Economie et pouvoir financier

Draghi accorde à la France une licence pour imprimer de la monnaie


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 1 Septembre 2018 - 01:06 ‘Science économique’ – Imposture diabolique

Dimanche 12 Août 2018 - 08:00 Dette mondiale : où en est-on ?


La France a obtenu de la BCE la permission d’imprimer de la monnaie sur un programme d’obligations pratiquement illimité. L’affaire porte sur des banques non désignées (littéralement “banques de l’ombre”) et c’est une bulle (qui se mesure) en milliards. La BCE veut empêcher que l’Allemagne interfère se mêle du sauvetage de la France.


Le Yeti
Jeudi 18 Avril 2013

Draghi accorde à la France une licence pour imprimer de la monnaie
« A Chypre règne une vive émotion parce que le BCE a dépouillé la banque nationale de tout pouvoir. En France, sans que le public ne le remarque, c’est exactement le contraire qui se produit : la BCE a accordé à la France une licence illimitée pour imprimer de la monnaie.

Cette action doit empêcher qu’une banque française ne s’écroule. Car cela ne pourrait seulement être ainsi empêché qu’à l’ultime moment.

Fin 2011, il y a eu une action concertée des plus puissantes banques centrales du monde, entre autres, la FED, la Banque d’Angleterre et la BCE. Avec un volume jamais vu jusque là, la BCE a démarré des opérations de refinancement à long terme (LTRO – Long Term Refinancing Operations) et a mis environ 500 milliards d’euros à la disposition du système bancaire de la zone euro. Quelques mois plus tard, à peu près la même somme a été mise à la disposition des banques pour que ces dernières puissent “taper” la BCE.

A l’arrière plan se trouvait l’inquiétude que les banques de la zone euro qui détiennent la grande majorité des obligations d’Etats ne rendent l’âme si un état faisait défaut et que l’union monétaire parte en vrille dans son ensemble. Il était alors question d’une banque française qui était à la limite de rupture. Il n’a jamais été dévoilé de quelle banque il était question.

Depuis longtemps, les grandes banques comme la Société Générale, le Crédit Agricole ou BNP¨Paribas se trouvent dans le collimateur des marchés obligataires. Comme l’a rapporté Bloomberg, le Crédit Agricole a dû vendre l’année dernière pour 3,5 milliards de valeurs propres.

Entretemps il a été rendu public qu’a côté de ce courant de liquidités du LTRO, presque sans fin pendant trois ans, une deuxième source de liquidités presque inépuisable est à la disposition des banques françaises, le Marché STEP (Short Term European Papers).

Il faut comprendre par là, un marché pour ainsi dire non régulé sur lequel des obligations de banques et d’entreprises à court terme sont placées. Des titres de dettes pour un volume de 440 milliards d’euros y sont traités. En clair : le monde bancaire français s’est à nouveau développé de manière extrêmement créative et s’offre avec le marché STEP un programme de création de crédit totalement innovant quoiqu’à court terme une licence toute spécifique pour battre monnaie.

1 – Le marché STEP est hors bourse. Il n’y a donc aucune transparence.
2 – Le marché STEP est établi presque exclusivement sur le secteur bancaire français.
3 – Les banques françaises déposent ces obligations STEP en garantie à la Banque de France.
4 – Une banque nommée “Euroclear” (chambre de compensation entre la Banque de France et les banques) présente également des titres STEP comme “garantie” à la BCE.
5 – La Banque de France retransmet également les risques de ces obligations STEP déposées comme garantie à la BCE.

Il doit évidemment y avoir là dedans du papier de médiocre valeur. Tant que la banque centrale française étend sa main protectrice là-dessus, ces agissements jouent un rôle subalterne. Manifestement des titres avec la note BBB sont acceptés et déposés à la BCE.

INTERTITRE : L’histoire de fous de Draghi

La BCE, qui à l’avenir doit obtenir le contrôle sur l’ensemble des banques de la zone euro, ne peut en aucune manière prélever elle-même des données sur le marché STEP, elle les reçoit de la Banque de France à qui elles sont fournies par des tiers, eux-mêmes acteurs sur ce marché.
On arrive à la conclusion inverse : il se produit une création monétaire pour les banques françaises, sous l’autorité protectrice de la Banque de France, sans contrôle de la BCE. Une histoire de fous.
Avec 445 milliards d’euros estimés, les banques françaises contrôlent une partie considérable d’un marché opaque pour le financement des banques centrales. Les mesures d’alimentation à court terme ne sont pas exclusivement limitées aux banques françaises. Les banques de la zone euro échangent ces titres STEP et peuvent également les déposer à la BCE pour y puiser des liquidités. A côté d’un marché régulé, c’est une des possibilités pour accéder à des crédits très peu chers de la BCE.

Ce qui est intéressant dans cette situation : par rapport aux achats souventes fois et vigoureusement discutés d’obligations d’états par la BCE pour un montant, à l’époque, d’environ 200 milliards d’euros – par lequel la BCE s’est obtenu le titre de “bad bank” – les dettes de crédit des banques européennes sur la BCE culminent à une hauteur d’environ 1300 milliards d’euros.

Mario Draghi est conscient que cette opération n’est pas tout à fait casher. Il s’est exprimé dans le passé : “plus de transparence” serait nécessaire et que “l’on devrait prendre cette affaire très au sérieux”. Mais il n’a rien fait.

Pour une bonne raison.

La BCE a donné à la France une possibilité de stabiliser ses propres banques, sans que l’Allemagne puisse entreprendre quoi que ce soit pour s’y opposer.

Ce programme doit, semble-t-il, servir à acheter du temps pour les Français, jusqu’à ce que l’on arrive à l’union bancaire. Celle-ci état prévue pour 2018, maintenant, l’Union européenne veut rapprocher son introduction à 2015. Ensuite, le sauvetage des banques en Europe pourra être fait sur le dos des actionnaires et des épargnants.

Jusqu’à ce qu’on y arrive, il se développe en France, sous les radars, une gigantesque bulle financière. L’Allemagne doit, impuissante, assister à ce qui se produit. Le chef de la Bundesbank, Jens Weidmann, peut tenir à ce sujet des prêches dominicaux. C’est tout.

Cette action montre que la fraction Sud, dans les coulisses de la BCE a déjà largement pris le contrôle sur la structure de l’Europe. »

En complément:
http://deutsche-wirtschafts-nachrichten.de/2013/04/14/geheim-operation-draghi-erteilt-frankreich-lizenz-zum-gelddrucken/


Jeudi 18 Avril 2013


Commentaires

1.Posté par Depositaire le 18/04/2013 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette anecdote illustre de manière exemplaire à quel point le système est à la dérive.

La monnaie, dans son principe, sert de moyen d'échange en vue d'acheter ou de vendre des produits de toute sorte car, comme dans le cas de la nourriture, il est difficile de stocker pour une longue durée, et il est plus simple et plus pratique de procéder par l'intermédiaire d'une monnaie pour le commerce. Mais dans tous les cas, cette monnaie et au service de la population pour faciliter ses échanges et transactions.

Mais avec le dévelopement des banques, on en est arrivé à cette absurdité de la monnaie qui crée de la monnaie. En somme de l'argent pour l'argent. Et en aucune façon adossé à des valeurs réelles. C'est le montage de plus en plus compliqué "d'instruments financiers" pour pouvoir accumuler, grâce à la spéculation, de plus en plus d'argent. Mais cet argent est totalement fictif. Il ne repose sur rien de concret.

Alors tout ce baratin que l'on nous sort dans les médias au quotidien sur la croissance, sur les valeurs des banques, ou l'accroissement, ou l'inverse, du PIB, ne sont que les symptômes d'une société en crise majeure qui vit dans une illusion dont tôt ou tard il faudra bien sortir.

C'est Paul Jorion qui posait cette question à des financiers, (il a travaillé des années au USA dans une société de trading), " j'ai constaté, après étude , que le système économique qui est universellement utilisé dans le moderne repose sur rien de concret. Il est totalement faux ! Alors pourquoi, sachant que cette pseudo science économique est en réalité une pure et simple superstition et ne repose sur rien de réel, continuez-vous à l'entretenir ? Réponse de son ou ses interlocuteurs : "Tout le monde l'utilise, alors, on fait comme tout le monde "!

Donc, clairement, tout le monde se précipite "joyeusement" vers une catastrophe, on le sait, mais puisque tout le monde le fait, on continue ! Et c'est avec de tels débiles mentaux que l'on veut faire fonctionner la société ?

Qu'attendons-nous pour les virer et revenir à une conception saine et normale de l'économie ? J'aimerais bien que beaucoup répondent à cette question !

2.Posté par dims le 18/04/2013 13:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu as tout à fait raison depositaire mais que faire lorsque la démocratie est devoyée et utiliser contre les peuples grâce aux instruments de manipulation des masses que sont les médias et même les écoles republicaines. Il faut un minimum d’intérêt pour la politique et l'économie pour se rendre compte de ce qui se passe réellement. Et encore, les jeunes se laissent facilement avoir par manque d'experience.
Il faudrait une revolution, un coup d'etat de l'armée Française et nous remettre un De Gaule au pouvoir pour virer ces Atlanto Sionistes. Quand les gens crèveront de faim en France, ils vont peut être se dire que quelque chose ne tourne pas rond...

3.Posté par Saber le 18/04/2013 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'attendons-nous pour les virer et revenir à une conception saine et normale de l'économie ? J'aimerais bien que beaucoup répondent à cette question !

Premièrement rejeter toute action violente contre ces nouveaux technocrates bolchéviques pour ne leur donner l'occasion ou l'excuse pour établir une vraie dictature.
Deuxièmement, faire la liste des principales lois en partant du conseil national de la résistance jusqu'à celles de la nouvelle collaboration aux ordres de l'impérialisme américain et à l'oligarchie sioniste .
Troisièmement, en disposant de l'ordre chronologique du démontage du droit du peuple à disposer de lui-même qui a conduit à l'actuelle occupation sans armes, faire une chose toute simple qui consiste à remonter les bonnes pièces du moteur de l'économie politique et sociale qui a été tout de même à l'origine des 30 glorieuses et surtout pas de nouveau plan Marshall revu et corrigé.
En un mot, écrire une revue technique et respecter le processus de remontage du moteur et sa remise en service.

4.Posté par paul muadhib le 24/04/2013 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans un travail collectif, tout ce que vous pouvez voir qui a été construit disparait.....il n' y a plus rien.

Mais çà va beaucoup plus loin, tout ce qui est techniques , connaissances de toutes sortes, sans un collectif de partage là aussi tout disparait...

Alors le monde des hommes est très simple, nous fabriquons tout collectivement car il n'y a aucun autre moyen...tout seul Gustave Eiffel n'aurait même pas fabriqué un seul boulon , ni même étudié quoi que ce soit, il n'aurait pas comme nous existé....

Notre monde est simplement le vol du travail collectif.....je vous laisse regarder les moyens employés pour ce faire..

quand aux raisons profondes derrière une telle attitude elles existent bien sur en chacun.....la terreur de la mort en est une , elle qui signifie pour l'inconscient , inconscient pour notre cerveau analytique superficiel ,que mon désir ultime de continuité sans fin n'est pas valable, alors que je désire cela absolument, je refuse l'absolu qui est là devant moi , l'absolu que je suis né et que le corps va mourir .....ceci entraine une frustration et une souffrance énorme , impossible à vivre et que j'essaye de fuir par tous les moyens..argent,possession,etc etc etc..alors que nous pourrions aimer les gens et la nature et utiliser des choses diverses pour survivre, nous aimons ces choses et utilisons les gens....là aussi on a tout inversé...

Le stade ultime étant bien sur la démence qui frappe nombre de.....terriens....

salutations.

5.Posté par paul muadhib le 25/04/2013 08:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et pour employer une image parlante dans une société dite pyramidale, vous ôtez le haut supérieur ,l'édifice tient par sa base, mais vous ôtez sa vraie base l’édifice s’écroule.....

et bien on en est là et ceux d'en haut commence à sentir la fin..................

6.Posté par Inzaghi le 26/04/2013 11:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est juste impossible, c'est une fausse nouvelle.

7.Posté par orchidee le 28/05/2013 20:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

justement, est-ce une fausse nouvelle ?

Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires