi, à respecter vos aînés....
Je voudrais aussi remercier ici au passage M. Omar Mazri - que j'estime à travers ses écrits sans le connaître personnellement - et qui n'a fait que vous rappeler à l'ordre comme l'aurait fait l'un de vos oncles.

Vous devriez plutôt être fiers que vos aînés s'associent du haut de leur expérience, aux débats d'une actualité qui ne fait grâce ni aux jeunes ni aux vieux et où seules comptent les idées et les arguments.

13.Posté par moussanili le 31/10/2011 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ mr. abdelkader dehbi. svp pourquoi le site LQA soutien une bande de ramassis de traitres,félons,mercenaires, aux services de l´organisation criminelle de L´OTAN et les franco-sionistes contre le peuple libyen innocent et le guide le zaim maamar el kadafi rahimah allah!!!. monsieur abdelkader dahbi un proverbe dit : une nuit d´anarchie vaut des années de dictature!!!. svp a qui appartient le site LQA!!!. merci mr.

14.Posté par Abelkader DEHBI le 01/11/2011 20:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ -- moussanili :

Je vous ai répondu déjà hier, malheureusement, mon commentaire après avoir été publié a été CENSURE, d'une manière absolument injustifiée, puisqu'il ne comportait rien de choquant ni d'insultant pour qui que ce soit. - Je pense que dans l'équipe de "modération" d' Alterinfo, il y a quelqu'un de particulièrement braqué contre moi. Je voudrais lui dire ici que cela m'indiffère totalement.

Modération: Tous les commentaires d'hier en début de soirée et de la nuit passée ont "disparus" pour des raisons indépendantes de notre volonté.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires