International

Du nucléaire iranien



Lundi 24 Décembre 2007

Du nucléaire iranien
La politique à deux vitesses des Etats-Unis sur le nucléaire iranien fait toujours ‎objets de vives critiques. Dans sa dernière édition, le journal allemand, Frankfurt ‎Allemagne a écrit que nombreux sont les sondages qui montrent comment le prestige des ‎Etats-Unis est arrivé à son plus bas niveau. « C'est une vérité que même les alliés les plus ‎proches de Washington, dont la Grande Bretagne, la reconnaissent. », constate le journal, ‎qui essaie ensuite de trouver les origines du changement de cap des Etats-Unis durant ces ‎vingt dernières années. Il mentionne des exemples des mensonges que les hommes d'Etat ‎américains ont dit au sujet de l'Irak ou des questions relatives à la région. « Le ‎gouvernement américain à l'époque de George W. Bush s'est explicitement employé, ‎sous différents, à faire main basse sur le monde entier. » écrit le journal. ‎ Ces critiques ont pris plus d'ampleur dans le sillage de la publication du rapport du NIE, ‎qui reconnaît la vocation pacifique du programme nucléaire iranien. Aux yeux des ‎analystes, le rapport du renseignement américain a sensiblement affaibli la position de ‎Washington pour obtenir le soutien des autres à sa politique unilatéraliste anti-iranienne. ‎ L'Institut Brukings estime que la publication du rapport du NIE, reconnaissant la finalité ‎civile du programme nucléaire iranien, a fait augmenter les réticences envers le ‎durcissement des sanctions anti-iraniennes. ‎ Cet institut de recherche évoque les prises de positions de l'Allemagne sur ce sujet. ‎‎« Les diplomates allemands sont d'avis que le durcissement des sanctions anti-iraniennes ‎ne ferait que monter d'un cran les tensions.», constate l'Institut. « Le désarroi de ‎l'Allemagne pour joindre les sanctions est compréhensible. Les exportations allemandes ‎vers l'Iran enregistrent la bagatelle de 5 milliards 700 millions de dollars par an, ce qui ‎est pour l'Angleterre d'un milliard de dollars et pour la France 2 milliards 600 millions ‎de dollars. », ajoute l'Institut. ‎ Le ministère allemand de l'Economie et de la Technologie a annoncé tout récemment que ‎la baisse du niveau des relations commerciales avec l'Iran est responsable de la perte de ‎‎10 mille occasions d'emplois en Allemagne. Le président de la société de l'industrie ‎allemande Jorgen Tomann a déclaré pour sa part, que l'Allemagne perdra beaucoup dans ‎les sanctions anti-iraniennes, tandis que les pays asiatiques en gagneront beaucoup. ‎ Le mensuel UN Observer écrit pour sa part que le président américain George W. Bush ‎devra présenter officiellement ses excuses pour ses mensonges et prétentions sur une ‎vocation militaire des activités iraniennes. Ce alors qu'au lieu de présenter ses excuses, ‎envisage des politiques qui ne visent à déstabiliser la région, un tel événement aurait des ‎impacts catastrophiques pour le monde entier, selon le UN Observer.‎


Lundi 24 Décembre 2007

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires