ALTER INFO

Des néonazis devant un tribunal... à Munich



Olga Denissova
Mercredi 8 Mai 2013

Des néonazis devant un tribunal... à Munich

Le procès contre les membres du groupe d’extrême droite NSU se déroule à Munich. Ils sont accusés d'assassinats pour des motifs raciaux. Les médias signalent d’éventuelles erreurs des services spéciaux et les avocats des victimes entendent prouver que les instances judiciaires allemandes étaient mêlées aux activités du groupe radical.

Le groupe NSU est accusé de l’assassinat de dix personnes dont huit – d’origine turque. Cinq accusés font face à l’acte d’accusation de 500 pages. Beata Chepe est la principale accusée du dossier des extrémistes de droite examiné au tribunal suprême de Munich. L’Allemande Beata Chepe, 38 ans, membre du groupe terroriste, est accusée d’avoir inspiré les assassinats et les pillages. Chepe n’a pas fait de dépositions pendant 17 mois depuis le début de l’enquête. Des photos des scènes de crimes, des armes et des spots de propagande ont été découverts chez l’accusée. Les preuves sont plus que suffisantes, a dit à notre correspondant Mehmet Daimagüler, avocat des parents de deux des victimes des néonazis. Cependant, il est convaincu que ceux qui se trouvent sur le banc des accusés ne sont que la partie visible de l’iceberg.

« Il est impossible de rester pendant 14 ans dans un pays comme l’Allemagne dans la clandestinité de sorte que personne ne s’en aperçoive. Il importe de préciser le rôle des services spéciaux de l’Allemagne et du département pour la protection de la Constitution », a ajouté l’avocat. Un collaborateur du département pour la protection de la Constitution se trouvait à Kassel pendant l’assassinat du jeune Halit Yozgat. Qu’est-ce qu’il faisait là-bas ? Il s’avère ensuite que cet homme partage les idées des nazis, qu’il possède chez lui des portraits d’Hitler et qu’il est surnommé dans son village le « petit Adolf ». Nous entendons poser ces questions à la salle d’audiences.

Selon les médias, les autorités n’ont prêté aucune attention pendant longtemps à la menace émanant de l’extrême droite. Les radicaux de droite bénéficient de soutiens au sein de la société, précise Alexei Kouznetsov, directeur du Centre d’études européennes de l’Institut d’économie mondiale et de relations internationales de l’Académie des sciences de Russie :

« Les radicaux de droite se déguisent en populistes de droite comme dans les années 1970. Ils font de la propagande intolérante dans la lutte contre les migrants illégaux, exigent une attitude plus dure envers ceux qui reçoivent depuis plusieurs années des allocations. Certains milieux les soutiennent. »
Les audiences à Munich doivent se dérouler pendant 87 jours. Il est toutefois possible que l’enquête soit prolongée et que le nombre d’accusés augmente.

http://french.ruvr.ru



Mercredi 8 Mai 2013


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires