Actualité nationale

«Désinstruction nationale», déclinisme ou drame du «quasi-illettrisme» de nos enfants?


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 12 Juillet 2020 - 04:30 Pollution de l'air : des mesures sous astreinte



Jean-Baptiste Mendès
Jeudi 27 Février 2020

«Désinstruction nationale», déclinisme ou drame du «quasi-illettrisme» de nos enfants?
Confronté au niveau catastrophique des terminales, dont 88% parviennent malgré tout à obtenir le baccalauréat, René Chiche publie «La désinstruction nationale». Quels sont les facteurs de ce désastre? Le professeur de philosophie a répondu à nos questions. Selon lui, «on détruit l’autorité du savoir».

Des élèves qui souffrent de «quasi-illettrisme», selon René Chiche. Qui est responsable? Les profs qui ont démissionné? Les ministres qui réforment chaque matin? L’idéologie «pédagogo»? Les parents d’élèves ou la société tout entière? Un peu tout le monde, selon ce professeur agrégé de philosophie depuis 30 ans.

Pourtant, après Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Michel Blanquer incarnait en 2017 celui qui devait renouer avec les fondamentaux. Peine perdue selon René Chiche, auteur de La désinstruction nationale (Éd. Ovadia). Sa loi joliment nommée «Pour une école de la confiance», promulguée à l’été 2019, a rassemblé l’unanimité du corps enseignant contre elle.

«Je ne peux pas laisser dire que Jean-Michel Blanquer est un défenseur de l’Instruction publique quand, pour vendre sa réforme, il met en avant le fait que les élèves vont pouvoir enfin choisir leur enseignement de spécialité, parce qu’on met les élèves en situation de consommateur. Donc, on détruit l’autorité du professeur. On détruit l’autorité du savoir, donc on détruit l’institution dont on a la charge.»

Sur le plan rhétorique, le ministre de l’Éducation nationale ravit ceux qui donnent le «la» en France, notamment les éditorialistes. Ses déclarations sur le remplacement de la loi républicaine par le séparatisme islamique dans certaines villes, comme Garges-Lès-Gonesse ou Roubaix, renforcent son image de républicain à poigne. René Chiche salue même dans son bilan deux mesures: le dédoublement des classes, ainsi que la distribution des Fables de la Fontaine pour chaque CM2. Mais le constat de «quasi-illettrisme» reste le même. Et ce n’est pas la proposition de l’un de ses prédécesseurs, Jack Lang, d’enseigner l’arabe au primaire qui va changer la situation.

«Nous avons des élèves qui ne parlent plus français, qui ne connaissent plus la langue française. Je veux bien qu’on leur apprenne l’arabe, le russe, le finnois, voire le latin ou le grec, toutes les langues font partie de la culture. Mais la langue natale, la langue dans laquelle on pense, il faut déjà la maîtriser, parce que c’est la base de l’acquisition de toutes les connaissances.»


Analysée régulièrement par le classement Pisa, la baisse de niveau des élèves français par rapport à leurs homologues –notamment asiatiques– est criante. En décembre 2019, l’Hexagone se classait en 22e position en lecture. Mais le taux de réussite au baccalauréat ne semble-t-il pas démontrer le contraire? Ils étaient 88,1% lors de la session de juin 2019 à l’obtenir. Le professeur de philosophie, vice-président du syndicat Action et démocratie, partage dans son livre une copie truffée de fautes, représentative selon lui de cette «désinstruction».

«Le bac ne vaut plus rien depuis longtemps […] J’ai des élèves qui sont en terminale, ils n’ont pas le niveau du cours moyen, en caricaturant. Mais comment sont-ils arrivés en terminale? Comment a-t-on accepté cela? À force d’accepter, on a laissé tout faire, on se résigne.»

Caricaturé comme décliniste, voire comme «facho» par certains de ses collègues, René Chiche réfute être encarté dans un parti. Il est en revanche impliqué dans les instances, représentant CFE-CGC et membre du Conseil supérieur de l’éducation.

Ce qui est certain, c’est que peu de mesures trouvent grâce à ses yeux. Il fustige ainsi l’introduction des ordinateurs à l’école. À la rentrée 2019, la région Île-de-France, dirigée par Valérie Pécresse, s’est targuée de distribuer 140.000 tablettes aux lycéens et 20.000 aux enseignants. François Hollande en 2010, alors président du conseil général de Corrèze, avait distribué un iPad à tous les collégiens du département. À l’instar du scientifique Michel Desmurget, qui dénonce dans La Fabrique du crétin digital (Éd. Seuil) les dangers des écrans sur la santé, le développement intellectuel et la réussite scolaire des jeunes, René Chiche évoque un «désastre numérique»:

«Le numérique est une catastrophe pour l’instruction […] Avec le numérique, on a affaire à un instrument qui atrophie les fonctions les plus évoluées du cerveau […] L’école doit être un sanctuaire, doit être préservée de ces technologies».

René Chiche évoque aussi un logiciel de vie scolaire: «Un instrument fantastique qu’on appelle Pronote, et qui permet finalement à tout un chacun de pénétrer dans la salle de classe, de voir ce qui s’y passe, y compris s’il n’y connaît rien, et d’avoir son avis là-dessus.» Une confusion des genres qui lui paraît révélatrice. Il fustige le facteur de cette «désinstruction nationale» qui lui semble essentiel:

«Le gros problème de l’école ne concerne pas que l’école, mais concerne toute la société. C’est un problème d’autorité. Plus personne ne sait où est sa place. Plus personne n’a confiance dans ceux qui ont le pouvoir. Le pouvoir ce n’est pas la même chose que l’autorité.»





Mercredi 26 Février 2020


Commentaires

1.Posté par jehaislescookies le 27/02/2020 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quand on voit le niveau de fautes d'orthographe sur internet, y compris de la part d'étudiants du supérieur, c'est pas des fautes d'orthographe à la Pivot ! c'est le témoignage qu'ils ne connaissent même pas les concepts grammaticaux les plus basiques, ce sont des fautes d'enfants des classes primaires ! (autrefois ....)
et quand on voit les fautes de traduction depuis l'anglais (des faux-amis, qu'autrefois n'importe quel COLLEGIEN apprenait au secondaire, et devait apprendre par coeur des listes entières), qui sont en train de déformer la langue française., on comprend que "il y a un problème !". on découvre l'abyssale chute du niveau deuis 40 ans !

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires