Conspiration

Disparition du vol MH370 : la question aux USA et à leurs services de renseignement


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 23 Septembre 2018 - 02:56 Danger de la 5G : cri d'alarme (2 vidéos)


Les médias malaisiens devraient poser des questions cruciales aux États-Unis et à leurs services de renseignement plutôt qu’au gouvernement malaisien.

Je tiens avant tout à dire clairement que je suis totalement d’accord avec les affirmations qu’ont tenues devant la presse le ministre malaisien de la Défense et des Transports, Datuk Seri Hishammuddin Hussein : « Nous avons agi de manière juste et responsable, et l’histoire nous jugera sur notre action ».


Matthias Chang
Samedi 5 Avril 2014

Disparition du vol MH370 : la question aux USA et à leurs services de renseignement
Et à la question malicieuse et présomptueuse venant d’un correspondant du Financial Times, Datuk Seri a répondu avec confiance et intégrité, sans peur de se contredire : « Je ne pense pas que nous aurions pu agir autrement que ce que nous avons fait ». Bien dit !

Le Financial Times, CNN et d’autres médias étrangers devraient poser les mêmes questions aux États-Unis et à leurs services de renseignement, et arrêter d’insinuer que la Malaisie n’aurait pas joué la transparence ou aurait tenté de camoufler l’affaire. Les médias étrangers devraient cesser leur ingérence nauséabonde !

J’ai l’espoir qu’à la suite de la publication de cet article, les médias de masse de Malaisie se concentreront sur le questionnement de l’intégrité de l’aide des États-unis à la Malaisie lors des trois premières semaines de la mission de sauvetage, malgré leur récente offre d’aide supplémentaire.

Cela me réconforte de savoir que mes réserves quant aux États-Unis, à leurs services de renseignement, ainsi qu’aux services similaires liés de près aux Américains, surtout les services secrets britanniques, ont été plus que justifiées par Reuters dans leur reportage du 28 mars 2014 intitulé Les Jeux géopolitiques freinent la recherche du vol MH370 :

« Alors que le mystère s’épaissit sur le destin du Boeing 777 et de ses 239 passagers et membres d’équipage, dont la plupart sont chinois, il est désormais clair que des technologies militaires classifiées en sont peut-être la clé. Mais l’enquête a abouti à une impasse du fait de la réticence de certains à partager des données sensibles, une réticence qui s’est cristallisée lorsque le domaine de recherche s’est élargi. »

« On est plongé dans véritable roman d’espionnage », a déclaré le représentant d’un pays d’Asie du Sud-Est, remarquant que cela portait l’attention sur des zones géographiques et des technologies dont peu de pays aiment aborder le cas de manière publique.

En fin de compte, le seul pays doté de ressources techniques capables de retrouver l’avion – ou au moins ses boîtes noires, qui pourraient se trouver dans l’eau à des kilomètres de profondeur – sont les États-Unis. Leurs véhicules sous-marins avaient réussi à retrouver les débris du vol Air France 447 après son crash, en 2009, dans une région isolée de l’Atlantique Sud. »

Le WantChinaTimes de Taiwan rapporte que :

« Les États-Unis ont profité des recherches du vol disparu de la Malaysia Airlines pour tester les capacités des satellites chinois et évaluer la menace des missiles chinois contre leurs porte-avions, rapporte notre confrère Want Daily.

Erich Shih, rédacteur en chef de la partie militaire du magazine Defense International, un mensuel en chinois, a déclaré que les États-Unis ont davantage (et de meilleurs) satellites, mais n’ont pas pris part à la recherche du vol MH370, qui a disparu après une heure lors de son vol de Kuala Lumpur en direction de Pékin, aux premières heures du 8 mars, avec à son bord 239 personnes. Shih affirme que les États-Unis ont temporisé car ils voulaient voir quelles informations les satellites chinois pourraient fournir. »

Ce qui précède est la réalité à laquelle nous devons faire face. Par conséquent, abstenez-vous d’étiqueter les articles provenant de médias non traditionnels comme « conspirationnistes ». Reuters a commis l’irréparable !

Le ministre des Transports malaisien, Datuk Seri Hishammuddin, a fait allusion aux difficultés de la Malaisie (puisqu’il avait les mains liées par les protocoles de renseignement ou par le refus des services de renseignement étrangers compétents, ainsi que par les réticences diplomatiques) mais nos médias locaux n’ont pas su apprécier les nuances de ses affirmations en ne dirigeant pas leurs questions vers les intéressés, qui ont délaissé la Malaisie en leur qualité de voisins et qui n’ont pas pris toute la mesure des traités de défense et des arrangements qu’ils avaient contractés.

Chers médias malaisiens, veuillez s’il-vous-plaît lire au minimum trois fois les phrases en gras et RÉVEILLEZ-VOUS ! REVENEZ À LA RÉALITÉ ! Notre pays a été maltraité bien qu’il ait mis sur la table toutes ses cartes et sa sécurité nationale, afin que les pays qui comptaient un ressortissant à bord du vol MH370 puissent proposer sincèrement leur aide afin de résoudre cette malheureuse tragédie, qui n’est pas l’œuvre de la Malaisie.

La Malaisie est une victime de cette tragédie, et son vol MH370 a été utilisé à des fins cachées que seul le temps révélera.

Dans mon précédent article publié sur le site internet le 27 mars 2014, j’ai révélé comment Israël exploite cette tragédie pour créer une opinion publique favorable à une guerre contre l’Iran, un pays musulman qui entretient des liens étroits avec la Malaisie.

Au début de la mission de sauvetage, toutes les parties impliquées ont affirmé catégoriquement que tout scénario, peu importe son degré de probabilité, serait étudié minutieusement : détournement terroriste, mission suicide, problème technique, sécurité inadéquate, action criminelle du pilote ou du co-pilote, etc.

Étant donné ce qui précède, les familles des passagers et de l’équipage du vol MH370 ont tout à fait le droit de poser les questions qui suivent aux États-Unis et aux autres pays qui disposent de technologies assez sophistiquées pour pister et suivre des avions et des bateaux en toute circonstance.

Ces questions ne devraient pas être balayées d’un revers de la main en vociférant « théorie du complot », de la bouche-même de ceux qui ont des buts cachés. Loin d’être des théories du complot, nous affirmons qu’il est tout à fait rationnel de se poser les questions énumérées ci-dessous, qu’elles sont bien-fondées et doivent être traitées par les destinataires opportuns, sans quoi il convient d’en déduire qu’ils sont complices de la disparition du vol MH370.

Voici la liste des questions :

1) A-t-on donné l’ordre à l’avion de faire demi-tour ? Si oui, qui en a donné l’ordre ?

2) L’avion a-t-il fait demi-tour manuellement ou était-il contrôlé à distance ?

3) S’il s’agit de la seconde possibilité, quels pays disposent des technologies adéquates pour effectuer une telle opération ?

4) Le vol MH370 était-il armé avant son vol vers Pékin ?

5) Si tel est le cas, quelles méthodes sont susceptibles d’être employées pour effectuer une telle mission ? Armes biologiques ou bombes sales ?

6) Pékin ou la Chine étaient-elle des objectifs, et si oui, pourquoi ?

7) À qui profite le crime ?

8) La chronologie des pays ayant identifié les débris supposés du vol MH370 dans l’océan Indien sont dans l’ordre : l’Australie, suivie de la France, la Thaïlande, le Japon et la Grande Bretagne via Immarsat. Pourquoi les États-Unis n’ont-ils pas proposé de soutien satellite jusqu’aujourd’hui ?

9) Avant de diriger les recherches vers l’océan Indien, est-ce que la mission de sauvetage de la Chine en mer du Sud était un prétexte pour déployer de l’équipement sous-marin afin de pister les capacités navales de toutes les marines étrangères qui se disputent la propriété de territoires marins ?

10) Pourquoi personne ne s’est-il posé la question, surtout de la part des médias de masse étrangers, vis-à-vis des capacités des services de surveillance de Diego Garcia, une base navale et aérienne stratégique des États-Unis ?

11) Pourquoi aucune question n’a été posée quant au cheminement du vol MH370 (s’il s’est crashé dans l’océan indien, comme on le suppose), qui se trouvait dans les paramètres géographiques des capacités de renseignement de Diego Garcia ? Pourquoi aucun vol n’a été déployé depuis Diego Garcia pour intercepter l’avion « non identifié » qui aurait clairement constitué une menace pour la base militaire Diego Garcia ?

12) Les capacités dépassées du satellite Hexagon, déployé par les États-Unis dans les années 1970, ont une résolution au sol de 0,6 mètre ; qui plus est, les technologies actuelles et récentes peuvent se targuer de pouvoir identifier des objets bien plus petits. Pourquoi de tels satellites n’ont pas fourni des images des débris supposés dans l’océan indien ? Ont-elles été délibérément mises sous le boisseau ?

13) Le 6 avril 2012, les États-Unis ont lancé une mission dénommée « NROL-25 » (un satellite espion) depuis la base de Vandenberg Air Force en Californie. Le satellite NROL-25 a probablement été équipé du synthetic aperture radar, un système capable d’observer des objectifs sur le globe en plein jour ou dans l’obscurité et capable de pénétrer les nuages et d’identifier des structures souterraines telles qu’un bunker militaire. Bien que les capacités réelles des satellites ne soient pas publiquement connues du fait de leur classification « top-secret », certains analystes ont affirmé que cette technologie permettait aux autorités de zoomer sur des objets aussi petits qu’une main depuis des centaines de kilomètres. Comment se fait-il qu’aucune image de débris du MH370 n’ait été envoyée à la Malaisie, puisque cette capacité n’est pas classifiée malgré le fait que d’autres technologies puissent le rester ? (Source : Slate.com)

14) Se pourrait-il que les capacités précitées ne soient que du vent ?

15) Cependant, en décembre 2013, la fusée USAtlas V a été lancée. Elle transportait un satellite espion NROL-39 pour le compte du National Reconnaissance Office, un bureau de renseignement souvent éclipsé par la célèbre National Security Agency (NSA), spécialisé dans la publication des données grâce aux satellites espions circulant dans l’espace. Le logo du NROL-39 est une pieuvre, une créature polyvalente, qui sait s’adapter, et qui est dotée d’une très grande intelligence. D’une manière emblématique, les ennemis des États-Unis peuvent être dénichés peu importe où ils décident de se cacher. Ce logo averti fièrement : « Rien n’est hors de notre portée ». Ceci signifie virtuellement que les tentacules de la pieuvre mondiale de l’Amérique s’étendent sur tout le globe pour capter partout tout ce qui est à sa portée, c’est-à-dire… et bien… tout (Source : Voice of Moscow). Cependant, les États-Unis, avec toute l’étendue de leurs capacités, sont restés muets. Pourquoi ?

On ne peut pas dire qu’il soit totalement improbable que les États-Unis ne souhaitent pas que l’avion MH370 soit retrouvé, si des opérateurs de renseignement ennemis sont responsables de la disparition du vol MH370.

Quand les questions ci-dessus seront posées aux États-Unis et aux autres services de renseignement, et si les réponses ne suivent pas, je considérerai que le gouvernement malaisien devra déclarer publiquement que notre souveraineté nationale et notre sécurité nationale ont été compromises par la disparition du vol MH370 et que les services de renseignement pertinents sont intrinsèquement complices de cette disparition.

En s’exprimant ouvertement sur la situation difficile que rencontre notre pays, le Malaisie pourrait empêcher de futures actions hostiles envers un pays tiers.

Je demande dès lors aux médias de masse malaisiens de faire preuve de courage et de commencer à poser ces questions car seuls les États-Unis et les autres services de renseignements peuvent donner des réponses définitives aux 15 questions ci-dessus.

Il est inutile d’exiger des réponses de la Malaisie car nous ne sommes pas en mesure de fournir des informations que nous ne sommes pas capables d’obtenir sur base de nos capacités militaires régionales et globales.

Les Malaisiens doivent s’unir derrière le gouvernement de telle sorte que nos leaders n’ait pas le sentiment d’être seuls à devoir porter cet énorme fardeau.



Article original publié sur le site Global Research

Matthias Chang est un éminent avocat et auteur malaisien, qui a servi comme secrétaire politique et conseiller de l’ancien Premier ministre, le Dr. Mahathir Mohamad.

Les affirmations, points de vue et opinions exprimées dans cet article appartiennent exclusivement à leur auteur et ne représentent pas nécessairement celles de Russia Today.


Samedi 5 Avril 2014


Commentaires

1.Posté par Aldamir le 05/04/2014 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les américains avec les sionistes sont coutumiers de ce genre d'acte commis à travers le monde et sur tous les continents. les USA et l'entité sioniste qui occupe la Palestine ont de commun qu'ils sont les seuls à avoir commis les plus grands massacres d'humains en si peu de temps.

2.Posté par Georges le 10/05/2014 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A travers toutes les informations publiées sue les sites web, je suis absolument convaincu qu'il y a eu détournement, ce qui signifie qu'une entité a programmé ce détournement, avec des gens qui y ont participé.
Ce qu'auraient dû faire la compagnie Malaysia Airlines et le gouvernement malaysien, maximum 48 heures après la disparition de l'avion, c'est de lancer dans tous les pays du monde (via Internet ou autre) une annonce de récompense de 50 millions de dollars (ou plus) - (bien peu de chose à côté du prix d'un 777 et de la vie de 239 personnes) - et éventuellement une nouvelle identité, pour toute personne susceptible de fournir des renseignements permettant de retrouver l'avion et les 239 passagers.
Peut-être que l'appât du gain aurait délié la langue de certaines personnes ?

3.Posté par Patrick Tissot le 12/06/2014 09:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A lire tous ces articles, je m'interroge, il semble si difficile pour certaines personnes d'imaginer autre chose que des conspirations, mais bon sang ne vous viendrait il pas l'idée qu'il se soit passer un événement bien plus simple ?
Saviez vous que le vol mh370 transportait plus de 4 tonnes de fret dont 2600 kg de batterie LIPO ?
Que la technologie de ces batteries n'est pas stable et que plusieurs cas de combustions spontanée ont été annoncée durant ces dernières années, le nouveau Boeing Dreamliner a été bloqué au sol plusieurs mois suite a ces mêmes batteries qui ont pris feu sans explication lors de 2 vols ?
Savez vous qu'en cas de combustion d'une seul batterie cela peut mettre le feu à toute la soute ?
Savez vous qu'inhaler les fumées de combustion de ce type de batterie peut causer la mort en quelques minutes ?
Un scénario probable est qu'il est intervenu un départ de feu en soute du à ces batteries, à provoqué l’arrêt de différend système de navigation, le pilote a certainement essayé de revenir en urgence mais n'y est pas parvenu, il est probable qu'a ce moment les passagers étaient déjà mort pas asphyxie, les pilotes sous masque à oxygène ont survécu un peu plus longtemps, ont tenté de monter à 45000 pieds afin de circonscrire le feu par manque d’oxygène, il est probable qu'ils ont finit par mourir aussi et l'avion fantôme a continuer son vol sur les dernières données introduite dans le programmeur de vol, fin de l'histoire, je crois que les pilotes ont lutté jusqu'au bout, ils ont tenté de faire demi-tour mais la situation s'est dégradée extrêmement vite et n'y sont pas parvenu.
Désolé mais je ne crois pas a un acte de terrorisme, ni conspiration, ni missile, ni rien.
La question que l'on devrait se poser:
Est il normal qu'un avion de voyage avec des passagers à bord transporte du fret dangereux ? les batteries LIPO sont de véritable bombe ambulante en cas de court-circuit, de plus il n'est pas normal que les compagnies aérienne le fasse a l'insu des passagers.

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires