International

Du nucléaire iranien


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 14 Mars 2020 - 00:05 Coronavirus au Maroc


Tandis que l’attitude unilatéraliste américain vis-à-vis du programme nucléaire civil iranien est de plus en plus contestée dans le monde entier, le secrétaire d’Etat adjoint, Nicolas Burns a fait part jeudi, des efforts déployés par Washington pour persuader Pékin et Moscou d’accepter la seconde résolution anti-iranienne du Conseil de sécurité.


IRIB
Vendredi 16 Février 2007

Dans ce contexte, le Premier ministre du régime sioniste, Ehud Olmert, dont le séjour à Ankara a soulevé un tollé général chez l’opinion publique turque, a demandé des sanctions économiques dures à l’encontre de l’Iran. « La communauté mondiale devra se dresser contre les activités nucléaires iraniennes », a déclaré Ehud Olmert, qui, lui-même a reconnu, il y a quelque mois, l’arsenal nucléaire d’Israël. Le tandem Olmert-Bush accuse l’Iran de vouloir développer un programme nucléaire militaire alors qu’avec la bénédiction américaine, Israël développe lui-même son arsenal nucléaire et d’après des rapports digne de foi, il détient plus de 300 ogives atomiques. Les Etats-Unis pour leur part, ont agi contre le TNP en lançant une nouvelle génération d’armes nucléaires.

Or, aux antipodes de la politique américaine, la Chine a plaidé pour l’adoption d’une résolution au Conseil de sécurité de l’Onu, censée régler pacifiquement le nucléaire iranien. Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Jiang Yu, a tenu à souligner que la priorité des priorités serait de faire retourner l’Iran à la table des négociations via des démarches diplomatiques. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, en périple dans les pays arabes du littoral du golfe Persique, a, pour sa part, réitéré le droit de tous les pays du bassin persique à bénéficier du nucléaire civil. « La Russie respecte les efforts des pays du Conseil de Coopération du golfe Persique à avoir accès à l’énergie fissile », a ajouté Sergueï Lavrov.

Le Premier ministre turc, Reccep Teyyeb Erdogan, a annoncé, lors d’une conférence de presse conjointe avec Ehud Olmert, à Ankara, le soutien de son pays aux activités nucléaires civiles dans la région.

« La Turquie lancera à son tour un programme nucléaire civil », a ajouté le Premier ministre turc.

En Indonésie, le président du parlement indonésien, Hedayat Nour Vahid a déclaré à son homologue iranien, Haddad Adel, en visite à Jakarta, : « En tant qu’une partie du monde de l’Islam, nous reconnaissons le droit de l’Iran de bénéficier de l’énergie fissile et nous le soutenons. »


Vendredi 16 Février 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires