RELIGIONS ET CROYANCES

ÉGLISE : UN CHANGEMENT DE RÉGIME S’IMPOSE



Oscar Fortin
Mardi 20 Octobre 2015

LE PEUPLE DE DIEU DOIT PASSER À L'ACTION
 
 
Cette expression de « changement de régime » nous est devenue familière depuis que Washington et ses alliés ont entrepris de changer les régimes politiques et économiques ne répondant pas à leurs attentes et intérêts. Au cours des quinze dernières années, ce fut, entre autres, le cas de l’Irak, de l’Afghanistan, de la Libye, de l’Ukraine. En Syrie, la résistance, plus forte que prévu, tout comme en Amérique latine où les pays émergents donnent du fil à retordre à leurs opposants qui voient en eux la remise en question des privilèges et intérêt des oligarchies et de l’Empire. C’est le cas du Venezuela, de la Bolivie, de l’Équateur qui font du bien commun et de la démocratie participative la loi fondamentale de l’État. . Dans tous les cas, il ne s’agit pas de changements cosmétiques, mais de changements radicaux. C’est en ce sens radical qu’il faut parler d’un changement de régime dans l’Église.
 
Si les États, provocateurs de ces changements de régime, sont avant tout motivés par les intérêts politiques et économiques de leurs oligarchies, il n’en est pas de même, quant aux  motifs, pour le changement de régime qui s’impose à l’institution ecclésiale avec sa doctrine, son droit canonique, ses dicastères et ses hiérarchies de pouvoirs. Cette Église qui se projette dans le monde à travers le Vatican, la papauté, ses nonces apostoliques, ses cardinaux et évêques ne reflète en rien l’Église dont nous parle Jésus et que Paul de Tarse reprend sous différents angles dans ses lettres aux Romains, aux Corinthiens, aux Éphésiens.
 
 
L’apôtre Paul nous parle de l’Église comme d’un Corps au sein duquel tous les membres ont leur importance et répondent aux directives de celui qui en est la Tête. Tous les croyants et toutes les croyantes qui agissent dans l’esprit de ce Corps, qu’est l’Église, sont invités à agir dans l’humilité, sans prétention de pouvoir et soucieux de servir au mieux la volonté de Jésus à travers leurs frères humains.
 
« Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l`intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait (… ) Ayez les mêmes sentiments les uns envers les autres. N`aspirez pas à ce qui est élevé, mais laissez-vous attirer par ce qui est humble. Ne soyez point sages à vos propres yeux. » Rm 12,2 et 16
 
À la lumière de cette approche inscrite au cœur de l’Église, pensée et voulue par Celui qui en est le maître, qu’en est-il de l’Église telle qu’elle se présente au monde d’aujourd’hui? Il n’est pas question de juger ou de condamner qui que ce soit, mais de regarder cette institution ecclésiale devenue davantage le produit d’une histoire humaine que d’une histoire divine. N’y reconnaissons-nous pas tous les traits d’un pouvoir temporel aux us et coutumes des grands et des puissants de ce monde? Depuis la grande alliance impériale avec Constantin ne s’est-elle pas livrée aux régimes des puissants de leurs hiérarchies l’échelle des valeurs et de la domination du monde leur premier et grand objectif?
 
Le pape François est bien conscient de ce décalage entre l’Église voulue et soutenue par Jésus et l’Église enracinée dans les valeurs de pouvoir et de domination. Dans son homélie du 18 octobre   à la chapelle de Santa Martha, il y a eu certaines phrases que je me permets de vous traduire de l’espagnol au français.
 
« Chacun de nous, en tant que baptisé, participe au sacerdoce du Christ…
 
« Le vrai pouvoir, il est dans le service. Jésus s’est fait le serviteur des serviteurs…
 
«  Face à ceux qui recherchent toujours plus de pouvoir et de succès, les disciples sont appelés à faire le contraire…
 
«  Jésus nous invite à changer de mentalité, de passer du désir du pouvoir à la joie de passer inaperçu dans le service..
 
«  Celui qui sert les autres et vit sans rechercher les honneurs exerce la vraie autorité dans l’Église…
 
Ces consignes fondamentales sont loin d’être reflétées dans l’institution ecclésiale devenue un État et un lieu de pouvoir économique et hiérarchique que se disputent évêques et cardinaux. Les titres honorifiques et les soutanes aux couleurs diversifiées en marquent le prestige. Ce n’est pas demain la veille où nous verrons ces messieurs, les cardinaux et évêques, se dépouiller de tous ces privilèges pour, comme le suggère le pape, passer inaperçu dans le service.
 
Ce changement ne sera possible que si le Peuple de Dieu, cette Église qui vit hors des murs du Vatican et de cette institution de pouvoir, élève la voix et exige de ses pasteurs de les rejoindre dans la grande maison dont Jésus et son Esprit sont les hôtes. Pour y entrer, il faut se présenter dans la tenue de l’humble serviteur qui, à l’exemple du maître, se fait tout à tous et à toutes.
 
Il n’est pas superflu de rappeler ici que le pouvoir de lier et de délier les fautes n’a pas été donné seulement à Pierre, mais qu’il a également été donné au Peuple de Dieu.
 
À Pierre, il dit : « je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. Mt.16,19
 
Aux communautés de croyants, il dit tout autant : « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. » Mt 18,18
 
 
Le baptisé n’est pas seulement celui à qui on enseigne, mais d’abord et avant tout un acteur important dans l’action évangélisatrice de l’Église. Il participe aux dons et charismes de l’Esprit et, à ce titre, il a pleine autorité pour agir dans le sens de ces dons.. L’Esprit n’a pas besoin de passer par une hiérarchie ecclésiale pour distribuer ses dons. Il le fait comme bon il l’entend. C’est lui qui donne la parole à ceux et celles qui ont le don de prophétie pour qu’ils prophétisent en toute liberté. À d’autres le don d’enseigner. Les dons sont multiples et permettent à toutes les communautés d’y trouver toutes les ressources pour vivre pleinement le mystère de l’Église et de sa sacramentalité.
 
Le temps d’un changement de régime dans l’Église est donc arrivé. Les communautés chrétiennes et toutes les personnes de bonne volonté doivent se lever pour assumer une participation pleine et entière dans le devenir de cette Église créée pour servir et non pour être servie. 
 
Quelques actions à mener à court terme 
 
D’abord, l’opération dépouillement de tout le superflu et de tout ce qui met en évidence cette hiérarchie de pouvoirs et d’autorité. C’est le cas de tout ce décorum non nécessaire des vêtements qui tirent leurs origines des Cours Royales. Il en va de même pour tous les titres qui élèvent le personnage au-dessus des autres. C’est le cas de ces expressions Excellenticime, Sa Sainteté, Éminence, mon Révérend, etc. Pourquoi ne pas s’appeler tout simplement frères et sœurs en Jésus ressuscité? Ne sommes-nous pas les enfants d’un même Père éternel?
 
Que l’usage de tous ces titres honorifiques en référence à des pouvoirs hiérarchiques soient aboli. Qu’il suffise que nous nous appelions frères et sœurs comme le fait si bien ce président de la Bolivie, Evo Morales pour qui son peuple n’est composé que de frères et de sœurs. N’en va-t-il pas de même pour l’Église?
 
En second lieu, transformer l’approche pastorale doctrinaire en une approche de concertation et d’accompagnement avec la communauté. Que cette dernière ait l’opportunité de dire son mot et qu’il soit pris en considération, même si la doctrine opine, dans sa lettre, différemment.
 
Il en va de même lorsque vient le temps de choisir des présidents d’assemblée et de célébration du MÉMORIAL que nous a laissé Jésus. N’a-t-il pas dit que lorsque deux ou trois sont réunis en son nom, il est au milieu d’eux? Rien n’empêche Jésus par la voix de la communauté de nous faire vivre ces moments intenses de la dernière cène. Le sacerdoce du baptême étroitement uni à celui de Jésus peut très bien se célébrer sur cette base d’une communion intense avec Jésus présent au milieu d’eux. Il n’est pas nécessaire de faire des études en théologie pour présider le Mémorial du Seigneur en sa compagnie. 
 
Il est évident que c’est toute la sacramentalité dans sa symbolique qui doit être repensée en fonction des réalités d’aujourd’hui. Lorsqu’il faut des discours pour faire comprendre la signification d’un signe, d’un sacrement, c’est que le signe pose problème. Il devrait signifier directement ce pour quoi il est là. À ce titre, ce rafraîchissement de la sacramentalité devrait se faire en étroite communion avec le Peuple de Dieu. Des suggestions originales pourraient en surgir.
 
Je conclus en disant que la communauté chrétienne a toute l’autorité voulue pour expérimenter et vivre la sacramentalité à travers des signes qui parlent par eux-mêmes et qui donnent un sens à ceux et celles qui y participent. Nous pourrions prendre chacun des sacrements et voir comment la communauté des croyants pourrait leur donner un sens pour les temps que sont les nôtres.
 
À l’écoute de l’Esprit et avec un sens profond de communion et de solidarité entre les communautés chrétiennes, les pasteurs et les prophètes, les voies de l’avenir s’ouvriront et l’Église surgira dans toute sa richesse humaine et spirituelle. Le Peuple de Dieu sera alors redevenu cette Église qui anticipe sur terre  ce Royaume promis en Jésus par le Père.
 
Oscar Fortin
 


Mardi 20 Octobre 2015


Commentaires

1.Posté par cass le 20/10/2015 19:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça me fait penser à Osiris noyé puis coupé en morceau par seth (son frère jaloux qui a hérité d'un desert) et à sa sœur et femme isis qui récupère les morceaux de son frère et mari Osiris (sauf son phallus) et qui trouve le moyen de se faire engrosser par son frère et mari Osiris noyé mort et coupé en morceau, dont il manque le phallus et de mettre au monde horus. Franchement toutes ces histoires d'incestes etc et d'1 fils né d'inceste et pire un inceste entre un frère mort et découpé en morceau et sa sœur isis, ces histoires et légendes mythologique égyptiennes une déesse ou reine isis me répugnent, faire un dieu horus à partir d'un dieu mort etc grace au roi ou dieu seth qui l'a noyé et coupé en 14 morceaux dont le phallus qui ne fut pas retrouvé tous ceux qui ont copié sur ces abominations et qui nous font chier avec leurs pseudos religions qui en sont inspirés; me dégoûtes dont les protestants les cathos évangélistes, les alsoud......... et donc le dits et pseudo israel des rothschildiens windsordiens les gros bourges cathos et cie. Je n'y colle absolument pas le christianisme grec/arien primitif plutôt inspiré par mithra et zarathustra , puis orthodoxe par ex qui justement ne mange pas dans ce genre de sale et immonde gamelle.

2.Posté par adith le 20/10/2015 19:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eglise d'Asie
Le 17 janvier 2014

CAMBODGE
POUR APPROFONDIR - Lettre pastorale de l'évèque de Phnom Penh : Et le verbe s'est fait chair 'ici"
www.diocese-annecy.fr
Les saintes colères du père François Ponchaud 4ème paragraphe.
Pour toi Raphaelle.

3.Posté par adith le 23/10/2015 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dico de la vie consacrée (vidéo)

Consacrer sa vie à Dieu
Que faire quand nous sentons que nous perdons la foi

Par Yves Combeau

En général Dieu fini par nous céder au bout d'un moment.
www.lejour du seigneur.com

www.iubilaeummisericordiae.va

Jubilé de la miséricorde
Miséricordieux comme le père
Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation
Lettre du pape François
46 journées 01 heures 23 minutes 15 secondes.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires